Association ALAMER   http://alamer.fr   http://alamer.fr
Mémoire des Équipages des marines de guerre, pêche, commerce & plaisance de 1939 à 1945
./
« Saint Gautier »
Le calendrier de l'association

Accueil
   Unités




2489 embarquements


Date inconnue : ALLAINALLOALLONGUEARRIEUXBACHERBARNAUDBEBINBEBINBEDIOTBELDA AndréBELFILS (ou) BELFISBERNARDBERRENGUERBONNETBOSCHEBOUTEILLEBREVARDBRISSETBUTTIGIEGBÉNÉDIC (ou) BENEDICTCABRIÉCAJACALVEZCAMPORIOCARSINCASTORCHANARDCHAVANECHAVANNECHEVALIER JacquesCHOSEROTCOLLOCHCOMBEAUCONANCOUDERCOULONDRESCOZIEN JeanD'HAUTEVILLEDANTECDE SAZILLYDE VERGNETTE CharlesDELAFOSSEDENNIELDENNIELDEVAUXDOUARDDUGONDURVILLEDYVORNEDYVORNEEHRICHETESSEFEIGNEFLEITHFORCIOLI RogersFRANCHESCHINIFRIANTGELINETGELINETGONIDECGONIDECGOUILGOURMELGUENEGANGUILLAUMINGUILLONHERVEHILLIONHINDENHOUCHETHUGUET (ou) UGUETHURELJAOUENJOSSEJOSSEJOUANOKERDRAONKROKENBERGERLAMYLAUDRENLE BOULCHLE BOULCHLE FLEMMLE GENTILLE GOFFLE GOURRIÉREC FrançoisLE MENNLE MERCIERLE MORVANLE PONNENLE ROUX (ou) LEROUXLEGENDRE JeanLEGENDRE RogerLEMOUËLLEPILLYONSLYONSMAGGIAR RaymondMAHÉMANIVELLEMARECMAROLLEAU AndréMARTEAUMARTINEZMERHNIMETEMONTJARRETMOUNIETMOUSCARDÈSNARCÈSNICOLASNICOLASNIVOLETNÉDÉLECOLLIEU (ou) DE OLIEUPASCALIDISPASSAQUETPAULYPERRICHETPRIGENT JosephPRISSÉPROVOSTQUEZEDE JobQUINIOURENAUDRENOULTREVERDIRICHARDRIEUTORDROBIN JeanROCHROGERSCHUSTER LouisSELLINSENOVILLE JeanSIRISLOMSKYSOTTERSPARFELSYBILLESÉVÈRE JeanTHIÉBAULT RaymondTRINGUATTRUCHOTVERNIERVILAREM

Année 1943 : BERNARD PaulCALVEZ AlexandreGOUILL CorentinLE GAL MarcelMAUPIN RollandPERATOU GeorgesVEZ Serge

