Association ALAMER   http://alamer.fr   http://alamer.fr
Mémoire des Équipages des marines de guerre, pêche, commerce & plaisance de 1939 à 1945
./
« Saint Abel »
Le calendrier de l'association

Accueil
   Unités


 LE MALIN     
   
   
   
   
   


99 embarquements

Date inconnue : OLLIVIER Mathieu - REMY André

Année 1933 : LEMONNIER André

Année 1934 : LEMONNIER André - LEMONNIER André

Année 1936 : COLIN Emile - LE GAL Marcel - LE MOING Léon - MICHARD Louis - SANSON

Année 1937 : GRAZIANI Gaston

Année 1938 : CORRE - CÉSARI - DELAROQUE - LE GALL - SCLAMINEC Henri

Année 1939 : ANDRÉ Hervé - DEPREZ - KERLAU Charles - LE VERGOS Roger

Année 1941 : DUFFAU Edmond - ENGRAND - LEVEUX Emile - MAGET Roger - MERVEILLEUX DU VIGNAUX - ROBERT François

Année 1942 : CORBEL Toussaint

Année 1943 : HOURCADE Jean

Année 1944 : ADAM Arthur - ARNAL Joseph - BAILLE Méric - BALIEN Lucien - BARRIOS François - BAUER Norbert - BERGES Laurent - BERGUGNAT Pierre - BERNADET Albert - BERNARD Joseph - BILLON Maurice - BOISSE André - BOUDIN Yves - BREYER Hans - BRUCKMANN Georges - BUFFE Paul - DEFAYE Jean - DESTOUCHES André - DEVAUX Roger - DI SARIO Charles - DROGOU Pierre - DUMAS Jean - ECOCHARD Léon - EVEN René - FABRE Joseph - FAGOT Lucien - FAURE Paul - FERNANDEZ Antoine - FEZAN Henri - FLAGUEUL Guy - FURDIN Eugène - GILBERT Albert - GROS Marius - HAMON François - HARMELLE Pierre - JAFFRY Pierre - JAMES Gaston - JAUTHAN Alcide - LACOSTE Fernand - LAFFOND Charles - LALLAOURET René - LE RAER Emile - LECOINTRE Louis - LECOMTE Georges - LEJEUNE Edouard - LEMARINEL Eugène - LESCASTREYRES Jean - LLACHER Vincent - MALHERBE Guy - MEUNIER Jean - MEUNIER Jean - PERRET Michel - PERROT Jean - PHELIPPEAU Jean - PHILIPPE Camille - PINNA Roger - PIRON Jean - PISCIONE Jérôme - PUITMAL Fernand - QUEURY Joseph - REGNIER Robert - RIOUAL Yves - ROCHE Hubert - ROUAUD André - SALLET Fernand - SART Louis - TOURDOT Alfred - UGUEN Joseph

Année 1945 : DUFOUR Georges - PATOU André

Année 1947 : IEHLÉ Pierre


4 operations

RAKE    TORCH    ANVIL DRAGOON    MENACE

5 groupements auxquels cette unité a été intégrée

10ÈME DIVISION DE CROISEURS LÉGERS    8ÈME DIVISION DE CONTRE-TORPILLEURS (ou) 8ÈME DCT    FLANK FORCE    FORCE DE RAID    KJ.2

Articles


Extraits de l'agenda de l'année 1944 (327)

par Roland SEVENOU le 1944

Mars 1944


Faisons route dessus.

21h45 Ouvrons le feu. Coups au but sur un destroyer allemand qui explose.

22h05 Coup au but sur 2ème destroyer. Marchons à 39 nœuds. Nous tirons de toutes nos pièces.

22h15 Un destroyer flambe.

22h16 Faisons route à 33 nœuds sur le convoi. Lançons torpille. Bateau marchand de 8 000 tonnes à peu près coulé. Nous tirons avec les 40 sur un petit bateau. Résultat définitif : 2 bateaux marchands, 2 destroyers allemands, 1 vedette lance torpille coulés.

Lorsque nous sommes arrivés sur le convoi, après avoir ouvert le feu, les deux destroyers ennemis ont voulu s'enfuir. Nous les avons pris en chasse et c'est sur un champ de mines que le combat a commencé. Les allemands ont ouvert le feu mais rien ne nous a touché. Après avoir exterminé le convoi, nous faisons route vers notre base à une vitesse moyenne de 30 nœuds.

Le combat a eu lieu dans le 44°22N et 014°20E.

Samedi 18 Mars (St Alexandre)


37°25 de lat 020°52 de long

Le matin préparatifs pour partir. Appareillage retardé : nous avons fait un trou dans la coque à l'avant. L'avarie est vite réparée.

