Émile, MUSELIER
   Dernier grade : Vice-amiral
17 avril 1882 MARSEILLE (13)
02 septembre 1965 TOULON (HÔPITAL MARITIME) (83)
courriel Contacter l'association au sujet de cette personne...


La page du Compagnon de la Libération



Etats de service...

Dates Evénements
- 1899 -
     /1899
ÉCOLE NAVALE - Embarqué
- 1927 -
     /1927
ERNEST RENAN - Commandant
- 1930 -
     /1930
VOLTAIRE - Commandant
- 1931 -
     /1931
BRETAGNE - Commandant
- 1902 -
05/10/
Aspirant de 1ère classe
- 1903 -
  /03/
Première campagne en Extrême-Orient
- 1904 -
Enseigne de vaisseau
- 1909 -
Affecté à des services à terre, notamment à Toulon
- 1912 -
Lieutenant de vaisseau
- 1915 -
  /03/
Rapatrié sanitaire en France, demeure en convalescence à Pouilly-en-Auxois
  /05/
Volontaire pour rejoindre la brigade des fusiliers marins en Belgique, se bat sur l'Yser
- 1916 -
  /08/
Affecté au Ministère des Inventions, où il est président de la section Marine
- 1918 -
  /07/
Capitaine de corvette
- 1922 -
Capitaine de frégate
- 1925 -
01/12/
OURAGAN - Commandant
- 1926 -
  /07/
Capitaine de vaisseau
- 1933 -
Contre-amiral, il devient Major Général du port de Sidi-Abdalah (Tunisie). Là il crée des œuvres sociales comme La Mie de Pain
- 1938 -
  /08/
Commandant de la Marine à Marseille et du secteur de défense de la ville, situation difficile car l'énorme trafic commercial du grand port relève de sa compétence
- 1939 -
10/10/
Vice-amiral
21/11/
Mis à la retraite par François DARLAN à la suite d'accusations calomnieuses portées contre lui
  /12/
En retraite il n'en est pas moins actif : il est au Levant pour une mission d'information
- 1940 -
  /03/
Il travaille comme ingénieur adjoint aux établissements Hammelle, une société industrielle réquisitionnée par le Ministère de l'Air et de l'armement. Il est ensuite chargé de la destruction de matériels qui ne doivent pas tomber dans les mains de l'ennemi
14/06/
Les allemands entrent dans Paris. Il gagne Marseille en 9 jours ralliant des troupes sur son chemin
23/06/
A Marseille embarque à bord du charbonnier anglais CYDONIA en direction de Gibraltar, et lui fait traverser les champs de mines qu'il a lui-même fait poser. De là, il gagne Londres en hydravion. Il rallie à sa cause le chalutier PRÉSIDENT HOUDUCE, le cargo RHIN, l'ANADYR, des avions et des aviateurs
30/06/
Il entre en contact pour la première fois avec le général Charles DE GAULLE
01/07/
Le général Charles DE GAULLE le nomme « Au commandement des forces maritimes françaises restées libres quelles qu'elles soient et quel que soit l'endroit où elles se trouvent » et à celui, provisoire, des forces aériennes
01/07/
Il rédige son propre appel, adressé aux marins et aux aviateurs
01/07/
FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL - Engagement
03/07/
Il choisit comme emblème la Croix de Lorraine, en souvenir de son père d'origine Lorraine
  /08/
Il forme ensuite un embryon d'État-major avec le capitaine de vaisseau Georges Thierry D'ARGENLIEU et l'enseigne de vaisseau VOISIN
04/09/
Il s'envole pour Alexandrie (Egypte) afin de se rendre compte de la possibilité d'un coup d'état en Syrie
23/10/
Il est condamné par le Tribunal Maritime de Toulon, à la peine de mort et à la confiscation de ses biens
- 1941 -
02/01/
Alors qu'il rentre à son domicile londonien, l'amiral est appréhendé par des inspecteurs de Scotland Yard. Il se met en tenue civile ne voulant pas Ni pour lui, ni pour l'honneur anglais qu'un amiral français en tenue militaire soit vu entre deux policiers . Sans être interrogé, il est conduit à la prison de Pentonville puis transféré à la prison de Brixton. Le général Charles DE GAULLE est placé devant des lettres qui accablent l'amiral : il aurait communiqué à Vichy les plans de l'opération de Tentative de ralliement du Sénégal, se serait, moyennant finances, attaché à faire obstacle au recrutement des marins pour la France Libre, et se préparerait à livrer à Vichy le sous-marin SURCOUF. Ces documents sont des faux.
10/01/
L'amiral est libéré sur les instances du général Charles DE GAULLE, avec les excuses du gouvernement britannique
02/02/
Il est déchu de la nationalité française par le Gouvernement de Vichy
24/11/
Il part de Greenock (Ecosse) à bord du LOBÉLIA
28/11/
Il arrive à Hvalfjord (Islande) puis appareille ensuite à bord du MIMOSA en direction de Reykjavik, puis de Terre Neuve, en vue du Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre
18/12/
Le général Charles DE GAULLE lui intime l'ordre de Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre
24/12/
Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre avec un franc succès, après un plébiscite
- 1942 -
28/02/
Il rentre à Londres et démissionne de son poste de Commissaire, suite au manquement, forcé, à sa parole envers les États-Unis d'Amérique de ne pas intervenir dans ces territoires. Il souhaite toutefois conserver le commandement des FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL ce que refuse le général Charles DE GAULLE
04/03/
Sa démission est acceptée
- 1943 -
06/05/
Il arrive à Alger
01/06/
Le général Charles DE GAULLE le nomme préfet de police d'Alger, il refuse le poste et accepte celui d'adjoint du commandant en chef civil et militaire de la ville, le général Giraud
- 1944 -
Il témoigne dans plusieurs procès de collaborateurs
  /09/
Le général Charles DE GAULLE le nomme Chef de la délégation navale aux Affaires allemandes
- 1945 -
Il témoigne dans plusieurs procès de collaborateurs
- 1946 -
Mis à la retraite
- 1965 -
02/11/
Décède à l'hôpital maritime de Toulon et inhumé au cimetière Saint-Pierre à Marseille