Année 1944 : ABATUT JosephABBAS BenhalimaABBATI AlexisABBOU LakdarABD EL HAMID Ben ayounABDERREGAH KadderABDESSELEM Ben aliABDESSELEM BouharisABOLIVIER EmmanuelABT PaulADAM AlbertADDA MekroufADELIN AntoineADIS PaulADLER AndréAGOSTINI EugèneAGUADO JeanAHMED Ben mohamedAHMED Ben taïebAINAR BrahimAIN KonieALBAN PierreALCADE AntoineALENCON JeanALERT RaymondALEXANDRE CharlesALIX RenéALLAIN CamilleALLAIN JosephALLAIN MarcelALLARTALLARYALLARY RaynondALLARY RobertALLEMANE GustaveALLIET PierreALLONALLONGUE MauriceALLOU Abd el-kaderALLOUCHE KhaledALMAYRAC GeorgesALUNI FredAMARA Abd el-kaderAMAR Ben bellaAMAR Ben khalifaAMBROISE RenéAMEUR AmarAMEUR MohamedAMIL YvesAMINOT PaulAMOROSO FaustAMOUDRY JeanAMP JeanANDONI ChristianANDRAIN JeanANDRAIN MarcelANDRAT LouisANDRE JeanANDRE MarcelANDRE PatrickANDRESANGELELLI FrançoisANPOSSO ClaudineANSOT GeorgesANSQUER JosephANTOINE MarieANTONA JacquesANTONA PierreANTONI AntoineANTONORS JosephANTUORO BaptisteAOUMER KhelifaAOUMEUR KjelloubARCAMONE GeorgesARCHAOUI AliARGES JacquesARGOUACH AlbertARGUE JacquesARHANTEC YvesARNAC HenriARRIBUX GeorgesARTIGANAVE RobertASCHER GeorgesASCIONE CyrASCIONE Jean-claudeASSAM MohamedASSI MilhoudASTOUX AndréAUBERTIN EmilienAUBERT RenéAUBONNET ArmandAUBRAT PaulAUCHER RobertAUDE MaximeAUDIC AdrienAUDOUARD MarcelAUFFRET PierreAUGIER JulienAUMONT CharlesAUPETITAUSILIA LouisAUTRET JeanAUTRET PierreAUTRET RogerAUZILHON JacquesAVATUT JosephAVIGNON AndréAVISANI RolandAVONDE AugusteBACHER FrédéricBACHER KahibBACHIR HatiaBACKELAUDT RobertBACON AlainBADADUI Ben abdallahBADIA G.BADIA NicolasBADUEL JeanBAELIANOT RobertBAGIER BarthélémyBAGOT JeanBAGUR AlbertBAHEUX AndréBAHLOUL KaddourBAILDE PierreBAILLOSBAILLY RogerBAISIN MarcelBAISSIE JacquesBALAN JacquesBALLAZ AndréBALLINI RénéBALME PaulBALNY PierreBANEB PaulBANTWEIL JosephBARANGON MauriceBARATIN PierreBARAT RenéBARBAT RobertBARBEDIENNE LucienBARBE ÉmileBARBIER JacquesBARDOUX CamilleBARISY RaymondBARJAUD PierreBARNAUD JeanBARNAUD PierreBARREAU AndréBARTHELEMY RobertBARTIER PierreBASCOU ClémentBASCOU JeanBASILEE MauriceBASNIER GeorgesBASQUET HenriBASSET RolandBASSUS PaulBASTIDE PierreBASTIEN RogerBASTOLLET JeanBAUDARD AndréBAUDINO Jean-jacquesBAUDOIN JosephBAUDON GuyBAUDON LouisBAUDON RaymondBAUDON RobertBAUDRIER BenoîtBAUDRY JulesBAUER PaulBAUMARD GeorgesBAURENS AndréBAURES LouisBAURES PhilippeBAUXIS OdetteBAY LouisBAZERQUE JacquesBAZIN LouisBEAUMONT HenriBEAUSOLEIL MauriceBEAUVILLE RogerBEBIN JeanBECHAREF Ben didaBECHRAOUI AliBECHROUI El-hadjBECKER JeanBECOT AndréBECQUET MaximeBEDIOT AndréBEGIN MichelBEGIN ÉdouardBEGOC JosephBEGUIG BenaissaBEHIR JeanBEHLOUL KaddourBELABED ZitouniBELBAH MohamedBELDA AndréBELEAU RenéBELFISBELFIS AndréBELGY GeorgesBELHACEM B.BELHACENE MeddahBELHALILA MohamedBELHAOUCHE AhmedBELKHINA BoudienneBELLAHIENE HamedBELLAHRENE NedjadjBELLET FrançoisBELLET GilbertBELLOCQ PierreBELONBEN ALI MohamedBEN CHAREF Ben didaBEN DAHOU Abd el-kaderBEN DJILALI Abd el-kaderBEN FREDI MauriceBEN NARBIA AliBEN SLIMANEBENATAYA SadekBENDELLA AddaBENECH JeanBENEDICT CharlesBENGLOAN PatrickBENGUESMIA AhmedBENHADDOUR Ben abdallahBENHALED Ben aoudaBENHAMID HatiaBENHAMZA MoussaBENHARROUS AhmedBENJIALI Abd el-kaderBENMISSOUN BenaouadaBENSAFI OmarBENSAID Ben yakoubBENSAOUT Ahmed (dit) bensaïdBENSOUSSAN GabyBENSOUSSAN MauriceBENTAHAR KaddourBENTEJAC FranckBENTZ HenriBERCUGUER MichelBERECOCHEA Jean-pierreBERENGUER MichelBERGER GeorgesBERGER PierreBERGER RenéBERICHEL Jean-louisBERJONVAL RolandBERLIER ThéodoreBERLIN AndréBERLIOZ FernandBERNARD D.BERNARD FaréBERNARDI FélixBERNARDIN GérardBERNARD JosephBERNARD LucBERNARD MauriceBERNARD RenéBERNAUDIN GeorgesBERNHARD CamilleBERNHARD SimonBERNOUVILLE MarcelBERRACHED TadjBERRIC SergeBERTHON JeanBERTHONNEAU RobertBERTHY JeanBERTIN AndréBERTIN PaulBERTIN RogerBERTOUX MauriceBERTRAND StéphanBERUNGOT CharlesBERUSSEAU JeanBES AugusteBESCIA PaulBESCON ArmandBESNARD OnésimeBESNARD RogerBESSADEK DjilalliBETHANCOURT LucienBEUQUE JacquesBEUQUE XavierBEVEN RaymondBEXON FrançoisBEZIEL FrançoisBEZIERS LouisBHETTENS JacquesBIANCHI RogerBIDARD RobertBIDEREAU GilbertBIENFAIT MauriceBIENTZ OscarBIGNON AndréBIGNON AndréBIGOT FernandBIGOT HenriBIGOT RobertBIGUARD AndréBIHANNIC JosephBILLEREAU GilbertBILLORE PaulBILLOT RogerBILOUZOU JeanBIOT YvesBISSERIE ClaudeBISSEY CharlesBITER TaharBLACHE JeanBLAIN LéonBLAISE LéonBLANC AlbertBLANCHARD JosephBLANCHARD JulesBLANCHET AlbertBLANCHET EmilienBLANCHET JulienBLANCO MarcellinBLANDIN RogerBLANFATIN JosephBLASSIEAUX AndréBLATTNER EugèneBLETTNER AndréBLIN MarcelBLONDEAU HenriBLUCHET AugusteBOCAZOU LucienBODENES JeanBODINEL RobertBODIN JeanBOEDEC JeanBOHN PaulBOILOT Max (dit) mandolinoBOIREAU AndréBOISSON GeorgesBOITIER JeanBOIZARD HenriBOLAY JeanBOLDEC JeanBOLZER PierreBOMBAIL JosephBONAUD GuyBONCORSI FrançoisBONDIL RaymondBONEL LouisBONHOMME AiméBONIN ArthurBONISSOL MarcelBONIZEC JeanBONNARD CharlesBONNELUCQ PierreBONNET GeorgesBONNET GuillaumeBONNET JeanBONNET VictorBONNET ÉdouardBOOGAERT PierreBOOTZ ArmandBORGAUD PierreBORGNE GuillaumeBOSCH JacquesBOSQUET HenriBOSSU JulienBOTHOREL FrançoisBOTTASSO LouisBOTTIN JacquesBOUADJINA MohamedBOUALI KaddourBOUAYED AchatbBOUBAHED BelkoirBOUBEKEUR Abd el-kaderBOUCHARD AndréBOUCHAUD AndréBOUCHE JeanBOUCHERIT AhmedBOUCHER MarcelBOUCHER PierreBOUCHESECHE ÉmileBOUCHET AugusteBOUCHET PierreBOUCHIKKI SouriallahBOUCIF Abd el-kaderBOUDEAU JeanBOUDET RenéBOUDIA BenjihaBOUDJELLAL KeddaBOUHARIS MauriceBOUILLAYE MauriceBOULANGER PierreBOULAR AlfredBOULEAU RaymondBOULEAU RenéBOULER AugusteBOULNOIS MarcelBOULOIR MarcelBOURDEAU PierreBOURDET PierreBOURES LouisBOURGEOIS MauriceBOURGOIN RenéBOURHIS MarcelBOURICHA J.BOURIEZ MarcelBOURJOIS MarcelBOURNAT LucienBOURREL PaulBOURSEUL AlbertBOURVEAU PierreBOURVEN ÉmileBOUSSARD PierreBOUTEILLE JosephBOUTON AdolpheBOUTON MarcelBOUVERET JeanBOUVET AugusteBOUZELOUDJA GrégoireBRACHINI AzerkiBRACHMI MohamedBRADAI HabibBRAHMI MohamedBRAJTN MohamedBRANCATO FrançoisBRANCHE RenéBRAULT JeanBRAULT OctaveBREMOND LucienBRENNEUR PierreBREQUENS JacquesBRESSON KenéBRETON AndréBRETON RobertBRETON RogerBRETOT RenéBREVARD HenriBRIAND AlbertBRIAND PierreBRIARD AlbertBRIARD JulesBRIAULT CharlesBRIBECHBRINSTER MarcelBRISSEBRAT MauriceBRISSET LaurentBRIVEAU MauriceBROCHARD MichelBROMANN MarcBROQUIERE JeanBROUCHMIBROUDIC JeanBROUILLARD MarcelBROUSTAIL FrançoisBRUBALLA RaymondBRUHEL PierreBRULHAAT PhilippeBRUNEAU LouisBRUNEAUX BernardBRUNEL AlfredBRUNEL PaulBRUNER RobertBRUNET CharlesBRUNET RobertBRUN LouisBRUNO JosephBRUN ÉmileBRUYERE Laurent (dit) briocheBRUYERE RaymondBUCHAUD PaulBUDES YvesBUFORT MichelBULLEOUT HenriBUNDER RenéBUONOMANO DominiqueBURELBUREL RobertBURESI PierreBURIDAN JeanBURLOT JosephBURLOT LouisBURTE AndréBUSEA AlexisBUSY RobertBUTTIGIEG JeanBUVRY JacquesBUWIC CorentinBUZENET GeorgesCABIOCH YvesCABLES MarcelCABON FrançoisCABON JeanCABRE DenisCADET MauriceCADIOU LucienCAILLE ÉmileCAIPATANOS NicolasCAJA JoséCALAN HenriCALAS RogerCALLET MarcelCALLIFER JustinCALOEZ VincentCALOIN HenriCALUEZ JeanCALVEZ BertrandCALVEZ CletCALVEZ JeanCAMBELLE PierreCAMBELL JosephCAMBOURNAC RenéCAMERIO GeorgesCAMINO JeanCAMOIN AlbertCAMONI AlbertCAMPAGNONI AurélienCAMPARIO RaoulCAMPI JeanCAMPORIOCAMY PierreCAN JeanCANNIC OlivierCANONGE RenéCANQUIL LouisCANTEAU MauriceCAOET MauriceCAPELLE PaulCAPENDEGUY AndréCAP FrançoisCAPITAINE FrançoisCAPITAINE JeanCAPO MathieuCAPRI FrançoisCARAES PierreCARASCO AngeCARASCOSA NoëlCARBON FrançoisCARBONNEAUX RogerCARBONNEL JacquesCARCASSONNE PierreCARDI GeorgesCARDIN LouisCARES PierreCARILLO ManuelCARIOU YvesCARLIER JeanCARLI PierreCARMARELLA EmmanuelCAROSSO AntoineCAROSSO IsaieCARRAD RaymondCARRASCOSA NoëlCARRE FrançoisCARRE JeanCARRE LouisCARRE RaymondCARRIC LouisCARRI FrançoisCARSIN JeanCARTE LouisCARTIER BRESSON (ou) CARTIER-BRESSON EdouardCARTIER MillionCASAMAJORE MarcelCASENS AlbertCASSAGNEAU CharlesCASSARD GeorgesCASSEROM MarcCASTAGLIOLA BaptisteCASTAGNEAU JeanCASTEL JeanCASTEL JosephCASTELLA AndréCASTELOOT LouisCASTEL PaulCASTIN RobertCASTOR YvesCATHECOLE LucienCATREVEAU PierreCAUDAL AlbertCAUHARE RaymondCAUNEGRE JosephCAUNEGRE NorbertCAUNEGRE PierreCAUSEUR MauriceCAUVIN RaymondCAVARO AlbertCAYRE ÉdouardCAZ.AMAJOU MarcelCAZENOVE RogerCAZORLA AugustinCESARI JeanCESARI MauriceCESARO MauriceCEVAER RobertCHABAILLE D'AUVIGNYCHABI MohamedCHABRI DenisCHAFAH BelaïdCHAFI LahcèneCHALEOT AlexandreCHALIN HervéCHALLET GeorgesCHALONY PierreCHANARDCHANGEUX RenéCHANTEMMER RaymondCHAPALAIN PaulCHAPENON GérardCHAPON LouisCHAPPAZ AndréCHAPRON GérardCHARLEAU EdmondCHARLEUX RémyCHARLIER JacquesCHARLOT LéonCHARON GilbertCHARON RogerCHARPANAUD MichelCHARPENTIER RaymondCHARRETEUR PierreCHARROT PierreCHARTON RobertCHARVERON FrédéricCHASSAGNE RenéCHASSOUANI CharlesCHATELAIN JosephCHATELAIN MarcelCHATRON RenéCHAUDET DE LA PORTERIE MichelCHAUMOIS RobertCHAUSSE AlainCHAUVET MichelCHAVALLIER JacquesCHAVANNE DE DALMASSY ChristianCHAVERNAC GiraudCHAVERNAC GérardCHEFFA BelaïdCHELIALI AhmedCHELINI AbderahmaneCHENARD RobertCHENE RaymondCHENIQUE HenriCHERMINOT HenriCHERRET RenéCHEVALIER FrançoisCHEVALIER JeanCHEVALLIER GeorgesCHEVALLIER JacquesCHEVRET RenéCHEVROLAIS GuyCHOLET AndréCHOLLON JeanCHOSEROT JeanCHOSSON LéoCHOUAN JeanCHRISTEN MarcelCHRISTOFINI PierreCHRISTOL JeanCIHOUB YayiaCILLONI GeorgesCINGAL DanielCLAD FrançoisCLAINCHARD BernardCLAIN LouisCLAIN MarcelCLAISE FernandCLAMA PaulCLAM MarcelCLAQUIN JeanCLAVE DE BIENCLAVERANNE JeanCLEDET ClaudeCLEMENT AndréCLERET PierreCLEUET ClaudeCLOAREC AlbertCLOGIER HenriCLOUECLOUET ProsperCLUZEL JosephCOATANER NoëlCOCHARD AugusteCOCHU CharlesCOHET ÉdouardCOIC JeanCOINCON FrançoisCOJEAN JulienCOLBERT MauriceCOLIN HenriCOLLARD MarcelCOLLEN LouisCOLLET MarcelCOLLEWET AndréCOLLIAS RogerCOLLOCH JeanCOLOMBATTI LouisCOLSON RogerCOMBEAU NoëlCOMBELLE PierreCOMBES RobertCOMPAGNON MauriceCONAN GeorgesCONNAIS PierreCONSIGNEY PaulCONSTANT FernandCONTAUZA LucienCONTE FrançoisCONTE PaulCONTOPANOS NicolasCOPPOLA JosephCOQUEREAU MauriceCORBIERE RaymondCORNEUX RobertCORNIERE PierreCORNIER GermainCORNO ÉmileCORRE JeanCORRE VictorCORRE YvesCORTEZ FrançoisCOSSA FrançoisCOSSIC JosephCOSTAGLIOLA JeanCOSTANZO FélixCOSTE RenéCOSTE RogerCOTTE EMARD FiobertCOUASNON GustaveCOUDER PaulCOUDER PierreCOUDIERE AndréCOUDRAY RaymondCOUILLEPORT AugusteCOUILLOT HenriCOULONDRES JacquesCOURBET DE TREVILLECOURMONT RolandCOURTET RogerCOURTIAUD MarcelCOURTOISIER JeanCOURTOT JeanCOURTOT LucienCOUSIN JeanCOUSIN RémyCOUTELLE BernardCOUTELLE PierreCOUTIER PierreCOUTXCOUZON MarcelCOVAREL AndréCOZIC FranckCOZIC GuyCOZIEN Jean-louisCOZ LucienCREISMEAS EugèneCREMET Jean-pierreCRENET JeanCREN LouisCRENO ÉmileCREPELLIERE ArnaudCRESCENZO JanvierCRESCIONI AntoineCRETIN QuentinCREUZET HenriCRIBAILLET JosephCRILLET MarcelCRISCUOLO JosephCRISTOFINI JosephCRISTOFTNI PierreCROAJOU ÉtienneCROCE DominiqueCROCHET RobertCROISIER ÉlieCROSSONEAU MarcelCROZIER LucienCROZON LaurentCRUE YvesCUISIAT JacquesCURTE JeanCURTI BasileCUSIMANO RobertCUSSAC JeanCUVELIER MauriceD'ALCANTARA EugèneD'AUVIGNYD'ONCIEU BrigitteDAGORN JeanDAGUET EugèneDAGUET MarcelDAHAM BoualemDAHOU ZerroukiDAIKH MohamedDAILLY JeanDAILLY YvonDAMASCO MichelDAMBRY PierreDAMOY CharlesDAMPENOU GuyDAMY BertheDANGOUMEAU XavierDANGUEL AlbertDANIEL RenéDANTEC YvesDANTONY MarcDARE JosephDAUMANIASDAUPASCO MichelDAUPHIN LucienDAURELLE AugusteDAUVAIS JacquesDAVID AlbertDAVID JosephDE GALBERT HervéDE GAULLE PhilippeDE HEERE Jean-marieDE LA CHASSAGNE POLIGNAC MichelDE LA CHASSAGNE FrançoisDE LA COCHETIERE PierreDE LA GUILLONNIERE AlainDE LA ROSA RaymondDE LUCCIA JeanDE NOIRCARME FrançoiseDE OLIEUDE PAUW GeorgesDE RENUSSON D'HAUTE VILLE GérardDE VINCENS DE CAUSENS RenéDEBLEEKER PierreDEBLOCI CharlesDEBLOCU JeanDEBRET JeanDECOMBLE MarcelDECOUTURE RaymondDEDILLETDEDOUCHE HamadDEFAIX RobertDEFAYE PierreDEGACHE PierreDEILIS SmaleiDEKINDT PierreDEKINDT RenéDELAAGE HenriDELAFOLIE MarcelDELAFONTAINE JeanDELAFOSSEDELAFOSSE AndréDELAHAYE EugèneDELAPIERRE AndréDELATOUR GabrielDELBOSQUE PierreDELGATTO JérômeDELIGNON ArmandDELILLE RogerDELLOU ÉlieDELLYS Ben amarDELMAS GastonDELSART LucienDELUGEARD RogerDEMANAS JulesDEMETTE PaulDENIAU JamesDENIEL JeanDENNIELDENOS HenryDEPLORIN GilbertDERE JeanDERIBEHE BelkersDERRIEN JeanDESAINS JacquesDESCAMPS AndréDESCAMPS RenéDESCHAMP RenéDESCLAUX GilbertDESFOSSE CharlesDESGREES DU LOU AlbanDESIDERI JosephDESLANDES MarcelDESPAUW GeorgesDESPERQUES MauriceDESQUINES LucienDESTRUMELLE MarcDESTRUMELLE MauriceDESVEAUX MarcelDETANTE JacquesDETENTE CharlesDEUTSCH MauriceDEUVORN AlbertDEVAUD JeanDEVAUXDEVEAU RenéDEVERGNETTE CharlesDEVERLY AndréDEVERQUELTESDEVILLEU RichardDEVROE RenéDEZIBEHE El-kheirDI MEMBRO ArthurDI SANDRO ChristianDIDELET AlbertDIDELOT RogerDIDIER LéonDIDIER PaulDIGUET AlbertDINONAIS RenéDISAINS JacquesDISERBO MichelDJALI DjelloulDJELOURI DjelloulDJEMAI Abd-el-kaderDJILALI BenDJILALI KaderDJILALI SaïdDONVAL JeanDOOM JulesDOSSER AnatoleDOUARD GilbertDOUCELIN AlbertDOUDIC YvesDOURLEN RogerDRAILLARD JacquesDREANNO JosephDREREGUI MichelDREUNES RogerDRIAND RogerDRICHE Abd el-kaderDROCHON RenéDROUGNARD RogerDROUIN RaoulDUBOIS RenéDUBOS JeanDUBOST RenéDUBREUILDUCHASTEL ClaudeDUCHE FernandDUCHEMIN JacquesDUCHEMIN PaulDUCLOS LucienDUCOS RobertDUDART HenriDUFOSSE GilbertDUFOUR MarcelDUFRESNES MarcelDUGON RobertDUGOR YvesDUMAS LouisDUMAS MarcelDUMONT AdrienDUMONT CharlesDUMONT MichelDUMONT RobertDUMONT RogerDUMOULAIN JeanDUNAUX RobertDUPLESSY BernardDUQUESNE MarcelDURAND AndréDURAND ArsèneDURANDIN PierreDURAND RogerDURVILLE RobertDUTERTRE ClaudeDUTRAY GeorgesDUVAL LouisDUVAUX RobertDUVIVIER RenéDYEVRE YvesDYVORNE PhilippeEDOUARD ElianeEHRHART RenéEHRICH RogerEHRMANN PierreEL AOUFI DjilaliELARDIN RobertELAT PierreERMEL AlexandreESCALES GuillaumeESCALES GuyESCOLA GeorgesESCOLANO AntoineESSINGER AntoineESSMARD JeanESSNER AndréETESSEETESSË JosephETHUINETOURNEAU ÉmileEVANO JosephEVEN GeorgesEXINER AndréEYMARD GuyEYMAUZY MarcelFABBRI JeanFABLET JeanFABRE MauriceFAGUE PierreFALEK ArmandFANEAU GeorgesFANNEAU DE LA HORIE J.FARJON JeanFAUBAR HenriFAUCHET GeorgesFAUCILLON LucienFAUDEMER JeanFAURE JeanFAUVEL JulesFAUVEL RenéFAVARD RolandFAVE YvesFAYER AngeFEIGNE René-jeanFEIKAI BouazzaFEIRA JulienFELIX JeanFERCHICHE SaadiFERRANDIS YvesFERRARI JeanFERRARI OresteFESKIN JeanFILANDRE BernardFILGRAFF LucienFILONI FrançoisFINOT DanielFLAGEUL GeorgesFLEITH ErnestFLEURY AiméFLOURlOU AndréFODIL AbdallahFOHANO MarcelFOISSET AloyseFOLLIOT HenriFOLLIOT RaoulFONT JosephFORBIN GrégoireFORCIOLI RogerFOREST HenriFORESTIER JosephFORLINI AntoineFORTIN JacquesFOSSEY JeanFOSTIER PaulFOUCAULT RobertFOUDRAZ AlphonseFOURNIE MariusFOURREFOUTEL EugèneFOX ClaudeFRACHON MauriceFRANCESCHI JeanFRANCESCHINI RogerFRANCHESCHINIFRANÇOIS JeanFRERET AndréFREY ClaudeFRIANT EdmondFRICHET HenriFRICHET SinonFRICK AndréFRIEDRICH GeorgesFRITEAU PaulFROIDEFOND MarcelFUCHS YvesFURET JulesGABILLARD ArsèneGAESEZ MauriceGAGHET RenéGAGLIONE JeanGAHINET MauriceGAILLARDGAILLEPAND LucienGAILLET AndréGAIRE AndréGAISNON AndréGALANT RenéGALAZZO AngeGALIFER JustinGALLAUX AndréGALLET RogerGALLIOU JosephGALLO Désiré (dit) dominiqueGALOPIN RenéGAMAIN MarcGAMBOTTI PaulGAMICHON JeanGARCIA JosephGARCIA JérômeGARCIA LucasGARNIER EdmondGARRAPIT FernandGARREC CorentinGARRET GeorgesGARRIDO FrançoisGASREL ÉmileGASSER JacquesGASSIAT JacquesGASSIS MarcelGATHERCOLE LucienGAURIER JeanGAUTHIER RaymondGAUTIER JeanGAUTIER PaulGAUVAIN GérardGAY PaulGAÏD DjilaliGAÏD MichelGEANDROT BernardGEDINGELIAN RogerGELINETGENDRE RogerGENICOUD PierreGEOFFROY MichelGEORGES MarcelGERARD EtienneGERAULT JacquesGERA YvesGERBEAU GuyGERFROIT GuyGERMAIN HubertGERMAIN RenéGERMAIN RobertGHAMALLAW LakdarGIBOUIN RenéGICQUËL RenéGIGANTEI NunaGILBERT AristideGILLES PierreGILLET AugusteGILLIOT RaymondGIRARDIN PaulGIRARD LucienGIRAUDEAU RenéGIRAUD MaxGIRAUD ÉlieGIRAUD ÉmileGIRES JeanGIROUD AndréGLASSON PaulGLEAU JeanGLEIZON LouisGLEUET ClaudeGLEYO LouisGOARIN CharlesGOASDOUE PaulGOAS PierreGODENAIRE GeorgesGODEY RobertGOEHNOGOEHRS