Appareillage. Nous faisons un raid devant la ville grecque d'Arcadia. Nous tombons sur un convoi de 5 bateaux nous en coulons 4 et le 5ème probablement. Nous passons à 20 mètres d'un bateau à essence qui nous explose au nez. Pendant une petite minute on se tire dessus à bout portant. Nous sommes touchés à trois endroits : aux poulaines équipage, dans un radeau sous la passerelle et à la pièce II plusieurs trous causés par des éclats (porte des fourriers, croisillons cheminée etc...)

Nous avons 1 blessé grave. Une fois le combat terminé nous partons à 36–37 nœuds direction Malte.

Arrivons à Malte vers 15H00. En mettant notre vedette à l'eau, elle reste suspendue par l'avant, tandis que l'arrière tombe à l'eau. Nous accostons LE FANTASQUE qui lui a deux blessés graves. Il est moins touché que nous ;

L'après midi : repos. Permissionnaires par bâbord. Rentrée à 23 heures.

Gardons une veille(153) Quart de 02 à 04 RAS

Vendredi 16 Juin 1944


Arrivons vers 11h à Manfredonia. Vers 14 ou 15h appareillage. Nous allons faire un raid dans le golfe de Quaméro à côté de Fiume.

Poste de combat réel à minuit 45. Cinq bateaux en vue. Nous faisons 3 ou 4 passes et coulons 2 vedettes et 2 cargos. Le 5ème s'est tiré !

Retour du combat à 34 nœuds. J'ai pris des photos.

Nous étions avec LE FANTASQUE. Les vedettes et les cargos nous ont tiré dessus avec des mitrailleuses et des canons d'assez beau calibre. Le combat a duré environ 30 minutes et s'est déroulé à la position suivante : 44°50N et 014°08E.

Nous n'avons aucun blessé et aucune éraflure. Le combat s'appelle le combat de l'Arsa, car il s'est passé à côté du canal de l'Arsa dans le golfe de Quaméro. Le 1er coup de canon fut tiré à 23h GMT.

Samedi 17 Jjuin 1944


Arrivons à Tarente vers 20H00 ; faisons le mazout et restons à quai.

Dimanche 13 Août 1944


Branle-bas à 5h00. Appareillage à 6h00. Nous allons en rade.

Appareillage avec LE MALIN et LE FANTASQUE à 11h30. Nous rencontrons le GEORGES LEYGUES, le Mont….. 3 cuirassés américains : TEXAS, NEVADA, PHILADELPHIE.

Vitesse minimum 10 nœuds. Nous sommes tous escortés avec 6 destroyers. Route à l'Ouest. Mer bonne.

C'est le grand coup qui se prépare.

Lundi 14 Août 1944


Le matin nous rencontrons une autre force alliée. Nous dépassons un grand convoi. Le temps est calme. Nous marchons doucement. Dans l'autre escadre se trouvent l'ÉMILE BERTIN et le DUGUAY-TROUIN.

L'après midi, nous passons au large de la Sardaigne.

Le soir nous passons devant la Corse. Vers 20H00 nous mettons au poste de combat puis au poste d'alerte.

Jeudi 17 Août 1944


Nous faisons route sur la Corse. Nous escortons le TEXAS jusqu'à l'intérieur du Cap de Bonifacio, puis nous le laissons partir seul. Nous faisons demi-tour et nous allons mouiller dans le port de Propriano. Nous sommes une dizaine de bateaux français et américains. Nous restons sous les feux. Le port de Propriano est très petit, il se trouve un peu au nord de Sartène.

Vendredi 18 Août 1944


Cette nuit, nous appareillons à 1h30 avec le FATQ pour chasser les sous-marins ennemis signalés devant la baie.

Lundi 25 Décembre 1944


Le matin, préparatifs d'appareillage.

Appareillage à 13 heures. Exercices de tir et évolution.

En nous ralliant, LE MALIN nous rentre dedans. 8 morts à bord du LE TERRIBLE. Nous n'avons pas coulé grâce aux cloisonnements étanches. Une chaudière a explosé. Parmi les 8 se trouvent 5 permissionnaires du LE FANTASQUE et 3 de chez nous : DESIVART, DEVRAIN, ROUSSELET.

Nous rentrons à Naples à très petite vitesse : 5 nœuds. Tout le pont du milieu est arraché, plus de cheminée, la pièce 3 est déplacée, le poste arrière n'existe plus, la coque est crevée.

25 Décembre 1944 jour triste mais jour de fête


Le matin branle-bas à 08H00. Nous trouvons toutes les chaussures blanchies à la chaux ainsi que tables et glaces.

Vers 09 heures, messe à bord par un aumônier français, dans le poste 3 ; j'y vais ainsi que plusieurs camarades.

