MARSOUIN - sous-marin - Classe «REQUIN»
Chantier : Arsenal de Brest (France)
17 décembre 1924 (Lancement)
07 septembre 1927 (Mise en service)
 18 février 1946
courriel Contacter l'association au sujet de cette unité...


Marins à bord...

Date inconnue

GUIDAL H.

Embarquement pour l'année 1925

Juillet : LANCELOT P.

Embarquement pour l'année 1932

Octobre : BLAISON L.

Embarquement pour l'année 1934

Février : DOYEN P.

Embarquement pour l'année 1938

Janvier : VINCENT
Avril : SAMSON E.

Embarquement pour l'année 1940

LORTHIOIR

Embarquement pour l'année 1941

BRIAND

Embarquement pour l'année 1942

BARNOUIN -  GAIN -  JAVAHOUEY -  LOSSER -  MARIDET -  PIERRET
Juillet : MINE R.

Embarquement pour l'année 1943

Décembre : MOLES A.

Embarquement pour l'année 1959

Août : DISCHAMPS J.

Opération(s) en relation avec cette unité...

Sabordage de la flotte à Toulon

Il y a 1 document dans la bibliothèque.

« Témoignage de M. André MOLES sur sa carrière dans la Marine » par André MOLES
« Témoignage de M. André MOLES sur sa carrière dans la Marine »
         


Groupement auquel cette unité a été intégrée...

9ÈME DIVISION DE SOUS-MARINS (ou) 9ÈME DSM

Journal de bord...

Dates Evénements
     Numéro de coque : Q119
14/04/1922Mis en chantier (Tranche 1922)
04/11     Mis sur cale
10/01/1925Armement pour essais
03/06     Présentation en recettes
15/05/1926Entrée en armement définitif
26/06     Clôture d'armement
07/09/1927Armateur : Marine nationale (FRANCE)
15/10/1935Arrivée aux Chantiers Dubigeon à Nantes pour une refonte complète
04/12/1937Fin de la refonte et présentation en recette
1940LORTHIOIR (Commandant)
1941BRIAND (Commandant)
Intégré au groupement : 9ÈME DIVISION DE SOUS-MARINS (ou) 9ÈME DSM
07/194201/1944MINE Robert (Commandant)
27/11     SABORDAGE DE LA FLOTTE A TOULON (Sabordage de la flotte à Toulon)
30/11     Arrivée à Alger
05/1943Mission de débarquement d'agents au cap Camarat
17/08/1959DISCHAMPS Jean (Commandant)

Décoration(s)...

 Médaille de la Résistance Française  - 29 novembre 1946


Caractéristique(s)...

 Déplacement : 974 tW 1 150 tonnes en surface 1 441 tonnes en plongée
 Dimensions : Longueur : 78,25 m Largeur : 6,84 m Tirant d’eau : 5,10 m
 Propulsion : 2 moteurs diesel Sulzer (4 ex) ou Schneider (5 ex) - 2 moteurs électriques
 Puissance : Diesels : 2 900 cv Électriques : 1 800 cv
 Vitesse (en noeud) : 16 nd en surface 9 nd en plongée
 Combustible : 109 tonnes de carburant + 100 tonnes dans les ballasts
 Autonomie (en jour) : 6 650 nautiques à 10 nd en surface - 105 nautiques à 5 nd en plongée
 Effectif : 4 officiers, 14 officiers mariniers, 36 quartiers-maîtres et matelots


Armement(s)...

Artillerie principale
    1 canon de 100 mm/40 Mod 25
Artillerie antiaérienne
    2 mitrailleuses de 8 mm MG AA (2 canons simples)
Tube lance-torpilles
    10 TLT de 550 mm (4 AV - 2 AR - 2 x 2 externes) avec 16 torpilles

(N°2615)

Le 27 Novembre 1942 : Sabordage de la flotte à Toulon

Résumé...


Après les noires journées de La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940), Toulon devient la seule vraie base navale digne d'accueillir la flotte française : 90 navires y sont au mouillage en Novembre 1942 ce qui représente plus de la moitié des unités navales dont la partie la plus moderne.

Le JEAN BART (à Casablanca) et le RICHELIEU (à Alexandrie) sont les deux fleurons manquants à l'appel.

Composition de la flotte...


La flotte se divise en 3 groupes.