YvesGOHIER RaymondGOHIN AlbertGOIZET HenriGOLDET MichelGOLMANN StéphaneGOMEZ JeanGONIDEC GrégoireGORIN AngeGORRICHON ClaudeGOSSELIN FernandGOSSELIN RobertGOTHERCOLE LucienGOT HonoréGOTTEVALES AlexGOUARIN JosephGOUBIN GeorgesGOUDIN ÉmileGOUIL CorentinGOUPILLIER DanielGOURAT AdolpheGOURET ÉmileGOURIBUS RogerGOURMEL JeanGOURMELON CharlesGOUTX PierreGOUVIN GérardGOUZIEN JacquesGOUZIEN YvesGRAILLOT JeanGRANDIN JeanGRANDJEAN MarcelGRANGE PierreGRECI JacquesGREGORIO CasimirGREINER RenéGRELET RémyGRENES EdmondGRENIE JeanGRENTE JeanGRIEL PierreGRIGOURT JacquesGRILLET MarcelGRIMAULT AlbertGRIMONPREZ CharlesGRISCELLI MathieuGRISEZ MauriceGROISIER ÉlieGROS GeorgesGROS JeanGROS RenéGROSSENEAU MarcelGROSSIR LéonGROULT DE BEAUFORTGRUNDER HenriGUAFFI JacquesGUAGRIGUARDO JeanGUEDOURA MilhoudGUEGAN MarcelGUEGUEN FrançoisGUEGUEN JeanGUEL AlbertGUELIN JeanGUELPA JeanGUENDOUZI MimounGUENEGAN FrançoisGUERBI Ben yayaGUERET DésiréGUERGRI NaceurGUERINI MarieGUERIN RaymondGUERNAHEL JacquesGUERTAULT JeanGUERTOU JacquesGUES AlbertGUESNET RenéGUETTO RenéGUEZEL JeanGUEZENNEC YvesGUEZIEC MarcelGUIERIEC CorentinGUIGNERY RaoulGUILBERT AngeGUILLARD JosephGUILLAUMIN JeanGUILLER FrançoisGUILLERMET BernardGUILLERM HenriGUILLIER HenriGUILLOIS GeorgesGUILLON JacquesGUILLOT GustaveGUILLOTREAU PierreGUILLOU AlphonseGUILLOU JacquesGUILLOU JeanGUILLOU MarcelGUIRAUD RogerGUISSANI RolandGUIVARCH PierreGUY Jean-claudeGUYOMARD HyacintheHABASQUE FrancisHABHOUIHACHET VictorHADJ CHAIB MohamedHAGNERE DominiqueHAGNERE JeanHAGUENAUER AlfredHAIM PierreHAIODETHAMAOUI OmarHAMAÏDI DahanHAMDAOUÏ MohamedHAMEL YvesHAMIANI AbderrahmaneHAMIDI BouzianeHAMIDT MohamedHAMMOU BouazzaHAMON HippolyteHAMON JosephHAMON OlivierHAMON PierreHAMON YvesHAMOUCHE BoumedineHAMZAOUI MohamedHAMZA Ould-taiebHANROT RogerHAREL MarcelHARISMENDY AndréHASCOET RenéHASCOUET FrancisHASCOUET RenéHASHAOUI OmarHASSI MiloudHAUTBOUT RobertHEBERT RenéHECKMANN AlfredHECQUET AlbertHEDDI MahiddiHEIDUSKA RobertHEKHAR KanifiHELARY PierreHEL AndréHELIAS AdrienHEMEMANN DanielHENRIO JeanHERAL HenriHERCHA BrahimiHEREA BrahimHERNANDEZ. MichelHERNEIS PierreHERNERT MarcelHERVE CamilleHERVE JeanHERVE MarcelHERVE RobertHERVE RogerHERVIER FrançoisHERVIEU FrançoisHERVOEHERVY AndréHERVY JeanHEUGHEBAERT HenriHEUZEY RogerHEYTE RaymondHILLIONHINDEN JosephHIVERT RenéHOCHET VictorHODEE LouisHODICQ PierreHOFF PaulHOMON OlivierHORELLOU YvesHOUEE LouisHOUGUET LouisHOURGASTAGNOU JacquesHUCHON AugusteHUGOND LouisHUGOU LouisHUGUEHUGUET AndréHUGUET JeanHUON PierreHUOT PierreHUQOUNENQ HenriHURELHUREL JeanHUREL RogerHURTAUX MauriceHUSER JeanHUTIN CharlesHYDRIL JeanIGLA RaymondILLIAQUER LouisIMBERT BertrandINGOUF AndréINIAL JeanIRAREGUI MichelJACOB GeorgesJACOB GustaveJACOB RobertJACQUELINE AndréJACQUOT GaétanJAFFIEF JeanJAFFRENOU HenriJAFFRES JeanJANIN PierreJAN MarcelJAOUEN FrançoisJAOUEN HenriJAOUEN YvesJARIOD MarcelJEAN AndréJEAN DenisJEAN GuyJEANNE MauriceJEANNE RogerJEANNETEAU AndréJEHAN RogerJOLY JeanJOLY PierreJORDA MarcelJOSSELIN JosephJOSSE RaymondJOTTE DE LA TOUCHE JacquesJOUANNAUD FabienJOUANNO FrançoisJOUANNO StanislasJOUAULT JosephJOUAULT JosephJOUBERT HervéJOUIN MarcelJOUMINET MauriceJOUNAUDJOUNOTJOUSSET LouisJOUXTEL ChristianJUAN GilbertJUANOLE G.JUANOLE PierreJUANOLI AndréJULIEN MauriceJUMEL HenriJUMELIN LouisJURAMY HenriJUTON OlivierKABLI KaddourKABLI RaddamKAFIFI MousliKAIM Abd el-kaderKALHIAS AndréKALIS Abd el-kaderKALOUETTKAMIR AhmedKANDIN MarcelKAPPE JeanKAÏB NahiaKELFER JeanKELLADI BoufildjaKELLER JeanKERCHA BrahimKERDRAON JeanKERDRAON JosephKERENPICHON PierreKERHERVE ArsèneKERIRAL M.KERLEAU JeanKERMORGANT CorentinKERRONKERROS YvesKESSLER ArthurKHATUP MaggioKHELOUFI AliKHILIL TazallKIDDIAHKLEINLEIN JeanKOCH EugèneKOENIG Jean-pierreKOLIKOFF PierreKOURDH YahiaKREMER VictorKROCKENBERGER JeanKROKENBERGERKUNTZMANN RogerL'HERMINOT HenriL'HOMME GustaveL'HONORE AugusteLA FALLE JacquesLA ROSA PascalLABARRE HenriLABAT JosephLABATUT JacquesLABBE RobertLABBOSSE MarcelLABEY GermaineLABIAD Abd el-kaderLACHAUD JeanLACHAUME AndréLACK AntoineLACOUTURE RenéLACRA JeanLACROIX ArmandLAFOND CharlesLAFOREST JeanLAFORGUE JulienLAGAILLARD RobertLAGANT AndréLAGOUTTE AlbertLAGRANGE RogerLAGREE FrancisLAINE RenéLAIRAUDAT PierreLAJOISE GeorgesLAJOYES GeorgesLAKDAR JouanesLALANDE RenéLALGUE HubertLALK AntoineLAMARE FernandLAMAY MichelLAMBOURG AndréLAMOTTE GeorgesLAMY AndréLAMY BernardLANDREIGNE JosephLANDRIN FiobertLANDRY OscarLANO JulienLAPAILLE JacquesLAPLACE JeanLAPOSSE AndréLARGE MarcelLAROCHE DidierLAROUDE JeanLARRABI TaharLARRIEU GilbertLARRUE FernandLASCEVE JeanLASRY FernandLASSEYE MauriceLATRILLE GuyLATY ElyséeLAUBIER MauriceLAUDREN YvesLAUNAY JeanLAURE AndréLAURENT-LANDRY GuyLAURENT GeorgesLAURENT JacquesLAURENT JeanLAURENT Paul-yvesLAURENT RogerLAUTREADOU MarcelLAUZE AndréLAYGUE GeorgesLAYGUE JeanLAZRAM LakdarLE BARBU GuillaumeLE BASTARD JeanLE BAUT LouisLE BEGUEC RenéLE BERRE LouisLE BERRE LéonLE BERRE PierreLE BERRICAUD ÉtienneLE BEUZIT RenéLE BIHAN EugèneLE BIHAN JeanLE BLANC JacquesLE BORGNE GuillaumeLE BORGNE GuillaumeLE BORGNE RogerLE BOULCH GérardLE BOULLENGERLE BOURDIEC RenéLE BOURHIS JeanLE BOYER FrancisLE BOYER FrançoisLE BRAS JeanLE BRAS MauriceLE BRETON ErnestLE BRETON ÉdouardLE BRIAND PierreLE BROUDER AlbertLE BRUN AlbertLE BRUN JeanLE BUHY AndréLE BUHY HenriLE BUYER ÉmileLE BUZIC LouisLE BUZIT AndréLE CACHEUX LouisLE CALONNEC AngeLE CALVE JeanLE CALVEZ FrancisLE CALVEZ JeanLE CALVEZ YvesLE CAM Jean-marieLE CARDIET LouisLE CARDINAL FrédéricLE CARDINAL LouisLE CARPENTIER LouisLE CLOAREC JeanLE COATLE COGNAC DE LA LONGEAIS ArmelLE CONTE JacquesLE CORGUILLIERLE CORNU MarcelLE CORRE AugusteLE CORRE CamilleLE COU FernandLE COZ CletLE COZ JeanLE CRESNE PierreLE CROQ LucienLE DAUPHIN PierreLE DENTU FrançoisLE DENTU PaulLE DEUNFF AlbertLE DE VictorLE DOEUFF AndréLE DREFF JacquesLE DREVO HenriLE DUFF FrançoisLE DUFF JohnnyLE DU FrançoisLE DU VincentLE EROUT RobertLE FLOCH FrancisLE FLOCH LouisLE FRANCOIS JacquesLE GAGNEUR HenriLE GAILLARD RobertLE GALL JeanLE GALL JeanLE GAL LouisLE GENTILLE GENTIL LucienLE GLOAN RenéLE GOFF AndréLE GOFF CharlesLE GOFF FrançoisLE GOFF GabrielLE GOFF LouisLE GOUIC LouisLE GOURIC LouisLE GOURRIEREC FrançoisLE GUEN FrançoisLE GUENNEC JeanLE GUEVEL FrançoisLE GUILLOU PierreLE GUILLOU YvesLE HENEZ JosephLE HERISSIER AugusteLE HUHY HenriLE LAGADEC AndréLE LAY ErnestLE LAY PierreLE LOSTEC PierreLE MANIO EugèneLE MAOUT LouisLE MARCHAND JosephLE MAREC MauriceLE MARE MarcelLE MARREC AndréLE MARREC HenriLE MARTELOT FrédéricLE MASSON LucienLE MASSON MarcelLE MASSON RobertLE MEN AndréLE MENEZ JosephLE MENN ÉmileLE METAYERLE MINOUXLE MOAL FrançoisLE MOAL RaymondLE MOINE FrançoisLE MOINE JosephLE MONTAGNER JosephLE MORVANLE MORVAN ErnestLE MOUEL RaymondLE MOUHAER JeanLE MOUHAU JeanLE MOURROUX AiméLE NEINDRE GuyLE NEZET RogerLE NOIR DE LA COCHETIERE PierreLE NOUX LéopoldLE POITEVIN LéonLE PONNER RobertLE POSTEC LouisLE PREVOT JeanLE PRIELLEC PierreLE PROVOST JacquesLE QUAY YvesLE QUEUX AmédéeLE QUINTREC VincentLE QUOY YvesLE RALE GeorgesLE RESTE AlainLE RESTE GuillaumeLE ROL JeanLE ROO FrançoisLE ROUX AlbertLE ROUX JacquesLE ROUX LéopoldLE ROUX RaymondLE ROUX YvesLE ROUZIC LouisLE ROY PierreLE ROZLE RUHR YvesLE SAYEC RobertLE STRAT AlphonseLE TAREAU LéonLE TASSET MarcelLE TONDRE AlbertLE TOURNY AugusteLE TOUZE JeanLE TURNIER JeanLE VINCENT RenéLE VOURCH EugèneLEAL LucienLEANDRI FrançoisLECCU FernandLECESNE PierreLECHAN SauveurLECLECH PierreLECLERC RolandLECOINTE ÉmileLECOIRELECOMTE JeanLECOMTE RolandLECONTE BernardLECONTE JeanLECORCHER CharlesLECORDIER HenriLECRONT RobertLECUYEE ÉmileLEFER ÉmileLEGENDRE JeanLEGENDRE RogerLEGRAND Jean-paulLEGRAND ÉdouardLEGREVES AndréLEGRIFFON ArmandLEHAGUEZ PascalLEHEC ClémentLEHUHY AndréLEINER ÉdouardLEJAMBRE RogerLEMAITRE RogerLEMERCIER JosephLEMERCIER RogerLEMIERE ÉdouardLEMPEREUR JeanLEMPERIERE DonatienLENABASOUE RobertLENNUYEUX JeanLENOUVEAU HenriLEPILLEPINE AlbertLEPOIL CharlesLEQUELLEC CharlesLEQUERRE GeorgesLEQUESNE Jean-marieLERAY RolandLERESSE GuillaumeLEROND GeorgesLEROUX LouisLEROY HenriLESHI AndréLESOURD ÉmileLESPINE FernandLESTAGE JeanLESUEUR GeorgesLETEMPLIER RobertLETOT JeanLETRENEUF AndréLEVALET PaulLEVALLOIS LouisLEVEDER PierreLEVEQUELEVEQUE LéonLEVESQUE RobertLEVIER ÉdouardLHEURETTE RobertLHUILLIER BernardLHUILLIER PaulLIAL RaoulLICHAN SauveurLIDEC GérardLIEGEOIS ÉmileLIESBELIN JulienLIEUTAUD ÉmilienLIGNON MarcelLIGUORI JanvierLIMOUZIN GermainLION HenriLION ÉmileLLERA Jean-pierreLLOPIS AlfredLLUG HenriLOARER MauriceLOCHERT MauriceLODE RobertLOESEU VictorLOHIER PierreLOISEAU PaulLOISELET JacquesLOISELEUR RogerLOISELEUR ÉmileLOISEL RenéLOISEL RogerLOMBARD DidierLONEDEC LouisLONG BernardLONGE PierreLOPEZ MatthiasLOREAUX JeanneLORENZI PaulLORHO MathurinLORISSON RogerLOUAIL MauriceLOUARN CletLOUARN GeorgesLOUARN YvesLOUDEAC AndréLOUIS JeanLOUVET JosephLOYELUBIAUDO ÉmileLUBRANO DI CICONE RenéLUBRANO PierreLUCAS PierreLUCAS RogerLUCCHESI FrançoisLUCE RogerLUHERN RenéLUICOUSIN GermainLUSSEAUX RogerLUSTEAU CharlesLUX GastonMACCIO HubertMACE MarcelMACE PierreMACHUT FernandMADEC MarcelMADEC RenéMADICOM MichelMADY RobertMAELCH LakdarMAFFRE GeorgesMAHAUD LouisMAHE LouisMAHEVO MarcMAHIEU RogerMAILLARD DanielMAILLEMALAISE GeorgesMALASSAGNE JeanMALBEAUX RenéMALBOT PierreMALENFANT AndréMALHERBE GeorgesMALHERBE HenriMALHEU AndréMALLE JeanMALLE LouisMALLIE BernardMALLIE PierreMANANIA PierreMANCHON RaymondMANCINI DominiqueMANDRICHI AntoineMANESSIEZ ClaudeMANET DanielMANIVEL RobertMANNET GabrielMANSAIS PierreMANSOURI Abd el-kaderMANTEAU PaulMANUEL AndréMANUGUERRA AlbertMARCEAU RogerMARCHAND FernandMARCHAND RobertMARCHAND SergeMARCHESIMARCHETTI GuyMARCHETTI ThomasMARC JeanMARECMARECHAL GabrielMARECHAL GilbertMAREINI DominiqueMARENZON AlbertMARGALLET LucienMARGALLI LucienMARGELLI JosephMARGUARIT JeanMARIANI PierreMARIANNE PierreMARIA PierreMARIE ConstantMARIE EugèneMARIE LouisMARION RogerMARIOTTI ChristopheMARJOU PierreMAROLLEAU AndréMAROUF RabbahMARREC MauriceMARTEAU PaulMARTIN AlexandreMARTIN AndréMARTINET AndréMARTINEZ FrançoisMARTIN HenriMARTINI PaulMARTIN JeanMARTIN MauriceMARTIN SergeMARVANNE PierreMARZIOU JeanMAS AntoineMASSERON PaulMASSON JeanMATHIEU JeanMATHIEU RogerMATTEI JeanMATTEI LucienMAUET DanielMAUGUENMAUPINMAURER HermannMAURY AndréMAVEL AndréMAX ChristopheMAYMIL EdmondMAYOU SaïdMAZARI LouisMAZEAS HenriMAZE JeanMAZERY GeorgesMAZIZ MohamedMAZOTTI JeanMAZOUZ MohamedMAÏSTO CyrusMEAN LéonceMECHERFI Abd el-kaderMEDJADI BelhaoudMEFTAH BoualemMEHIQUENE KaddaMEHNOUNE KaddourMEHU JeanMEJADI DjillaliMELIARD LouisMEL JeanMENAGE PaulMENAGER ÉmileMENANTAUD JacquesMENARD SergeMENARD ÉmileMENDEC FrançoisMENESSON RogerMENETRIER ClaudeMENGUY CamilleMENGUY Jean-françoisMENGUY Jean-jacquesMERBOUCH Ben saïdMERCIECCA FrançoisMERELLE JeanMERGEM PierreMERHNI MustaphaMERIA AntoineMERIC JeanMERIEN RaymondMERLE Jean-paulMERLOT CamilleMERVEILLEUX DU VIGNAUX PaulMERZ EugèneMERÏSSONE RogerMESKINE Ben chouralMESLEINE Ben boualiMESMAEGUE MauriceMESSAGER MauriceMESSANT JeanMESSIHI NacerMETEMETZELER HenriMETZELER JacquesMEUDEC FrançoisMEYER GilbertMICHAUD YvesMICHAUT GuyMICHEL JacquesMICHEL LouisMICHEL MauriceMICHEL RenéMICHON HenriMIGNANO JacquesMIHOUB Ben habibMILET MarcelMILHAU MarcelMILIN JeanMILLAS GeorgesMILLE GeorgesMILLIER CharlesMILLIER VictorMINETMINGAM LouisMINICMINIER ÉdouardMINVIELLE PierreMIOCH RobertMIOSSEC RogerMIRASSOUMIREMONT GilbertMISSOUN HaoudaMISTRE DanielMOBIAN LaurentMOGUEROU AndréMOHAMED Ben amarMOHAMED Ben saïdMOINARDEAU GustaveMOISDEN JeanMOITAUX YvesMOLINES JulienMOLINES LouisMOLINES LucienMOLLE MichelMONCORGÉ (dit) JEAN GABIN JeanMONFOURNI BernardMONIER CharlesMONIN RogerMONJOUR JeanMONNEY GilbertMONNIERE Jean-louisMONTAGUE ÉloiMONTAUBRIE LucienMONTESINOS RenéMONTFORT JulienMONTI VictorMONTJARRET AndréMONTREUIL GustaveMORAGUES AndréMORAND JacquesMORDACQ RenéMOREAU GustaveMOREAU JeanMOREAU MauriceMOREAU PierreMOREL AndréMORELLI AngeMOREL RenéMOREL RogerMORETTI GastonMORIAU MauriceMORIAUX RenéMORICE PierreMORI FrançoisMORIN CharlesMORIO MichelMORIZUR BasileMORTEMARD DE BOISSE JacquesMORVAN JeanMORVAN JosephMORVAN ÉmileMOSCATO EmmanuelMOSSO MarcelMOTHE PaulMOTTEZ SergeMOUALID LakdarMOUCHEL ItenéMOULIN LouisMOUNIER AugusteMOUNIER MauriceMOUNIER PierreMOUREAU RobertMOUREN RenéMOURRHAY CharlesMOURTON JosephMOUSCARDES AlbertMOUTON AlfredMOUZARDMOZER ErnestMULLER AndréMULLER CharlesMULLER ChrétienMULLER JacquesMULLER MarcelMUNCH CamilleMUNK RobertMURAS JeanMURAT PrinceMURATTI JosephMURIER JacquesMUSCATELLI AntoineMUSSO JosephMUSSO MariusMUSTIERES AlexisMUTIN ArmandMUZIN RogerN'GOMA AlbertNABI HabibNADAL FernandNADO ArmandNAHAN JeanNALBOT PierreNAPOLI VincentNARCES AnatoleNARCES FrançoisNARCES JeanNASSE RogerNAUDE RaymondNAUD FrançoisNAULIER MauriceNAULLEAU RobertNAVARRO FrançoisNEDELIER AlexisNEDELLEC AlexisNEHROUF BlaleaNENERT GeorgesNEREE ÉmileNERZIC HenriNEVEU AlphonseNGUYEN Xuan trangNICOLAS AlbertNICOLAS AlexandreNICOLAS CélestinNICOLAS FrançoisNICOLAS JeanNICOLAS LouisNICOLAS RenéNICOT RaymondNIGOLOPOULOS AndréNILINE EugèneNIVET AlbertNIVOLET LouisNOE RédempteurNOGARO CharlesNOIROT JacquesNOLLET RenéNORDECQ RenéNORDEZ JeanNOËL RobertNUTTALE FredOBE AndréODDOS BernardODDOS FernandOISCINE RaymondOLHMANN GeorgesOLIEU PhilippeOLIVIER JeanOLIVIER MichelOLLIVIER LouisOLLIVIER MarcelOLLIVRIN AristideOLONDE JulesOMOND AndréOMS CharlesORDASSIER FrancisORLANDINI RaymondORSATELLI LucienORSINI LucienORSINI PierreORSONI JeanORTEGA JeanORTHIS JosephORY MarcelORY PierreOUAZZANI MohamedOUDEM LéonOUDIN LéonOUIS MohamedPADELLEC PierrePAGES XavierPAHLIAC RenéPAILLET LucienPAIN JeanPAINO YvesPAISANT JeanPAJOT FernandPALOMBA AugustePALUD ÉdouardPANIAGUA JeanPANIZZA RaymondPANZA AngePAOLI BasilePAOLI LouisPAOLINIPAPAIL MichelPAPPALARDO DanielPARIS GastonPASCAL AndréPASCALIDIS ClaudePASCUALE IgnacePASQUIER AndréPASQUIER MarcelPASQUIOU GilbertPASSAQUETPASSAQUET HenriPASSET LouisPAULPAULET PierrePAUL HenriPAULIAC JeanPAULYPAULY HenriPAYN JeanPECHAT LouisPECH LouisPECHON PierrePECOURT MichelPECOURT RogerPEDRET HenriPEDRINI RenéPEIFFERT HenriPELAUD YvesPELEGRINI AlbertPELLARD RenéPELLERIN PierrePELLERIN VictorPELLISSIER JeanPELLUCHON GéoPENA JeanPENET GeorgesPENISSON MarcelPEN Jean-mariePENNANCACH GuyPENNHAHEN JeanPENNOBER SébastienPENTECOTE GuyPEQUEUX MarcelPEQUIGNOT ÉmilePERBOS RaymondPERES MarcelPERIGARD HenriPERNOT GeorgesPERON ÉmmanuelPEROTPEROTIN MarcelPEROUSSET MariusPERRAUTPERRET RenéPERREUX GeorgesPERRICHETPERROT PierrePERZO MauricePESCHEUXPESNEL JeanPESTELLE JosephPETERS EdmondPETIAUX JacquesPETIT JacquesPETRICOUL HenriPEVES RenéPEYRON LouisPEYVEL PierrePEZET RobertPFEFFER AlfredPFEIFFERT JacquesPHIGHINI FrançoisPHILIP JeanPHILIPPE YvesPHILIPPIDIS RobertPHILIPPON JeanPIANT AndréPICARD RenéPICARD YvesPICHAVANT GuillaumePICHON JacquesPIERRE EdmondPIERRET JacquesPIETRI AntoinePIGUEL JeanPILARD AndréPINA Jean-philippePINCON YvesPINEAU RaymondPINEAU RobertPINGEON JeanPIQUET JosephPIQUET PierrePIQUOT BernardPIRIOU JacquesPIRIOU PaulPISIBON FrançoisPITIOT RobertPIVAIN RenéPIZZICHINI MariusPLAGEPLANCQUE JeanPLANT AndréPLAPOUS CharlesPLASSART YvesPLEVEN MauricePLEVER ÉmilePLEYVEL PierrePLIOT PaulPLOURIN ÉmilePOGGI ThiburcePOHILLAT HenriPOIRIER BernardPOIRIER FrancisPOIRIER GilbertPOIRIER LéonPOIRIER MauricePOIROT RenéPOIX JeanPOLARD ThéophilePOLLET MauricePOMMERET RogerPOMMIER AugustePOMPA JeanPONS AntoinePONS PierrePONS RogerPORCHET RogerPORET ErnstPORON MarcelPORTALUPI DelphinPORTHE PierrePOSSOT JamesPOSTEL LucienPOTTIER RogerPOUCHAIN MarcelPOUGNANT LouisPOULAIN MarcPOULAT AlainPOULIN AlbertPOULIN GilbertPOULIN RobertPOUMEAU RolandPRAT GeorgesPRESSIAS AndréPRETOT MauricePREVOST RaymondPREYNAT FleuryPRIGENT JosephPRIMAULT RobertPRINGAULT RaymondPRISSE HenriPRIVAT FrançoisPRONO JulienPROSPER AndréPROVOST LouisPUEMBPUJOL GilbertPURGEON JeanPUTHOD GeorgesPÖULLAIN RenéQUINIOURAMONETRICHARDROCHSELLINSLOMSKISPARFELSTOLZ CharlesTRINGATVASSAL MichelVERNIERÀLLAND Jean