À 10 heures nous allumons car nous devons appareiller pour Toulon.

À midi, les permissionnaires rentrent de terre et nous mangeons. Quelques-uns sont encore gais et légèrement émus par la boisson.

À 13 heures appareillage avec LE MALIN. Nous faisons exercice de DCA et d'évolution à 25 noeuds.

À 05h35 exactement LE MALIN nous aborde à la hauteur des 40 bâbord. Les munitions explosent enlevant les 40 et un cône de torpille. LE MALIN pénètre plus profondément déchirant la coque bâbord, une chaudière arrière explose arrachant le pont milieu et la cheminée.

Par l'explosion, l'avant du LE MALIN se casse et s'engloutit dans l'eau emportant avec lui une centaine de marins et communiquant le feu dans l'intérieur du bateau.

Quand le choc a eu lieu j'étais dans le poste 4 en train de manger. LE TERRIBLE a pris une gîte formidable le renversant presque. Nous sommes montés rapidement sur le pont malgré la grande difficulté que nous avions eu à sortir du poste 4 à cause de la porte qui s'était fermée.

En arrivant sur le pont nous avons préparé les radeaux car le bateau gardait une forte gîte et donnait l'impression qu'il allait sombrer. Le temps est assez houleux et le vent fort de l'ouest.

Nous sommes tous sur bâbord pour aider un peu à rétablir la gîte. Tout à bord est dans un grand désordre du à la déflagration.

Le vent souffle de tribord et quelques embruns embarquent par le pont milieu.

L'équipe de sécurité et l'infirmier recherchent les blessés qui après déblaiement sont au nombre de 5 et 9 morts dont 5 subsistants du LE FANTASQUE qui devaient aller en permission en arrivant à Toulon.

Nous arrivons à rétablir l'équilibre et nous pouvons retourner dans les postes.

LE MALIN a réussi à éteindre l'incendie de son avant ?

Nous regagnons Naples à une petite vitesse de 4 nœuds ce qui est un maximum car il n'y a presque plus d'eau pour la chaudière. LE MALIN est resté derrière nous et rejoins également le même port. Le résultat du choc sera sans doute effrayant.

Mardi 26 Décembre 1944


Arrivons à Naples vers 08 heures. Aussitôt nous faisons l'appel : il en manque 8. Les corps sont mis en bière et expédiés au cimetière. LE MALIN doit arriver cette nuit. Nous déblayons le pont milieu. Les américains nous aident ainsi que des soldats français du Maroc. 2 blessés de chez nous vont à l'hôpital (TINET et BRULE).

Le soir j'écris à la maison à Louis et Guieu.

Mercredi 27 Décembre 1944


Je suis de garde pour la surveillance des corps, je pars à 08 heures. À 15 heures, cérémonie au cimetière. LE MALIN n'a aucun rescapé : il totalise 62 morts. Ce qui fait 70 en tout et 6 blessés.

Je reviens du cimetière vers 17 heures. Nous avons changé de quart et nous devons aller demain au bassin.

Jeudi 28 Décembre 1944


Ce matin débarquement du reste des munitions. Vers midi le GEORGES LEYGUES et la JEANNE D'ARC arrivent. L'amiral RONARC'H vient à bord et nous fait un petit discours disant que :

« Nous serions rapidement réparés et que nous effacerons cette page de deuil sur le livre de gloire de la division. »

Vers 17 heures nous entrons en cale sèche.

Le soir RAS



Extraits de l'agenda de l'année 1942 (326)

par Roland SEVENOU le 1942

Parti de Dakar la veille au soir.

Jeudi 01 Janvier 1942


Nous sommes partis de Dakar pour Casa le 31/12/1941 à 17h30. Nous avons un convoi composé de l'ASIE et de l'ARCTURUS. En mer cette nuit nous avons pris les promotions. Horellou et moi sommes passés s/m. Temps superbe, mer calme, vitesse moyenne 7 nœuds.

Mardi 09 Juin 1942


Le matin le s/m ANTIOPE ne marche pas bien. On stoppe. Beng mécano du SIDI-FERRUCH va sur l'ANTIOPE et 2 s/m de subsistance à bord vont sur l'ANTIOPE. L'après midi quart de 11 à 14. Arrivée à Agadir à 15h GMT. Attendons s/marin.

Mercredi 10 Juin 1942


Nous sommes partis ce matin à 02h00 d'Agadir avec 2 sous-marins. Les essais de l'ANTIOPE sont à moitié satisfaisants. Rien de particulier, temps superbe, mer belle.

Mercredi 21 Octobre 1942


L'amiral François DARLAN arrive sans tambour ni trompette. Grande surprise de la population.

