Raymond, LAYEC
Matricule : 737L40   
Spécialité : Fusilier marin   Dernier grade : Quartier-maître de 2ème classe
15 juillet 1920 VANNES (56)
03 janvier 2007 La Trinité sur Mer (56)
courriel Contacter l'association au sujet de cette personne...


S'échappant lors du sabordage de la Flotte de Toulon il participe à la résistance locale de Saint-Avé (56)

© 2006-2018 ALAMER
LAYEC Raymond


Etats de service...

Dates Evénements
Fusilier marin
Quartier-maître de 2ème classe
- 1940 -
22/05/
3ÈME DÉPÔT LORIENT - Engagement
01/07/
5ÈME DÉPÔT TOULON - Affectation
- 1942 -
06/02/
STRASBOURG - Affectation
- 1943 -
01/04/
MARINE PARIS - Affectation (Centre Automobile Marine)
- 1944 -
21/08/
MARINE LORIENT - Affectation (État-major)
28/08/
HMS STRULE - Embarquement
- 1945 -
01/09/
1ER DÉPÔT CHERBOURG - Affectation
30/09/
Rayé des contrôles de l'active




Photographies, numérisations, etc.

© 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER




@9349

« Mon parcours dans la Marine nationale » Raymond LAYEC

Auteur Raymond LAYEC le 21 avril 2007

Il s'engage dans la marine comme commis aux vivres puis il est nommé fusillé marin.

Affecté à Lorient, il est embarqué sur un chalutier pour la surveillance des bateaux espagnols qui ravitaillaient les sous-marins allemands. Il participera à l'évacuation de l'or de la banque de France vers la Martinique puis à la défense de Lorient fin juin (bataille aux 4 Chemins de Guidel).

Fait prisonnier lors de cette bataille, il sera prisonnier à Pont Scorff, Hennebont puis Saint-Avé avant de rejoindre l'Allemagne comme STO.

Il est placé dans une ferme de janvier à décembre 1941, puis il est rapatrié avec de nombreux autres prisonniers à la demande de l'amiral François DARLAN.

Nommé à bord du cuirassé STRASBOURG à Toulon, il participera au sabordage de la flotte dans la rade de Toulon en novembre 1942 (formé par le futur amiral _416_, il y obtiendra son brevet élémentaire).

Il réussit à s'échapper et parvient à regagner Saint-Avé où il participera à la résistance locale, notamment aux filières des évasions des insoumis au STO.

Démobilisé provisoire en 1943, il est nommé dans la police à Rennes.

En début 1944, il quitte la police et intègre le service des réfugiés à Vannes sous le commandement du commandant MONCONDUIT.

Il se marie le 7 septembre 1943 à Arradon.

En août 1944, il rejoint l'Angleterre et embarque sur la frégate STRULE devenue CROIX DE LORRAINE comme capitaine d'armes, pour participer aux convois de ravitaillement pour la Belgique, Norvège, Russie (Mourmances).

En septembre 1945, il démissionne suite au refus de la Marine de le nommer second-maître.