Année 1945 : ALLO JeanBLANCHE GuyCALVEZ AlexandreDUFOUR GérardFOLGOAS PierreFOLGOAS PierreGAY PaulGRENIER CharlesHAUTEVILLELACOMBE RaymondLAURENT JeanLAVAL NOIROTLEROY MauriceMOELO AndréMONERAU PierreOLLIVIERPASCALIDIS ClaudeRAULTROBIN LouisSOLLEILLAN Henri


274 unités ayant été intégrées dans ce groupement

(190035)    (400X)    (425240)    (425240)    (425496)    (425536)    (427527)    (440598)    (90479)    (L1013002)    AIGLE    AIGRETTE 2    ALBATROS    ALOUETTE 2    AMURE    AMURE    ANGORA    ARAMIS    ARBALETTE    ARC EN CIEL    ARQUEBUSE    ASPIRANT DE SAZILLY    ATCHOUM    ATHOS    AU BON MARCHÉ    AUDACIEUX    AVENTURIER    BALISTE    BALLON D'ALSACE    BANYULS    BASTAQUE    BASTAQUE    BÉARN    BEAUPRÉ    BEAUPRÉ    BERGERONNETTE    BISON    BLANCHE NEIGE    BOMBARDE    BOUCANNIER    BOUCANNIER    BOUCANNIER II    BOUDEUSE    BOULINE    BOULINE 2    BOURGOGNE    BOURRASQUE    BRIGANTINE    BRIGANTINE    BRION    CARABINE    CASQUE    CASTOR    CHAMOIS    CHAMPAGNE    CHAT BOTTÉ    CHEVREUIL    CHOUETTE    CLAIN FOC    CONGRE    CORMORAN    CORSAIRE    CORSAIRE    CORSAIRE    CORVETTE    CORVETTE 2    COULEUVRINE    COXYDE    COXYDE    CRABE    CREUSOT    CYCLONE    CYCLONE II    D'ARTAGNAN    DÉDAIGNEUSE    DIXMUDE    DOMINIQUE    DORMEUR    DUNETTE    DUNKERQUE    ÉCLAIR    ÉLAN    ENTREPRENANT    ÉPERVIER    ESCOFFIER    ÉTAMBOT    FARFADET    FAROUCHE 2    FAUVETTE    FEU FOLLET    FLAMME    FLEURET    FLIBUSTIER    FLIBUSTIER    FLIBUSTIER    FLIBUSTIER II    FORBAN    FORBAN    FORBAN II    FOUDRE    GABIER    GABIER    GARGANTUA    GAZELLE    GHISLAINE    GIRELLE    GLOIRE    GOËLE    GRINCHEUX    HUNIER    ÎLE DE BATZ    IMPÉTUEUSE    INCOMPRISE    INTRÉPRIDE    JAGUAR    JEAN BART    JOYEUSE 2    JOYEUX    JURANCON    KORRIGAN    L'AILÉE    L'ARMUR    L'ENGAGEANTE    L'ÉTOILE    L'ÉTOURDI    L'ÉVEILLÉ    L'HÉRAULT    L'IMPÉTUEUSE    L'INDOMPTABLE    L'INDOMPTABLE    L'INSPIRÉ    LA BALEINIERE    LA BATAILLEUSE    LA BELLE POULE    LA BISQUINE    LA BOUGONNE    LA CONQUÉRANTE    LA CORVETTE    LA CURIEUSE    LA DILIGENTE    LA FANFARONNE    LA FRÉGATE    LA FRIPONNE    LA GALANTE    LA GALERE    LA GOÉLETTE    LA GRACIEUSE    LA LIONNE    LA LIONNE II    LA LURONNE    LA MIGNONNE    LA MOQUEUSE    LA RIEUSE    LA SURPRISE    LA VIGILANTE    LA YOLE    LAFFAUX    LANCE    LANSQUENET    LE BERTHON    LE BOSSOIR    LE CANARD    LE CÔTRE    LE FANTASQUE    LE FANTASQUE II    LE GALLIPETAN    LE HÉRON    LE KREISQUER    LE MALIN    LE MALIN    LE MALIN II    LE POUSSIF    LE PUISSANT    LE TERRIBLE    LE TERRIBLE II    LE TONNANT    LE TRIOMPHANT    LE VENGEUR    LE YACHT    LE YOUYOU    LÉOPARD    LION    LION II    LORRAINE    LV VASSAL    LYNX    MALMAISON    MAMELUCK    MARIE LOUISE    MARSOUIN    MARSOUIN II    MÉDUSE    MEKTOUB    MILAN    MINET    MISTRAL    MISTRAL II    MONTCALM    MORSE    MOUSQUET    MURENE    NID DE PIE    NID DE PIE    NIEUPORT    OCELOT    OCULI    ONDINE    ONDINE    ORAGE    OURAGAN    PANTAGRUEL    PANTHERE    PATARA    PATARA    PHOQUE    PHOQUE II    PIGOULIERE    PIGOULIERE    PIGOULIERE    PINASSE    PINASSE    PINGOUIN    PIRATE    PIRATE 2    POLLUX    PORTHOS    POURQUOI PAS    PROFF    PUMA    RAILLEUSE    RAM DAM    RAMINA GROBIS    REQUIN    RICHELIEU    RICHELIEU II    SAINT-BERNARD    SAINT-ÉLOI    SAINTONGE    SANS SOUCIS    SAUTERNES    SECOND MAÎTRE KREMER    SIMOUN    SIMPLET    SIROCO    SIX PIEDS 1    SIX PIEDS 2    SOUFFLEUR    SOUFFLEUR II    SOUTE    STRASBOURG    SUFFREN    TAPAGEUSE    TARTANE    TARTANE 2    TÉMÉRAIRE 2    TEMPÊTE    TERRE NEUVA    TIMIDE    TONNERRE    TONTON    TORNADE    TOURANE    TOURTERELLE 2    TOURVILLE    TRAMONTANE    TRINQUETTE    TRINQUETTE    TROMBE    TROMBLON    TYPHON    VAUTOUR    VULCAIN    YPRES    YSER

