Association ALAMER   http://alamer.fr   http://alamer.fr
Mémoire des Équipages des marines de guerre, pêche, commerce & plaisance de 1939 à 1945
./
« Sainte Claire »
Le calendrier de l'association

Accueil
   Unités


 RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM     
   
   
   
   
   


2489 embarquements

Date inconnue : ALLAIN - ALLO - ALLONGUE - ARRIEUX - BACHER - BARNAUD - BEBIN - BEBIN - BEDIOT - BELDA André - BELFILS (ou) BELFIS - BERNARD - BERRENGUER - BONNET - BOSCHE - BOUTEILLE - BREVARD - BRISSET - BUTTIGIEG - BÉNÉDIC (ou) BENEDICT - CABRIÉ - CAJA - CALVEZ - CAMPORIO - CARSIN - CASTOR - CHANARD - CHAVANE - CHAVANNE - CHEVALIER Jacques - CHOSEROT - COLLOCH - COMBEAU - CONAN - COUDER - COULONDRES - COZIEN Jean - D'HAUTEVILLE - DANTEC - DE SAZILLY - DE VERGNETTE Charles - DELAFOSSE - DENNIEL - DENNIEL - DEVAUX - DOUARD - DUGON - DURVILLE - DYVORNE - DYVORNE - EHRICH - ETESSE - FEIGNE - FLEITH - FORCIOLI Rogers - FRANCHESCHINI - FRIANT - GELINET - GELINET - GONIDEC - GONIDEC - GOUIL - GOURMEL - GUENEGAN - GUILLAUMIN - GUILLON - HERVE - HILLION - HINDEN - HOUCHET - HUGUET (ou) UGUET - HUREL - JAOUEN - JOSSE - JOSSE - JOUANO - KERDRAON - KROKENBERGER - LAMY - LAUDREN - LE BOULCH - LE BOULCH - LE FLEMM - LE GENTIL - LE GOFF - LE GOURRIÉREC François - LE MENN - LE MERCIER - LE MORVAN - LE PONNEN - LE ROUX (ou) LEROUX - LEGENDRE Jean - LEGENDRE Roger - LEMOUËL - LEPIL - LYONS - LYONS - MAGGIAR Raymond - MAHÉ - MANIVELLE - MAREC - MAROLLEAU André - MARTEAU - MARTINEZ - MERHNI - METE - MONTJARRET - MOUNIET - MOUSCARDÈS - NARCÈS - NICOLAS - NICOLAS - NIVOLET - NÉDÉLEC - OLLIEU (ou) DE OLIEU - PASCALIDIS - PASSAQUET - PAULY - PERRICHET - PRIGENT Joseph - PRISSÉ - PROVOST - QUEZEDE Job - QUINIOU - RENAUD - RENOULT - REVERDI - RICHARD - RIEUTORD - ROBIN Jean - ROCH - ROGER - SCHUSTER Louis - SELLIN - SENOVILLE Jean - SIRI - SLOMSKY - SOTTER - SPARFEL - SYBILLE - SÉVÈRE Jean - THIÉBAULT Raymond - TRINGUAT - TRUCHOT - VERNIER - VILAREM

Année 1943 : BERNARD Paul - CALVEZ Alexandre - GOUILL Corentin - LE GAL Marcel - MAUPIN Rolland - PERATOU Georges - VEZ Serge