La flotte de Haute Mer sous les ordres de l'amiral DE LABORDE dont le pavillon est sur le STRASBOURG :
STRASBOURG
ALGÉRIE
COLBERT
DUPLEIX
MARSEILLAISE
JEAN DE VIENNE
• 10 contre-torpilleurs et 3 torpilleurs

Les bâtiments armés sous les ordres du préfet maritime vice-amiral MARQUIS :
PROVENCE
COMMANDANT TESTE
• 6 torpilleurs
• 3 sous-marins

Les bâtiments en gardiennage :
DUNKERQUE
FOCH
LA GALISSONNIÈRE
• 8 contre-torpilleurs
• 6 torpilleurs
• 10 sous-marins

Calendrier...


Le débarquement allié en Afrique du Nord le 08 Novembre 1942 va fournir à HITLER le prétexte qui lui faisait défaut pour envahir la zone libre et le 11 Novembre 1942 il déclenche l'opération ATTILA, franchissant la ligne de démarcation.

Malgré la menace sous-jacente qui pèse sur la flotte de Toulon, le gouvernement de Vichy se fie aux promesses du Führer qui s'est engagé à laisser la base navale sous autorité française.

Un récent télégramme d'HITLER lui-même avait stipulé que la rade ne serait pas occupée.

Il semblerait que les autorités françaises d'alors aient oublié le peu de crédit que l'on pouvait accorder au déclarations du chef du Reich.

12 Novembre


L'amiral François DARLAN appelle la flotte à se joindre aux alliés pour combattre HITLER.

Hélas, les commandants avaient tous du prêter serment au gouvernement de Vichy : appareiller aurait donc été interprété comme une haute trahison.

De plus, dès le déclenchement de l'opération ATTILA, la Luftwaffe avait réuni les moyens nécessaires pour s'opposer efficacement à toute tentative de sortie de la Flotte française.

Une opération aussi hasardeuse aurait coûté très cher sur le plan humain et beaucoup d'unités n'auraient pas été rapidement opérationnelles, à condition d'avoir pu rallier un port allié.

L'offensive allemande s'arrête aux portes de Toulon où les troupes françaises ont pris position pour défendre la flotte.

19 Novembre


LAVAL ordonne au troupes de se retirer du camp retranché.

Les allemands réitèrent leurs promesses de 1940 :

« On ne touche pas à la flotte » mais en préparent la capture par surprise au travers l'opération ANTON-LILA.

4 groupes de combat se préparent dans ce but :
• Groupe de combat A : Ce groupe doit avancer depuis l'Ouest, capturer la péninsule sud de Toulon, la ville de La Seyne-sur-Mer, la forteresse Napoléon et Six-Fours, ainsi que la péninsule de Saint-Mandrier qui contrôle l'accès au port
• Groupe de combat B : Ce groupe doit avancer depuis l'Ouest, le long de la Nationale 8 pour atteindre le coeur de Toulon, occuper l'arsenal et capturer la flotte
• Groupe de combat C : Ce groupe doit avancer derrière le groupe B pour couvrir ses arrières et ses flancs. Il doit également capturer la forteresse du Mont Faron et Grand Saint-Antoine ainsi que les bâtiments militaires à Saint-Anne
• Groupe de combat D : Ce groupe arrive de l'Est, le long de la Nationale 97 après avoir passé Toulon au Nord. Il doit capturer la station radio du Mourillon, le fort Lamalgue (siège du Haut Commandement) et le bassin du Mourillon

En complément de ces groupes, des éléments SS avancent derrière le groupe A pour occuper Sanary, pendant que plus à l'ouest des éléments de la 335ème Division d'Infanterie (environ un bataillon) doivent sécuriser la côte.

Pour finir, la Luftwaffe utilisera des Heinkel 111 pour miner les chenaux du port, attaquer et couler tout navire français tentant de sortir.

Des Junker 88 et des Heinkel 115 sont également prêts à intervenir pour intercepter tout navire appareillant.

27 Novembre


04H25 Les chars allemands sont à la porte de l'arsenal.

L'amiral MARQUIS est fait prisonnier au fort Lamalgue.

04H30 l'amiral DE LABORDE est prévenu. Il refuse de croire au manquement de parole des allemands mais fait réveiller les équipages, allumer les chaudières (4 à 5 heures avant de pouvoir appareiller) et prend les dispositions en vue du sabordage

05H25 Les panzer allemands forcent la porte de l'arsenal. Le STRASBOURG lance par radio l'ordre de sabordage :
« Ici FHM. Sabordez la flotte... Sabordez la flotte... »

L'ordre est répété par signaux optiques.

Des porteurs emmènent également le message aux navires.