Articles


_UNITE_421_ (2120)



• Commandant : capitaine de corvette _HOMME_368_
• Adjoint : capitaine de corvette _HOMME_369_
• Chef du Service Transmissions : enseigne de vaisseau de 1ère classe _HOMME_46112_

• _UNITE_2448_
• _UNITE_2449_
• _UNITE_2450_
• _UNITE_2451_
• _UNITE_2452_
• _UNITE_2453_
• _UNITE_2454_
• _UNITE_2455_
• _UNITE_2456_
• _UNITE_2457_

== Escadron d'état-major ==

=== Peloton d'état-major ===
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46113_
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46114_

• _UNITE_2458_
• _UNITE_2459_
• _UNITE_2460_
• _UNITE_2461_
• _UNITE_2462_
• _UNITE_2463_
• _UNITE_2464_
• _UNITE_2465_
• _UNITE_2466_
• _UNITE_2467_
• _UNITE_2468_
• _UNITE_2469_
• _UNITE_2470_
• _UNITE_2471_

=== Peloton Atelier ===
Ingénieur de 1ère classe _HOMME_46115_

• _UNITE_2472_
• _UNITE_2473_
• _UNITE_2474_
• _UNITE_2475_
• _UNITE_2476_
• _UNITE_2477_
• _UNITE_2478_
• _UNITE_2479_
• _UNITE_2480_
• _UNITE_2481_
• _UNITE_2482_

=== Peloton de Commandement ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46116_

=== Aumoniers ===
Père _HOMME_46117_
Père _HOMME_46118_
Père _HOMME_46119_

=== Train régimentaire ===
Officier des équipages _HOMME_46120_

• _UNITE_2483_
• _UNITE_2484_
• _UNITE_2485_
• _UNITE_2486_
• _UNITE_2487_

== Escadron Hors-Rang ==
lieutenant de vaisseau _HOMME_46121_
lieutenant de vaisseau _HOMME_46122_

=== Peloton de Commmandement ===

=== Peloton unité ===

• _UNITE_2488_
• _UNITE_2489_
• _UNITE_2490_
• _UNITE_2491_
• _UNITE_2492_
• _UNITE_2493_

=== Peloton d'approvisionnement ===
_HOMME_46123_

• _UNITE_2494_
• _UNITE_2495_
• _UNITE_2496_
• _UNITE_2497_
• _UNITE_2498_
• _UNITE_2499_
• _UNITE_2500_
• _UNITE_2501_
• _UNITE_2502_
• _UNITE_2503_
• _UNITE_2504_
• _UNITE_2505_
• _UNITE_2506_
• _UNITE_2507_
• _UNITE_2508_
• _UNITE_2509_
• _UNITE_2510_
• _UNITE_2511_
• _UNITE_2512_
• _UNITE_2513_
• _UNITE_2514_
• _UNITE_2515_
• _UNITE_2516_
• _UNITE_2517_



== 1er Escadron ==
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46124_
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46125_

=== Peloton de commandement ===

• _UNITE_2518_
• _UNITE_2519_
• _UNITE_2520_
• _UNITE_2521_
• _UNITE_2522_
• _UNITE_2523_
• _UNITE_2524_
• _UNITE_2525_

=== Peloton hors-rang ===
Premier maître _HOMME_46126_

=== Peloton de pionniers ===
Offier des équipages _HOMME_46127_
Puis enseigne de vaisseau _HOMME_46128_
Puis second maître _HOMME_46129_

• _UNITE_2526_
• _UNITE_2527_
• _UNITE_2528_
• _UNITE_2529_
• _UNITE_2530_
• _UNITE_2531_

=== Peloton de mortiers ===
Aspirant _HOMME_46130_

• _UNITE_2532_
• _UNITE_2533_
• _UNITE_2534_
• _UNITE_2535_
• _UNITE_2536_

=== Peloton d'automitrailleuses ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46131_

• _UNITE_2537_ - Enseigne de vaisseau _HOMME_46131_
• _UNITE_2538_ - Aspirant _HOMME_46132_
• _UNITE_2539_ - Premier maître _HOMME_46133_
• _UNITE_2540_
• _UNITE_2541_
• _UNITE_2542_
• _UNITE_2543_
• _UNITE_2544_
• _UNITE_2545_
• _UNITE_2546_
• _UNITE_2547_
• _UNITE_2548_
• _UNITE_2549_
• _UNITE_2550_
• _UNITE_2551_
• _UNITE_2552_
• _UNITE_2553_
• _UNITE_2554_
• _UNITE_2555_
• _UNITE_2556_
• _UNITE_2557_
• _UNITE_2558_
• _UNITE_2559_

=== 1er peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_25847_

• _UNITE_2560_
• _UNITE_2561_
• _UNITE_2562_
• _UNITE_2563_
• _UNITE_2564_
• _UNITE_2565_
• _UNITE_2566_
• _UNITE_2567_ - _HOMME_46134_ Chef de char, _HOMME_46135_ Chef de char, _HOMME_46136_ Tireur, _HOMME_46137_ Chargeur, _HOMME_46138_ Conducteur, _HOMME_46139_ Radio
• _UNITE_2568_ - _HOMME_46140_
• _UNITE_2569_ - _HOMME_46141_, _HOMME_46143_
• _UNITE_2570_ - _HOMME_46142_, _HOMME_46143_ Chef de char

=== 2e peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46144_

• _UNITE_2571_
• _UNITE_2572_
• _UNITE_2573_
• _UNITE_2574_
• _UNITE_2575_
• _UNITE_2576_ - _HOMME_46145_ Chef de char
• _UNITE_2577_ - _HOMME_46145_

=== 3e peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46146_

• _UNITE_2578_
• _UNITE_2579_
• _UNITE_2580_
• _UNITE_2581_
• _UNITE_2582_
• _UNITE_2583_
• _UNITE_2584_
• _UNITE_2585_
• _UNITE_2586_
• _UNITE_2587_

== 2ème escadron ==
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46147_
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46148_

• _UNITE_2588_ - _HOMME_46149_
• _UNITE_2589_
• _UNITE_2590_
• _UNITE_2591_
• _UNITE_2592_
• _UNITE_2593_
• _UNITE_2594_
• _UNITE_2595_
• _UNITE_2596_

=== Peloton Hors-Rang ===

=== Peloton porté ===
Premier-maître _HOMME_46151_
Puis enseigne de vaisseau _HOMME_46152_
Puis de nouveau _HOMME_46151_

=== 1er peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46153_

• _UNITE_2597_
• _UNITE_2598_ - _HOMME_46154_ Chef de char, _HOMME_46155_ Tireur, _HOMME_46158_ Chargeur, _HOMME_46159_ Conducteur, _HOMME_46160_ Radio
• _UNITE_2599_ - _HOMME_46154_ Chef de char, _HOMME_46155_ Tireur, _HOMME_46158_ Chargeur, _HOMME_46159_ Conducteur, _HOMME_46160_ Radio
• _UNITE_2600_ - _HOMME_46161_ Chef de char, _HOMME_46162_ Tireur, _HOMME_46163_ Chargeur, _HOMME_46164_ Conducteur, _HOMME_46165_ Radio
• _UNITE_2601_ - _HOMME_46166_ Chef de char, _HOMME_46167_ Tireur, _HOMME_46168_ Chargeur, _HOMME_46169_ Conducteur, _HOMME_46170_ Radio
• _UNITE_2602_ - _HOMME_46171_ Chef de char, _HOMME_46172_ Tireur, _HOMME_46173_ Chargeur, _HOMME_46174_ Conducteur, _HOMME_46175_ Radio
• _UNITE_2603_
• _UNITE_2604_
• _UNITE_2605_
• _UNITE_2606_
• _UNITE_2607_
• _UNITE_2608_

=== 2ème peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46176_

• _UNITE_2609_
• _UNITE_2610_ - _HOMME_46177_, _HOMME_46178_ Chef de char, _HOMME_46179_ Tireur, _HOMME_46180_ Chargeur, _HOMME_46181_ Conducteur, _HOMME_46182_ Radio
• _UNITE_2611_ - _HOMME_46183_ Chef de char, _HOMME_2248_ Tireur, _HOMME_46185_ Chargeur, _HOMME_46186_ Conducteur, _HOMME_46187_ Radio
• _UNITE_2612_
• _UNITE_2613_
• _UNITE_2614_
• _UNITE_2615_
• _UNITE_2616_
• _UNITE_2617_
• _UNITE_2618_ - _HOMME_46188_ Chef de char, _HOMME_46189_ Tireur, _HOMME_46190_ Chargeur, _HOMME_46191_ Conducteur, _HOMME_46192_ Radio
• _UNITE_2619_
• _UNITE_2620_ - _HOMME_46193_ Chef de char, _HOMME_46194_ Tireur, _HOMME_46195_ Chargeur, _HOMME_46196_ Conducteur, _HOMME_46197_ Radio
• _UNITE_2621_ - _HOMME_46193_ Chef de char, _HOMME_393_ Chef de char, _HOMME_46198_ Tireur, _HOMME_46199_ Conducteur, _HOMME_46200_ Aide conducteur, _HOMME_46201_ Chargeur

=== 3ème peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46202_

• _UNITE_2622_
• _UNITE_2623_ - _HOMME_46203_
• _UNITE_2623_ - _HOMME_46204_, _HOMME_46205_ Tireur, _HOMME_46206_ Conducteur, _HOMME_46207_ Radio
• _UNITE_2625_ - _HOMME_46208_
• _UNITE_2626_ - _HOMME_46209_ Chef de char, _HOMME_46210_, _HOMME_46211_, _HOMME_46212_, _HOMME_46213_
• _UNITE_2627_
• _UNITE_2628_
• _UNITE_2629_
• _UNITE_2630_

== 3ème escadron ==
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46214_

• _UNITE_2631_
• _UNITE_2632_
• _UNITE_2633_
• _UNITE_2634_
• _UNITE_2635_
• _UNITE_2636_
• _UNITE_2637_ - _HOMME_543_
• _UNITE_2639_

=== Peloton Hors-Rang ===

=== 1er peloton de combat ===
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46215_
Puis enseigne de vaisseau _HOMME_46216_

• _UNITE_2186_ - _HOMME_46217_ Chef de char
• _UNITE_2641_ - _HOMME_46217_ Chef de char
• _UNITE_2642_ - _HOMME_46218_ Chef de char, _HOMME_46219_ Tireur, _HOMME_46220_ Chargeur, _HOMME_46221_ Conducteur, _HOMME_46222_ Radio
• _UNITE_2643_ - _HOMME_46223_ Chef de char
• _UNITE_2644_ - _HOMME_46224_ Tireur, _HOMME_46225_ Aide-tireur, _HOMME_46226_ Conducteur, _HOMME_4947_ Conducteur, _HOMME_46227_ Radio
• _UNITE_2645_ - _HOMME_156_
• _UNITE_2646_ - _HOMME_46228_ Chef de char
• _UNITE_2647_ - _HOMME_46229_ Chef de char
• _UNITE_2648_ - _HOMME_46230_ Chef de voiture
• _UNITE_2649_ - _HOMME_25847_ Chef de voiture
• _UNITE_2650_
• _UNITE_2651_
• _UNITE_2652_
• _UNITE_2653_ - _HOMME_46231_ Chef de voiture

=== 2ème peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau Lacoin _HOMME__

• _UNITE_2654_ - _HOMME_46232_
• _UNITE_2655_ - _HOMME_46233_ Chef de char
• _UNITE_2656_
• _UNITE_2657_ - _HOMME_46234_
• _UNITE_2658_
• _UNITE_2659_
• _UNITE_2660_
• _UNITE_2661_
• _UNITE_2662_
• _UNITE_2663_
• _UNITE_2664_
• _UNITE_2665_

=== 3ème peloton de combat ===
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46240_
Puis enseigne de vaisseau _HOMME_46235_

• _UNITE_2666_ - _HOMME_46241_
• _UNITE_2667_ - _HOMME_46236_
• _UNITE_2668_ - _HOMME_46236_, _HOMME_46237_, _HOMME_46242_
• _UNITE_2669_ - _HOMME_46242_ Chef de char
• _UNITE_2670_ - _HOMME_46238_
• _UNITE_2671_ - _HOMME_46239_
• _UNITE_2672_
• _UNITE_2673_
• _UNITE_2674_
• _UNITE_2675_
• _UNITE_2676_
• _UNITE_2677_

== 4ème escadron ==
Lieutenant de vaisseau _HOMME_46243_

• _UNITE_2678_
• _UNITE_2679_
• _UNITE_2680_
• _UNITE_2681_
• _UNITE_2682_
• _UNITE_2683_
• _UNITE_2684_
• _UNITE_2685_
• _UNITE_2686_

=== Peloton Hors-Rang ===

=== 1er peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46244_

• _UNITE_2687_ - _HOMME_46245_
• _UNITE_2688_
• _UNITE_2689_ - _HOMME_46246_
• _UNITE_2690_
• _UNITE_2691_ - _HOMME_46247_
• _UNITE_2692_
• _UNITE_2693_
• _UNITE_2694_
• _UNITE_2695_
• _UNITE_2696_
• _UNITE_2697_

=== 2ème peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46248_

• _UNITE_2698_
• _UNITE_2699_
• _UNITE_2700_
• _UNITE_2701_ - _HOMME_46249_
• _UNITE_2702_ - _HOMME_46250_
• _UNITE_2703_
• _UNITE_2704_
• _UNITE_2705_
• _UNITE_2706_
• _UNITE_2707_
• _UNITE_2708_
• _UNITE_2709_

=== 3ème peloton de combat ===
Enseigne de vaisseau _HOMME_46251_

• _UNITE_2710_ - _HOMME_46252_
• _UNITE_2711_ - _HOMME_46253_
• _UNITE_2712_ - _HOMME_46253_
• _UNITE_2713_ - _HOMME_46254_
• _UNITE_2714_ - _HOMME_46255_ Chef de char, _HOMME_46256_ Chef de char
• _UNITE_2715_ - _HOMME_46257_ Chef de char
• _UNITE_2716_ - _HOMME_46258_
• _UNITE_2717_
• _UNITE_2718_
• _UNITE_2719_
• _UNITE_2720_
• _UNITE_2721_
• _UNITE_2722_



« Des oeufs » (extrait "Libération de Paris") (467)

par _HOMME_156_ le 16 septembre 2007

Nous retrouvons le 3ème escadron du _UNITE_421_ regroupé dans le même périmètre, faisant les pleins, réparant, _PAROLE_se retapant_, dans l'attente de l'étape suivante. Il est question de Paris qui n'est pas dans les plans américains dans le moment. Les généraux _HOMME_15570_ et _HOMMEi_LECLERC_ interviennent énergiquement pour libérer la ville. Le 22 Août au soir, ils obtiennent gain de cause, l'ordre de départ immédiat est adressé à toutes les unités.