Année 1944 : ABATUT Joseph - ABBAS Benhalima - ABBATI Alexis - ABBOU Lakdar - ABD EL HAMID Ben ayoun - ABDERREGAH Kadder - ABDESSELEM Ben ali - ABDESSELEM Bouharis - ABOLIVIER Emmanuel - ABT Paul - ADAM Albert - ADDA Mekrouf - ADELIN Antoine - ADIS Paul - ADLER André - AGOSTINI Eugène - AGUADO Jean - AHMED Ben mohamed - AHMED Ben taïeb - AINAR Brahim - AIN Konie - ALBAN Pierre - ALCADE Antoine - ALENCON Jean - ALERT Raymond - ALEXANDRE Charles - ALIX René - ALLAIN Camille - ALLAIN Joseph - ALLAIN Marcel - ALLART - ALLARY - ALLARY Raynond - ALLARY Robert - ALLEMANE Gustave - ALLIET Pierre - ALLON - ALLONGUE Maurice - ALLOU Abd el-kader - ALLOUCHE Khaled - ALMAYRAC Georges - ALUNI Fred - AMARA Abd el-kader - AMAR Ben bella - AMAR Ben khalifa - AMBROISE René - AMEUR Amar - AMEUR Mohamed - AMIL Yves - AMINOT Paul - AMOROSO Faust - AMOUDRY Jean - AMP Jean - ANDONI Christian - ANDRAIN Jean - ANDRAIN Marcel - ANDRAT Louis - ANDRE Jean - ANDRE Marcel - ANDRE Patrick - ANDRES - ANGELELLI François - ANPOSSO Claudine - ANSOT Georges - ANSQUER Joseph - ANTOINE Marie - ANTONA Jacques - ANTONA Pierre - ANTONI Antoine - ANTONORS Joseph - ANTUORO Baptiste - AOUMER Khelifa - AOUMEUR Kjelloub - ARCAMONE Georges - ARCHAOUI Ali - ARGES Jacques - ARGOUACH Albert - ARGUE Jacques - ARHANTEC Yves - ARNAC Henri - ARRIBUX Georges - ARTIGANAVE Robert - ASCHER Georges - ASCIONE Cyr - ASCIONE Jean-claude - ASSAM Mohamed - ASSI Milhoud - ASTOUX André - AUBERTIN Emilien - AUBERT René - AUBONNET Armand - AUBRAT Paul - AUCHER Robert - AUDE Maxime - AUDIC Adrien - AUDOUARD Marcel - AUFFRET Pierre - AUGIER Julien - AUMONT Charles - AUPETIT - AUSILIA Louis - AUTRET Jean - AUTRET Pierre - AUTRET Roger - AUZILHON Jacques - AVATUT Joseph - AVIGNON André - AVISANI Roland - AVONDE Auguste - BACHER Frédéric - BACHER Kahib - BACHIR Hatia - BACKELAUDT Robert - BACON Alain - BADADUI Ben abdallah - BADIA G. - BADIA Nicolas - BADUEL Jean - BAELIANOT Robert - BAGIER Barthélémy - BAGOT Jean - BAGUR Albert - BAHEUX André - BAHLOUL Kaddour - BAILDE Pierre - BAILLOS - BAILLY Roger - BAISIN Marcel - BAISSIE Jacques - BALAN Jacques - BALLAZ André - BALLINI Réné - BALME Paul - BALNY Pierre - BANEB Paul - BANTWEIL Joseph - BARANGON Maurice - BARATIN Pierre - BARAT René - BARBAT Robert - BARBEDIENNE Lucien - BARBE Émile - BARBIER Jacques - BARDOUX Camille - BARISY Raymond - BARJAUD Pierre - BARNAUD Jean - BARNAUD Pierre - BARREAU André - BARTHELEMY Robert - BARTIER Pierre - BASCOU Clément - BASCOU Jean - BASILEE Maurice - BASNIER Georges - BASQUET Henri - BASSET Roland - BASSUS Paul - BASTIDE Pierre - BASTIEN Roger - BASTOLLET Jean - BAUDARD André - BAUDINO Jean-jacques - BAUDOIN Joseph - BAUDON Guy - BAUDON Louis - BAUDON Raymond - BAUDON Robert - BAUDRIER Benoît - BAUDRY Jules - BAUER Paul - BAUMARD Georges - BAURENS André - BAURES Louis - BAURES Philippe - BAUXIS Odette - BAY Louis - BAZERQUE Jacques - BAZIN Louis - BEAUMONT Henri - BEAUSOLEIL Maurice - BEAUVILLE Roger - BEBIN Jean - BECHAREF Ben dida - BECHRAOUI Ali - BECHROUI El-hadj - BECKER Jean - BECOT André - BECQUET Maxime - BEDIOT André - BEGIN Michel - BEGIN Édouard - BEGOC Joseph - BEGUIG Benaissa - BEHIR Jean - BEHLOUL Kaddour - BELABED Zitouni - BELBAH Mohamed - BELDA André - BELEAU René - BELFIS - BELFIS André - BELGY Georges - BELHACEM B. - BELHACENE Meddah - BELHALILA Mohamed - BELHAOUCHE Ahmed - BELKHINA Boudienne - BELLAHIENE Hamed - BELLAHRENE Nedjadj - BELLET François - BELLET Gilbert - BELLOCQ Pierre - BELON - BEN ALI Mohamed - BEN CHAREF Ben dida - BEN DAHOU Abd el-kader - BEN DJILALI Abd el-kader - BEN FREDI Maurice - BEN NARBIA Ali - BEN SLIMANE - BENATAYA Sadek - BENDELLA Adda - BENECH Jean - BENEDICT Charles - BENGLOAN Patrick - BENGUESMIA Ahmed - BENHADDOUR Ben abdallah - BENHALED Ben aouda - BENHAMID Hatia - BENHAMZA Moussa - BENHARROUS Ahmed - BENJIALI Abd el-kader - BENMISSOUN Benaouada - BENSAFI Omar - BENSAID Ben yakoub - BENSAOUT Ahmed (dit) bensaïd - BENSOUSSAN Gaby - BENSOUSSAN Maurice - BENTAHAR Kaddour - BENTEJAC Franck - BENTZ Henri - BERCUGUER Michel - BERECOCHEA Jean-pierre - BERENGUER Michel - BERGER Georges - BERGER Pierre - BERGER René - BERICHEL Jean-louis - BERJONVAL Roland - BERLIER Théodore - BERLIN André - BERLIOZ Fernand - BERNARD D. - BERNARD Faré - BERNARDI Félix - BERNARDIN Gérard - BERNARD Joseph - BERNARD Luc - BERNARD Maurice - BERNARD René - BERNAUDIN Georges - BERNHARD Camille - BERNHARD Simon - BERNOUVILLE Marcel - BERRACHED Tadj - BERRIC Serge - BERTHON Jean - BERTHONNEAU Robert - BERTHY Jean - BERTIN André - BERTIN Paul - BERTIN Roger - BERTOUX Maurice - BERTRAND Stéphan - BERUNGOT Charles - BERUSSEAU Jean - BES Auguste - BESCIA Paul - BESCON Armand - BESNARD Onésime - BESNARD Roger - BESSADEK Djilalli - BETHANCOURT Lucien - BEUQUE Jacques - BEUQUE Xavier - BEVEN Raymond - BEXON François - BEZIEL François - BEZIERS Louis - BHETTENS Jacques - BIANCHI Roger - BIDARD Robert - BIDEREAU Gilbert - BIENFAIT Maurice - BIENTZ Oscar - BIGNON André - BIGNON André - BIGOT Fernand - BIGOT Henri - BIGOT Robert - BIGUARD André - BIHANNIC Joseph - BILLEREAU Gilbert - BILLORE Paul - BILLOT Roger - BILOUZOU Jean - BIOT Yves - BISSERIE Claude - BISSEY Charles - BITER Tahar - BLACHE Jean - BLAIN Léon - BLAISE Léon - BLANC Albert - BLANCHARD Joseph - BLANCHARD Jules - BLANCHET Albert - BLANCHET Emilien - BLANCHET Julien - BLANCO Marcellin - BLANDIN Roger - BLANFATIN Joseph - BLASSIEAUX André - BLATTNER Eugène - BLETTNER André - BLIN Marcel - BLONDEAU Henri - BLUCHET Auguste - BOCAZOU Lucien - BODENES Jean - BODINEL Robert - BODIN Jean - BOEDEC Jean - BOHN Paul - BOILOT Max (dit) mandolino - BOIREAU André - BOISSON Georges - BOITIER Jean - BOIZARD Henri - BOLAY Jean - BOLDEC Jean - BOLZER Pierre - BOMBAIL Joseph - BONAUD Guy - BONCORSI François - BONDIL Raymond - BONEL Louis - BONHOMME Aimé - BONIN Arthur - BONISSOL Marcel - BONIZEC Jean - BONNARD Charles - BONNELUCQ Pierre - BONNET Georges - BONNET Guillaume - BONNET Jean - BONNET Victor - BONNET Édouard - BOOGAERT Pierre - BOOTZ Armand - BORGAUD Pierre - BORGNE Guillaume - BOSCH Jacques - BOSQUET Henri - BOSSU Julien - BOTHOREL François - BOTTASSO Louis - BOTTIN Jacques - BOUADJINA Mohamed - BOUALI Kaddour - BOUAYED Achatb - BOUBAHED Belkoir - BOUBEKEUR Abd el-kader - BOUCHARD André - BOUCHAUD André - BOUCHE Jean - BOUCHERIT Ahmed - BOUCHER Marcel - BOUCHER Pierre - BOUCHESECHE Émile - BOUCHET Auguste - BOUCHET Pierre - BOUCHIKKI Souriallah - BOUCIF Abd el-kader - BOUDEAU Jean - BOUDET René - BOUDIA Benjiha - BOUDJELLAL Kedda - BOUHARIS Maurice - BOUILLAYE Maurice - BOULANGER Pierre - BOULAR Alfred - BOULEAU Raymond - BOULEAU René - BOULER Auguste - BOULNOIS Marcel - BOULOIR Marcel - BOURDEAU Pierre - BOURDET Pierre - BOURES Louis - BOURGEOIS Maurice - BOURGOIN René - BOURHIS Marcel - BOURICHA J. - BOURIEZ Marcel - BOURJOIS Marcel - BOURNAT Lucien - BOURREL Paul - BOURSEUL Albert - BOURVEAU Pierre - BOURVEN Émile - BOUSSARD Pierre - BOUTEILLE Joseph - BOUTON Adolphe - BOUTON Marcel - BOUVERET Jean - BOUVET Auguste - BOUZELOUDJA Grégoire - BRACHINI Azerki - BRACHMI Mohamed - BRADAI Habib - BRAHMI Mohamed - BRAJTN Mohamed - BRANCATO François - BRANCHE René - BRAULT Jean - BRAULT Octave - BREMOND Lucien - BRENNEUR Pierre - BREQUENS Jacques - BRESSON Kené - BRETON André - BRETON Robert - BRETON Roger - BRETOT René - BREVARD Henri - BRIAND Albert - BRIAND Pierre - BRIARD Albert - BRIARD Jules - BRIAULT Charles - BRIBECH - BRINSTER Marcel - BRISSEBRAT Maurice - BRISSET Laurent - BRIVEAU Maurice - BROCHARD Michel - BROMANN Marc - BROQUIERE Jean - BROUCHMI - BROUDIC Jean - BROUILLARD Marcel - BROUSTAIL François - BRUBALLA Raymond - BRUHEL Pierre - BRULHAAT Philippe - BRUNEAU Louis - BRUNEAUX Bernard - BRUNEL Alfred - BRUNEL Paul - BRUNER Robert - BRUNET Charles - BRUNET Robert - BRUN Louis - BRUNO Joseph - BRUN Émile - BRUYERE Laurent (dit) brioche - BRUYERE Raymond - BUCHAUD Paul - BUDES Yves - BUFORT Michel - BULLEOUT Henri - BUNDER René - BUONOMANO Dominique - BUREL - BUREL Robert - BURESI Pierre - BURIDAN Jean - BURLOT Joseph - BURLOT Louis - BURTE André - BUSEA Alexis - BUSY Robert - BUTTIGIEG Jean - BUVRY Jacques - BUWIC Corentin - BUZENET Georges - CABIOCH Yves - CABLES Marcel - CABON François - CABON Jean - CABRE Denis - CADET Maurice - CADIOU Lucien - CAILLE Émile - CAIPATANOS Nicolas - CAJA José - CALAN Henri - CALAS Roger - CALLET Marcel - CALLIFER Justin - CALOEZ Vincent - CALOIN Henri - CALUEZ Jean - CALVEZ Bertrand - CALVEZ Clet - CALVEZ Jean - CAMBELLE Pierre - CAMBELL Joseph - CAMBOURNAC René - CAMERIO Georges - CAMINO Jean - CAMOIN Albert - CAMONI Albert - CAMPAGNONI Aurélien - CAMPARIO Raoul - CAMPI Jean - CAMPORIO - CAMY Pierre - CAN Jean - CANNIC Olivier - CANONGE René - CANQUIL Louis - CANTEAU Maurice - CAOET Maurice - CAPELLE Paul - CAPENDEGUY André - CAP François - CAPITAINE François - CAPITAINE Jean - CAPO Mathieu - CAPRI François - CARAES Pierre - CARASCO Ange - CARASCOSA Noël - CARBON François - CARBONNEAUX Roger - CARBONNEL Jacques - CARCASSONNE Pierre - CARDI Georges - CARDIN Louis - CARES Pierre - CARILLO Manuel - CARIOU Yves - CARLIER Jean - CARLI Pierre - CARMARELLA Emmanuel - CAROSSO Antoine - CAROSSO Isaie - CARRAD Raymond - CARRASCOSA Noël - CARRE François - CARRE Jean - CARRE Louis - CARRE Raymond - CARRIC Louis - CARRI François - CARSIN Jean - CARTE Louis - CARTIER BRESSON (ou) CARTIER-BRESSON Edouard - CARTIER Million - CASAMAJORE Marcel - CASENS Albert - CASSAGNEAU Charles - CASSARD Georges - CASSEROM Marc - CASTAGLIOLA Baptiste - CASTAGNEAU Jean - CASTEL Jean - CASTEL Joseph - CASTELLA André - CASTELOOT Louis - CASTEL Paul - CASTIN Robert - CASTOR Yves - CATHECOLE Lucien - CATREVEAU Pierre - CAUDAL Albert - CAUHARE Raymond - CAUNEGRE Joseph - CAUNEGRE Norbert - CAUNEGRE Pierre - CAUSEUR Maurice - CAUVIN Raymond - CAVARO Albert - CAYRE Édouard - CAZ.AMAJOU Marcel - CAZENOVE Roger - CAZORLA Augustin - CESARI Jean - CESARI Maurice - CESARO Maurice - CEVAER Robert - CHABAILLE D'AUVIGNY - CHABI Mohamed - CHABRI Denis - CHAFAH Belaïd - CHAFI Lahcène - CHALEOT Alexandre - CHALIN Hervé - CHALLET Georges - CHALONY Pierre - CHANARD - CHANGEUX René - CHANTEMMER Raymond - CHAPALAIN Paul - CHAPENON Gérard - CHAPON Louis - CHAPPAZ André - CHAPRON Gérard - CHARLEAU Edmond - CHARLEUX Rémy - CHARLIER Jacques - CHARLOT Léon - CHARON Gilbert - CHARON Roger - CHARPANAUD Michel - CHARPENTIER Raymond - CHARRETEUR Pierre - CHARROT Pierre - CHARTON Robert - CHARVERON Frédéric - CHASSAGNE René - CHASSOUANI Charles - CHATELAIN Joseph - CHATELAIN Marcel - CHATRON René - CHAUDET DE LA PORTERIE Michel - CHAUMOIS Robert - CHAUSSE Alain - CHAUVET Michel - CHAVALLIER Jacques - CHAVANNE DE DALMASSY Christian - CHAVERNAC Giraud - CHAVERNAC Gérard - CHEFFA Belaïd - CHELIALI Ahmed - CHELINI Abderahmane - CHENARD Robert - CHENE Raymond - CHENIQUE Henri - CHERMINOT Henri - CHERRET René - CHEVALIER François - CHEVALIER Jean - CHEVALLIER Georges - CHEVALLIER Jacques - CHEVRET René - CHEVROLAIS Guy - CHOLET André - CHOLLON Jean - CHOSEROT Jean - CHOSSON Léo - CHOUAN Jean - CHRISTEN Marcel - CHRISTOFINI Pierre - CHRISTOL Jean - CIHOUB Yayia - CILLONI Georges - CINGAL Daniel - CLAD François - CLAINCHARD Bernard - CLAIN Louis - CLAIN Marcel - CLAISE Fernand - CLAMA Paul - CLAM Marcel - CLAQUIN Jean - CLAVE DE BIEN - CLAVERANNE Jean - CLEDET Claude - CLEMENT André - CLERET Pierre - CLEUET Claude - CLOAREC Albert - CLOGIER Henri - CLOUE - CLOUET Prosper - CLUZEL Joseph - COATANER Noël - COCHARD Auguste - COCHU Charles - COHET Édouard - COIC Jean - COINCON François - COJEAN Julien - COLBERT Maurice - COLIN Henri - COLLARD Marcel - COLLEN Louis - COLLET Marcel - COLLEWET André - COLLIAS Roger - COLLOCH Jean - COLOMBATTI Louis - COLSON Roger - COMBEAU Noël - COMBELLE Pierre - COMBES Robert - COMPAGNON Maurice - CONAN Georges - CONNAIS Pierre - CONSIGNEY Paul - CONSTANT Fernand - CONTAUZA Lucien - CONTE François - CONTE Paul - CONTOPANOS Nicolas - COPPOLA Joseph - COQUEREAU Maurice - CORBIERE Raymond - CORNEUX Robert - CORNIERE Pierre - CORNIER Germain - CORNO Émile - CORRE Jean - CORRE Victor - CORRE Yves - CORTEZ François - COSSA François - COSSIC Joseph - COSTAGLIOLA Jean - COSTANZO Félix - COSTE René - COSTE Roger - COTTE EMARD Fiobert - COUASNON Gustave - COUDER Paul - COUDER Pierre - COUDIERE André - COUDRAY Raymond - COUILLEPORT Auguste - COUILLOT Henri - COULONDRES Jacques - COURBET DE TREVILLE - COURMONT Roland - COURTET Roger - COURTIAUD Marcel - COURTOISIER Jean - COURTOT Jean - COURTOT Lucien - COUSIN Jean - COUSIN Rémy - COUTELLE Bernard - COUTELLE Pierre - COUTIER Pierre - COUTX - COUZON Marcel - COVAREL André - COZIC Franck - COZIC Guy - COZIEN Jean-louis - COZ Lucien - CREISMEAS Eugène - CREMET Jean-pierre - CRENET Jean - CREN Louis - CRENO Émile - CREPELLIERE Arnaud - CRESCENZO Janvier - CRESCIONI