Association ALAMER   http://alamer.fr   http://alamer.fr
Mémoire des Équipages des marines de guerre, pêche, commerce & plaisance de 1939 à 1945
./
« Saint Matthieu »
Le calendrier de l'association

Accueil
   Unités


 PARIS     
   
   
   
   
   


64 embarquements

Date inconnue : AURAY Hippolyte - BOURCEY Jean - BRUNE Raymond - GRILLET Georges - PONTOISEAU Etienne

Année 1916 : SIMON Pierre

Année 1918 : REBUFFEL Gabriel - SIMON Pierre

Année 1926 : DROGOU François

Année 1930 : CELERIER André

Année 1931 : BELLOIR Georges - GOULEY Frédéric

Année 1932 : COLIN Emile

Année 1933 : BIGOT André - BOUTELIER Auguste - DUMAS Maurice - LE SAOÛT Maurice

Année 1934 : BROUSSIGNAC Jean - DAVID Georges - MORVAN Jean-pierre - THOMAS Marcel

Année 1935 : BOUR Robert - BOYER Jean-paul

Année 1936 : GÉHIN Pierre - POURQUIER César

Année 1937 : BIROT Roger - CHARDONNET Roger - DE BOYSSON Joseph - FRAGE Louis - GAUTERON Gaston - HAMM Jacques - LEBEC Alexis - ROYER DE VÉRICOURT Bernard - TIRILLY Emile - VINAT Pierre

Année 1938 : BEAUVY François - CHATEAU Marcel - CHAUVIN Charles - FOURER Lucien - MARTEL Jean - PHILIPPE Marcel

Année 1939 : BACHELIER Lucien - BRACHET Marcel - BROUDIN Louis - CHEVAL Michel - ENAUD Jacques - EVEILLARD Jean - GORIN Michel - KEREMPICHON Pierre - LATREILLE Gilbert - LIOT René - MAUCORT Jean - QUESTEL Alphonse - RUBAUD Louis

Année 1940 : BEYOU Yves - CASTEL Emile - DU BOISBAUDRY Gilles - FALHUN François - GUERMEUR Joseph - LOZACHMEUR Denis - RIVIÈRE Jacquelin - TABAILLOU Jean - VALENTIN Gaston

Année 1949 : BRAYER Gilles


2 groupements auxquels cette unité a été intégrée

ESCADRE D'INSTRUCTION    FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL

Articles


« La guerre du mousse Yves BEYOU débute le 19 juin 40 à Plymouth » (18144)

par Ouest France le 18 décembre 2013

Rencontre

À 14 ans et demi, le 13 octobre 1938, Yves BEYOU, jeune Lesnevien entrait à l'ÉTABLISSEMENT DES PUPILLES DE LA MARINE. Un diplôme de comptabilité et sténo dactylo en poche, il y poursuit des études classiques et reçoit les rudiments de la formation militaire et marine. Au début des vacances, en juillet 1939, la guerre et la mobilisation générale menacent. Les autorités militaires recommandent aux pupilles de rester chez eux à la rentrée d'octobre 1939.

Le jeune Yves BEYOU, se met en quête d'emploi. Ce sera à la laiterie de Ploudaniel. Mais la tâche qui lui est confiée ne lui plaît guère. Lors d'une livraison de lait à Brest, il rencontre le maître commis de l'ÉTABLISSEMENT DES PUPILLES DE LA MARINE à qui il demande s'ils seront réintégrés. Oui, lui est-il répondu. Sans plus attendre, Yves BEYOU donne sa démission à la laiterie et retourne à l'ÉTABLISSEMENT DES PUPILLES DE LA MARINE. Quinze jours plus tard, il est admis à ÉCOLE DES MOUSSES. Nous sommes en octobre 1939.

1er contrat à 16 ans

Depuis le 2 septembre, la guerre est déclarée. Les nouvelles ne sont pas bonnes. On annonce la progression rapide des Allemands vers la Bretagne. « Des avions allemands survolent parfois Brest » se souvient Yves. Le 5 mars 1940, le jour de ses 16 ans, le mousse signe son premier contrat d'engagement pour cinq ans.

Le 18 juin, après des soins dentaires à l'hôpital maritime, il prend quelques affaires et embarque sur le vieux cuirassé PARIS en compagnie de 1 600 mousses et cadres de l'ÉCOLE DES MOUSSES et des 1 200 hommes d'équipage du bateau. Le bateau appareille à 17 h 30. Le lendemain, le PARIS arrive à Plymouth sous les acclamations de la population massés sur le Hoe, le promontoire qui surplombe la baie. Quelques jours après, les marins mettent le cap sur Liverpool et se retrouvent sur le champ de courses d'AINTREE PARK, avec 12 000 marins rescapés de Dunkerque. Leur capitaine de compagnie, dit Tonton Louis, leur apprend qu'ils seront formés à la reconnaissance aérienne. Le groupe repart vers Plymouth pour mettre le cap sur Casablanca où il arrive le 7 juillet. En route, le 2 juillet, l'équipage apprend la tragédie de La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940).

