Association ALAMER   http://alamer.fr   http://alamer.fr
Mémoire des Équipages des marines de guerre, pêche, commerce & plaisance de 1939 à 1945
./
« Saint Abel »
Le calendrier de l'association

Accueil
   Unités


 L'ALCYON     
   
   
   
   
   


32 embarquements

Année 1927 : LE COURTOIS DU MANOIR Jean

Année 1928 : LE COURTOIS DU MANOIR Jean - PAYAN Raymond

Année 1930 : BLÉHAUT Henri - DE CARNE - OLIVIER

Année 1932 : DIAZ DE SORIA

Année 1934 : MURGUE Jean - PLANTÉ

Année 1936 : LABBEY

Année 1937 : LANCELOT Pierre

Année 1938 : ALBERTAS - BELLEC Émile - TANQUEREL Elie

Année 1939 : BOSVIEUX Joseph - DAOUBEN

Année 1941 : BRAGELONGNE

Année 1942 : BUREL Henri - CHARLES Georges - FERBOS Pierre - GUYOT André - LASSOURCE René - LOAEC Jean - PERBOS ou FERBOS Pierre - PORTRON Marcel

Année 1943 : BALANANT Louis - CAMENEN - KERIVEL Roger

Année 1944 : MARCHAL

Année 1945 : MARIAUX - ROUAT Jean

Année 1946 : PALUT


4 operations

TORCH    VÉSUVE    ANVIL DRAGOON    VÉNÉRABLE

2 groupements auxquels cette unité a été intégrée

6ÈME DIVISION DE TORPILLEURS (ou) 6ÈME DT    8ÈME DIVISION DE TORPILLEURS (ou) 8ÈME DT

Articles


Opérations Débarquement Allié à Oran, Débarquement Allié à Alger & Débarquement Allié à Casablanca : les évènements heure par heure (2611)

== Débarquement Allié à Casablanca - 08 Novembre 1942 ==
• 02H10 Alerte, attaque aérienne
• 04H35 Alerte, imminence de débarquement, rappel des permissionnaires. Ordre d'appareillage. Le PRIMAUGUET est indisponible, le JEAN BART n'est pas en état d'appareiller. Transfert de la marque de l'amiral sur le MILAN. Les couleurs sont envoyées
• 08H04 Début des bombardements : les cargos SAINT BLAISE, SAN PIETRO, LIPARI, ÎLE D'OUESSANT, ÎLE DE NOIRMOUTIERS, PORTHOS, SAVOIE, FANZON, sont coulés ou détruits. Trois sous-marins qui n'ont pas eu le temps d'appareiller sont touchés, hors de combat
• 08H25 Les bâtiments de la 5ème EL sortent de la zone portuaire :
• 11ème DCT : Le MILAN, l'ALBATROS,
• 5ème DT : le BRESTOIS, le BOULONNAIS,
• 2ème DT : le FOUGUEUX, le FRONDEUR, L'ALCYON.

• 09H20 Formation de combat, le MILAN ouvre le feu. Attaque aérienne. Le MILAN, le BRESTOIS, le BOULONNAIS sont touchés
• 09H45 Les croiseurs lourds américains ouvrent le feu
• 10H00 Le PRIMAUGUET réussi à appareiller et manœuvrer pour sortir du port sous les bombes. Il rejoint la 2ème E.L. qui fait demi-tour vers Fédala
• 10H18 Le croiseur lourd américain MASSACHUSSETS les croiseurs TUSCALOSA et WICHITA engagent les bâtiments français à 18 000 mètres
• 10H40 Le FOUGUEUX, touché par une salve de 203 mm, est coulé
• 10H55 Le MILAN est atteint par du 406 millimètres du Massachussets (31 morts, 70 blessés) Attaque aérienne : L'ALCYON , le BRESTOIS, le PRIMAUGUET sont touchés
• 11H00 La 5ème DT tente de lancer l'ultime attaque à la torpille, en fonçant à 28 nœuds, tout en ouvrant le feu au 130 mm. Elle n'en aura pas le temps
• 11H12 Le BOULONNAIS est touché par les 152 millimètres du Brooklyn. Gîte importante, voies d'eau
• 12H07 Le BOULONNAIS est encore touché par sept coups au but, il va couler. Le BRESTOIS et le FRONDEUR, touchés vont gagner le port
• 15H00 Attaque aérienne sur le PRIMAUGUET : bombes sur la passerelle et à l'arrière (110 morts), le FRONDEUR chavire