Antoine - CRETIN Quentin - CREUZET Henri - CRIBAILLET Joseph - CRILLET Marcel - CRISCUOLO Joseph - CRISTOFINI Joseph - CRISTOFTNI Pierre - CROAJOU Étienne - CROCE Dominique - CROCHET Robert - CROISIER Élie - CROSSONEAU Marcel - CROZIER Lucien - CROZON Laurent - CRUE Yves - CUISIAT Jacques - CURTE Jean - CURTI Basile - CUSIMANO Robert - CUSSAC Jean - CUVELIER Maurice - D'ALCANTARA Eugène - D'AUVIGNY - D'ONCIEU Brigitte - DAGORN Jean - DAGUET Eugène - DAGUET Marcel - DAHAM Boualem - DAHOU Zerrouki - DAIKH Mohamed - DAILLY Jean - DAILLY Yvon - DAMASCO Michel - DAMBRY Pierre - DAMOY Charles - DAMPENOU Guy - DAMY Berthe - DANGOUMEAU Xavier - DANGUEL Albert - DANIEL René - DANTEC Yves - DANTONY Marc - DARE Joseph - DAUMANIAS - DAUPASCO Michel - DAUPHIN Lucien - DAURELLE Auguste - DAUVAIS Jacques - DAVID Albert - DAVID Joseph - DE GALBERT Hervé - DE GAULLE Philippe - DE HEERE Jean-marie - DE LA CHASSAGNE POLIGNAC Michel - DE LA CHASSAGNE François - DE LA COCHETIERE Pierre - DE LA GUILLONNIERE Alain - DE LA ROSA Raymond - DE LUCCIA Jean - DE NOIRCARME Françoise - DE OLIEU - DE PAUW Georges - DE RENUSSON D'HAUTE VILLE Gérard - DE VINCENS DE CAUSENS René - DEBLEEKER Pierre - DEBLOCI Charles - DEBLOCU Jean - DEBRET Jean - DECOMBLE Marcel - DECOUTURE Raymond - DEDILLET - DEDOUCHE Hamad - DEFAIX Robert - DEFAYE Pierre - DEGACHE Pierre - DEILIS Smalei - DEKINDT Pierre - DEKINDT René - DELAAGE Henri - DELAFOLIE Marcel - DELAFONTAINE Jean - DELAFOSSE - DELAFOSSE André - DELAHAYE Eugène - DELAPIERRE André - DELATOUR Gabriel - DELBOSQUE Pierre - DELGATTO Jérôme - DELIGNON Armand - DELILLE Roger - DELLOU Élie - DELLYS Ben amar - DELMAS Gaston - DELSART Lucien - DELUGEARD Roger - DEMANAS Jules - DEMETTE Paul - DENIAU James - DENIEL Jean - DENNIEL - DENOS Henry - DEPLORIN Gilbert - DERE Jean - DERIBEHE Belkers - DERRIEN Jean - DESAINS Jacques - DESCAMPS André - DESCAMPS René - DESCHAMP René - DESCLAUX Gilbert - DESFOSSE Charles - DESGREES DU LOU Alban - DESIDERI Joseph - DESLANDES Marcel - DESPAUW Georges - DESPERQUES Maurice - DESQUINES Lucien - DESTRUMELLE Marc - DESTRUMELLE Maurice - DESVEAUX Marcel - DETANTE Jacques - DETENTE Charles - DEUTSCH Maurice - DEUVORN Albert - DEVAUD Jean - DEVAUX - DEVEAU René - DEVERGNETTE Charles - DEVERLY André - DEVERQUELTES - DEVILLEU Richard - DEVROE René - DEZIBEHE El-kheir - DI MEMBRO Arthur - DI SANDRO Christian - DIDELET Albert - DIDELOT Roger - DIDIER Léon - DIDIER Paul - DIGUET Albert - DINONAIS René - DISAINS Jacques - DISERBO Michel - DJALI Djelloul - DJELOURI Djelloul - DJEMAI Abd-el-kader - DJILALI Ben - DJILALI Kader - DJILALI Saïd - DONVAL Jean - DOOM Jules - DOSSER Anatole - DOUARD Gilbert - DOUCELIN Albert - DOUDIC Yves - DOURLEN Roger - DRAILLARD Jacques - DREANNO Joseph - DREREGUI Michel - DREUNES Roger - DRIAND Roger - DRICHE Abd el-kader - DROCHON René - DROUGNARD Roger - DROUIN Raoul - DUBOIS René - DUBOS Jean - DUBOST René - DUBREUIL - DUCHASTEL Claude - DUCHE Fernand - DUCHEMIN Jacques - DUCHEMIN Paul - DUCLOS Lucien - DUCOS Robert - DUDART Henri - DUFOSSE Gilbert - DUFOUR Marcel - DUFRESNES Marcel - DUGON Robert - DUGOR Yves - DUMAS Louis - DUMAS Marcel - DUMONT Adrien - DUMONT Charles - DUMONT Michel - DUMONT Robert - DUMONT Roger - DUMOULAIN Jean - DUNAUX Robert - DUPLESSY Bernard - DUQUESNE Marcel - DURAND André - DURAND Arsène - DURANDIN Pierre - DURAND Roger - DURVILLE Robert - DUTERTRE Claude - DUTRAY Georges - DUVAL Louis - DUVAUX Robert - DUVIVIER René - DYEVRE Yves - DYVORNE Philippe - EDOUARD Eliane - EHRHART René - EHRICH Roger - EHRMANN Pierre - EL AOUFI Djilali - ELARDIN Robert - ELAT Pierre - ERMEL Alexandre - ESCALES Guillaume - ESCALES Guy - ESCOLA Georges - ESCOLANO Antoine - ESSINGER Antoine - ESSMARD Jean - ESSNER André - ETESSE - ETESSË Joseph - ETHUIN - ETOURNEAU Émile - EVANO Joseph - EVEN Georges - EXINER André - EYMARD Guy - EYMAUZY Marcel - FABBRI Jean - FABLET Jean - FABRE Maurice - FAGUE Pierre - FALEK Armand - FANEAU Georges - FANNEAU DE LA HORIE J. - FARJON Jean - FAUBAR Henri - FAUCHET Georges - FAUCILLON Lucien - FAUDEMER Jean - FAURE Jean - FAUVEL Jules - FAUVEL René - FAVARD Roland - FAVE Yves - FAYER Ange - FEIGNE René-jean - FEIKAI Bouazza - FEIRA Julien - FELIX Jean - FERCHICHE Saadi - FERRANDIS Yves - FERRARI Jean - FERRARI Oreste - FESKIN Jean - FILANDRE Bernard - FILGRAFF Lucien - FILONI François - FINOT Daniel - FLAGEUL Georges - FLEITH Ernest - FLEURY Aimé - FLOURlOU André - FODIL Abdallah - FOHANO Marcel - FOISSET Aloyse - FOLLIOT Henri - FOLLIOT Raoul - FONT Joseph - FORBIN Grégoire - FORCIOLI Roger - FOREST Henri - FORESTIER Joseph - FORLINI Antoine - FORTIN Jacques - FOSSEY Jean - FOSTIER Paul - FOUCAULT Robert - FOUDRAZ Alphonse - FOURNIE Marius - FOURRE - FOUTEL Eugène - FOX Claude - FRACHON Maurice - FRANCESCHI Jean - FRANCESCHINI Roger - FRANCHESCHINI - FRANÇOIS Jean - FRERET André - FREY Claude - FRIANT Edmond - FRICHET Henri - FRICHET Sinon - FRICK André - FRIEDRICH Georges - FRITEAU Paul - FROIDEFOND Marcel - FUCHS Yves - FURET Jules - GABILLARD Arsène - GAESEZ Maurice - GAGHET René - GAGLIONE Jean - GAHINET Maurice - GAILLARD - GAILLEPAND Lucien - GAILLET André - GAIRE André - GAISNON André - GALANT René - GALAZZO Ange - GALIFER Justin - GALLAUX André - GALLET Roger - GALLIOU Joseph - GALLO Désiré (dit) dominique - GALOPIN René - GAMAIN Marc - GAMBOTTI Paul - GAMICHON Jean - GARCIA Joseph - GARCIA Jérôme - GARCIA Lucas - GARNIER Edmond - GARRAPIT Fernand - GARREC Corentin - GARRET Georges - GARRIDO François - GASREL Émile - GASSER Jacques - GASSIAT Jacques - GASSIS Marcel - GATHERCOLE Lucien - GAURIER Jean - GAUTHIER Raymond - GAUTIER Jean - GAUTIER Paul - GAUVAIN Gérard - GAY Paul - GAÏD Djilali - GAÏD Michel - GEANDROT Bernard - GEDIN - GELIAN Roger - GELINET - GENDRE Roger - GENICOUD Pierre - GEOFFROY Michel - GEORGES Marcel - GERARD Etienne - GERAULT Jacques - GERA Yves - GERBEAU Guy - GERFROIT Guy - GERMAIN Hubert - GERMAIN René - GERMAIN Robert - GHAMALLAW Lakdar - GIBOUIN René - GICQUËL René - GIGANTEI Nuna - GILBERT Aristide - GILLES Pierre - GILLET Auguste - GILLIOT Raymond - GIRARDIN Paul - GIRARD Lucien - GIRAUDEAU René - GIRAUD Max - GIRAUD Élie - GIRAUD Émile - GIRES Jean - GIROUD André - GLASSON Paul - GLEAU Jean - GLEIZON Louis - GLEUET Claude - GLEYO Louis - GOARIN Charles - GOASDOUE Paul - GOAS Pierre - GODENAIRE Georges - GODEY Robert - GOEHNO - GOEHRS Yves - GOHIER Raymond - GOHIN Albert - GOIZET Henri - GOLDET Michel - GOLMANN Stéphane - GOMEZ Jean - GONIDEC Grégoire - GORIN Ange - GORRICHON Claude - GOSSELIN Fernand - GOSSELIN Robert - GOTHERCOLE Lucien - GOT Honoré - GOTTEVALES Alex - GOUARIN Joseph - GOUBIN Georges - GOUDIN Émile - GOUIL Corentin - GOUPILLIER Daniel - GOURAT Adolphe - GOURET Émile - GOURIBUS Roger - GOURMEL Jean - GOURMELON Charles - GOUTX Pierre - GOUVIN Gérard - GOUZIEN Jacques - GOUZIEN Yves - GRAILLOT Jean - GRANDIN Jean - GRANDJEAN Marcel - GRANGE Pierre - GRECI Jacques - GREGORIO Casimir - GREINER René - GRELET Rémy - GRENES Edmond - GRENIE Jean - GRENTE Jean - GRIEL Pierre - GRIGOURT Jacques - GRILLET Marcel - GRIMAULT Albert - GRIMONPREZ Charles - GRISCELLI Mathieu - GRISEZ Maurice - GROISIER Élie - GROS Georges - GROS Jean - GROS René - GROSSENEAU Marcel - GROSSIR Léon - GROULT DE BEAUFORT - GRUNDER Henri - GUAFFI Jacques - GUAGRI - GUARDO Jean - GUEDOURA Milhoud - GUEGAN Marcel - GUEGUEN François - GUEGUEN Jean - GUEL Albert - GUELIN Jean - GUELPA Jean - GUENDOUZI Mimoun - GUENEGAN François - GUERBI Ben yaya - GUERET Désiré - GUERGRI Naceur - GUERINI Marie - GUERIN Raymond - GUERNAHEL Jacques - GUERTAULT Jean - GUERTOU Jacques - GUES Albert - GUESNET René - GUETTO René - GUEZEL Jean - GUEZENNEC Yves - GUEZIEC Marcel - GUIERIEC Corentin - GUIGNERY Raoul - GUILBERT Ange - GUILLARD Joseph - GUILLAUMIN Jean - GUILLER François - GUILLERMET Bernard - GUILLERM Henri - GUILLIER Henri - GUILLOIS Georges - GUILLON Jacques - GUILLOT Gustave - GUILLOTREAU Pierre - GUILLOU Alphonse - GUILLOU Jacques - GUILLOU Jean - GUILLOU Marcel - GUIRAUD Roger - GUISSANI Roland - GUIVARCH Pierre - GUY Jean-claude - GUYOMARD Hyacinthe - HABASQUE Francis - HABHOUI - HACHET Victor - HADJ CHAIB Mohamed - HAGNERE Dominique - HAGNERE Jean - HAGUENAUER Alfred - HAIM Pierre - HAIODET - HAMAOUI Omar - HAMAÏDI Dahan - HAMDAOUÏ Mohamed - HAMEL Yves - HAMIANI Abderrahmane - HAMIDI Bouziane - HAMIDT Mohamed - HAMMOU Bouazza - HAMON Hippolyte - HAMON Joseph - HAMON Olivier - HAMON Pierre - HAMON Yves - HAMOUCHE Boumedine - HAMZAOUI Mohamed - HAMZA Ould-taieb - HANROT Roger - HAREL Marcel - HARISMENDY André - HASCOET René - HASCOUET Francis - HASCOUET René - HASHAOUI Omar - HASSI Miloud - HAUTBOUT Robert - HEBERT René - HECKMANN Alfred - HECQUET Albert - HEDDI Mahiddi - HEIDUSKA Robert - HEKHAR Kanifi - HELARY Pierre - HEL André - HELIAS Adrien - HEMEMANN Daniel - HENRIO Jean - HERAL Henri - HERCHA Brahimi - HEREA Brahim - HERNANDEZ. Michel - HERNEIS Pierre - HERNERT Marcel - HERVE Camille - HERVE Jean - HERVE Marcel - HERVE Robert - HERVE Roger - HERVIER François - HERVIEU François - HERVOE - HERVY André - HERVY Jean - HEUGHEBAERT Henri - HEUZEY Roger - HEYTE Raymond - HILLION - HINDEN Joseph - HIVERT René - HOCHET Victor - HODEE Louis - HODICQ Pierre - HOFF Paul - HOMON Olivier - HORELLOU Yves - HOUEE Louis - HOUGUET Louis - HOURGASTAGNOU Jacques - HUCHON Auguste - HUGOND Louis - HUGOU Louis - HUGUE - HUGUET André - HUGUET Jean - HUON Pierre - HUOT Pierre - HUQOUNENQ Henri - HUREL - HUREL Jean - HUREL Roger - HURTAUX Maurice - HUSER Jean - HUTIN Charles - HYDRIL Jean - IGLA Raymond - ILLIAQUER Louis - IMBERT Bertrand - INGOUF André - INIAL Jean - IRAREGUI Michel - JACOB Georges - JACOB Gustave - JACOB Robert - JACQUELINE André - JACQUOT Gaétan - JAFFIEF Jean - JAFFRENOU Henri - JAFFRES Jean - JANIN Pierre - JAN Marcel - JAOUEN François - JAOUEN Henri - JAOUEN Yves - JARIOD Marcel - JEAN André - JEAN Denis - JEAN Guy - JEANNE Maurice - JEANNE Roger - JEANNETEAU André - JEHAN Roger - JOLY Jean - JOLY Pierre - JORDA Marcel - JOSSELIN Joseph - JOSSE Raymond - JOTTE DE LA TOUCHE Jacques - JOUANNAUD Fabien - JOUANNO François - JOUANNO Stanislas - JOUAULT Joseph - JOUAULT Joseph - JOUBERT Hervé - JOUIN Marcel - JOUMINET Maurice - JOUNAUD - JOUNOT - JOUSSET Louis - JOUXTEL Christian - JUAN Gilbert - JUANOLE G. - JUANOLE Pierre - JUANOLI André - JULIEN Maurice - JUMEL Henri - JUMELIN Louis - JURAMY Henri - JUTON Olivier - KABLI Kaddour - KABLI Raddam - KAFIFI Mousli - KAIM Abd el-kader - KALHIAS André - KALIS Abd el-kader - KALOUETT - KAMIR Ahmed - KANDIN Marcel - KAPPE Jean - KAÏB Nahia - KELFER Jean - KELLADI Boufildja - KELLER Jean - KERCHA Brahim - KERDRAON Jean - KERDRAON Joseph - KERENPICHON Pierre - KERHERVE Arsène - KERIRAL M. - KERLEAU Jean - KERMORGANT Corentin - KERRON - KERROS Yves - KESSLER Arthur - KHATUP Maggio - KHELOUFI Ali - KHILIL Tazall - KIDDIAH - KLEINLEIN Jean - KOCH Eugène - KOENIG Jean-pierre - KOLIKOFF Pierre - KOURDH Yahia - KREMER Victor - KROCKENBERGER Jean - KROKENBERGER - KUNTZMANN Roger - L'HERMINOT Henri - L'HOMME Gustave - L'HONORE Auguste - LA FALLE Jacques - LA ROSA Pascal - LABARRE Henri - LABAT Joseph - LABATUT Jacques - LABBE Robert - LABBOSSE Marcel - LABEY Germaine - LABIAD Abd el-kader - LACHAUD Jean - LACHAUME André - LACK Antoine - LACOUTURE René - LACRA Jean - LACROIX Armand - LAFOND Charles - LAFOREST Jean - LAFORGUE Julien - LAGAILLARD Robert - LAGANT André - LAGOUTTE Albert - LAGRANGE Roger - LAGREE Francis - LAINE René - LAIRAUDAT Pierre - LAJOISE Georges - LAJOYES Georges - LAKDAR Jouanes - LALANDE René - LALGUE Hubert - LALK Antoine - LAMARE Fernand - LAMAY Michel - LAMBOURG André - LAMOTTE Georges - LAMY André - LAMY Bernard - LANDREIGNE Joseph - LANDRIN Fiobert - LANDRY Oscar - LANO Julien - LAPAILLE Jacques - LAPLACE Jean - LAPOSSE André - LARGE Marcel - LAROCHE Didier - LAROUDE Jean - LARRABI Tahar - LARRIEU Gilbert - LARRUE Fernand - LASCEVE Jean - LASRY Fernand - LASSEYE Maurice - LATRILLE Guy - LATY Elysée - LAUBIER Maurice - LAUDREN Yves - LAUNAY Jean - LAURE André - LAURENT-LANDRY Guy - LAURENT Georges - LAURENT Jacques - LAURENT Jean - LAURENT Paul-yves - LAURENT Roger - LAUTREADOU Marcel - LAUZE André - LAYGUE Georges - LAYGUE Jean - LAZRAM Lakdar - LE BARBU Guillaume - LE BASTARD Jean - LE BAUT Louis - LE BEGUEC René - LE BERRE Louis - LE BERRE Léon - LE BERRE Pierre - LE BERRICAUD Étienne - LE BEUZIT René - LE BIHAN Eugène - LE BIHAN Jean - LE BLANC Jacques - LE BORGNE Guillaume - LE BORGNE Guillaume - LE BORGNE Roger - LE BOULCH Gérard - LE BOULLENGER - LE BOURDIEC René - LE BOURHIS Jean - LE BOYER Francis - LE BOYER François - LE BRAS Jean - LE BRAS Maurice - LE BRETON Ernest - LE BRETON Édouard - LE BRIAND Pierre - LE BROUDER Albert - LE BRUN Albert - LE BRUN Jean - LE BUHY André - LE BUHY Henri - LE BUYER Émile - LE BUZIC Louis - LE BUZIT André - LE CACHEUX Louis - LE CALONNEC Ange - LE CALVE Jean - LE CALVEZ Francis - LE CALVEZ Jean - LE CALVEZ Yves - LE CAM Jean-marie - LE CARDIET Louis - LE CARDINAL Frédéric - LE CARDINAL Louis - LE CARPENTIER Louis - LE CLOAREC Jean - LE COAT - LE COGNAC DE LA LONGEAIS Armel - LE CONTE Jacques - LE CORGUILLIER - LE CORNU Marcel - LE CORRE Auguste - LE CORRE Camille - LE COU Fernand - LE COZ Clet - LE COZ Jean - LE CRESNE Pierre - LE CROQ Lucien - LE DAUPHIN Pierre - LE DENTU François - LE DENTU Paul - LE DEUNFF Albert - LE DE Victor - LE DOEUFF André - LE DREFF Jacques - LE DREVO Henri - LE DUFF François - LE DUFF Johnny - LE DU François - LE DU Vincent - LE EROUT Robert - LE FLOCH Francis - LE FLOCH Louis - LE FRANCOIS Jacques - LE GAGNEUR Henri - LE GAILLARD Robert - LE GALL Jean - LE GALL Jean - LE GAL Louis - LE GENTIL - LE GENTIL Lucien - LE GLOAN René - LE GOFF André - LE GOFF Charles - LE GOFF François - LE GOFF Gabriel - LE GOFF Louis - LE GOUIC Louis - LE GOURIC Louis - LE GOURRIEREC François - LE GUEN François - LE GUENNEC Jean - LE GUEVEL François - LE GUILLOU Pierre - LE GUILLOU Yves - LE HENEZ Joseph - LE HERISSIER Auguste - LE HUHY Henri - LE LAGADEC André - LE LAY Ernest - LE LAY Pierre - LE LOSTEC Pierre - LE MANIO Eugène - LE MAOUT Louis - LE MARCHAND Joseph - LE MAREC Maurice - LE MARE Marcel - LE MARREC André - LE MARREC Henri - LE MARTELOT Frédéric - LE MASSON Lucien - LE MASSON Marcel - LE MASSON Robert - LE MEN André - LE MENEZ Joseph - LE MENN Émile - LE METAYER - LE MINOUX - LE MOAL François - LE MOAL Raymond - LE MOINE François - LE MOINE Joseph - LE MONTAGNER Joseph - LE MORVAN - LE MORVAN Ernest - LE MOUEL Raymond - LE MOUHAER Jean - LE MOUHAU Jean - LE MOURROUX Aimé - LE NEINDRE Guy - LE NEZET Roger - LE NOIR DE LA COCHETIERE Pierre - LE NOUX Léopold - LE POITEVIN Léon - LE PONNER Robert - LE POSTEC Louis - LE PREVOT Jean - LE PRIELLEC Pierre - LE PROVOST Jacques - LE QUAY Yves - LE QUEUX Amédée - LE QUINTREC Vincent - LE QUOY Yves - LE RALE Georges - LE RESTE Alain - LE RESTE Guillaume - LE ROL Jean - LE ROO François - LE ROUX Albert - LE ROUX Jacques - LE ROUX Léopold - LE ROUX Raymond - LE ROUX Yves - LE ROUZIC Louis - LE ROY Pierre - LE ROZ - LE RUHR Yves - LE SAYEC Robert - LE STRAT Alphonse - LE TAREAU Léon - LE TASSET Marcel - LE TONDRE Albert - LE TOURNY Auguste - LE TOUZE Jean - LE TURNIER Jean - LE VINCENT René - LE VOURCH Eugène - LEAL Lucien - LEANDRI François - LECCU Fernand - LECESNE Pierre - LECHAN Sauveur - LECLECH Pierre - LECLERC Roland - LECOINTE Émile - LECOIRE - LECOMTE Jean - LECOMTE Roland - LECONTE Bernard - LECONTE Jean - LECORCHER Charles - LECORDIER Henri - LECRONT Robert - LECUYEE Émile - LEFER Émile - LEGENDRE Jean - LEGENDRE Roger - LEGRAND Jean-paul - LEGRAND Édouard - LEGREVES André - LEGRIFFON Armand - LEHAGUEZ Pascal - LEHEC Clément - LEHUHY André - LEINER Édouard - LEJAMBRE Roger - LEMAITRE Roger - LEMERCIER Joseph - LEMERCIER Roger - LEMIERE Édouard - LEMPEREUR Jean - LEMPERIERE Donatien - LENABASOUE Robert - LENNUYEUX Jean - LENOUVEAU Henri - LEPIL - LEPINE Albert - LEPOIL Charles - LEQUELLEC Charles - LEQUERRE Georges - LEQUESNE Jean-marie - LERAY Roland - LERESSE Guillaume - LEROND Georges - LEROUX Louis - LEROY Henri - LESHI André - LESOURD Émile - LESPINE Fernand - LESTAGE Jean - LESUEUR Georges - LETEMPLIER Robert - LETOT Jean - LETRENEUF André - LEVALET Paul - LEVALLOIS Louis - LEVEDER Pierre - LEVEQUE - LEVEQUE Léon - LEVESQUE Robert - LEVIER Édouard - LHEURETTE Robert - LHUILLIER Bernard - LHUILLIER Paul - LIAL Raoul - LICHAN Sauveur - LIDEC Gérard - LIEGEOIS Émile - LIESBELIN Julien - LIEUTAUD Émilien - LIGNON Marcel - LIGUORI Janvier - LIMOUZIN Germain - LION Henri - LION Émile - LLERA Jean-pierre - LLOPIS Alfred - LLUG Henri - LOARER Maurice - LOCHERT Maurice - LODE Robert - LOESEU Victor - LOHIER Pierre - LOISEAU Paul - LOISELET Jacques - LOISELEUR Roger - LOISELEUR Émile - LOISEL René - LOISEL Roger - LOMBARD Didier - LONEDEC Louis - LONG Bernard - LONGE Pierre - LOPEZ Matthias - LOREAUX Jeanne - LORENZI Paul - LORHO Mathurin - LORISSON Roger - LOUAIL Maurice - LOUARN Clet - LOUARN Georges - LOUARN Yves - LOUDEAC André - LOUIS Jean - LOUVET Joseph - LOYE - LUBIAUDO Émile - LUBRANO DI CICONE René - LUBRANO Pierre - LUCAS Pierre - LUCAS Roger - LUCCHESI François - LUCE Roger - LUHERN René - LUICOUSIN Germain - LUSSEAUX Roger - LUSTEAU Charles - LUX Gaston - MACCIO Hubert - MACE Marcel - MACE Pierre - MACHUT Fernand - MADEC Marcel - MADEC René - MADICOM Michel - MADY Robert - MAELCH Lakdar - MAFFRE Georges - MAHAUD Louis - MAHE Louis - MAHEVO Marc - MAHIEU Roger - MAILLARD Daniel - MAILLE - MALAISE Georges - MALASSAGNE Jean - MALBEAUX René - MALBOT Pierre - MALENFANT André - MALHERBE Georges - MALHERBE Henri - MALHEU André - MALLE Jean - MALLE Louis - MALLIE Bernard - MALLIE Pierre - MANANIA Pierre - MANCHON Raymond - MANCINI Dominique - MANDRICHI Antoine - MANESSIEZ Claude - MANET Daniel - MANIVEL Robert - MANNET Gabriel - MANSAIS Pierre - MANSOURI Abd el-kader - MANTEAU Paul - MANUEL André - MANUGUERRA Albert - MARCEAU Roger - MARCHAND Fernand - MARCHAND Robert - MARCHAND Serge - MARCHESI - MARCHETTI Guy - MARCHETTI Thomas - MARC Jean - MAREC - MARECHAL Gabriel - MARECHAL Gilbert - MAREINI Dominique - MARENZON Albert - MARGALLET Lucien - MARGALLI Lucien - MARGELLI Joseph - MARGUARIT Jean - MARIANI Pierre - MARIANNE Pierre - MARIA Pierre - MARIE Constant - MARIE Eugène - MARIE Louis - MARION Roger - MARIOTTI Christophe - MARJOU Pierre - MAROLLEAU André - MAROUF Rabbah - MARREC Maurice - MARTEAU Paul - MARTIN Alexandre - MARTIN André - MARTINET André - MARTINEZ François - MARTIN Henri - MARTINI Paul - MARTIN Jean - MARTIN Maurice - MARTIN Serge - MARVANNE Pierre - MARZIOU Jean - MAS Antoine - MASSERON Paul - MASSON Jean - MATHIEU Jean - MATHIEU Roger - MATTEI Jean - MATTEI Lucien - MAUET Daniel - MAUGUEN - MAUPIN - MAURER Hermann - MAURY André - MAVEL André - MAX Christophe - MAYMIL Edmond - MAYOU Saïd - MAZARI Louis - MAZEAS Henri - MAZE Jean - MAZERY Georges - MAZIZ Mohamed - MAZOTTI Jean - MAZOUZ Mohamed - MAÏSTO Cyrus - MEAN Léonce - MECHERFI Abd el-kader - MEDJADI Belhaoud - MEFTAH Boualem - MEHIQUENE Kadda - MEHNOUNE Kaddour - MEHU Jean - MEJADI Djillali - MELIARD Louis - MEL Jean - MENAGE Paul - MENAGER Émile - MENANTAUD Jacques - MENARD Serge - MENARD Émile - MENDEC François - MENESSON Roger - MENETRIER Claude - MENGUY Camille - MENGUY Jean-françois - MENGUY Jean-jacques - MERBOUCH Ben saïd - MERCIECCA François - MERELLE Jean - MERGEM Pierre - MERHNI Mustapha - MERIA Antoine - MERIC Jean - MERIEN Raymond - MERLE Jean-paul - MERLOT Camille - MERVEILLEUX DU VIGNAUX Paul - MERZ Eugène - MERÏSSONE Roger - MESKINE Ben choural - MESLEINE Ben bouali - MESMAEGUE Maurice - MESSAGER Maurice - MESSANT Jean - MESSIHI Nacer - METE - METZELER Henri - METZELER Jacques - MEUDEC François - MEYER Gilbert - MICHAUD Yves - MICHAUT Guy - MICHEL Jacques - MICHEL Louis - MICHEL Maurice - MICHEL René - MICHON Henri - MIGNANO Jacques - MIHOUB Ben habib - MILET Marcel - MILHAU Marcel - MILIN Jean - MILLAS Georges - MILLE Georges - MILLIER Charles - MILLIER Victor - MINET - MINGAM Louis - MINIC - MINIER Édouard - MINVIELLE Pierre - MIOCH Robert - MIOSSEC Roger - MIRASSOU - MIREMONT Gilbert - MISSOUN Haouda - MISTRE Daniel - MOBIAN Laurent - MOGUEROU André - MOHAMED Ben amar - MOHAMED Ben saïd - MOINARDEAU Gustave - MOISDEN Jean - MOITAUX Yves - MOLINES Julien - MOLINES Louis - MOLINES Lucien - MOLLE Michel - MONCORGÉ (dit) JEAN GABIN Jean - MONFOURNI Bernard - MONIER Charles - MONIN Roger - MONJOUR Jean - MONNEY Gilbert - MONNIERE Jean-louis - MONTAGUE Éloi - MONTAUBRIE Lucien - MONTESINOS René - MONTFORT Julien - MONTI Victor - MONTJARRET André - MONTREUIL Gustave - MORAGUES André - MORAND Jacques - MORDACQ René - MOREAU Gustave - MOREAU Jean - MOREAU Maurice - MOREAU Pierre - MOREL André - MORELLI Ange - MOREL René - MOREL Roger - MORETTI Gaston - MORIAU Maurice - MORIAUX René - MORICE Pierre - MORI François - MORIN Charles - MORIO Michel - MORIZUR Basile - MORTEMARD DE BOISSE Jacques - MORVAN Jean - MORVAN Joseph - MORVAN Émile - MOSCATO Emmanuel - MOSSO Marcel - MOTHE Paul - MOTTEZ Serge - MOUALID Lakdar - MOUCHEL Itené - MOULIN Louis - MOUNIER Auguste - MOUNIER Maurice - MOUNIER Pierre - MOUREAU Robert - MOUREN René - MOURRHAY Charles - MOURTON Joseph - MOUSCARDES Albert - MOUTON Alfred - MOUZARD - MOZER Ernest - MULLER André - MULLER Charles - MULLER Chrétien - MULLER Jacques - MULLER Marcel - MUNCH Camille - MUNK Robert - MURAS Jean - MURAT Prince - MURATTI Joseph - MURIER Jacques - MUSCATELLI Antoine - MUSSO Joseph - MUSSO Marius - MUSTIERES Alexis - MUTIN Armand - MUZIN Roger - N'GOMA Albert - NABI Habib - NADAL Fernand - NADO Armand - NAHAN Jean - NALBOT Pierre - NAPOLI Vincent - NARCES Anatole - NARCES François - NARCES Jean - NASSE Roger - NAUDE Raymond - NAUD François - NAULIER Maurice - NAULLEAU Robert - NAVARRO François - NEDELIER Alexis - NEDELLEC Alexis - NEHROUF Blalea - NENERT Georges - NEREE Émile - NERZIC Henri - NEVEU Alphonse - NGUYEN Xuan trang - NICOLAS Albert - NICOLAS Alexandre - NICOLAS Célestin - NICOLAS François - NICOLAS Jean - NICOLAS Louis - NICOLAS René - NICOT Raymond - NIGOLOPOULOS André - NILINE Eugène - NIVET Albert - NIVOLET Louis - NOE Rédempteur - NOGARO Charles - NOIROT Jacques - NOLLET René - NORDECQ René - NORDEZ Jean - NOËL Robert - NUTTALE Fred - OBE André - ODDOS Bernard - ODDOS Fernand - OISCINE Raymond - OLHMANN Georges - OLIEU Philippe - OLIVIER Jean - OLIVIER Michel - OLLIVIER Louis - OLLIVIER Marcel - OLLIVRIN Aristide - OLONDE Jules - OMOND André - OMS Charles - ORDASSIER Francis - ORLANDINI Raymond - ORSATELLI Lucien - ORSINI Lucien - ORSINI Pierre - ORSONI Jean - ORTEGA Jean - ORTHIS Joseph - ORY Marcel - ORY Pierre - OUAZZANI Mohamed - OUDEM Léon - OUDIN Léon - OUIS Mohamed - PADELLEC Pierre - PAGES Xavier - PAHLIAC René - PAILLET Lucien - PAIN Jean - PAINO Yves - PAISANT Jean - PAJOT Fernand - PALOMBA Auguste - PALUD Édouard - PANIAGUA Jean - PANIZZA Raymond - PANZA Ange - PAOLI Basile - PAOLI Louis - PAOLINI - PAPAIL Michel - PAPPALARDO Daniel - PARIS Gaston - PASCAL André - PASCALIDIS Claude - PASCUALE Ignace - PASQUIER André - PASQUIER Marcel - PASQUIOU Gilbert - PASSAQUET - PASSAQUET Henri - PASSET Louis - PAUL - PAULET Pierre - PAUL Henri - PAULIAC Jean - PAULY - PAULY Henri - PAYN Jean - PECHAT Louis - PECH Louis - PECHON Pierre - PECOURT Michel - PECOURT Roger - PEDRET Henri - PEDRINI René - PEIFFERT Henri - PELAUD Yves - PELEGRINI Albert - PELLARD René - PELLERIN Pierre - PELLERIN Victor - PELLISSIER Jean - PELLUCHON Géo - PENA Jean - PENET Georges - PENISSON Marcel - PEN Jean-marie - PENNANCACH Guy - PENNHAHEN Jean - PENNOBER Sébastien - PENTECOTE Guy - PEQUEUX Marcel - PEQUIGNOT Émile - PERBOS Raymond - PERES Marcel - PERIGARD Henri - PERNOT Georges - PERON Émmanuel - PEROT - PEROTIN Marcel - PEROUSSET Marius - PERRAUT - PERRET René - PERREUX Georges - PERRICHET - PERROT Pierre - PERZO Maurice - PESCHEUX - PESNEL Jean - PESTELLE Joseph - PETERS Edmond - PETIAUX Jacques - PETIT Jacques - PETRICOUL Henri - PEVES René - PEYRON Louis - PEYVEL Pierre - PEZET Robert - PFEFFER Alfred - PFEIFFERT Jacques - PHIGHINI François - PHILIP Jean - PHILIPPE Yves - PHILIPPIDIS Robert - PHILIPPON Jean - PIANT André - PICARD René - PICARD Yves - PICHAVANT Guillaume - PICHON Jacques - PIERRE Edmond - PIERRET Jacques - PIETRI Antoine - PIGUEL Jean - PILARD André - PINA Jean-philippe - PINCON Yves - PINEAU Raymond - PINEAU Robert - PINGEON Jean - PIQUET Joseph - PIQUET Pierre - PIQUOT Bernard - PIRIOU Jacques - PIRIOU Paul - PISIBON François - PITIOT Robert - PIVAIN René - PIZZICHINI Marius - PLAGE - PLANCQUE Jean - PLANT André - PLAPOUS Charles - PLASSART Yves - PLEVEN Maurice - PLEVER Émile - PLEYVEL Pierre - PLIOT Paul - PLOURIN Émile - POGGI Thiburce - POHILLAT Henri - POIRIER Bernard - POIRIER Francis - POIRIER Gilbert - POIRIER Léon - POIRIER Maurice - POIROT René - POIX Jean - POLARD Théophile - POLLET Maurice - POMMERET Roger - POMMIER Auguste - POMPA Jean - PONS Antoine - PONS Pierre - PONS Roger - PORCHET Roger - PORET Ernst - PORON Marcel - PORTALUPI Delphin - PORTHE Pierre - POSSOT James - POSTEL Lucien - POTTIER Roger - POUCHAIN Marcel - POUGNANT Louis - POULAIN Marc - POULAT Alain - POULIN Albert - POULIN Gilbert - POULIN Robert - POUMEAU Roland - PRAT Georges - PRESSIAS André - PRETOT Maurice - PREVOST Raymond - PREYNAT Fleury - PRIGENT Joseph - PRIMAULT Robert - PRINGAULT Raymond - PRISSE Henri - PRIVAT François - PRONO Julien - PROSPER André - PROVOST Louis - PUEMB - PUJOL Gilbert - PURGEON Jean - PUTHOD Georges - PÖULLAIN René - QUINIOU - RAMONET - RICHARD - ROCH - SELLIN - SLOMSKI - SPARFEL - STOLZ Charles - TRINGAT - VASSAL Michel - VERNIER - ÀLLAND Jean