Jeudi 22 octobre 1942


Défilé devant l'amiral François DARLAN arrivé hier à Dakar. Le soir je vais à terre. Il y a réunion des officiers à la chambre de commerce, présidée par François DARLAN.

Lundi 09 Novembre 1942


Alger capitule le soir à 22h. Oran est menacée d'encerclement. Bombardement intensif sur Casablanca. Le convoi parti le 6 fait demi tour et rentre à Dakar

Veille 4T1 ts à 8 et 4 à 8

Consigné à bord

Le soir RAS

Alertes DCA

Mardi 10 Novembre 1942


Oran capitule. Casa puissamment bombardée. Le JEAN BART entre en feu.

À bord consigné.

Nombreuses alertes.

Temps couvert. Match de foot inter poste. Veille 4T1. Le soir RAS

Mercredi 11 Novembre 1942


Occupation de la zone libre par les allemands/

Casa demande l'armistice.

Nombreuses alertes sur Dakar.

À bord toujours consigne. Minute de silence.

Veille de 08 à 12, 20 à 24. RAS

Jeudi 12 Novembre 1942


Le matin 3 alertes DCA.

Le JEAN BART est bombardé.

Bougie est tombé aux américains.

Exercice sur /

Le soir match de foot

RAS

Bardia et Tobrouk tombent aux mains des anglais.

Vendredi 13 Novembre 1942


Nouvelles du matin : PÉTAIN retenu à Vincennes. PRIMAUGUET coulé dans passe Casa. JEAN BART hors de combat. Pas de nouvelles du LE MALIN et LA SURPRISE un convoi de Casa est arrivé ce matin.

Bones est tombé aux américains

2 alertes. Le soir quart sur 4T1 RAS

Samedi 14 Novembre 1942


Nouvelles du matin : D'après le communiqué de nombreux bateaux de guerre sont abîmés à Casablanca au MAROC. Les allemands arrivent en parachute à Bizerte et les américains viennent par terre. La France se déclare neutre. L'armée anglaise avance rapidement en Cyrénaïque.

À Dakar il fait froid, pluie, vent.

Permissionnaire par quart.

Dimanche 15 Novembre 1942


On annonce que PÉTAIN et François DARLAN sont en désaccord.

Le général BERGERET arrive à Dakar incognito.

Une alerte DCA. Joli tir, mais en vain. Les nouvelles du gouvernement ne sont pas charmantes.

À bord RAS. Service du dimanche. Messe à bord.

Le soir RAS

Mercredi 18 Novembre 1942


Nouvelles : On annonce que les allemands et le américains sont entrés en contact. Pilonnage des aérodromes de Tunis. Les italiens reculent en Cyrénaïque. Les anglais se disent à 150 km de Benghazi.

Alerte DCA

Jeudi 19 Novembre 1942


Nouvelles du jour : Des parachutes anglais arrivent à Tunis. Les allemands et anglais sont en contact à côté de Bizerte. Les anglais arrivent à Benghazi. Remaniement du Cabinet : LAVAL remplacera PÉTAIN en cas de maladie ou autre.

Dakar : beau temps. Match de foot.

Alerte DCA

Lundi 23 Novembre 1942


Nouvelles du jour : Nous sommes rangés sous les ordres de l'amiral François DARLAN. Les français se battent en Tunisie. Dakar : pas d'alerte. Le matin exercice sur 1. L'après-midi rien à faire. Match de foot entre canonniers et radios. Nous gagnons par 2 à 0. Cette nuit quart de 02 à 04. Veille 04.

Vendredi 27 Novembre 1942


Le matin : rien de particulier. Nouvelles du jour : On apprend que les allemands sont entrés à Toulon et que la flotte française s'est sabordée sur l'ordre de l'amiral DELABORDE. Bataille entre marins et allemands à Toulon.

Samedi 28 Novembre 1942


Nouvelles du jour : On apprend que les bâtiments sabordés sont au nombre de 50 ; 2 sous-marins ont réussi à s'échapper, un 3ème a coulé sur une mine. Le devant de la passe était miné par les alliés. BOISSON doit aller en Afrique du Nord.

Dimanche 29 Novembre 1942


Le matin, messe à bord du CANADA. Midi information peu importante. Les bâtiments continuent à exploser. Le nombre des marins tués serait élevé. Le trafic doit reprendre normalement. Le soir CHURCHILL doit parler au monde. Alerte DCA vers 15 heures. Pas de veille.

Vendredi 25 décembre 1942


On apprend que l'amiral François DARLAN a été assassiné hier soir.

À bord service du dimanche. Les pavillons sont en berne.

V418.0 - !!! ATTENTION - SITE INTERNET EN CONSTRUCTION - CONTENU SOUS RESERVE !!! Page N°3 - Variable N°44