== Débarquement Allié à Oran - 08 Novembre 1942 ==
• 00H55 Débarquement réussi sur Arzew, la garnison de défense est surprise dans son sommeil.
• 03H50 Les HMS WALNEY & HMS HARTLAND tentent de pénétrer dans le port d'ORAN : ils sont pris à partie par les canons de la TRAMONTANE, du TYPHON aidés par les sous-marins CÉRÈS et PALLAS. Les deux navires anglais sont détruits (120 morts). Le commandant du port décide de saborder une trentaine de navires de toutes sortes pour tenter sans résultat un blocus aux envahisseurs.

== Débarquement Allié à Alger ==
Aucun combat naval.

Bilan...


Le bilan de cette journée qui restera désastreux (dans tous les sens du terme qu'on voudra bien lui donner) sera pour l'attaque seule de Casablanca, en tués ou disparus parmi les marins français de : 50 officiers, 79 officiers mariniers, 328 matelots. Les combats terrestres vont se dérouler jusqu'au 11 Novembre en particulier à Alger et surtout à Oran où ils vont être les plus durs. La clé de son dénouement sera le basculement total des forces françaises à cette date dans le camp allié. Les mouvements de résistance qui se sont dévoilés ont, en particulier à Alger, permis l'entrée des troupes alliées qui ont subi de lourdes pertes non pas à cause des combats, mais par les accidents occasionnées sur les barges de débarquement du fait de l'inexpérience des acteurs, par chavirement ou par collision.

Les pertes totales seront de 1346 tués, 2000 blessés, coté français et de 479 morts et 720 blessés côté Alliés.



Extraits de l'agenda de l'année 1943 (324)

par Roland SEVENOU le 1943

Mardi 13 Juillet 1943


Vers 10H00 on allume. Le soir vers 15H30 appareillage pour Fort de France avec une douzaine d'officiers. Nous marchons 30 nœuds. La nuit poste de combat. C'est un bateau marchand qui est seul. C'est un ami. RAS.

Mercredi 14 Juillet 1943


Arrivée à la Martinique vers 08H30. Mouillage en rade de Fort de France à 09H30. il pleut continuellement. Le BÉARN est échoué, le BERTUS en cale sèche, le BARFEAUR à quai. Sept pétroliers et plusieurs bateaux marchands sont mouillés ou à quai. Bon accueil de la part des indigènes. Nous restons sous les feux. Le soir à 22H00 nous appareillons pour la Guadeloupe. La nuit, RAS.

Vendredi 13 Août 1943


Passé Gibraltar ce matin vers 04H00. Rencontré grand convoi vers 08H30. Le temps est maintenant très calme. Nous marchons 28 nœuds. Arrivons à Oran vers midi. De nombreux bateaux de commerce sont amarrés dans le port et à Mers el-Kébir. Grand nettoyage : GIRAUD doit venir à bord. Permissionnaire par Bb. A terre il y a beaucoup d'américains.

Samedi 14 Août 1943


Le matin branle-bas à 06H30. Pas d'inspection : GIRAUD ne vient pas à bord comme prévu. Permissionnaire de 14H00 à 18H00. J'apprends que Louis est à Casablanca. René et moi nous faisons une promenade à Oran car les cafés sont fermés jusqu'à 05H00 du soir. Nous rentrons bien sages à 06H00. À 07H30 à peu près appareillage pour Alger. Quart par bordée; je suis de 23 à 05. J'écris à Louis.

Dimanche 15 Août 1943


Deux gros cuirassés anglais. L'après midi grand poste de lavage. Le soir permissionnaire pour Bb

Lundi 16 Août 1943


Le matin pdb. L'après midi travail. Le soir je ne peux pas sortir : je suis consigné à cause d'une prise de bec hier soir avec le s/m timonier. Ainsi le soir René sort seul car Maurice n'est pas sorti. La rentrée des permissionnaires est à 21H00 du soir et je n'ai rien perdu de rester à bord. LE FANTASQUE rentre.