Année 1945 : ALLO Jean - BLANCHE Guy - CALVEZ Alexandre - DUFOUR Gérard - FOLGOAS Pierre - FOLGOAS Pierre - GAY Paul - GRENIER Charles - HAUTEVILLE - LACOMBE Raymond - LAURENT Jean - LAVAL NOIROT - LEROY Maurice - MOELO André - MONERAU Pierre - OLLIVIER - PASCALIDIS Claude - RAULT - ROBIN Louis - SOLLEILLAN Henri


274 unités ayant été intégrées dans ce groupement

(190035)    (400X)    (425240)    (425240)    (425496)    (425536)    (427527)    (440598)    (90479)    (L1013002)    AIGLE    AIGRETTE 2    ALBATROS    ALOUETTE 2    AMURE    AMURE    ANGORA    ARAMIS    ARBALETTE    ARC EN CIEL    ARQUEBUSE    ASPIRANT DE SAZILLY    ATCHOUM    ATHOS    AU BON MARCHÉ    AUDACIEUX    AVENTURIER    BALISTE    BALLON D'ALSACE    BANYULS    BASTAQUE    BASTAQUE    BÉARN    BEAUPRÉ    BEAUPRÉ    BERGERONNETTE    BISON    BLANCHE NEIGE    BOMBARDE    BOUCANNIER    BOUCANNIER    BOUCANNIER II    BOUDEUSE    BOULINE    BOULINE 2    BOURGOGNE    BOURRASQUE    BRIGANTINE    BRIGANTINE    BRION    CARABINE    CASQUE    CASTOR    CHAMOIS    CHAMPAGNE    CHAT BOTTÉ    CHEVREUIL    CHOUETTE    CLAIN FOC    CONGRE    CORMORAN    CORSAIRE    CORSAIRE    CORSAIRE    CORVETTE    CORVETTE 2    COULEUVRINE    COXYDE    COXYDE    CRABE    CREUSOT    CYCLONE    CYCLONE II    D'ARTAGNAN    DÉDAIGNEUSE    DIXMUDE    DOMINIQUE    DORMEUR    DUNETTE    DUNKERQUE    ÉCLAIR    ÉLAN    ENTREPRENANT    ÉPERVIER    ESCOFFIER    ÉTAMBOT    FARFADET    FAROUCHE 2    FAUVETTE    FEU FOLLET    FLAMME    FLEURET    FLIBUSTIER    FLIBUSTIER    FLIBUSTIER    FLIBUSTIER II    FORBAN    FORBAN    FORBAN II    FOUDRE    GABIER    GABIER    GARGANTUA    GAZELLE    GHISLAINE    GIRELLE    GLOIRE    GOËLE    GRINCHEUX    HUNIER    ÎLE DE BATZ    IMPÉTUEUSE    INCOMPRISE    INTRÉPRIDE    JAGUAR    JEAN BART    JOYEUSE 2    JOYEUX    JURANCON    KORRIGAN    L'AILÉE    L'ARMUR    L'ENGAGEANTE    L'ÉTOILE    L'ÉTOURDI    L'ÉVEILLÉ    L'HÉRAULT    L'IMPÉTUEUSE    L'INDOMPTABLE    L'INDOMPTABLE    L'INSPIRÉ    LA BALEINIERE    LA BATAILLEUSE    LA BELLE POULE    LA BISQUINE    LA BOUGONNE    LA CONQUÉRANTE    LA CORVETTE    LA CURIEUSE    LA DILIGENTE    LA FANFARONNE    LA FRÉGATE    LA FRIPONNE    LA GALANTE    LA GALERE    LA GOÉLETTE    LA GRACIEUSE    LA LIONNE    LA LIONNE II    LA LURONNE    LA MIGNONNE    LA MOQUEUSE    LA RIEUSE    LA SURPRISE    LA VIGILANTE    LA YOLE    LAFFAUX    LANCE    LANSQUENET    LE BERTHON    LE BOSSOIR    LE CANARD    LE CÔTRE    LE FANTASQUE    LE FANTASQUE II    LE GALLIPETAN    LE HÉRON    LE KREISQUER    LE MALIN    LE MALIN    LE MALIN II    LE POUSSIF    LE PUISSANT    LE TERRIBLE    LE TERRIBLE II    LE TONNANT    LE TRIOMPHANT    LE VENGEUR    LE YACHT    LE YOUYOU    LÉOPARD    LION    LION II    LORRAINE    LV VASSAL    LYNX    MALMAISON    MAMELUCK    MARIE LOUISE    MARSOUIN    MARSOUIN II    MÉDUSE    MEKTOUB    MILAN    MINET    MISTRAL    MISTRAL II    MONTCALM    MORSE    MOUSQUET    MURENE    NID DE PIE    NID DE PIE    NIEUPORT    OCELOT    OCULI    ONDINE    ONDINE    ORAGE    OURAGAN    PANTAGRUEL    PANTHERE    PATARA    PATARA    PHOQUE    PHOQUE II    PIGOULIERE    PIGOULIERE    PIGOULIERE    PINASSE    PINASSE    PINGOUIN    PIRATE    PIRATE 2    POLLUX    PORTHOS    POURQUOI PAS    PROFF    PUMA    RAILLEUSE    RAM DAM    RAMINA GROBIS    REQUIN    RICHELIEU    RICHELIEU II    SAINT-BERNARD    SAINT-ÉLOI    SAINTONGE    SANS SOUCIS    SAUTERNES    SECOND MAÎTRE KREMER    SIMOUN    SIMPLET    SIROCO    SIX PIEDS 1    SIX PIEDS 2    SOUFFLEUR    SOUFFLEUR II    SOUTE    STRASBOURG    SUFFREN    TAPAGEUSE    TARTANE    TARTANE 2    TÉMÉRAIRE 2    TEMPÊTE    TERRE NEUVA    TIMIDE    TONNERRE    TONTON    TORNADE    TOURANE    TOURTERELLE 2    TOURVILLE    TRAMONTANE    TRINQUETTE    TRINQUETTE    TROMBE    TROMBLON    TYPHON    VAUTOUR    VULCAIN    YPRES    YSER

Articles


RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM (2120)



• Commandant : capitaine de corvette Raymond MAGGIAR
• Adjoint : capitaine de corvette André MARTINET
• Chef du Service Transmissions : enseigne de vaisseau de 1ère classe COUDER

LA BALEINIERE
GHISLAINE
PIGOULIERE
LA FRÉGATE
L'ÉVEILLÉ
(L1013002)
SANS SOUCIS
ONDINE
LA BISQUINE
LE CÔTRE

Escadron d'état-major



Peloton d'état-major


Lieutenant de vaisseau BRISSET
Lieutenant de vaisseau CARSIN

SAINTONGE
BOURGOGNE
BALLON D'ALSACE
LE YOUYOU
LE YACHT
LE BERTHON
LA YOLE
(400X)
TONTON
TERRE NEUVA
LA GALERE
LA CORVETTE
L'INSPIRÉ
L'ÉTOURDI

Peloton Atelier


Ingénieur de 1ère classe LE FLEMM

LE KREISQUER
SAINT-ÉLOI
OCULI
L'ARMUR
AU BON MARCHÉ
CREUSOT
LE GALLIPETAN
SIX PIEDS 1
SIX PIEDS 2
LE PUISSANT
LE POUSSIF

Peloton de Commandement


Enseigne de vaisseau BREVARD

Aumoniers


Père SYBILLE
Père HOUCHET
Père DUGON

Train régimentaire


Officier des équipages HILLION

L'HÉRAULT
CARABINE
CASQUE
(440598)
RAM DAM

Escadron Hors-Rang


lieutenant de vaisseau OLLIEU (ou) DE OLIEU
lieutenant de vaisseau MOUNIET

Peloton de Commmandement



Peloton unité



DOMINIQUE
TOURANE
ESCOFFIER
(90479)
LA GOÉLETTE
SAINT-BERNARD

Peloton d'approvisionnement


FRIANT

BÉARN
FLEURET
ARBALETTE
PANTAGRUEL
GARGANTUA
BALISTE
MOUSQUET
ARQUEBUSE
COULEUVRINE
TROMBLON
BOMBARDE
LANCE
D'ARTAGNAN
ATHOS
PORTHOS
ARAMIS
JOYEUX
TIMIDE
GRINCHEUX
SIMPLET
BLANCHE NEIGE
PROFF
ATCHOUM
DORMEUR



1er Escadron


Lieutenant de vaisseau PAULY
Lieutenant de vaisseau DYVORNE

Peloton de commandement



(427527)
(425496)
CLAIN FOC
ÉTAMBOT
DUNETTE
LE BOSSOIR
BRION
ÎLE DE BATZ

Peloton hors-rang


Premier maître ROGER

Peloton de pionniers


Offier des équipages RENOULT
Puis enseigne de vaisseau BEBIN
Puis second maître KERDRAON

YSER
MALMAISON
LAFFAUX
NIEUPORT
DIXMUDE
YPRES

Peloton de mortiers


Aspirant GOURMEL

MEKTOUB
SECOND MAÎTRE KREMER
FARFADET
FEU FOLLET
KORRIGAN

Peloton d'automitrailleuses


Enseigne de vaisseau CHAVANNE

BOULINE - Enseigne de vaisseau CHAVANNE
BRIGANTINE - Aspirant DE SAZILLY
TRINQUETTE - Premier maître CHOSEROT
AMURE
COXYDE
GABIER
PATARA
BASTAQUE
BEAUPRÉ
HUNIER
NID DE PIE
(425240)
FLIBUSTIER
CORSAIRE
PIRATE
FORBAN
FORBAN II
BOUCANNIER
BOUCANNIER II
PIGOULIERE
TARTANE
CORVETTE
PINASSE

1er peloton de combat


Enseigne de vaisseau Philippe DE GAULLE

AMURE
COXYDE
GABIER
PATARA
BASTAQUE
NID DE PIE
LV VASSAL
FLAMME - CAMPORIO Chef de char, LE PONNEN Chef de char, Jean LEGENDRE Tireur, MARTINEZ Chargeur, André BELDA Conducteur, Jean SENOVILLE Radio
FOUDRE - GOUIL
TONNERRE - VERNIER, Corentin GOUILL
ÉCLAIR - SELLIN, Corentin GOUILL Chef de char

2e peloton de combat


Enseigne de vaisseau DYVORNE

BOULINE 2
BRIGANTINE
TRINQUETTE
BEAUPRÉ
ASPIRANT DE SAZILLY
TOURVILLE - LEPIL Chef de char
SUFFREN - LEPIL

3e peloton de combat


Enseigne de vaisseau CHAVANE

PINASSE
PIGOULIERE
TARTANE 2
CORVETTE 2
(425240)
FLIBUSTIER
CORSAIRE
PIRATE 2
FORBAN
BOUCANNIER

2ème escadron


Lieutenant de vaisseau GUILLON
Lieutenant de vaisseau GELINET

LE CANARD - HERVE
TOURTERELLE 2
JOYEUSE 2
ARC EN CIEL
CHOUETTE
LE HÉRON
GOËLE
PINGOUIN
CORMORAN

Peloton Hors-Rang



Peloton porté


Premier-maître LE MENN
Puis enseigne de vaisseau BEBIN
Puis de nouveau LE MENN

1er peloton de combat


Enseigne de vaisseau HINDEN

PANTHERE
LION - COLLOCH Chef de char, MAHÉ Tireur, BACHER Chargeur, ALLO Conducteur, RENAUD Radio
LION II - COLLOCH Chef de char, MAHÉ Tireur, BACHER Chargeur, ALLO Conducteur, RENAUD Radio
LYNX - ETESSE Chef de char, ARRIEUX Tireur, NIVOLET Chargeur, TRUCHOT Conducteur, NÉDÉLEC Radio
LÉOPARD - DANTEC Chef de char, CABRIÉ Tireur, Joseph PRIGENT Chargeur, Charles DE VERGNETTE Conducteur, GUILLAUMIN Radio
JAGUAR - TRINGUAT Chef de char, MANIVELLE Tireur, BERRENGUER Chargeur, Rogers FORCIOLI Conducteur, NICOLAS Radio
OCELOT
MINET
CHAT BOTTÉ
RAMINA GROBIS
ANGORA
PUMA

2ème peloton de combat


Enseigne de vaisseau BERNARD

REQUIN
MORSE - DEVAUX, HUGUET (ou) UGUET Chef de char, Job QUEZEDE Tireur, REVERDI Chargeur, MARTEAU Conducteur, LAUDREN Radio
PHOQUE - BELFILS (ou) BELFIS Chef de char, François CLAD Tireur, BUTTIGIEG Chargeur, NARCÈS Conducteur, BÉNÉDIC (ou) BENEDICT Radio
PHOQUE II
MÉDUSE
GIRELLE
MURENE
ONDINE
CONGRE
MARSOUIN - SLOMSKY Chef de char, NICOLAS Tireur, PROVOST Chargeur, LAMY Conducteur, BOSCHE Radio
MARSOUIN II
SOUFFLEUR - LE GOFF Chef de char, GONIDEC Tireur, LE MERCIER Chargeur, SOTTER Conducteur, PRISSÉ Radio
SOUFFLEUR II - LE GOFF Chef de char, Jean MONCORGÉ (dit) JEAN GABIN Chef de char, GONIDEC Tireur, Raymond THIÉBAULT Conducteur, Roger LEGENDRE Aide conducteur, Jacques CHEVALIER Chargeur

3ème peloton de combat


Enseigne de vaisseau BARNAUD

AIGLE
VAUTOUR - ROCH
VAUTOUR - COMBEAU, Jean ROBIN Tireur, RIEUTORD Conducteur, FEIGNE Radio
MILAN - CASTOR
ÉPERVIER - SPARFEL Chef de char, Jean COZIEN, Jean SÉVÈRE, LEMOUËL, JOUANO
ALOUETTE 2
BERGERONNETTE
FAUVETTE
AIGRETTE 2

3ème escadron


Lieutenant de vaisseau BONNET

(425536)
CRABE
GLOIRE
CHAMPAGNE
INCOMPRISE
LA SURPRISE
MONTCALM - Marcel LE GAL
SOUTE

Peloton Hors-Rang



1er peloton de combat


Lieutenant de vaisseau JOSSE
Puis enseigne de vaisseau PASCALIDIS

LE MALIN - DELAFOSSE Chef de char
LE MALIN II - DELAFOSSE Chef de char
LE FANTASQUE - DENNIEL Chef de char, GUENEGAN Tireur, MONTJARRET Chargeur, FLEITH Conducteur, LE BOULCH Radio
LE FANTASQUE II - DENNIEL Chef de char
LE TERRIBLE - François LE GOURRIÉREC Tireur, ALLAIN Aide-tireur, LE BOULCH Conducteur, Rolland MAUPIN Conducteur, MOUSCARDÈS Radio
LE TERRIBLE II - Serge VEZ
AUDACIEUX - METE Chef de char
LE TRIOMPHANT - CONAN Chef de char
GAZELLE - JOSSE Chef de voiture
ÉLAN - Philippe DE GAULLE Chef de voiture
BISON
CHEVREUIL
CHAMOIS
SAUTERNES - SIRI Chef de voiture