Deux débarquements

On retrouve ensuite Yves BEYOU sur le MONTCALM, le 15 juillet 1941, après une période de formation qui l'a conduit à Toulon. En janvier 1943, il part vers les Etats-Unis pour la modernisation du bateau. De retour sur les côtes d'Afrique, le bateau exerce une mission de surveillance avant de participer au Débarquement de Normandie. Le MONTCALM, avec ses nouveaux canons, détruit la batterie allemande de Longues-sur-mer. Le bateau part dans la foulée en Méditerranée, pour le débarquement en Provence.

Le 10 novembre 1944, Yves BEYOU est de retour à Lesneven. Après quatre ans et demi d'absence.



La fin du CHACAL (10775)

par Marcel BRACHET – Gardien de la paix – Calais (Service Historique de la Marine) le 24 mai 1940

J'avais 19 ans en 1939, j'habitais Sangatte.

Devançant l'appel, je me suis engagé dans la Marine en qualité de chauffeur.

Après avoir fait mes classes à bord du cuirassé PARIS, j'ai été envoyé sur le MONTCALM, puis en janvier 1940 sur le contre-torpilleur CHACAL, à bord duquel je me trouvais en mai 1940.

Le vendredi 24 mai, vers quatre heures du matin, nous nous trouvions dans la Manche, près de Boulogne, exactement par le travers d'Alprech.

À 5 heures j'étais remonté de mon quart et me reposais dans le poste d'équipage où mon hamac se trouvait à bâbord.

Vers 9 heures une escadrille de sept bombardiers, des Stukas, est venue nous survoler.

J'ai, ainsi que mes camarades qui dormaient comme moi, été réveillé par les tirs de la DCA du bord. Les mitrailleuses faisaient rage.

Une des bombes lancées par les assaillants est tombée à l'avant, traversant le poste de part en part et coupant le raban de l'un de nos camarades qui couchait à tribord.

Elle ne fit cependant pas de dégâts sérieux.

Bien entendu nous avons aussitôt été débout.

A ce moment on sonnait « Aux postes de combat ».

Nous n'avons pas eu le temps matériel de nous y rendre. Au moment où avec quelques camarades je me précipitais par les coursives pour atteindre le poste qui m'était assigné on sonnait « Aux postes d'évacuation ».

Je m'y suis porté rapidement, je voulais m'évacuer par tribord.

A ce moment une bombe est tombée dans l'eau non loin de moi à environ deux mètres à tribord. J'ai hâtivement rebroussé chemin et suis parti à bâbord.

Là, j'ai trouvé des camarades qui s'occupaient à mettre à l'eau l'une des baleinières du bord. Saisissant l'un des cordages activant la poulie à triple cordage du système de descente de la baleinière, je me suis laissé glisser dans l'eau.

Naturellement je portais, ainsi qu'il était prescrit dans un cas semblable, une ceinture de sauvetage, aussi suis-je rapidement revenu à la surface. Un camarade, Franck, un parisien dont je n'ai pas oublié le nom, m'a aussitôt rattrapé, et m'a aidé à me hisser dans la baleinière.

Le capitaine d'armes, un maître principal a pris la direction de l'embarcation, il m'a donné l'ordre de prendre des avirons et d'aider à écarter la baleinière du CHACAL. Le navire avait l'avant tourné du coté d'Étaples et nous nous trouvions à sa gauche c'est-à-dire à bâbord.

Pendant ce temps les batteries allemandes, d'ailleurs de petit calibre, qui étaient déjà installées le long de la côte, d'Alprech à la Pointe-aux-oies, tiraient sur nous.

La baleinière contenait une vingtaine d'hommes, c'était le grand maximum qu'elle pouvait embarquer sans risquer de couler.

Nous remorquions en outre un radeau auquel s'accrochaient une douzaine de nos camarades dont un blessé.

Nous nous sommes donc éloignés de notre contre-torpilleur et de la terre pour éviter d'être fait prisonniers.

Partis au large, c'est deux heures environ plus tard que nous avons été repêchés et recueillis par le MESSIDOR, chalutier dragueur de mines, qui, après de nombreuses manœuvres pour se soustraire au tir des pièces allemandes mit le cap sur Le Havre où nous sommes arrivés le lendemain seulement après au moins douze heures de mer. Nous y sommes restés peu de temps et sommes partis pour Cherbourg où, après une pause assez courte nous avons rallié Brest.

Là on nous a donné quinze jours de permission à aller passer à Camaret, dans le voisinage. Au bout de dix jours l'avance allemande laissait craindre l'arrivée de l'ennemi, on nous a embarqué sur un cargo qui nous a amené en Angleterre. Nous avons débarqué à Plymouth, où après être demeuré là 3 jours, un paquebot nous a évacué sur Liverpool. Peu après, nous sommes revenus à Plymouth, par chemin de fer, cette fois, et de là, par convoi sommes partis pour Casablanca.

J'y ai été embarqué sur un dragueur de mines ; le MARIE MAD, chalutier, chargé de la surveillance de la côte Marocaine.

V418.0 - !!! ATTENTION - SITE INTERNET EN CONSTRUCTION - CONTENU SOUS RESERVE !!! Page N°3 - Variable N°51