Mardi 17 Août 1943


Le matin à 07H30 on appareille avec LE FANTASQUE. Tir sur la terre à côté de Bône. Nous faisons le quart par bordée. Le soir à 19H30 arrivée à Philippeville. Stoppons les veilles. Nous restons mouillés en dehors du port. Nous restons allumés.

Mercredi 18 Août 1943


Le matin à 07H00 appareillage de Philippeville ; exercice. Arrivée à Bizerte ; restons en dehors du port. La ville paraît être presque entièrement détruite.

Samedi 21 Août 1943


Scalea à 6 000 m environ. Après épuisement d'obus, nous partons à 27 ou 30 nœuds. Arrivée à Palerme à 07H00, nous mouillons en rade intérieure. La ville paraît avoir subi un terrible bombardement. Le soir à 18H00, appareillage pour les côtes italiennes. C'est notre deuxième mission. Nous allons bonne allure.

Dimanche 22 Août 1943


Nous naviguons silencieusement entre les îles en face du Cap Camtanella entre l'île de Capri, puis nous laissons Ischia. Notre but était Pointa Della Licosia. Nous avons patrouillé dans la baie de Naples. N'ayant rien vu nous faisons route sur Bizerte. Arrivée à 11H30. Nous sommes en rade toute la nuit. RAS

Mercredi 08 Septembre 1943


Le matin à 03h00 appareillage. Nous sommes avec LE FANTASQUE. Depuis hier soir, nous faisons deux veilles. Ce matin, 07H30 environ, nous rejoignons la flotte anglaise composée de 2 porte-avions, 4 cuirassés et une dizaine de destroyers. Temps calme. Nous marchons 16 nœuds. L'après midi RAS. Le soir, alerte DCA contre bombardiers et avions torpilleurs. Rien de cassé. Vers 18H30 ou 19H00, on a appris que l'Italie se rendait sans conditions. Nous continuons nos opérations.

Jeudi 09 Septembre 1943


Ce matin je suis de quart de 23H00 à 03H00. Poste de combat à 05H00. RAS On apprend que les américains ont débarqué à Livourne et les anglais à Salerno. Quart de 11 à 14H00. Nous continuons notre randonnée. La nuit, alerte DCA. Nous sommes attaqués par les avions allemands. L'alerte commence à 10H30 et à 11H00 je prends le quart jusqu'à 03H00. À 05H00 poste de combat. (Nuit blanche !)

Vendredi 10 Septembre 1943


Le matin nous continuons notre randonnée. On apprend que les italiens et les allemands se battent en Italie. Nous apprenons que les anglais prennent position en Italie malgré la résistance allemande. Le soir nous allons rechercher un avion qui est tombé à la mer. Nous ne retrouvons qu'un radeau en caoutchouc et personne. Il est allemand. Nous faisons route vers Palerme.

Samedi 11 Septembre 1943


Le matin de bonne heure, nous arrivons à Palerme. Nous faisons le mazout et à 05H30 appareillage pour retrouver notre Force. Dans l'après-midi des bruits courent que nous allons à Alger. On annonce que Milan et Rome sont prises par les allemands. Nous retrouvons notre Force le matin puis nous repartons seuls en direction d'Alger.

Dimanche 12 Septembre 1943


Le matin RAS. Je suis de quart de 23H00 hier à 03H00 ce matin. Temps calme. Marchons bonne allure. Nous sommes seuls. On a appris hier que la flotte italienne s'est rendue dans des ports alliés malgré les attaques allemandes qui parvinrent à couler un cuirassé italien. Nous arrivons à Alger vers midi. Nous passons la nuit à Alger. Embarquement de troupes (du bataillon de choc) et de munitions.

Lundi 13 Septembre 1943


On allume de bonne heure, vers 05 heures. On appareille. Nous filons sur la Corse à 32 nœuds. Le midi RAS ; aucune alerte. Quart par bordée ; je suis de 5 à 11 le matin et de 17 à 23. À 23H00, poste de combat. Nous arrivons devant Ajaccio. Le s/m CASABIANCA entre avec nous. Nous débarquons tout. Le maquis est en feu dans plusieurs endroits. Un peu plus d'une heure après notre arrivée nous repartons en direction d'Alger.