2ème peloton de combat


Enseigne de vaisseau Lacoin _HOMME__

LE VENGEUR - LE GENTIL
FLIBUSTIER - CALVEZ Chef de char
FLIBUSTIER II
CORSAIRE - CHANARD
MAMELUCK
LANSQUENET
FAROUCHE 2
TÉMÉRAIRE 2
INTRÉPRIDE
AVENTURIER
ENTREPRENANT
JURANCON

3ème peloton de combat


Lieutenant de vaisseau VILAREM
Puis enseigne de vaisseau D'HAUTEVILLE

LORRAINE - MERHNI
RICHELIEU - FRANCHESCHINI
RICHELIEU II - FRANCHESCHINI, CAJA, JAOUEN
DUNKERQUE - JAOUEN Chef de char
JEAN BART - PASSAQUET
STRASBOURG - LE ROUX (ou) LEROUX
RAILLEUSE
BOUDEUSE
DÉDAIGNEUSE
IMPÉTUEUSE
TAPAGEUSE
BANYULS

4ème escadron


Lieutenant de vaisseau RICHARD

L'INDOMPTABLE
VULCAIN
MARIE LOUISE
(190035)
LE MALIN
L'INDOMPTABLE
POURQUOI PAS
CASTOR
POLLUX

Peloton Hors-Rang



1er peloton de combat


Enseigne de vaisseau ALLONGUE

LE TONNANT - BEDIOT
ORAGE
BOURRASQUE - DOUARD
TEMPÊTE
OURAGAN - BOUTEILLE
LA DILIGENTE
LA CONQUÉRANTE
LA VIGILANTE
L'ENGAGEANTE
LA GALANTE
LA BELLE POULE

2ème peloton de combat


Enseigne de vaisseau COULONDRES

LA LIONNE
LA LIONNE II
TYPHON
TORNADE - GELINET
TRAMONTANE - MAREC
TROMBE
LA BOUGONNE
LA MIGNONNE
LA FRIPONNE
LA LURONNE
LA FANFARONNE
L'ÉTOILE

3ème peloton de combat


Enseigne de vaisseau DURVILLE

L'IMPÉTUEUSE - HUREL
CYCLONE - LE MORVAN
CYCLONE II - LE MORVAN
SIROCO - KROKENBERGER
SIMOUN - QUINIOU Chef de char, EHRICH Chef de char
MISTRAL - LYONS Chef de char
MISTRAL II - LYONS
LA MOQUEUSE
LA RIEUSE
LA GRACIEUSE
LA CURIEUSE
LA BATAILLEUSE
L'AILÉE



« Des oeufs » (extrait "Libération de Paris") (467)

par Serge VEZ le 16 septembre 2007

Nous retrouvons le 3ème escadron du RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM regroupé dans le même périmètre, faisant les pleins, réparant, « se retapant », dans l'attente de l'étape suivante. Il est question de Paris qui n'est pas dans les plans américains dans le moment. Les généraux Charles DE GAULLE et LECLERC interviennent énergiquement pour libérer la ville. Le 22 Août au soir, ils obtiennent gain de cause, l'ordre de départ immédiat est adressé à toutes les unités.

La joie est générale. La perspective de délivrer Paris est enthousiasmante pour tous, même pour ceux qui n'y sont jamais allés. Jacques rie à l'idée de la surprise qu'il fera à sa mère, son oncle, sa tante, ses deux cousines, ses amis dont la serveuse Lucie.

Tout le monde sait maintenant que Paris est en insurrection, mais il s'avère indispensable que l'armée intervienne au plus vite pour soutenir le mouvement.

Sur les routes, panneaux indicateurs et bornes donnent des indications décroissantes : SEES - MORTAGNE - LA LOUPE - MAINTENON - CHARTRES - RAMBOUILLET - LONGJUMEAU - ANTONY - SCEAUX.

Une colonne doit pénétrer la capitale par le pont de Sèvres, une autre par la porte d'Orléans ; Jacques et son LE TERRIBLE sont dans cette dernière.

Tout ce chemin s'est fait dans le délire de la population, avec des accrochages fréquents avec l'ennemi, des succès locaux, des pertes, mais le 24 au soir la tour Eiffel est en vue.

Le 25 au matin, la porte d'Orléans est franchie, dans un enthousiasme indescriptible. Au cours d'un bref arrêt, Jacques demande à un badaud si le téléphone fonctionne ; ça marche paraît-il, et le charge de prévenir que « Jacques est là ».

LE FANTASQUE - LE TERRIBLE - AUDACIEUX - LE MALIN et leur protection rapprochée arrivent à l'église de Montrouge, descendent l'avenue du Maine, contournent la gare Montparnasse, puis s'arrêtent dans la rue de Rennes. Tous les véhicules sont envahis. Seul dans sa petite jeep, le grand lieutenant Philippe DE GAULLE est un peu délaissé, jusqu'au moment de son identification ; il doit alors se réfugier dans un couloir pour ne pas être déshabillé.

Jacques entre au Gaz de France, appelle INV.46.08. pour avoir sa maman. C'est Mr BONNEFOY, cafetier d'en face, qui lui répond que sa mère a été prévenue de son arrivée, elle s'est absentée un moment. Il indique que le LE TERRIBLE est en face de Damoy, rue de Rennes. Dans l'heure, maman Germaine arrive, juchée sur le cadre du vélo d'un jeune garçon parfaitement inconnu. Les retrouvailles sont touchantes, l'équipage est présenté. Elle a eu des nouvelles indirectes de Nicole, toujours dans ses études à Charleville. Grand-père et grand-mère FOREST iraient bien aussi, sans précisions.

Régalade de conserves US pour tous les badauds, arrosées de vins fins Damoy fournis par des FFI.

Le PC Opérations du général LECLERC a été installé dans la gare, ce qui vaut aux équipages RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM d'assister à l'arrivée du général allemand VON CHOLTITZ pour reddition.

Le 26, le général Charles DE GAULLE descend les Champs-Elysées, à pied, dans la liesse populaire. Jacques permissionnaire le soir, dîne en famille, chez maman Germaine, avec la tante Madeleine, l'oncle Maurice, les cousines Jacqueline & Jeannine. Les allemands s'invitent au dessert, en bombardant le quartier de la Chapelle, venant du Bourget.

Le lendemain, est consacré à l'attaque et à la libération de cet aéroport. Dans cette affaire, le LE TERRIBLE s'illustre en tirant 24 obus, détruisant un véhicule blindé, contenant une contre-attaque ennemie.

Le 3ème escadron du RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM s'installe à Dugny-le-Bourget pour une dizaine de jours. Il se noue beaucoup de relations, on en reparlera.



Récit des combats pour la libération de GRUSSENHEIM du 27 au 28 janvier 1945 (5189)

par François CLAD le 22 juillet 2007

Après l'intermède de la Lorraine, la revient en Alsace. Mon escadron, le 2ème du RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM, s'installe à Bernardswiller le 20 janvier 1945. Nous apprenons que nous allons être engagés pour la liquidation de la poche de Colmar. Nous profitons de cet arrêt pour fourbir nos armes et camoufler en blanc hommes, chars et autres véhicules. C'est la couleur du temps !

Le 24 janvier le 2ème peloton dont je fais partie fait mouvement sur Sélestat. Nous sommes affectés au sous-groupement PUTZ. Le 27 janvier vers 06H30 nous roulons vers Guémar. Premier arrêt au carrefour devant ce village où une file de scout-cars nous croise. Ce sont les fusiliers-marins du 2ème escadron du 1er RFM de la 1ère DFL. Nous repartons et traversons Guémar. Les souvenirs m'assaillent. Toute cette région du Ried m'est familière. En été 1937, avec mon père, nous y avions fait des parties de pêche mémorables. D'autant plus que c'étaient les dernières avant mon départ pour la Marine et l'ÉTABLISSEMENT DES PUPILLES DE LA MARINE. J'avais alors un peu plus de 14 ans.

Nous continuons vers Nlhaeusern où le sous-groupement franchit l'Ill et se dirige vers le carrefour 177 Nord. Il se déploie pour progresser en direction de la rivière Blind et du village de Grussenheim. L'attaque est menée par un bataillon de la Légion Etrangère. Dans mon secteur elle est appuyée par la 2ème section de chars Sherman de la 2ème compagnie du 501ème RCC formée par l'ULM, l'AVERSTAEDT et le BAUTZEN et par le TD PHOQUE qui les soutient.

Le décor est en noir et blanc, sinistre à souhait. Noires sont les carcasses brûlées des chars Hornisse, TD, Sherman et autres véhicules qui parsèment les alentours du carrefour 177 Nord. Noirs aussi sont les bois, bosquets et haies dépouillés qui nous entourent et s'échelonnent devant nous vers l'horizon incertain et menaçant. Blanc, l'épais manteau de neige qui recouvre toute chose.

Nous avançons lentement, la Légion est déployée devant nous à moins de 100 mètres. Les hommes progressent péniblement, par groupes et demi-groupes, le long des haies ou à découvert. Dans ma lunette de visée je suis près d'eux à les toucher. Lourdes silhouettes kaki foncé; aucun camouflage. J'en ai le coeur serré. Puis le décor s'anime et se sonorise. L'artillerie ennemie donne de la voix et ses feux se feront de plus en plus meurtriers. Cela durera jusqu'au soir. Les mortiers s'y mêlent aussi, bientôt épaulés par les courtes rafales rageuses des mitrailleuses MG42-43. Toutes les variations de la symphonie guerrière nous arrivent par la tourelle. Des sifflements, des explosions, des geysers, des petits cratères de neige sale. Devant nous, autour de nous, des hommes tombent et meurent. D'autres courent pour un abri, une protection.

À travers ma lunette de tir je fouille le paysage à la recherche du moindre indice ennemi. De l'autre côté du canon me parviennent les jurons du Vieux. C'est le QM1 chauffeur BELFILS (ou) BELFIS, notre chef de char. Il a 34 ans, solide comme un roc, un vrai loup de mer. L'équipage et les anciens du régiment le surnomment ainsi, affectueusement. Pour le moment, la cagoule blanche lui couvrant le buste, il est penché en dehors, les yeux vissés aux jumelles, il ne cesse de scruter le terrain. Justement, un officier de la Légion l'interpelle :

« Qu'est-ce que vous attendez pour tirer ? »

Il répond :

« Nous ne demandons pas mieux, donnez nous un objectif. »

L'officier s'en va en haussant les épaules.

Doucement la neige s'est mise à tomber. Je continue ma veille. Un groupe de combat progresse le long d'une haie ... le bruit d'une courte rafale, des hommes s'écroulent, les autres s'éparpillent ou se couchent. J'en vois trois qui courent, s'arrêtent indécis, puis s'agglutinent près d'une haie. Une très courte rafale, ils s'affalent les uns sur les autres, comme au ralenti, formant un tas pitoyable. Un mortier s'est mis de la partie et achève le carnage. La neige tombe maintenant drue, à gros flocons. Peu à peu les corps disparaissent sous le même linceul. La visibilité diminue encore. Malgré tout l'acharnement que nous y mettons, nous ne repérons aucune mitrailleuse. En face, l'ennemi possède l'art du camouflage et sait se battre.

le temps s'éclaircit. Je repère une lueur de départ près d'un ponceau que je gratifie d'un explosif. Malgré ses pertes, la Légion avance et s'infiltre dans les bois bordant la Blind. En fin d'après-midi, nous recevons l'ordre de suivre les chars Sherman qui viennent de nous quitter. Ils déboîtent vers la droite et rejoignent la route qui mène du carrefour 177 Sud au pont de la Blind à l'ouest de Grussenheim. Ils traversent le bois qui te précède en tirant de toutes leurs mitrailleuses. Lorsque nous débouchons, les chars du 501ème sont déjà postés à environ 25 mètres à droite du pont sauté, en amont de la rivière, adossés au bois.

Le Vieux dirige le PHOQUE à gauche, en aval du pont et nous stoppons à quelques pas d'un gué. Les berges sont en pentes douces. L'eau est claire, peu profonde. On distingue les graviers du fond. Le franchissement paraît aisé. Les 4 chars sont donc établis sur la rive ouest, face au village de Grussenheim, à environ 800-1000 mètres, vers lequel serpente la route bordée d'arbres. Il me semble que ce sont des pommiers.

Peu à peu les bruits de la bataille s'apaisent et meurent avec le crépuscule. Tout le monde veille. L'infanterie n'est pas encore arrivée. Soudain, de la berge Est nous parvient le bruit d'un moteur qui démarre, puis le ferraillement des chenilles d'un char qui s'éloigne sur notre gauche vers Elsenheim. Un blindé ennemi qui nous attendait, embusqué à moins de 100 mètres derrière la corne du bois, de l'autre côté de la Blind. Nous nous organisons pour la nuit qui, nous le savons, sera longue et glaciale. Chacun a son arme individuelle à portée de main. La 12.7 et le canon, parés à faire feu. Nous sommes prêts quoi qu'il advienne et une contre-attaque est toujours possible. Puis la Légion arrive et prend position. Des éclats de voix, les coups sourds de pioches qui tentent, en vain, de creuser des trous individuels ou des emplacements d'armes collectifs. Mais la terre est bien gelée sous l'épaisse couche de neige.

La nuit est noire, le froid commence à mordre, tout le secteur est calme. Vers 20H00, des bruits de moteurs se manifestent derrière nous. C'est le Génie qui arrive pour la mise en place d'un élément de pontage sur le pont démoli. L'animation revient. Interjections, appels, coups de masse, la neige qui crisse sous les pas, des silhouettes qui s'agitent dans la lumière intermittente des torches électriques. La veille devient malaisée. En face, les Allemands sont sûrement alertés. Le QM1 chauffeur NARCÈS, conducteur du char, lance les 2 moteurs diesel, 200 CV chacun, pour les réchauffer. Avec le froid qui s'installe, il faudra renouveler souvent cette opération bruyante. Vers 21H30, réveil du côté de l'ennemi. Des bruits inquiétants de moteurs et de chars qui manoeuvrent nous parviennent. Le Génie s'affaire autour du pont.