La joie est générale. La perspective de délivrer Paris est enthousiasmante pour tous, même pour ceux qui n'y sont jamais allés. Jacques rie à l'idée de la surprise qu'il fera à sa mère, son oncle, sa tante, ses deux cousines, ses amis dont la serveuse Lucie.

Tout le monde sait maintenant que Paris est en insurrection, mais il s'avère indispensable que l'armée intervienne au plus vite pour soutenir le mouvement.

Sur les routes, panneaux indicateurs et bornes donnent des indications décroissantes : SEES - MORTAGNE - LA LOUPE - MAINTENON - CHARTRES - RAMBOUILLET - LONGJUMEAU - ANTONY - SCEAUX.

Une colonne doit pénétrer la capitale par le pont de Sèvres, une autre par la porte d'Orléans ; Jacques et son _UNITE_2644_ sont dans cette dernière.

Tout ce chemin s'est fait dans le délire de la population, avec des accrochages fréquents avec l'ennemi, des succès locaux, des pertes, mais le 24 au soir la tour Eiffel est en vue.

Le 25 au matin, la porte d'Orléans est franchie, dans un enthousiasme indescriptible. Au cours d'un bref arrêt, Jacques demande à un badaud si le téléphone fonctionne ; ça marche paraît-il, et le charge de prévenir que _PAROLE_Jacques est là_.

_UNITE_2642_ - _UNITE_2644_ - _UNITE_2646_ - _UNITE_2186_ et leur protection rapprochée arrivent à l'église de Montrouge, descendent l'avenue du Maine, contournent la gare Montparnasse, puis s'arrêtent dans la rue de Rennes. Tous les véhicules sont envahis. Seul dans sa petite jeep, le grand lieutenant _HOMME_25847_ est un peu délaissé, jusqu'au moment de son identification ; il doit alors se réfugier dans un couloir pour ne pas être déshabillé.

Jacques entre au Gaz de France, appelle INV.46.08. pour avoir sa maman. C'est Mr _HOMMEi_BONNEFOY_, cafetier d'en face, qui lui répond que sa mère a été prévenue de son arrivée, elle s'est absentée un moment. Il indique que le _UNITE_2644_ est en face de Damoy, rue de Rennes. Dans l'heure, maman Germaine arrive, juchée sur le cadre du vélo d'un jeune garçon parfaitement inconnu. Les retrouvailles sont touchantes, l'équipage est présenté. Elle a eu des nouvelles indirectes de Nicole, toujours dans ses études à Charleville. Grand-père et grand-mère FOREST iraient bien aussi, sans précisions.

Régalade de conserves US pour tous les badauds, arrosées de vins fins Damoy fournis par des _GLOSSE_FFI_.

Le PC Opérations du général _HOMMEi_LECLERC_ a été installé dans la gare, ce qui vaut aux équipages _UNITE_421_ d'assister à l'arrivée du général allemand _HOMMEi_VON CHOLTITZ_ pour reddition.

Le 26, le général _HOMME_15570_ descend les Champs-Elysées, à pied, dans la liesse populaire. Jacques permissionnaire le soir, dîne en famille, chez maman Germaine, avec la tante Madeleine, l'oncle Maurice, les cousines Jacqueline & Jeannine. Les allemands s'invitent au dessert, en bombardant le quartier de la Chapelle, venant du Bourget.

Le lendemain, est consacré à l'attaque et à la libération de cet aéroport. Dans cette affaire, le _UNITE_2644_ s'illustre en tirant 24 obus, détruisant un véhicule blindé, contenant une contre-attaque ennemie.

Le 3ème escadron du _UNITE_421_ s'installe à Dugny-le-Bourget pour une dizaine de jours. Il se noue beaucoup de relations, on en reparlera.



Récit des combats pour la libération de GRUSSENHEIM du 27 au 28 janvier 1945 (5189)

par _HOMME_2248_ le 22 juillet 2007

Après l'intermède de la Lorraine, la revient en Alsace. Mon escadron, le 2ème du _UNITE_421_, s'installe à Bernardswiller le 20 janvier 1945. Nous apprenons que nous allons être engagés pour la liquidation de la poche de Colmar. Nous profitons de cet arrêt pour fourbir nos armes et camoufler en blanc hommes, chars et autres véhicules. C'est la couleur du temps !

Le 24 janvier le 2ème peloton dont je fais partie fait mouvement sur Sélestat. Nous sommes affectés au sous-groupement PUTZ. Le 27 janvier vers 06H30 nous roulons vers Guémar. Premier arrêt au carrefour devant ce village où une file de scout-cars nous croise. Ce sont les fusiliers-marins du 2ème escadron du 1er RFM de la 1ère DFL. Nous repartons et traversons Guémar. Les souvenirs m'assaillent. Toute cette région du Ried m'est familière. En été 1937, avec mon père, nous y avions fait des parties de pêche mémorables. D'autant plus que c'étaient les dernières avant mon départ pour la Marine et l'_UNITE_1002_. J'avais alors un peu plus de 14 ans.

Nous continuons vers Nlhaeusern où le sous-groupement franchit l'Ill et se dirige vers le carrefour 177 Nord. Il se déploie pour progresser en direction de la rivière Blind et du village de Grussenheim. L'attaque est menée par un bataillon de la _UNITEi_Légion Etrangère_. Dans mon secteur elle est appuyée par la 2ème section de chars Sherman de la 2ème compagnie du _UNITEi_501ème RCC_ formée par l'_UNITEi_ULM_, l'_UNITEi_AVERSTAEDT_ et le _UNITEi_BAUTZEN_ et par le TD _UNITE_2611_ qui les soutient.

Le décor est en noir et blanc, sinistre à souhait. Noires sont les carcasses brûlées des chars Hornisse, TD, Sherman et autres véhicules qui parsèment les alentours du carrefour 177 Nord. Noirs aussi sont les bois, bosquets et haies dépouillés qui nous entourent et s'échelonnent devant nous vers l'horizon incertain et menaçant. Blanc, l'épais manteau de neige qui recouvre toute chose.

Nous avançons lentement, la Légion est déployée devant nous à moins de 100 mètres. Les hommes progressent péniblement, par groupes et demi-groupes, le long des haies ou à découvert. Dans ma lunette de visée je suis près d'eux à les toucher. Lourdes silhouettes kaki foncé; aucun camouflage. J'en ai le coeur serré. Puis le décor s'anime et se sonorise. L'artillerie ennemie donne de la voix et ses feux se feront de plus en plus meurtriers. Cela durera jusqu'au soir. Les mortiers s'y mêlent aussi, bientôt épaulés par les courtes rafales rageuses des mitrailleuses MG42-43. Toutes les variations de la symphonie guerrière nous arrivent par la tourelle. Des sifflements, des explosions, des geysers, des petits cratères de neige sale. Devant nous, autour de nous, des hommes tombent et meurent. D'autres courent pour un abri, une protection.

À travers ma lunette de tir je fouille le paysage à la recherche du moindre indice ennemi. De l'autre côté du canon me parviennent les jurons du Vieux. C'est le QM1 chauffeur _HOMME_46183_, notre chef de char. Il a 34 ans, solide comme un roc, un vrai loup de mer. L'équipage et les anciens du régiment le surnomment ainsi, affectueusement. Pour le moment, la cagoule blanche lui couvrant le buste, il est penché en dehors, les yeux vissés aux jumelles, il ne cesse de scruter le terrain. Justement, un officier de la Légion l'interpelle :

_PAROLE_Qu'est-ce que vous attendez pour tirer ?_

Il répond :

_PAROLE_Nous ne demandons pas mieux, donnez nous un objectif._

L'officier s'en va en haussant les épaules.

Doucement la neige s'est mise à tomber. Je continue ma veille. Un groupe de combat progresse le long d'une haie ... le bruit d'une courte rafale, des hommes s'écroulent, les autres s'éparpillent ou se couchent. J'en vois trois qui courent, s'arrêtent indécis, puis s'agglutinent près d'une haie. Une très courte rafale, ils s'affalent les uns sur les autres, comme au ralenti, formant un tas pitoyable. Un mortier s'est mis de la partie et achève le carnage. La neige tombe maintenant drue, à gros flocons. Peu à peu les corps disparaissent sous le même linceul. La visibilité diminue encore. Malgré tout l'acharnement que nous y mettons, nous ne repérons aucune mitrailleuse. En face, l'ennemi possède l'art du camouflage et sait se battre.

le temps s'éclaircit. Je repère une lueur de départ près d'un ponceau que je gratifie d'un explosif. Malgré ses pertes, la Légion avance et s'infiltre dans les bois bordant la Blind. En fin d'après-midi, nous recevons l'ordre de suivre les chars Sherman qui viennent de nous quitter. Ils déboîtent vers la droite et rejoignent la route qui mène du carrefour 177 Sud au pont de la Blind à l'ouest de Grussenheim. Ils traversent le bois qui te précède en tirant de toutes leurs mitrailleuses. Lorsque nous débouchons, les chars du 501ème sont déjà postés à environ 25 mètres à droite du pont sauté, en amont de la rivière, adossés au bois.

Le Vieux dirige le _UNITE_2611_ à gauche, en aval du pont et nous stoppons à quelques pas d'un gué. Les berges sont en pentes douces. L'eau est claire, peu profonde. On distingue les graviers du fond. Le franchissement paraît aisé. Les 4 chars sont donc établis sur la rive ouest, face au village de Grussenheim, à environ 800-1000 mètres, vers lequel serpente la route bordée d'arbres. Il me semble que ce sont des pommiers.

Peu à peu les bruits de la bataille s'apaisent et meurent avec le crépuscule. Tout le monde veille. L'infanterie n'est pas encore arrivée. Soudain, de la berge Est nous parvient le bruit d'un moteur qui démarre, puis le ferraillement des chenilles d'un char qui s'éloigne sur notre gauche vers Elsenheim. Un blindé ennemi qui nous attendait, embusqué à moins de 100 mètres derrière la corne du bois, de l'autre côté de la Blind. Nous nous organisons pour la nuit qui, nous le savons, sera longue et glaciale. Chacun a son arme individuelle à portée de main. La 12.7 et le canon, parés à faire feu. Nous sommes prêts quoi qu'il advienne et une contre-attaque est toujours possible. Puis la Légion arrive et prend position. Des éclats de voix, les coups sourds de pioches qui tentent, en vain, de creuser des trous individuels ou des emplacements d'armes collectifs. Mais la terre est bien gelée sous l'épaisse couche de neige.

La nuit est noire, le froid commence à mordre, tout le secteur est calme. Vers 20H00, des bruits de moteurs se manifestent derrière nous. C'est le Génie qui arrive pour la mise en place d'un élément de pontage sur le pont démoli. L'animation revient. Interjections, appels, coups de masse, la neige qui crisse sous les pas, des silhouettes qui s'agitent dans la lumière intermittente des torches électriques. La veille devient malaisée. En face, les Allemands sont sûrement alertés. Le QM1 chauffeur _HOMME_46186_, conducteur du char, lance les 2 moteurs diesel, 200 CV chacun, pour les réchauffer. Avec le froid qui s'installe, il faudra renouveler souvent cette opération bruyante. Vers 21H30, réveil du côté de l'ennemi. Des bruits inquiétants de moteurs et de chars qui manoeuvrent nous parviennent. Le Génie s'affaire autour du pont.

Soudain, vers 22H00, c'est le déchaînement de l'artillerie ennemie. Nous sommes en plein dans la tempête. C'est un déferlement d'explosions, d'éclairs, de sifflements. Un rugissement assourdissant dont le souffle s'engouffre par la tourelle ouverte. De l'intérieur m'arrive le bruit mat des éclats qui frappent et qui ricochent sur le blindage. Nous sommes littéralement matraqués, sonnés. Puis il y a une brève accalmie. Un des Sherman sur notre droite brûle. Tout près, les cris, les appels, les plaintes des blessés. Instinctivement, je me suis éjecté de la tourelle. Deux ombres tombent à côté de moi. C'est le Vieux et le matelot fusilier _HOMME_4135_, le chargeur. Le chef de char m'interroge :

_PAROLE_Qu'est-ce qui se passe ?_

Je lui réponds :

_PAROLE_Mais qu'est-ce qu'on fout là, on ne va pas se laisser faire ?_

Je viens de réaliser que nous sommes là, les pieds dans la neige ! Les autres aussi ont repris leurs esprits. D'un bond, chacun se retrouve à son poste. _HOMME_46186_, le conducteur et le QMl mécanicien _HOMME_3925_ qui fait office de radio et d'aide conducteur sont assis à l'avant à nos pieds. Ils ne se sont aperçus de rien. Je balance ma tourelle le long de la lisière de Grussenheim. Elle s'illumine et clignote de feux divers : départs de chars ou anti-chars, départs de canons légers, sans doute anti-aériens de 20 ou 30 mm, un affût double aussi, dont les obus traçants accourent vers nous en une double trajectoire, curieusement courbe ou sinueuse, suivant le pointage. Beaucoup de mitrailleuses, certaines très proches qui égrènent leurs traçantes. Plusieurs chars se manifestent. Lorsque l'un ou l'autre tire dans notre axe, c'est la flamme de départ dans la lunette et instantanément le fracas de l'explosion autour de nous. L'artillerie ennemie continue à nous expédier salves après salves.