Mardi 14 Septembre 1943


Nous sommes en mer. Le temps est calme. Ne marchons que 25 nœuds. Avons une avarie. Nous arrivons à Alger dans la soirée. La nuit nous restons à côté du pétrolier.

Mercredi 15 Septembre 1943


Le matin de bonne heure nous appareillons et allons mouiller en rade d'Alger ; puis nous retournons à quai. Les réparations de machines commencent. Une turbine est gravement abîmée. Nous pensons prendre celle de L'AUDACIEUX qui, soit disant, est intacte. Nous avons stoppé les veilles.

Jeudi 16 Septembre 1943


De bonne heure ce matin, le FATQ, le TEMPÊTE et L'ALCYON partent pour Ajaccio. Nous ne pouvons pas marcher. La journée se passe tranquille. Toujours pas de veille. Le soir, partie de blague. Nous apprenons officiellement que nous sommes cités à l'Ordre de l'Armée de mer. C'est la 2ème citation avec celle de Mers el-Khébir.

Vendredi 17 Septembre 1943


Hier je ne suis pas allé à terre et aujourd'hui je suis de service. Le matin comme l'après-midi : bricolage. Je me sens très fatigué et j'ai toujours mal à la tête. Le soir, JEANNE D'ARC, LE FORTUNÉ et BASQUE arrivent à Alger. LE FANTASQUE accompagné de L'ALCYON et de _TEMPETE_7_ reviennent de Corse.

Samedi 18 Septembre 1943


Le matin, le TEMPÊTE et LE FANTASQUE viennent à côté de nous. L'après-midi je vais à terre avec René. Je croyais voir Guieu. Mais il n'est pas chez lui. Nous allons faire un tour, revenons à Alger, rencontrons Maurice à 17H30 et le chef armurier. Le soir, après avoir mangé à terre nous allons à l'opéra voir « Le pays du sourire ». Nous rentrons vers 11H30. RAS

Mardi 06 Octobre 1943


Le matin grand lavage. Nous avons toujours une veille. L'après-midi : réparations et bricolage. À 12H30 permissionnaire pour TB jusqu'à 18H00. Nous faisons des achats. La vie est très chère. Acheté album et photos. Le soir nous sommes à quai.

Mercredi 07 Octobre 1943


De bonne heure, les troupes sont embarquées à bord. Nous devons partir. Puis toutes les troupes s'en vont. L'île de Léros était entièrement prise. Nous retournons au mouillage. Permissionnaire pour Bd. Le soir RAS. Demain appareillage probable. Nous avons toujours une veille. Je suis de quart de 00H00 à 02H00.

Jeudi 18 Octobre 1943


Le matin pas d'appareillage : nous restons au mouillage. L'après-midi permissionnaire. Je vais à terre et fais quelques achats. Le soir RAS.

Vendredi 19 Octobre 1943


Le matin de bonne heure : appareillage avec LE FANTASQUE et un croiseur DCA. Nous allons dans le Dodécanèse. La matinée se passe bien. L'après-midi alerte DCA. Il est 16H50 et 12 avions allemands « Dornier » nous arrivent dessus. Le croiseur LE FANTASQUE et nous tirons de toutes nos pièces. Des chapelets de bombes de 500 kg tombent à côté et sur l'arrière et l'avant. Ils ne piquent pas, ils bombardent de très haut. Vers 17H40 2ème alerte DCA. Les avions arrivent sans qu'on ait le temps de réagir. Les bombes tombent à 50 m du bord. Nous avons entendu leur sifflement. Cette fois nous avons eu chaud ! La nuit nous partons seuls dans les îles. Il fait noir. Après avoir bien fouillé les îles, nous faisons demi-tour. La nuit a été calme et la vitesse était bonne.

Samedi 20 Octobre 1943


Le matin vers 01H00 nous retrouvons le croiseur et LE FANTASQUE. Le retour est calme. Aucune attaque. Nous arrivons à Alexandrie vers 15H00. Nous allons à couple d'un pétrolier. RAS.

V418.0 - !!! ATTENTION - SITE INTERNET EN CONSTRUCTION - CONTENU SOUS RESERVE !!! Page N°3 - Variable N°114