Soudain, vers 22H00, c'est le déchaînement de l'artillerie ennemie. Nous sommes en plein dans la tempête. C'est un déferlement d'explosions, d'éclairs, de sifflements. Un rugissement assourdissant dont le souffle s'engouffre par la tourelle ouverte. De l'intérieur m'arrive le bruit mat des éclats qui frappent et qui ricochent sur le blindage. Nous sommes littéralement matraqués, sonnés. Puis il y a une brève accalmie. Un des Sherman sur notre droite brûle. Tout près, les cris, les appels, les plaintes des blessés. Instinctivement, je me suis éjecté de la tourelle. Deux ombres tombent à côté de moi. C'est le Vieux et le matelot fusilier René LOISEL, le chargeur. Le chef de char m'interroge :

« Qu'est-ce qui se passe ? »

Je lui réponds :

« Mais qu'est-ce qu'on fout là, on ne va pas se laisser faire ? »

Je viens de réaliser que nous sommes là, les pieds dans la neige ! Les autres aussi ont repris leurs esprits. D'un bond, chacun se retrouve à son poste. NARCÈS, le conducteur et le QMl mécanicien RAMONET qui fait office de radio et d'aide conducteur sont assis à l'avant à nos pieds. Ils ne se sont aperçus de rien. Je balance ma tourelle le long de la lisière de Grussenheim. Elle s'illumine et clignote de feux divers : départs de chars ou anti-chars, départs de canons légers, sans doute anti-aériens de 20 ou 30 mm, un affût double aussi, dont les obus traçants accourent vers nous en une double trajectoire, curieusement courbe ou sinueuse, suivant le pointage. Beaucoup de mitrailleuses, certaines très proches qui égrènent leurs traçantes. Plusieurs chars se manifestent. Lorsque l'un ou l'autre tire dans notre axe, c'est la flamme de départ dans la lunette et instantanément le fracas de l'explosion autour de nous. L'artillerie ennemie continue à nous expédier salves après salves.

Nous décidons, le Vieux et moi, de nous faire un peu d'air et de nettoyer les abords immédiats. Je tire à obus explosifs, au jugé. Sur la rive opposée, dans le bois sur notre gauche, puis dans la corne du bois devant nous, puis dans les pommiers qui bordent la route. Sur notre droite, les chars de la 2ème Section du 2/501ème RCC crachent le feu. J'ai l'impression que nous formons avec eux comme un îlot d'acier, un hérisson qui lance ses dards et se démène furieusement.

Maintenant, je me concentre sur les objectifs en bordure du village. Pas question de se servir des graduations de la hausse dans la lunette car les éclairs sont trop fugaces. L'oeil rivé à ma lunette, je manoeuvre les volants de pointage et me rapproche le plus possible d'un départ. Puis j'attends le prochain et rectifie en une fraction de seconde. Lorsque la flamme de départ me paraît bien centrée, je tire un perforant ou deux. Nous gardons sagement les obus explosifs pour la défense rapprochée.

Ainsi je vais d'un char à l'autre pour revenir sur les objectifs près du pont. Le plus facile, c'est les canons anti-aériens. Il me suffit de remonter jusqu'à la source des traçants. Nous sommes en pleine action. La culasse claque, le canon tonne, la douille éjectée tinte sur le parquet du char, l'odeur excitante de la poudre me chatouille les narines. Je crie :

« Perforant ou explosif ? »

J'entends le bruit du chargement puis, aussitôt, la voix de René LOISEL, le chargeur qui répond :

« Paré ! »

René LOISEL a vingt ans, il vient de se marier. RAMONET l'est également, il en a vingt cinq. Tous les deux volontaires, ils viennent d'embarquer sur le PHOQUE en remplacement des matelots BUTTIGIEG et BÉNÉDIC (ou) BENEDICT, versés sur d'autres TD en manque d'effectifs. C'est leur premier combat !

Vers minuit les feux de l'artillerie et les tirs des chars ennemis deviennent sporadiques, puis cessent. Dans le silence revenu, seules persistent les rafales de mitrailleuses, non devant nous, mais sur l'arrière de nos ailes. Au bout d'un moment nous avons nettement l'impression que l'infanterie allemande s'est infiltrée par la. Autour du pont pas un bruit, pas une voix. Le Sherman sur notre droite ne brûle plus depuis un moment. Nous appelons la Légion. Pas de réponse. Manifestement, il n'y a plus personne. Peut-être sont-ils derrière nous dans le bois ?

Quelques déchirures dans le ciel nous apportent un peu de clarté lunaire. Il doit être 01H00 du matin. NARCÈS et RAMONET nous préparent des breuvages chauds : café, cacao. La flamme bleue du réchaud vacille sur le parquet. Le Vieux et moi veillons dans la tourelle. Les autres essayent de dormir. Mais le réchauffage des moteurs n'est pas précisément une berceuse. II fait très, très froid. Nous nous enveloppons pieds et jambes dans les couvertures. Aucun n'arrive réellement à dormir.

02H00 du matin. Par moment la lune apparaît et la neige scintille. Je distingue la masse sombre du village. Le long de la route les pommiers ont pris un sacré coup ! Par endroit, les branchages jonchent les fossés ou la route, formant des taches noires. Sur ma droite, à environ 50 mètres, le groupe des chars Sherman. Pas le moindre coup de feu, c'est le grand silence.

Nous avons tiré nos 27 obus explosifs. Il nous reste une dizaine de perforants. Mes pensées vagabondent, des images m'assaillent, pêle-mêle. Où est le TD MORSE notre équipier ? Où est notre chef de groupe, l'aspirant Edmond MAYMIL. Nous l'appelons Lieutenant, nous l'aimons et l'admirons car il a toujours été avec nous dans tous les coups durs. Le sentiment de faire bloc avec l'équipage et avec ce vieux PHOQUE qui nous a mené bravement depuis les plages de Normandie jusqu'à ma terre d'Alsace qui bientôt sera totalement libérée.

L'émotion m'étreint. Dans quelques jours, je retrouverai mes parents. Là-bas, sur ma droite, à 15 km dans le Sud se situe Colmar où réside ma famille. Je ne l'ai plus revue depuis Noël 1939, lors de ma dernière permission. Et pourtant un jour j'ai choisi de renoncer à elle, de renoncer à mes racines.

Mon esprit revient en arrière. Juin 1940. Je suis embarqué à bord du torpilleur MAMELUK qui vient d'escorter le bâtiment de ligne JEAN BART de Saint-Nazaire à Casablanca. Juste avant l'armistice.

Quelque temps après, le Pacha (CF CHARASSE) convoque les alsaciens et mosellans de l'équipage. L'officier en second (LV DOUGUET) nous informe qu'une note de la commission d'armistice franco-allemande nous met dans l'alternative suivante :
• Soit résilier notre lien et obligation de rejoindre nos foyers dans la zone annexée par le 3ème Reich,
• Ou bien rester dans nos unités après avoir signé une attestation par laquelle nous déclarons renoncer pour toujours à revenir chez nous. J'ai signé. J'avais à peine 17 ans.

La Blind miroite sous la lune. Une joie profonde m'envahit. Peu importe, vivant ou mort, j'aurai retrouvé la terre de mes aiëux.

Ces réminiscences m'aident à rester éveillé, à étaler le coup. Le Vieux, accoudé sur la tourelle est silencieux, songeur. Nous sommes de quart comme autrefois sur la passerelle de nos bateaux. Soudain, il me semble que quelque chose bouge dans le fossé, à la lisière du bois. Le Vieux me passe ses grosses jumelles et saisit son pistolet-mitrailleur. Des masses blanches rampent derrière les branchages abattus. Je vide un chargeur de carabine en ajustant mes coups.

Une demi-heure plus tard, une nouvelle alerte.

Cette fois, c'est sur la route à 80 mètres devant nous. Je tire un autre chargeur. Pas de réaction, sans doute une patrouille ennemie. Il est 4H00-5H00 du matin. La lune s'est voilée. Pour la enième fois nous buvons du café. Nous discutons de la position du char et de sa vulnérabilité lorsque l'aube viendra. Nous décidons de nous asseoir dans le lit de la Blind au prochain réchauffement des moteurs.

Le jour se lève. Nous sommes à défilement de tourelle dans le gué. L'eau ruisselle à travers les chenilles et les galets de roulement du char. Nous pouvons battre toute la lisière ouest du village. À mon avis, une excellente position pour protéger la base de départ et le débouché d'une attaque ultérieure sur Grussenheim. L'infanterie de la Légion Etrangère est revenue. Une nouvelle unité du Génie s'active à la réfection du pont. Le Lieutenant est là. Le Vieux a sauté de l'arrière du char sur la berge et rejoint l'aspirant Edmond MAYMIL. Il lui rend compte des péripéties de notre engagement et de l'état de nos munitions. Dans le bois, derrière nous, des moteurs grondent, des chars manoeuvrent. Des légionnaires à la lisière du bois, dont un officier qui se détache et vient vers nous. Il nous hèle d'une voix forte et impérative :

« Oh! les marins, sortez de là ! »

et puis, d'une voix plus douce, comme pour s'excuser, il continue :

« Si vous ne sortez pas de là, mes gars ne voudront plus marcher. Avancez sur la route ! »

Le Vieux de la berge vient de sauter sur l'arrière du char. Il a entendu.

Sur mon observation que nous allons nous faire allumés, il me répond qu'il faut y aller. Le PHOQUE grimpe la berge Est, rejoint la route et se range le long du fosse gauche. Il est le premier char de ce côté-ci de la rivière à ??H00 du matin de ce dimanche 28 janvier. Derrière nous le pont à environ 25-30 pas. Le sort en est jeté !

Le Vieux fait stopper les moteurs. Je m'inquiète auprès de lui au sujet de nos munitions. Il me dit que le lieutenant va nous en ramener. Nous sommes aux premières loges. Le village est là, devant nous, à portée de main, tout ouaté de blanc. Une belle carte de Noël ou de Nouvel An. Ma lunette fouille et refouille toute la lisière. Rien, pas âme qui vive. Quelle belle cible nous devons offrir. Soudain, les cloches sonnent. L'appel des fidèles, la messe. Je n'en crois pas mes oreilles ! Cela me paraît tellement incroyable après ce qui s'est passé hier et cette nuit que je doute de mon entendement. Mais BELFILS (ou) BELFIS et René LOISEL, eux aussi, paraissent stupéfaits.

Entre 10H00 et 11H00, des bruits de moteurs et de chenilles nous parviennent de Grussenheim. Des chars qui se déplacent, traversent le village ou qui manoeuvrent pour changer de position. Derrière nous, sur la rive Ouest, un char Sherman tire quelques coups de canon. Ce sont des fumigènes qui tombent sur la lisière Sud-ouest du village.

Nous apprenons que les munitions, sont arrivées. Le Vieux saute de la tourelle, franchit le pont et va réceptionner quelques projectiles qu'if vient déposer sur l'arrière du char. Il poursuit son va-et-vient. Je suis en train de sonder le village juste dans l'axe de l'église.

Une flamme, une détonation, le perforant ronfle au-dessus de la tourelle. Je repère une longue volée qui recule derrière une maison. Je tire deux perforants à travers elle. Lentement, je balance la tourelle vers la droite. Une grosse lueur éblouit mon oeil dans la lunette de visée. C'est pour nous. Le PHOQUE sursaute d'avant en arrière sous le choc de l'impact. Je me cramponne à mes volants de pointage et perds conscience. Je me sens bien.

Des images défilent, des scènes de ma prime jeunesse, mes parents, ma famille ... puis plus rien ... comme un film qui casse. J'ouvre les yeux. Je suis vivant et toujours debout à mon poste. Il fait très chaud. Une épaisse fumée acre, étouffante m'enveloppe. J'appelle NARCÈS qui devrait être assis sur son siège au niveau du parquet. Je tâte du pied, mais il n'est plus là. Il m'apprendra plus tard qu'ayant essayé, en vain, d'ouvrir le panneau d'évacuation sous son siège, il avait alors tenté sa chance du côté de RAMONET, où existait le même dispositif. Celui-ci était mort. Dans la fumée, il avait alors empoigné son corps pour le dégager, mais c'était une masse informe, gluant de sang.

Je me retourne vers l'intérieur de la tourelle. Une grosse boule incandescente ricoche d'un bord à l'autre, accompagnée par de plus petites. Curieusement, aucune ne m'atteint. J'appelle René LOISEL et tend mon bras vers sa place, mais rien. Des munitions d'armes individuelles fusent, explosent ainsi que celles de la 12.7. Les moteurs brûlent. J'étouffe. Je saisis le rebord de la tourelle et d'un bond tombe dans le fossé où j'essaie de reprendre mes esprits.

Sifflements de balles, explosions dans le bois. Ce n'est pas le moment de se relever. Je rampe vers la Blind. Il semble que je sois le seul rescapé. Ce n'est pas possible ! A mi-chemin, quelque chose me pousse à faire demi-tour et à revenir vers le PHOQUE qui fume et pétarade. Arrivé sur son arrière, je vois une grosse masse en feu qui surgit de la tourelle et tombe dans le fossé, se roule dans la neige. C'est NARCÈS ! Je l'appelle :

« C'est toi François ? ... je ne vois plus rien ... aide-moi ! »

Me dit-il. Il est sérieusement brûlé : les cheveux, le visage qui est une plaie rouge vif, les paupières sont collées et ne forment plus qu'un trait sanglant. Les mains et les avant-bras sont aussi touchés.

Côte à côte, nous rampons vers la rivière. Nous descendons la berge près du pont. Il y a une couche de glace translucide que je brise avec mes pieds. L'eau nous arrive au-dessus des genoux. Nous traversons courbés, remontons la berge Ouest et, toujours rampant dans le fossé, progressons vers l'intérieur du bois. II y a plein d'engins chenilles et à roues, mais on ne voit personne. Tout le monde est à l'abri car les obus continuent de tomber. Puis, arrive un half-track frappé d'une grande croix rouge qui s'arrête à notre hauteur.

En sort l'aspirant Edmond MAYMIL, tout pâle, qui vient vers nous en disant :

« Mes pauvres vieux. »

Il nous aide à embarquer dans le véhicule et nous roulons vers le carrefour 177 Sud. Il nous apprend qu'il a déjà évacué BELFILS (ou) BELFIS, blessé au ventre et aux mains, alors qu'il était en train d'empiler des projectiles de 76,2 sur l'arrière du char. Je lui rends compte de ce qui s'est passé, qu'un obus perforant de 88 mm a percé le char, sans doute au niveau du barbotin droit, traversant le corps de RAMONET, fauchant René LOISEL et pénétrant dans le moteur arrière gauche en y mettant le feu.

Nous nous arrêtons près d'une tente dressée à l'extrémité d'une très longue haie au pied de laquelle s'aligne, comme à la parade, une impressionnante rangée de cadavres enveloppés de couvertures kaki. Combien sont-ils ? Quarante, cinquante peut-être.

Piqûre de morphine. Je remarque que j'ai des trous et des brûlures sur mon pantalon. L'infirmier ou le médecin qui m'ausculte m'apprend que j'ai trois éclats dans la cuisse droite. D'autres blessés sont là. Le matelot canonnier MOUZARD, un vieux copain alsacien de Herbitzheim, fait irruption dans la tente. Nous échangeons quelques mots. Il me donne un paquet de Camel et file car il doit participer à l'attaque avec le 2ème peloton. Je me retrouve dans une ambulance qui démarre. En face de moi un grand gaillard du 501ème RCC, un officier il me semble. Il est très pâle, les yeux fermés. En dessous de lui, un sergent du RMT, une cuisse avec un énorme pansement rougi de sang. Il tient une photo dans sa main. En dessous de moi, il y a un autre blessé que je ne peux voir.