Nous décidons, le Vieux et moi, de nous faire un peu d'air et de nettoyer les abords immédiats. Je tire à obus explosifs, au jugé. Sur la rive opposée, dans le bois sur notre gauche, puis dans la corne du bois devant nous, puis dans les pommiers qui bordent la route. Sur notre droite, les chars de la 2ème Section du 2/501ème RCC crachent le feu. J'ai l'impression que nous formons avec eux comme un îlot d'acier, un hérisson qui lance ses dards et se démène furieusement.

Maintenant, je me concentre sur les objectifs en bordure du village. Pas question de se servir des graduations de la hausse dans la lunette car les éclairs sont trop fugaces. L'oeil rivé à ma lunette, je manoeuvre les volants de pointage et me rapproche le plus possible d'un départ. Puis j'attends le prochain et rectifie en une fraction de seconde. Lorsque la flamme de départ me paraît bien centrée, je tire un perforant ou deux. Nous gardons sagement les obus explosifs pour la défense rapprochée.

Ainsi je vais d'un char à l'autre pour revenir sur les objectifs près du pont. Le plus facile, c'est les canons anti-aériens. Il me suffit de remonter jusqu'à la source des traçants. Nous sommes en pleine action. La culasse claque, le canon tonne, la douille éjectée tinte sur le parquet du char, l'odeur excitante de la poudre me chatouille les narines. Je crie :

_PAROLE_Perforant ou explosif ?_

J'entends le bruit du chargement puis, aussitôt, la voix de _HOMME_4135_, le chargeur qui répond :

_PAROLE_Paré !_

_HOMME_4135_ a vingt ans, il vient de se marier. _HOMME_3925_ l'est également, il en a vingt cinq. Tous les deux volontaires, ils viennent d'embarquer sur le _UNITE_2611_ en remplacement des matelots _HOMME_46185_ et _HOMME_46187_, versés sur d'autres TD en manque d'effectifs. C'est leur premier combat !

Vers minuit les feux de l'artillerie et les tirs des chars ennemis deviennent sporadiques, puis cessent. Dans le silence revenu, seules persistent les rafales de mitrailleuses, non devant nous, mais sur l'arrière de nos ailes. Au bout d'un moment nous avons nettement l'impression que l'infanterie allemande s'est infiltrée par la. Autour du pont pas un bruit, pas une voix. Le Sherman sur notre droite ne brûle plus depuis un moment. Nous appelons la Légion. Pas de réponse. Manifestement, il n'y a plus personne. Peut-être sont-ils derrière nous dans le bois ?

Quelques déchirures dans le ciel nous apportent un peu de clarté lunaire. Il doit être 01H00 du matin. _HOMME_46186_ et _HOMME_3925_ nous préparent des breuvages chauds : café, cacao. La flamme bleue du réchaud vacille sur le parquet. Le Vieux et moi veillons dans la tourelle. Les autres essayent de dormir. Mais le réchauffage des moteurs n'est pas précisément une berceuse. II fait très, très froid. Nous nous enveloppons pieds et jambes dans les couvertures. Aucun n'arrive réellement à dormir.

02H00 du matin. Par moment la lune apparaît et la neige scintille. Je distingue la masse sombre du village. Le long de la route les pommiers ont pris un sacré coup ! Par endroit, les branchages jonchent les fossés ou la route, formant des taches noires. Sur ma droite, à environ 50 mètres, le groupe des chars Sherman. Pas le moindre coup de feu, c'est le grand silence.

Nous avons tiré nos 27 obus explosifs. Il nous reste une dizaine de perforants. Mes pensées vagabondent, des images m'assaillent, pêle-mêle. Où est le TD _UNITE_2610_ notre équipier ? Où est notre chef de groupe, l'aspirant _HOMME_5021_. Nous l'appelons Lieutenant, nous l'aimons et l'admirons car il a toujours été avec nous dans tous les coups durs. Le sentiment de faire bloc avec l'équipage et avec ce vieux _UNITE_2611_ qui nous a mené bravement depuis les plages de Normandie jusqu'à ma terre d'Alsace qui bientôt sera totalement libérée.

L'émotion m'étreint. Dans quelques jours, je retrouverai mes parents. Là-bas, sur ma droite, à 15 km dans le Sud se situe Colmar où réside ma famille. Je ne l'ai plus revue depuis Noël 1939, lors de ma dernière permission. Et pourtant un jour j'ai choisi de renoncer à elle, de renoncer à mes racines.

Mon esprit revient en arrière. Juin 1940. Je suis embarqué à bord du torpilleur _UNITE_48_ qui vient d'escorter le bâtiment de ligne _UNITE_238_ de Saint-Nazaire à Casablanca. Juste avant l'armistice.

Quelque temps après, le Pacha (CF _HOMME_13797_) convoque les alsaciens et mosellans de l'équipage. L'officier en second (LV _HOMME_46260_) nous informe qu'une note de la commission d'armistice franco-allemande nous met dans l'alternative suivante :
• Soit résilier notre lien et obligation de rejoindre nos foyers dans la zone annexée par le 3ème Reich,
• Ou bien rester dans nos unités après avoir signé une attestation par laquelle nous déclarons renoncer pour toujours à revenir chez nous. J'ai signé. J'avais à peine 17 ans.

La Blind miroite sous la lune. Une joie profonde m'envahit. Peu importe, vivant ou mort, j'aurai retrouvé la terre de mes aiëux.

Ces réminiscences m'aident à rester éveillé, à étaler le coup. Le Vieux, accoudé sur la tourelle est silencieux, songeur. Nous sommes de quart comme autrefois sur la passerelle de nos bateaux. Soudain, il me semble que quelque chose bouge dans le fossé, à la lisière du bois. Le Vieux me passe ses grosses jumelles et saisit son pistolet-mitrailleur. Des masses blanches rampent derrière les branchages abattus. Je vide un chargeur de carabine en ajustant mes coups.

Une demi-heure plus tard, une nouvelle alerte.

Cette fois, c'est sur la route à 80 mètres devant nous. Je tire un autre chargeur. Pas de réaction, sans doute une patrouille ennemie. Il est 4H00-5H00 du matin. La lune s'est voilée. Pour la enième fois nous buvons du café. Nous discutons de la position du char et de sa vulnérabilité lorsque l'aube viendra. Nous décidons de nous asseoir dans le lit de la Blind au prochain réchauffement des moteurs.

Le jour se lève. Nous sommes à défilement de tourelle dans le gué. L'eau ruisselle à travers les chenilles et les galets de roulement du char. Nous pouvons battre toute la lisière ouest du village. À mon avis, une excellente position pour protéger la base de départ et le débouché d'une attaque ultérieure sur Grussenheim. L'infanterie de la _UNITEi_Légion Etrangère_ est revenue. Une nouvelle unité du Génie s'active à la réfection du pont. Le Lieutenant est là. Le Vieux a sauté de l'arrière du char sur la berge et rejoint l'aspirant _HOMME_5021_. Il lui rend compte des péripéties de notre engagement et de l'état de nos munitions. Dans le bois, derrière nous, des moteurs grondent, des chars manoeuvrent. Des légionnaires à la lisière du bois, dont un officier qui se détache et vient vers nous. Il nous hèle d'une voix forte et impérative :

_PAROLE_Oh! les marins, sortez de là !_

et puis, d'une voix plus douce, comme pour s'excuser, il continue :

_PAROLE_Si vous ne sortez pas de là, mes gars ne voudront plus marcher. Avancez sur la route !_

Le Vieux de la berge vient de sauter sur l'arrière du char. Il a entendu.

Sur mon observation que nous allons nous faire allumés, il me répond qu'il faut y aller. Le _UNITE_2611_ grimpe la berge Est, rejoint la route et se range le long du fosse gauche. Il est le premier char de ce côté-ci de la rivière à ??H00 du matin de ce dimanche 28 janvier. Derrière nous le pont à environ 25-30 pas. Le sort en est jeté !

Le Vieux fait stopper les moteurs. Je m'inquiète auprès de lui au sujet de nos munitions. Il me dit que le lieutenant va nous en ramener. Nous sommes aux premières loges. Le village est là, devant nous, à portée de main, tout ouaté de blanc. Une belle carte de Noël ou de Nouvel An. Ma lunette fouille et refouille toute la lisière. Rien, pas âme qui vive. Quelle belle cible nous devons offrir. Soudain, les cloches sonnent. L'appel des fidèles, la messe. Je n'en crois pas mes oreilles ! Cela me paraît tellement incroyable après ce qui s'est passé hier et cette nuit que je doute de mon entendement. Mais _HOMME_46183_ et _HOMME_4135_, eux aussi, paraissent stupéfaits.

Entre 10H00 et 11H00, des bruits de moteurs et de chenilles nous parviennent de Grussenheim. Des chars qui se déplacent, traversent le village ou qui manoeuvrent pour changer de position. Derrière nous, sur la rive Ouest, un char Sherman tire quelques coups de canon. Ce sont des fumigènes qui tombent sur la lisière Sud-ouest du village.

Nous apprenons que les munitions, sont arrivées. Le Vieux saute de la tourelle, franchit le pont et va réceptionner quelques projectiles qu'if vient déposer sur l'arrière du char. Il poursuit son va-et-vient. Je suis en train de sonder le village juste dans l'axe de l'église.

Une flamme, une détonation, le perforant ronfle au-dessus de la tourelle. Je repère une longue volée qui recule derrière une maison. Je tire deux perforants à travers elle. Lentement, je balance la tourelle vers la droite. Une grosse lueur éblouit mon oeil dans la lunette de visée. C'est pour nous. Le _UNITE_2611_ sursaute d'avant en arrière sous le choc de l'impact. Je me cramponne à mes volants de pointage et perds conscience. Je me sens bien.

Des images défilent, des scènes de ma prime jeunesse, mes parents, ma famille ... puis plus rien ... comme un film qui casse. J'ouvre les yeux. Je suis vivant et toujours debout à mon poste. Il fait très chaud. Une épaisse fumée acre, étouffante m'enveloppe. J'appelle _HOMME_46186_ qui devrait être assis sur son siège au niveau du parquet. Je tâte du pied, mais il n'est plus là. Il m'apprendra plus tard qu'ayant essayé, en vain, d'ouvrir le panneau d'évacuation sous son siège, il avait alors tenté sa chance du côté de _HOMME_3925_, où existait le même dispositif. Celui-ci était mort. Dans la fumée, il avait alors empoigné son corps pour le dégager, mais c'était une masse informe, gluant de sang.

Je me retourne vers l'intérieur de la tourelle. Une grosse boule incandescente ricoche d'un bord à l'autre, accompagnée par de plus petites. Curieusement, aucune ne m'atteint. J'appelle _HOMME_4135_ et tend mon bras vers sa place, mais rien. Des munitions d'armes individuelles fusent, explosent ainsi que celles de la 12.7. Les moteurs brûlent. J'étouffe. Je saisis le rebord de la tourelle et d'un bond tombe dans le fossé où j'essaie de reprendre mes esprits.

Sifflements de balles, explosions dans le bois. Ce n'est pas le moment de se relever. Je rampe vers la Blind. Il semble que je sois le seul rescapé. Ce n'est pas possible ! A mi-chemin, quelque chose me pousse à faire demi-tour et à revenir vers le _UNITE_2611_ qui fume et pétarade. Arrivé sur son arrière, je vois une grosse masse en feu qui surgit de la tourelle et tombe dans le fossé, se roule dans la neige. C'est _HOMME_46186_ ! Je l'appelle :

_PAROLE_C'est toi François ? ... je ne vois plus rien ... aide-moi !_

Me dit-il. Il est sérieusement brûlé : les cheveux, le visage qui est une plaie rouge vif, les paupières sont collées et ne forment plus qu'un trait sanglant. Les mains et les avant-bras sont aussi touchés.

Côte à côte, nous rampons vers la rivière. Nous descendons la berge près du pont. Il y a une couche de glace translucide que je brise avec mes pieds. L'eau nous arrive au-dessus des genoux. Nous traversons courbés, remontons la berge Ouest et, toujours rampant dans le fossé, progressons vers l'intérieur du bois. II y a plein d'engins chenilles et à roues, mais on ne voit personne. Tout le monde est à l'abri car les obus continuent de tomber. Puis, arrive un half-track frappé d'une grande croix rouge qui s'arrête à notre hauteur.

En sort l'aspirant _HOMME_5021_, tout pâle, qui vient vers nous en disant :

_PAROLE_Mes pauvres vieux._

Il nous aide à embarquer dans le véhicule et nous roulons vers le carrefour 177 Sud. Il nous apprend qu'il a déjà évacué _HOMME_46183_, blessé au ventre et aux mains, alors qu'il était en train d'empiler des projectiles de 76,2 sur l'arrière du char. Je lui rends compte de ce qui s'est passé, qu'un obus perforant de 88 mm a percé le char, sans doute au niveau du barbotin droit, traversant le corps de _HOMME_3925_, fauchant _HOMME_4135_ et pénétrant dans le moteur arrière gauche en y mettant le feu.

Nous nous arrêtons près d'une tente dressée à l'extrémité d'une très longue haie au pied de laquelle s'aligne, comme à la parade, une impressionnante rangée de cadavres enveloppés de couvertures kaki. Combien sont-ils ? Quarante, cinquante peut-être.

Piqûre de morphine. Je remarque que j'ai des trous et des brûlures sur mon pantalon. L'infirmier ou le médecin qui m'ausculte m'apprend que j'ai trois éclats dans la cuisse droite. D'autres blessés sont là. Le matelot canonnier _HOMME_4880_, un vieux copain alsacien de Herbitzheim, fait irruption dans la tente. Nous échangeons quelques mots. Il me donne un paquet de Camel et file car il doit participer à l'attaque avec le 2ème peloton. Je me retrouve dans une ambulance qui démarre. En face de moi un grand gaillard du _UNITEi_501ème RCC_, un officier il me semble. Il est très pâle, les yeux fermés. En dessous de lui, un sergent du _UNITEi_RMT_, une cuisse avec un énorme pansement rougi de sang. Il tient une photo dans sa main. En dessous de moi, il y a un autre blessé que je ne peux voir.

Arrêt brutal de l'ambulance tout près d'une maison. Violent tir d'artillerie ennemie. Le pont d'Illhaeusern est juste devant nous. L'ambulancière bondit, ouvre une porte, crie et gesticule. Des soldats en surgissent qui empoignent nos brancards et nous déposent dans une grande cave pleine à craquer de légionnaires qui boivent et qui chantent. Il y a des jerricans de vin et aussi de schnaps. Notre arrivée et le fracas des explosions semblent peu à peu tempérer l'ambiance. Au bout d'une demie heure cela se calme et nous repartons.

