François, Marie THOMAS
Matricule : 237B32   
Spécialité : Chauffeur   Dernier grade : Quartier-maître de 1ère classe
14 juin 1906
courriel Contacter l'association au sujet de cette personne...



Etats de service...

Dates Evénements
Chauffeur
- 1927 -
Service militaire
10/05/
10/11/1928
Armée de Terre : 24ème Dragon
- 1932 -
11/01/
Rengagé à Brest pour trois ans
11/01/
Matelot de 2ème classe sans spécialité
11/01/
01/02/1932
2ÈME DÉPÔT BREST - Embarquement
01/02/
25/07/1932
Flottille de la 2ème Région
25/07/
Matelot de 2ème classe breveté élémentaire
25/07/
01/04/1933
TOUAREG - Embarquement
- 1933 -
01/04/
30/04/1935
GR DE LANDÉVENNEC
- 1935 -
01/01/
Matelot de 1ère classe
09/03/
Rengagé pour trois ans à compter du 11/01/1935
30/04/
09/07/1935
2ÈME DÉPÔT BREST - Embarquement
09/07/
10/07/1937
JEANNE D'ARC - Embarquement
- 1937 -
01/01/
Quartier-maître
10/07/
01/10/1937
2ÈME DÉPÔT BREST - Embarquement
01/10/
17/10/1938
OURAGAN - Embarquement
- 1938 -
07/01/
Rengagé pour trois ans à compter du 11/01/1938
17/10/
01/06/1940
BISON - Embarquement
- 1940 -
03/05/
HMS AFRIDI - Récupéré
05/05/
X47 - Soigné
01/06/
06/07/1944
MARINE BREST - Embarquement (Direction du Port de Brest)
- 1941 -
11/09/
Rengagé pour trois ans à compter du 11/01/1941
- 1942 -
01/10/
Quartier-maître de 1ère classe
- 1944 -
11/01/
Rengagé pour deux ans à compter
06/07/
06/10/1944
MARINE PARIS - Embarquement (Centre Administratif de la Marine Militaire)
06/10/
Radié des Cadres de l'Armée




Photographie, numérisation, etc.

© 2006-2018 ALAMER
Courrier de François THOMAS écrit de la main d'un compagnon d'infortune à bord de SPHINX, en raison des ses diverses brûlures, à l'issue des deux naufrages consécutif du BISON et HMS AFRIDI ( ) - 05/05/1940




@18141

La Campagne du BISON

Auteur Jean Mauclère (Extrait du livre, page 195) le 16 mai 2013

Mais c'est dans les fonds que se joue, depuis la chute de la bombe, l'acte le plus dramatique de la tragédie du BISON.

Descendons près des hommes du service machines, qui depuis la première minute de la catastrophe luttent héroïquement contre le feu.

Dirigés par l'ingénieur mécanicien F. JUSOT, tout le personnel de quart a procédé, aussitôt la bombe tombée, au stoppage et à l'isolement des appareils.

Ces opérations ont été conduites avec le plus grand sang-froid par un personnel d'élite.

Rappelons au moins la belle action du second maître chauffeur LE GARDIEN, chef de quart à la chaufferie avant.

Il prit toutes les dispositions voulues pour mettre bas les feux et vider la chaudière 1, afin d'éviter qu'elle ne sautât ; cela avant d'évacuer le compartiment, déjà envahi par l'eau.

Sa décision rapide a permis au personnel de quart d'évacuer le compartiment sans avoir subi de brûlures mortelles.

Il faut rappeler la belle conduite, auprès de lui, des quartiers-maîtres HUNTZINGER, RACINE et François THOMAS, qui exécutèrent avec rapidité et précision les manœuvres prescrites : brûlés au visage et aux mains, ils n'en effectuèrent pas moins l'isolement ordonné par LE GARDIEN.

Le travail terminé, ces trois braves quittèrent la chaufferie envahie par la mer...