« Exécutez immédiatement le sabordage de votre bâtiment. Amiral DE LABORDE, commandant en chef les forces de haute mer »

Pendant ce temps, les Panzer se perdent dans les dédales de l'arsenal et arrivent trop tard pour empêcher le sabordage.

Un violent accrochage a lieu sur le STRASBOURG : un obus de 75 millimètres fait un mort et cinq blessés en tombant sur la tourelle 3. Le commandant en second ordonne de riposter au fusil mitrailleur et à la mitrailleuse. Des allemands sont fauchés mais DE LABORDE fait cesser le tir.

En quelques minutes les destructions très importantes sur de nombreux navires :
• Le STRASBOURG coule droit sur 14 mètres de fond
• L'ALGÉRIE va brûler pendant 2 jours
• La MARSEILLAISE coule avec 30° gîte
• Le DUPLEIX est incendié à 0625 quand les allemands montent à bord. Les soutes à munitions explosent à 08H30, les torpilles à 1100
• Les torpilleurs et contre-torpilleurs (Quai Noël) sont coulés quand les allemands arrivent.
• Le mât du CASSARD arbore le pavillon « Ordres amiral exécutés »
• En ce qui concerne les bâtiments en gardiennage ou réparation, le sabordage est difficile à effectuer cause des équipages réduits
• Le DUNKERQUE est détruit in extrémis
• 4 contre torpilleurs (dans les grands bassins Vauban) et 2 torpilleurs sont capturés presque intacts (PANTHÈRE et TIGRE aux appontements de Milhaud)
• Toutes les installations de la Marine nationale (batteries côtières et front de mer) sont détruites mais, bravant les ordres de sabordage car n'appartenant pas aux Forces de Haute Mer, 5 sous-marins (CASABIANCA, MARSOUIN, LE GLORIEUX, IRIS et VÉNUS) appareillent du Mourillon : le VÉNUS se sabordera en grande rade alors que les autres, en parvenant à éviter à la fois les mines et les bombardements allemands, parviendront à prendre le large. Le CASABIANCA et le MARSOUIN rejoindront Alger, LE GLORIEUX ira à Oran alors que l'IRIS se réfugiera à Barcelone

Conclusion...


La défaite stratégique est indéniable pour les allemands : ils n'ont pu mettre la mains sur la flotte française qui est détruite à 90% dont la totalité des Forces de Haute Mer.

Le sabordage montre à CHURCHILL que la parole donnée par François DARLAN en Juin 1940 n'était pas vaine.

Quant au gouvernement de Vichy, il vient de perdre son meilleur atout vis-à-vis de l'opinion française


(N°5225)

TORNADE : naufrage au cap de l'aiguille devant Arzew en baie d'Oran (Algérie)

Auteur Robert CALAMIA le 08 novembre 1942

Débarqué du sous-marin CAÏMAN, j'ai embarqué sur le Torpilleur TORNADE au mois de juin 1941.

J'étais alors quartier-maître de 2ème classe fusilier marin.

La devise de la TORNADE était :
« Fier au combat, joyeux au port, jamais tornade n'a de tort »

Bizerte année 1941


Dès le mois de janvier, plusieurs navires sont réarmés : les sous-marins CAÏMAN, SOUFFLEUR et MARSOUIN ; les torpilleurs TRAMONTANE, TYPHON et TORNADE de même que l'aviso ÉLAN.

Au mois de mai 1941, les sous-marins appareillent en direction de Beyrouth (Liban). Venant de Toulon, le contre-torpilleur CHEVALIER PAUL vient se ravitailler à Bizerte, puis prend la mer également en direction de Beyrouth. Au cours de la nuit qui suit son départ, il est torpillé par la marine anglaise au large des côtes de la Grèce.

En 1941, la TORNADE appartient à la 7ème division de torpilleurs, et porte sur sa coque l'inscription T.73. La 7ème division de torpilleur est également composée de la TRAMONTANE : T.71, et du TYPHON T.72. Tous trois accompagnés de l'escorteur L'IPHIGÉNIE ont pour mission d'escorter deux fois par semaine les cargos de fret des compagnies civiles : PLM, Seyneville... qui se rendent de Bizerte à Sfax dans les eaux tunisiennes, c'est pour les marins une mission relativement agréable sous le soleil des mois de juillet et d'août.

Aux environs des îles Kerkenah nous passons dans un chenal protégé par des mines. Dans les eaux peu profondes, entre Sousse et Sfax, nous apercevons une vingtaine de cargos italiens qui ont été envoyés par le fond alors qu'ils faisaient route en direction de la Libye pour approvisionner les troupes allemandes.