Arrêt brutal de l'ambulance tout près d'une maison. Violent tir d'artillerie ennemie. Le pont d'Illhaeusern est juste devant nous. L'ambulancière bondit, ouvre une porte, crie et gesticule. Des soldats en surgissent qui empoignent nos brancards et nous déposent dans une grande cave pleine à craquer de légionnaires qui boivent et qui chantent. Il y a des jerricans de vin et aussi de schnaps. Notre arrivée et le fracas des explosions semblent peu à peu tempérer l'ambiance. Au bout d'une demie heure cela se calme et nous repartons.

J'ai dû dormir pendant des heures dans une inconscience totale, J'ouvre les yeux. Un grand couloir, des cloisons en bois, des brancards devant moi, derrière moi. Un éclairage minable, des ampoules nues. Il fait nuit. De temps à autre des soldats nous déplacent un peu plus loin. Par période, une porte s'ouvre vers l'extérieur. L'air froid pénètre, il neige. D'autres blessés viennent prendre place près de nous. Il est 01H00 du matin lorsque l'on m'allonge sur une grande table. Un jeune médecin petit, noiraud et en pleine forme s'occupe de moi. Il me fait une piqûre dans le bras et me parle d'Alger où il est né. Il parle, parle ... et je m'endors.

A mon réveil, il fait jour. Une grande pièce, d'autres blessés autour de moi. À ma droite, une tête bandée, deux joues rouges, des petits yeux bleus qui sourient. Je lui parle. A ma surprise, c'est une femme d'Illhaeusern. Nous continuons en dialecte. Elle m'apprend qu'il y a beaucoup d'autres civils qui ont été tués ou blessés. Par la fenêtre qui me fait face je vois une succession de baraquements. Nous nous trouvons dans le camp d'internement de Schirmeck.

Dans l'après-midi, une ambulance me conduit à Saint-Dié où je passerai 24 heures dans une école avec des parachutistes du 1er RCP, tous blessés à Jebsheim. Enfin, un train sanitaire nous transporte à Vichy, à l'hôtel Radio, transformé en hôpital, sur les bords de l'Allier. BELFILS (ou) BELFIS et NARCÈS ont été évacués ensemble vers un hôpital américain à Rennes. Je ne les reverrai qu'après mon retour d'Allemagne.

Le 30 mars 1945 au soir, c'est le Vendredi Saint, j'arrive à Colmar en stop depuis Nancy. J'ai une permission de convalescence de 20 jours. L'artillerie lourde allemande effectue des tirs de harcèlement sur la ville. Ce n'est que le lendemain que je retrouve mes parents et la famille après plus de cinq ans d'absence et dans de biens tristes conditions.

L'Alsace abandonnée, annexée par l'ennemi, avait dû payer un lourd tribut de sang, de larmes et de dévastations. À l'issue de ma convalescence, je rejoins le bataillon de renfort à Saint-Germain et rencontre peu après à l'École Militaire le LV GUILLON, commandant le 2ème Escadron.

« François CLAD, que faites-vous là ? »

Me dit-il. Je lui explique ma situation. Il poursuit :

« J'ai besoin de chefs de chars, le PHOQUE II vous attend, vous en prendrez le commandement. »

En petit convoi, nous étions le soir même à Strasbourg. Le lendemain soir nous avons rejoint des éléments du 2ème Escadron près de Berchtesgaden. En Allemagne, c'est le grand hallali puis l'effondrement du Grand Reich millénaire allemand et l'Armistice signée le 8 mai 1945.

Jamais je n'oublierai.



La Marine nationale au féminin de 1943 à nos jours aux Éditions Alan SUTTON (2264)

par Lucile CLÉMENS-MORISSET le 25 novembre 2006

L'Appel du 18 Juin

18 juin 1940... L'appel du général Charles DE GAULLE.

Il est entendu par des hommes refusant le joug germanique, mais aussi par des femmes ne désirant pas se cantonner au seul rôle d'épouse et de mère de famille que la société veut bien leur assigner. Certaines vont prendre leur destin en main, et l'associer à celui de la France.

(...)

La branche marine comprend tout d'abord 115 femmes : les premières “marinettes”. Appelées SERVICES FÉMININS DE LA FLOTTE (ou) SFF, le 9 septembre 1943, on les nommera finalement “Services Féminins de la Flotte”, plus connues sous le diminutif de SFF Leur statut est fixé le 13 janvier 1944.

Le rôle des SFF est avant tout de remplacer le personnel militaire masculin, qui, ainsi dégagé des postes sédentaires peut intégrer les unités combattantes qui luttent contre les forces de l'Axe.

(...)

Certaines d'entre elles ont expérimenté la vie sur le terrain, ayant eu la possibilité de partir en opérations. On évoque souvent la très célèbre 2ème Division Blindée, ou division Leclerc qui arriva la première à Berchtesgaden après avoir effectué toute la campagne de France, mais peu connaissent l'existence en son sein d'un groupe de marins et encore moins des marinettes qui les accompagnaient.

Voici un résumé des circonstances qui les amenèrent à être enrôlées auprès d'un des plus grands maréchaux de France :

Le 15 août 1943 le chef d'état-major général de la guerre demande à la Marine la création d'un régiment de chasseurs de chars. La proposition étant acceptée, le Régiment Blindé de Fusiliers Marins, ou RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM, est créé et placé sous le commandement du capitaine de corvette Raymond MAGGIAR. Ce régiment comprend environ 900 hommes. Le 8 avril 1944, le comité de défense nationale décide d'affecter le RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM en soutien à la 2ÈME DIVISION BLINDÉE (ou) 2ÈME DB du général Leclerc. Quittant l'Afrique du nord, les hommes s'embarquent pour l'Angleterre où ils commencent leur entraînement de chasseurs de chars dès le début de mars 1944.

Le 7 mai 1944 une équipe d'ambulancières SFF est constituée au poste de secours régimentaire du RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM : RBFM LES AMBULANCIÈRES. Elles seront chargées de donner les premiers secours aux blessés et d'assurer l'évacuation de ceux-ci vers le bataillon médical situé plus à l'arrière de la ligne de front. J'ai eu la chance de retrouver (l'une d'entre elles), qui a accepté de me livrer son témoignage.

(...)

Les jeunes femmes attendent de retrouver le Régiment Blindé des Fusiliers Marins. Le 16 mai, enviées par les autres filles, elles ont la joie de recevoir de beaux insignes de fusiliers marins. Dès le lendemain elles déjeunent à Assi Ben Okba avec le RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM.

Le 20 mai, les ambulancières embarquent sur un navire anglais, Cape Town Castle, qui fait partie d'un convoi de quinze bateaux, afin de se rendre dans un premier temps à Liverpool. Avec elles, se trouve une autre équipe d'ambulancières, les Rochambelles.

(...)

Le 22 juin les marinettes entrent brutalement dans la vie du camp. On leur impose des exercices militaires qui débutent à 7h30, apprenant à marcher en ordre serré, à faire des demi-tours où elles se retrouvent souvent face à face ! On ménage tout de même le petit groupe pour qui les exercices ne sont pas trop ardus ! Elles ont regretté plus tard de ne pas avoir appris des choses plus pratiques : savoir reconnaître, par exemple, une grenade dégoupillée.

Les ambulancières attendent avec impatience le débarquement, mais redoutent par ailleurs de découvrir leur pays en partie détruit. Elles ignorent ce qu'elles vont trouver et se posent souvent la question.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 se fait entendre le vrombissement des moteurs : il y a un énorme passage d'avions au-dessus de leurs têtes. Elles se doutent alors que le moment approche. Mais elles doivent encore attendre.

Ce n'est que le 2 août 1944, par beau temps, qu'elles arrivent sur le sol de France. Elles s'échouent sur la plage de Grand Camp, autrement appelée Utah Beach. L'un des marins saisit son clairon et joue la Marseillaise. Le moment est émouvant.

La division Leclerc gagne le sud-ouest du Mans sur le flanc gauche de l'armée allemande. Le RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM est réparti dans les trois groupes tactiques qui la composent.

Les SFF remplissent leur périlleuse mission. Vêtues de tenues de l'armée de terre américaine, au volant de leurs ambulances, elles évitent de songer aux tirs de l'ennemi et aux mines qui jalonnent les routes.

La population les accueille chaleureusement.

Dans la nuit du 8 au 9 août à minuit, le groupement Dio est victime de bombardements et de mitraillages de la part de l'aviation allemande.

(...)

(Le groupe des marinettes) en sort indemne, alors que l'on compte par ailleurs 21 blessés et 3 morts. Peut-être mue par une intuition toute féminine, (l'officier SFF) avait sommé ses ambulancières de rester sous les pommiers où elles s'étaient d'abord garées, refusant l'emplacement qu'on leur avait attribué par la suite. Les pommiers furent épargnés alors que l'endroit refusé fut fortement touché.

Le rôle des ambulancières est de récupérer les nombreux blessés et de les amener vers un centre de “triage et traitement”. Par la suite les hommes sont envoyés vers un hôpital américain.

(...)

On peut quelquefois leur demander de porter des messages à l'état major. C'est ainsi qu'un jour elles prennent une carte et choisissent le chemin le plus court, peu informées des mouvements des véhicules ennemis ! Soudain, elles aperçoivent une Jeep des fusiliers marins qui arrive rapidement derrière elles. Intriguées, elles s'arrêtent et apprennent qu'il y a un Tigre, un de ces redoutables chars allemands, à deux virages de là !

(...)

Le 25 août elles ont la joie de participer à la libération de Paris.

(...)

Les Parisiens les reçoivent formidablement bien. On les invite à manger et certains sortent même du foie gras et du bon vin, mets de choix qui ont pu échapper à l'ennemi !

(...)

Traversant la Moselle les ambulancières se rendent à Flins, au bord de la Meurthe. Leur médecin, M. MORETTI se voit contraint d'amputer un blessé sans anesthésie, à même le sol, pas même recouvert de macadam, mais de simples cailloux. Le patient est terriblement choqué, son bras est très abîmé. Elles le récupèrent dans leur ambulance afin de l'amener au “triage et traitement”, mais il commence à s'évanouir. Le seul remontant dont elles disposent est de l'alcool de mirabelle ! L'une des ambulancières a retrouvé cet homme beaucoup plus tard, après la guerre, en parfaite santé. Il l'avait reconnue !

(...)

Le 01 novembre marque la prise de Baccarat.

(...)

GOERING s'était fait faire un service en verres de Baccarat que les Français récupèrent et remettent à un officier. Voilà une prise revenue dans le giron de la France !

Le 12 novembre les ambulancières participent à un déjeuner avec le RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM durant lequel on octroie de nouveau au régiment la fourragère rouge, celle de la légion d'honneur. Leclerc, qui au départ avait une prévention contre les marins, les considérant comme des Vichystes, leur avait interdit de l'arborer. Mais il était revenu sur ses positions, constatant que les fusiliers avaient abattu de nombreux chars, et reconnaissant leur bravoure. Dès lors, il autorise de nouveau le RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM, dont les marinettes font partie, à porter cette fourragère, que les fusiliers marins avaient gagné durant la première guerre mondiale, lors des combats sur l'Yser.

La campagne d'Alsace avec la prise de Strasbourg s'avère difficile mais le RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM s'y distingue par son ardeur au combat.

(...)

La résistance ennemie est terrible et les bombardements sévères : le 3ème escadron est bombardé à la cadence moyenne de 300 coups par jour à Gerstheim.

(Une ambulancière) passe Noël dans une cave, à Rhinau, en bordure du Rhin. Les marins y ont descendu une cuisinière pour faire cuire des aliments et se réchauffer. Le lendemain pourtant le lait est gelé ! Ils fêtent Noël du mieux qu'ils le peuvent, mais les Allemands ne sont pas loin et patrouillent.

(...)

Le 25 avril 1945 le RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM au complet est acheminé vers l'Allemagne. Le 2ème escadron prend part le 4 et le 5 mai à la prise de Berchtesgaden, tandis que le reste du régiment va cantonner dans l'ouest de l'Ammerzee.

(Une ambulancière) est logée chez un couple Bavarois. Le mari fait prisonnier par les Russes, a eu les yeux crevés. Ils lui avaient fait subir cette torture avant de le renvoyer vers les siens, afin de montrer aux Allemands quel sort les attendait s'ils tombaient entre leurs mains.

(...)

Le RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM a été cité deux fois à l'ordre de l'armée. Son 4ème escadron a été cité à l'ordre de l'armée pour son action à Dompaire, le 3ème escadron a été cité à l'ordre de la division pour son action à Royan.

Les hommes qui ont côtoyé les ambulancières ont d'abord été surpris de leur arrivée, puis conquis par leur bravoure, leur témérité et leur dévouement. Il y a eu d'ailleurs de nombreux articles de journaux à l'époque pour en témoigner. Mais j'ai préféré recueillir les éloges qui leur ont été faits de la bouche même d'un ancien fusilier du RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM.

Il était second maître durant la campagne de France, chef de protection du peloton, c'est à dire aux côtés d'un blindé durant son avance, celui-ci étant “aveugle” et “sourd”: « Nous avons fait connaissance avec les marinettes en Angleterre. Nous avions été un peu surpris en apprenant que des femmes allaient se joindre à nous. Comme la plupart des hommes nous pensions que la guerre n'était pas une affaire de femmes, même si elles ne venaient pas pour se battre. Très vite nous avons été conquis par leur extrême gentillesse et leur grand courage. Nous avions beaucoup de respect pour elles, et jamais nous n'aurions touché à une marinette. Elles étaient nos « petites sœurs », c'est ainsi qu'on les surnommait. Elles nous apportaient un grand soutien moral, d'autant plus qu'elles n'avaient jamais peur, ou en tout cas, elles n'en montraient rien. Certaines étaient très croyantes et je me souviens que deux d'entre elles, au milieu d'un champ, vers Sées, ont prié Sainte Geneviève avec ferveur afin qu'elle protège Paris. »

C'était sans doute peu avant le 25 août !

(...)

En 1945 une poignée de femmes persévère dans ce métier alors que la plupart mettent fin à leur carrière militaire : d'une part la Marine démobilise, d'autre part, il est peu courant en ces années-là qu'une femme mariée conserve son emploi. Il n'en reste plus que 700 début 1946, 125 en 1947. Pourtant la guerre d'Indochine se profile à l'horizon. La Marine nationale s'y engage.

Une équipe de vingt et une ambulancières embarque sur l'Eridan, en direction de ce qui est encore une colonie française. Leur contrat se prolonge afin de servir en Asie. Tout en affrontant un climat difficile les SFF s'occupent non seulement des blessés et des malades, mais aussi des foyers où les hommes peuvent se détendre et boire un coup. De même, elles s'occupent de la correspondance et des expéditions de colis des marins, assurant même le transport du courrier jusque dans les stations fluviales les plus isolées. Elles ont en charge l'enterrement, sur place, des défunts ne pouvant être rapatriés.

La dernière marinette quitta le sol d'Indochine en 1956. Là encore leur présence maternelle et leurs attentions ont permis d'apporter soulagement et réconfort aux marins.

V418.0 - !!! ATTENTION - SITE INTERNET EN CONSTRUCTION - CONTENU SOUS RESERVE !!! Page N°3 - Variable N°421