J'ai dû dormir pendant des heures dans une inconscience totale, J'ouvre les yeux. Un grand couloir, des cloisons en bois, des brancards devant moi, derrière moi. Un éclairage minable, des ampoules nues. Il fait nuit. De temps à autre des soldats nous déplacent un peu plus loin. Par période, une porte s'ouvre vers l'extérieur. L'air froid pénètre, il neige. D'autres blessés viennent prendre place près de nous. Il est 01H00 du matin lorsque l'on m'allonge sur une grande table. Un jeune médecin petit, noiraud et en pleine forme s'occupe de moi. Il me fait une piqûre dans le bras et me parle d'Alger où il est né. Il parle, parle ... et je m'endors.

A mon réveil, il fait jour. Une grande pièce, d'autres blessés autour de moi. À ma droite, une tête bandée, deux joues rouges, des petits yeux bleus qui sourient. Je lui parle. A ma surprise, c'est une femme d'Illhaeusern. Nous continuons en dialecte. Elle m'apprend qu'il y a beaucoup d'autres civils qui ont été tués ou blessés. Par la fenêtre qui me fait face je vois une succession de baraquements. Nous nous trouvons dans le camp d'internement de Schirmeck.

Dans l'après-midi, une ambulance me conduit à Saint-Dié où je passerai 24 heures dans une école avec des parachutistes du _UNITEi_1er RCP_, tous blessés à Jebsheim. Enfin, un train sanitaire nous transporte à Vichy, à l'hôtel Radio, transformé en hôpital, sur les bords de l'Allier. _HOMME_46183_ et _HOMME_46186_ ont été évacués ensemble vers un hôpital américain à Rennes. Je ne les reverrai qu'après mon retour d'Allemagne.

Le 30 mars 1945 au soir, c'est le Vendredi Saint, j'arrive à Colmar en stop depuis Nancy. J'ai une permission de convalescence de 20 jours. L'artillerie lourde allemande effectue des tirs de harcèlement sur la ville. Ce n'est que le lendemain que je retrouve mes parents et la famille après plus de cinq ans d'absence et dans de biens tristes conditions.

L'Alsace abandonnée, annexée par l'ennemi, avait dû payer un lourd tribut de sang, de larmes et de dévastations. À l'issue de ma convalescence, je rejoins le bataillon de renfort à Saint-Germain et rencontre peu après à l'École Militaire le LV _HOMME_46147_, commandant le 2ème Escadron.

_PAROLE__HOMME_2248_, que faites-vous là ?_

Me dit-il. Je lui explique ma situation. Il poursuit :

_PAROLE_J'ai besoin de chefs de chars, le _UNITE_2612_ vous attend, vous en prendrez le commandement._

En petit convoi, nous étions le soir même à Strasbourg. Le lendemain soir nous avons rejoint des éléments du 2ème Escadron près de Berchtesgaden. En Allemagne, c'est le grand hallali puis l'effondrement du Grand Reich millénaire allemand et l'Armistice signée le 8 mai 1945.

Jamais je n'oublierai.



La Marine nationale au féminin de 1943 à nos jours aux Éditions Alan SUTTON (2264)

par Lucile CLÉMENS-MORISSET le 25 novembre 2006

L'Appel du 18 Juin

18 juin 1940... L'appel du général _HOMME_15570_.

Il est entendu par des hommes refusant le joug germanique, mais aussi par des femmes ne désirant pas se cantonner au seul rôle d'épouse et de mère de famille que la société veut bien leur assigner. Certaines vont prendre leur destin en main, et l'associer à celui de la France.

(...)

La branche marine comprend tout d'abord 115 femmes : les premières “marinettes”. Appelées _UNITE_1865_, le 9 septembre 1943, on les nommera finalement “Services Féminins de la Flotte”, plus connues sous le diminutif de _GLOSSE_SFF_ Leur statut est fixé le 13 janvier 1944.

Le rôle des _GLOSSE_SFF_ est avant tout de remplacer le personnel militaire masculin, qui, ainsi dégagé des postes sédentaires peut intégrer les unités combattantes qui luttent contre les forces de l'Axe.

(...)

Certaines d'entre elles ont expérimenté la vie sur le terrain, ayant eu la possibilité de partir en opérations. On évoque souvent la très célèbre _UNITEi_2ème Division Blindée_, ou division Leclerc qui arriva la première à Berchtesgaden après avoir effectué toute la campagne de France, mais peu connaissent l'existence en son sein d'un groupe de marins et encore moins des marinettes qui les accompagnaient.

Voici un résumé des circonstances qui les amenèrent à être enrôlées auprès d'un des plus grands maréchaux de France :

Le 15 août 1943 le chef d'état-major général de la guerre demande à la Marine la création d'un régiment de chasseurs de chars. La proposition étant acceptée, le Régiment Blindé de Fusiliers Marins, ou _UNITE_421_, est créé et placé sous le commandement du capitaine de corvette _HOMME_368_. Ce régiment comprend environ 900 hommes. Le 8 avril 1944, le comité de défense nationale décide d'affecter le _UNITE_421_ en soutien à la _UNITE_2082_ du général Leclerc. Quittant l'Afrique du nord, les hommes s'embarquent pour l'Angleterre où ils commencent leur entraînement de chasseurs de chars dès le début de mars 1944.

Le 7 mai 1944 une équipe d'ambulancières _GLOSSE_SFF_ est constituée au poste de secours régimentaire du _UNITE_421_ : _UNITE_430_. Elles seront chargées de donner les premiers secours aux blessés et d'assurer l'évacuation de ceux-ci vers le bataillon médical situé plus à l'arrière de la ligne de front. J'ai eu la chance de retrouver (l'une d'entre elles), qui a accepté de me livrer son témoignage.

(...)

Les jeunes femmes attendent de retrouver le Régiment Blindé des Fusiliers Marins. Le 16 mai, enviées par les autres filles, elles ont la joie de recevoir de beaux insignes de fusiliers marins. Dès le lendemain elles déjeunent à Assi Ben Okba avec le _UNITE_421_.

Le 20 mai, les ambulancières embarquent sur un navire anglais, _UNITEi_Cape Town Castle_, qui fait partie d'un convoi de quinze bateaux, afin de se rendre dans un premier temps à Liverpool. Avec elles, se trouve une autre équipe d'ambulancières, les Rochambelles.

(...)

Le 22 juin les marinettes entrent brutalement dans la vie du camp. On leur impose des exercices militaires qui débutent à 7h30, apprenant à marcher en ordre serré, à faire des demi-tours où elles se retrouvent souvent face à face ! On ménage tout de même le petit groupe pour qui les exercices ne sont pas trop ardus ! Elles ont regretté plus tard de ne pas avoir appris des choses plus pratiques : savoir reconnaître, par exemple, une grenade dégoupillée.

Les ambulancières attendent avec impatience le débarquement, mais redoutent par ailleurs de découvrir leur pays en partie détruit. Elles ignorent ce qu'elles vont trouver et se posent souvent la question.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 se fait entendre le vrombissement des moteurs : il y a un énorme passage d'avions au-dessus de leurs têtes. Elles se doutent alors que le moment approche. Mais elles doivent encore attendre.

Ce n'est que le 2 août 1944, par beau temps, qu'elles arrivent sur le sol de France. Elles s'échouent sur la plage de Grand Camp, autrement appelée Utah Beach. L'un des marins saisit son clairon et joue la Marseillaise. Le moment est émouvant.

La division Leclerc gagne le sud-ouest du Mans sur le flanc gauche de l'armée allemande. Le _UNITE_421_ est réparti dans les trois groupes tactiques qui la composent.

Les _GLOSSE_SFF_ remplissent leur périlleuse mission. Vêtues de tenues de l'armée de terre américaine, au volant de leurs ambulances, elles évitent de songer aux tirs de l'ennemi et aux mines qui jalonnent les routes.

La population les accueille chaleureusement.

Dans la nuit du 8 au 9 août à minuit, le groupement Dio est victime de bombardements et de mitraillages de la part de l'aviation allemande.

(...)

(Le groupe des marinettes) en sort indemne, alors que l'on compte par ailleurs 21 blessés et 3 morts. Peut-être mue par une intuition toute féminine, (l'officier SFF) avait sommé ses ambulancières de rester sous les pommiers où elles s'étaient d'abord garées, refusant l'emplacement qu'on leur avait attribué par la suite. Les pommiers furent épargnés alors que l'endroit refusé fut fortement touché.

Le rôle des ambulancières est de récupérer les nombreux blessés et de les amener vers un centre de “triage et traitement”. Par la suite les hommes sont envoyés vers un hôpital américain.

(...)

On peut quelquefois leur demander de porter des messages à l'état major. C'est ainsi qu'un jour elles prennent une carte et choisissent le chemin le plus court, peu informées des mouvements des véhicules ennemis ! Soudain, elles aperçoivent une Jeep des fusiliers marins qui arrive rapidement derrière elles. Intriguées, elles s'arrêtent et apprennent qu'il y a un Tigre, un de ces redoutables chars allemands, à deux virages de là !

(...)

Le 25 août elles ont la joie de participer à la libération de Paris.

(...)

Les Parisiens les reçoivent formidablement bien. On les invite à manger et certains sortent même du foie gras et du bon vin, mets de choix qui ont pu échapper à l'ennemi !

(...)

Traversant la Moselle les ambulancières se rendent à Flins, au bord de la Meurthe. Leur médecin, M. _HOMMEi_MORETTI_ se voit contraint d'amputer un blessé sans anesthésie, à même le sol, pas même recouvert de macadam, mais de simples cailloux. Le patient est terriblement choqué, son bras est très abîmé. Elles le récupèrent dans leur ambulance afin de l'amener au “triage et traitement”, mais il commence à s'évanouir. Le seul remontant dont elles disposent est de l'alcool de mirabelle ! L'une des ambulancières a retrouvé cet homme beaucoup plus tard, après la guerre, en parfaite santé. Il l'avait reconnue !

(...)

Le 01 novembre marque la prise de Baccarat.

(...)

_HOMMEi_GOERING_ s'était fait faire un service en verres de Baccarat que les Français récupèrent et remettent à un officier. Voilà une prise revenue dans le giron de la France !

Le 12 novembre les ambulancières participent à un déjeuner avec le _UNITE_421_ durant lequel on octroie de nouveau au régiment la fourragère rouge, celle de la légion d'honneur. _HOMMEi_Leclerc_, qui au départ avait une prévention contre les marins, les considérant comme des Vichystes, leur avait interdit de l'arborer. Mais il était revenu sur ses positions, constatant que les fusiliers avaient abattu de nombreux chars, et reconnaissant leur bravoure. Dès lors, il autorise de nouveau le _UNITE_421_, dont les marinettes font partie, à porter cette fourragère, que les fusiliers marins avaient gagné durant la première guerre mondiale, lors des combats sur l'Yser.

La campagne d'Alsace avec la prise de Strasbourg s'avère difficile mais le _UNITE_421_ s'y distingue par son ardeur au combat.

(...)

La résistance ennemie est terrible et les bombardements sévères : le 3ème escadron est bombardé à la cadence moyenne de 300 coups par jour à Gerstheim.

(Une ambulancière) passe Noël dans une cave, à Rhinau, en bordure du Rhin. Les marins y ont descendu une cuisinière pour faire cuire des aliments et se réchauffer. Le lendemain pourtant le lait est gelé ! Ils fêtent Noël du mieux qu'ils le peuvent, mais les Allemands ne sont pas loin et patrouillent.

(...)

Le 25 avril 1945 le _UNITE_421_ au complet est acheminé vers l'Allemagne. Le 2ème escadron prend part le 4 et le 5 mai à la prise de Berchtesgaden, tandis que le reste du régiment va cantonner dans l'ouest de l'Ammerzee.

(Une ambulancière) est logée chez un couple Bavarois. Le mari fait prisonnier par les Russes, a eu les yeux crevés. Ils lui avaient fait subir cette torture avant de le renvoyer vers les siens, afin de montrer aux Allemands quel sort les attendait s'ils tombaient entre leurs mains.

(...)

Le _UNITE_421_ a été cité deux fois à l'ordre de l'armée. Son 4ème escadron a été cité à l'ordre de l'armée pour son action à Dompaire, le 3ème escadron a été cité à l'ordre de la division pour son action à Royan.

Les hommes qui ont côtoyé les ambulancières ont d'abord été surpris de leur arrivée, puis conquis par leur bravoure, leur témérité et leur dévouement. Il y a eu d'ailleurs de nombreux articles de journaux à l'époque pour en témoigner. Mais j'ai préféré recueillir les éloges qui leur ont été faits de la bouche même d'un ancien fusilier du _UNITE_421_.

Il était second maître durant la campagne de France, chef de protection du peloton, c'est à dire aux côtés d'un blindé durant son avance, celui-ci étant “aveugle” et “sourd”: _PAROLE_Nous avons fait connaissance avec les marinettes en Angleterre. Nous avions été un peu surpris en apprenant que des femmes allaient se joindre à nous. Comme la plupart des hommes nous pensions que la guerre n'était pas une affaire de femmes, même si elles ne venaient pas pour se battre. Très vite nous avons été conquis par leur extrême gentillesse et leur grand courage. Nous avions beaucoup de respect pour elles, et jamais nous n'aurions touché à une marinette. Elles étaient nos « petites sœurs », c'est ainsi qu'on les surnommait. Elles nous apportaient un grand soutien moral, d'autant plus qu'elles n'avaient jamais peur, ou en tout cas, elles n'en montraient rien. Certaines étaient très croyantes et je me souviens que deux d'entre elles, au milieu d'un champ, vers Sées, ont prié Sainte Geneviève avec ferveur afin qu'elle protège Paris._

C'était sans doute peu avant le 25 août !

(...)

En 1945 une poignée de femmes persévère dans ce métier alors que la plupart mettent fin à leur carrière militaire : d'une part la Marine démobilise, d'autre part, il est peu courant en ces années-là qu'une femme mariée conserve son emploi. Il n'en reste plus que 700 début 1946, 125 en 1947. Pourtant la guerre d'Indochine se profile à l'horizon. La Marine nationale s'y engage.

Une équipe de vingt et une ambulancières embarque sur l'_UNITEi_Eridan_, en direction de ce qui est encore une colonie française. Leur contrat se prolonge afin de servir en Asie. Tout en affrontant un climat difficile les _GLOSSE_SFF_ s'occupent non seulement des blessés et des malades, mais aussi des foyers où les hommes peuvent se détendre et boire un coup. De même, elles s'occupent de la correspondance et des expéditions de colis des marins, assurant même le transport du courrier jusque dans les stations fluviales les plus isolées. Elles ont en charge l'enterrement, sur place, des défunts ne pouvant être rapatriés.

La dernière marinette quitta le sol d'Indochine en 1956. Là encore leur présence maternelle et leurs attentions ont permis d'apporter soulagement et réconfort aux marins.

V418.0 - !!! ATTENTION - SITE INTERNET EN CONSTRUCTION - CONTENU SOUS RESERVE !!! Page N°3 - Variable N°421