Jean-marie, QUERVILLE
   Dernier grade : Amiral
09 janvier 1903 TOURS (37)
30 décembre 1967 BLOIS (41)
courriel Contacter l'association au sujet de cette personne...


La page du Compagnon de la Libération



Etats de service...

Dates Evénements
- 1921 -
ÉCOLE NAVALE - Embarquement (Elève)
- 1923 -
01/10/
Enseigne de vaisseau de 2ème classe
28/10/
Rattaché au port de ROCHEFORT
- 1924 -
STRASBOURG - Embarquement
- 1929 -
     /1929
MARINE MADAGASCAR - Embarqué
- 1930 -
  /03/
Lieutenant de vaisseau
- 1931 -
     /1934
ARÉTHUSE - Officier en second
- 1934 -
  /08/
     /1936
SIRÈNE - Commandant
- 1936 -
     /1938
SOUFFLEUR - Commandant
- 1939 -
     /1939
MARINE INDOCHINE - Embarquement (Officier de liaison auprès des Britanniques )
- 1940 -
18/09/
FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES (ou) FNFL - Engagement
  /09/
Capitaine de corvette
  /09/
ÉTAT-MAJOR DES FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES EN GRANDE-BRETAGNE - Embarquement (2ème bureau)
- 1941 -
  /02/
     /1943
JUNON - Commandant
  /07/
Capitaine de frégate
  /08/
1ÈRE DIVISION DE SOUS-MARINS - Commandant
- 1943 -
12/01/
ÉTAT-MAJOR DU GÉNÉRAL DE GAULLE - Affectation
01/11/
1ÈRE DIVISION DE FRÉGATES - Commandant
01/11/
  /04/1945
L'AVENTURE - Commandant
- 1944 -
Débarquement de Normandie
- 1945 -
  /07/
Capitaine de vaisseau
  /07/
SUFFREN - Commandant
- 1948 -
     /1950
MARINE AU TONKIN - Commandant
- 1951 -
  /03/
MARINE BREST - Major général du port de BREST
     /1954
DIVISION NAVALE D'EXTRÊME ORIENT - Commandant
- 1954 -
  /03/1955
MARINE AU TONKIN - Commandant
- 1956 -
MARINE EN AFRIQUE CENTRALE Commandant
Vice-amiral
- 1959 -
FORCES MARITIMES FRANCAISES EN MÉDITERRANÉE Commandant
Vice-amiral d'escadre
4ÈME RÉGION MARITIME à BIZERTE - Préfet maritime
- 1962 -
Amiral




Photographies, numérisations, etc.

© 2006-2018 ALAMER
Musée de ÉCOLE NAVALE : espace dédié aux marins Compagnons de la Libération, parcours des marins Étienne SCHLUMBERGER, Honoré D'ESTIENNE D'ORVES, Jean-marie QUERVILLE & Philippe KIEFFER - © Ecole navale et le groupe des écoles du Poulmic - 07/2013
© 2006-2018 ALAMER
Henri CHAPALAIN, l'équipage du JUNON à Dundee dont Jean-marie QUERVILLE, Étienne SCHLUMBERGER, SARRA, Olivier GUILLOT & OLEY (Yvon CHAPALAIN) - 1942




Décorations...

 Légion d'Honneur Grand Officier
 Libération Croix de la Libération - 12 janvier 1943
 Ordre de l'Étoile noire Commandeur
 Ordre de l'Étoile d'Anjouan Officier
  Croix de Guerre (1939-1945) 6 citations
  Croix de Guerre des théatres d'opérations extérieures 5 citations
  Croix de la Valeur Militaire Avec palmes
  Médaille Coloniale Avec agrafes Maroc 1925 et Indochine
  Médaille commémorative de la campagne d'Indochine (1953)
  Médaille commémorative des services volontaires dans la France libre
  Distinguished Service Cross
  Distinguished Service Order
 Nichan Iftikhar Commandeur
 Ordre royal du Cambodge (depuis 1948) Commandeur
 Indéfini Indéfini Médaille Commémorative de la campagne de Norvège


@250

Témoignage...

Auteur Étienne SCHLUMBERGER le 21 octobre 2006

En Grande-Bretagne en juillet et août 1940 Étienne SCHLUMBERGER tente de persuader les marins français rassemblés par les anglais dans des camps près de Liverpool de continuer le combat.

Lors de l'expédition de Tentative de ralliement du Sénégal, il fait parti, le 23 Septembre 1940, de l'équipe des parlementaires conduite par le commandant Georges Thierry D'ARGENLIEU. La vedette à bord de laquelle il a pris place est atteinte de plusieurs balles : le commandant Georges Thierry D'ARGENLIEU est blessé. Il tente ensuite de débarquer à Rufisque (Sénégal), au cours d'une riposte de la terre, trois de ses hommes sont tués.

Le COMMANDANT DUBOC amène le général Charles DE GAULLE à Douala le 8 Octobre. Il embarque sur le SAVORGNAN DE BRAZZA avec le commandant Georges Thierry D'ARGENLIEU pour le Gabon : le BOUGAINVILLE, aviso de « Vichy », qui avait ouvert le feu, est malheureusement détruit le 09 Novembre. Il contribue au ralliement de Port-Gentil (Gabon).

En Janvier 1941 il remplace comme officier en second le lieutenant de vaisseau Georges ROSSIGNOL désigné pour le SURCOUF. Ce dernier disparaîtra avec le SURCOUF.

Le COMMANDANT DUBOC part en mission en mer rouge : Massawa (Érythrée) est prise le 17 Avril 1941. Il retourne ensuite vers la Grande Bretagne par La Cap. Lors de l'escorte d'un convoi entre Freetown (Sierra Léone) et Gibraltar (Espagne), le 22 Septembre, le cargo SILVER BELL ne peut être sauvé.

Plus tard la majorité d'un convoi de Gibraltar (Espagne) vers la Grande Bretagne est détruite :
• il y a de très nombreuses pertes dont le COSSACK et l'ARIGUANI,
• les 23 et 24 Octobre 1941 le COMMANDANT DUBOC parvient à sauver soixante dix-sept rescapés.

En Février 1942, il embarque sur le sous-marin JUNON comme second du commandant Jean-marie QUERVILLE pour de nombreuses patrouilles dans les fjords norvégiens à partir de Dundee :
• le 15 Septembre 1942 débarquement de commandos au fond de BJËRANFJORD pour détruire la centrale hydraulique de GLOMFJORD,
• le 19 Octobre torpillage devant BODÔ,
• le 17 Novembre débarquement d'armes et de matériel radio à MEFJORD dans l'île de SENJA.

Le 25 Mars 1943, il prend le commandement du sous-marin JUNON. Le 12 Mai 1944, il part pour l'AFRIQUE du Nord. La JUNON est désarmée à Oran (Algérie) le 11 Août.

En Novembre 1944 il est nommé au commandement du sous-marin MORSE, en armement, cédé par les Anglais. Il rentre en FRANCE en Janvier 1945. Il fait partie de l'État-Major de l'amiral Nord.

Après la capitulation de l'Allemagne, il entre au Haut Commissariat en Indochine comme chef du bureau fédéral de documentation. Il est nommé directeur des études à l'ÉCOLE NAVALE. Il commande le SÉNÉGALAIS puis le KLEBER.

Il quitte la Marine en 1953 avec le grade de capitaine de frégate.

Son pire souvenir est en arrivant à Alger (Algérie) avec le sous-marin JUNON, on refuse de lui serrer la main devant le front des troupes lors des cérémonies officielles.