Il y a 1 document dans la bibliothèque.

« L'opération MENACE » par Jean-René BRESSOLLES
« L'opération MENACE »
         


Photographies, numérisations, etc.

© 2006-2018 ALAMER
« Une exposition consacrée aux FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL à la mairie de Brioude » article dans le journal mon43.fr (Sont cités : Capitaine de Frégate Marc Hosmalin -Assistant départemental pour la Marine dans le Puy-de-Dôme-, Charles DE GAULLE, Émile MUSELIER, FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL, Bataille de l'Atlantique, Débarquement de Normandie, Jean-Jacques Faucher -Maire de Brioude-, La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940), Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre, Louis BLAISON) (mon43.fr) - 03/12/2013
© 2006-2018 ALAMER
« Une exposition consacrée aux FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL à la mairie de Brioude » article dans le journal mon43.fr (Sont cités : Capitaine de Frégate Marc Hosmalin -Assistant départemental pour la Marine dans le Puy-de-Dôme-, Charles DE GAULLE, Émile MUSELIER, FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL, Bataille de l'Atlantique, Débarquement de Normandie, Jean-Jacques Faucher -Maire de Brioude-, La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940), Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre, Louis BLAISON) (mon43.fr) - 03/12/2013
© 2006-2018 ALAMER
« Une exposition consacrée aux FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL à la mairie de Brioude » article dans le journal mon43.fr (Sont cités : Capitaine de Frégate Marc Hosmalin -Assistant départemental pour la Marine dans le Puy-de-Dôme-, Charles DE GAULLE, Émile MUSELIER, FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL, Bataille de l'Atlantique, Débarquement de Normandie, Jean-Jacques Faucher -Maire de Brioude-, La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940), Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre, Louis BLAISON) (mon43.fr) - 03/12/2013
© 2006-2018 ALAMER
« Une exposition consacrée aux FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL à la mairie de Brioude » article dans le journal mon43.fr (Sont cités : Capitaine de Frégate Marc Hosmalin -Assistant départemental pour la Marine dans le Puy-de-Dôme-, Charles DE GAULLE, Émile MUSELIER, FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL, Bataille de l'Atlantique, Débarquement de Normandie, Jean-Jacques Faucher -Maire de Brioude-, La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940), Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre, Louis BLAISON) (mon43.fr) - 03/12/2013
© 2006-2018 ALAMER
« Une exposition consacrée aux FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL à la mairie de Brioude » article dans le journal mon43.fr (Sont cités : Capitaine de Frégate Marc Hosmalin -Assistant départemental pour la Marine dans le Puy-de-Dôme-, Charles DE GAULLE, Émile MUSELIER, FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL, Bataille de l'Atlantique, Débarquement de Normandie, Jean-Jacques Faucher -Maire de Brioude-, La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940), Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre, Louis BLAISON) (mon43.fr) - 03/12/2013
© 2006-2018 ALAMER
LE TRIOMPHANT : inspection par le général de Gaulle & l'amiral Émile MUSELIER (Emile DELISSEN est le dernier officier) (Emile DELISSEN) - 1940




@2604

Ralliement de Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre le 24 Décembre 1941

L'amiral Émile MUSELIER en accord avec le général Charles DE GAULLE décide de rallier Saint-Pierre & Miquelon à la France Libre.

Le 22 décembre les trois corvettes MIMOSA, ALYSSE, ACONIT & le croiseur sous-marin SURCOUF appareillent d'Halifax (Canada) avec à leur tête l'amiral Émile MUSELIER. L'objectif officiel est de procéder à des exercices.

Le 24 décembre la flotte arrive l'entrée du port de Saint-Pierre.

L'amiral Émile MUSELIER décide d'entrer dans le port. Le SURCOUF restera en rade en raison de son grand tirant d'eau. L'ALYSSE s'amarrera à l'extérieur, à l'appontement frigorifique afin de pouvoir y organiser une tête de pont en cas de difficultés. Le MIMOSA et l'ACONIT accosteront à l'intérieur.

Les ordres sont précis. Il ne doit pas être fait usage des armes sauf en cas d'absolue nécessité et de légitime défense. D'ailleurs, à part quelques irréductibles, une grande majorité de la population est favorable au ralliement des îles à la France Libre.