Décrivant des alignements sur deux files leur mâture émerge.

À la fin du mois d'août 1942, lors de l'appel de 13h00, un officier nous informe que la 7ème division de torpilleurs aura désormais Oran (Algérie) comme port d'attache. Nous quittons Bizerte à 08h00, un jour du mois de septembre 1942, pour arriver à Bône le lendemain matin vers 04h00.

Après 3 jours passés à quai, nous appareillons en direction du port des Andélys (Algérie), où nous avons fait une escale de 3 jours. Nous appareillons ensuite en direction de Bougie (Algérie). Arrivé au cap Carbone, nous effectuons un exercice de débarquement.

Alger est notre escale suivante. Huit jours de ravitaillement en vivres, mazout etc. précèdent notre appareillage pour Mostaganem.

Ce périple se termine par une entrée dans le port d'Oran. À quai se trouvent le sous-marin LE CENTAURE, l'aviso LA SURPRISE, le remorqueur de haute mer L'AJACCIENNE, le remorqueur de servitude CHÊNE et un dragueur de mines. La TORNADE s'amarre au quai Beaupuis, le TYPHON au quai du ravin blanc à l'aplomb du fort Gambetta, quant à la TRAMONTANE elle s'amarre entre le quai Lamoune et la jetée nord.

Au début du mois d'octobre 1942, une représentation constituée par les marins de la TORNADE dépose une plaque commémorative sur la jetée du port voisin de La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) à la mémoire des marins morts lors des affrontements avec la marine anglaise le 03 juillet 1940. Une garde d'honneur se rend ensuite au cimetière situé à proximité du fort des santons pour honorer les marins morts pour la France.

Au cours de la période qui suit les torpilleurs se relayent pour effectuer une surveillance des installations de la base aéronavale d'Arzew. Ces rotations durent 24 heures.

Vers la fin octobre, le Torpilleur TRAMONTANE appareille pour Casablanca (Maroc) afin d'escorter trois navires en provenance de Dakar (Sénégal). Arrivant à la perpendiculaire de Nemours (Algérie) il se trouve en queue d'un important convoi puissamment protégé par une escorte de navires américains. S'approchant à faible allure de ce convoi, il lui est ordonné de s'en éloigner.

Le 06 novembre 1942, la TRAMONTANE entre dans le port d'Oran avec le cargo BAMAKO, et les sous-marins de 1500 tonnes ACTÉON et PALLAS. Terminant ses réparations, le contre torpilleur ÉPERVIER est mis à l'eau encore tout bariolé de peinture au minium.

La journée du 07 novembre 1942 n'est pas une journée comme les autres. Tous les permissionnaires ont droit de descendre à terre, toutes les deux heures sans distinction de bordée. Tout l'équipage devra être de retour à bord pour minuit. La soirée est quelque peu angoissante, chacun se demande ce qu'il se passe. Après l'appel de 19h00 les chaudières sont allumées, les mécaniciens font chauffer les turbines, un camion chargé d'explosif quitte le quai, à son bord, un commando part faire sauter le pont donnant accès à la route de Nemours à Oran.

Les hommes de pont sont employés à approvisionner les norias destinées à alimenter en obus les canons de 130 mm, de même que l'armement des mitrailleuses.

Vers 20h00, un officier est appelé au fort Lamoune où se trouve l'amirauté. À son retour, on nous informe :
« Casse croûte à minuit pour tout le monde »

Après quoi, nous repartons dans nos hamacs.

À minuit, les fusiliers marins placés sous les ordres du capitaine d'arme entament un réveil discret de l'équipage. Nous dégustons notre casse croûte et gagnons le poste de combat. À la machine, les mécaniciens balancent les turbines, les ventilateurs de chaufferies tournent en sourdine, nous entendons ronfler les groupes électrogènes.

L'équipe de sécurité s'assure que les hublots avec leur tape blindée sont bien fermés.

Le 08 novembre 1942, il est environ 3 heures du matin, la température est d'une douceur printanière, la pleine lune et un temps parfaitement dégagé éclairent le port d'Oran d'une lumière bleutée. Seule à l'entrée de la passe, une brume légère enveloppe le remorqueur CHÊNE de garde cette nuit là.

Tout à coup un tir de canon provenant du remorqueur de garde informe les équipages placés au poste de combat qu'il se passe quelque chose d'anormal. C'est alors qu'un navire entre dans le port tous feux éteints. À son bord se trouve un commando armé ayant pour mission de s'emparer de la place. Il est probable que le commandant de ce navire était informé de la disposition du port. Il se trouve alors nez à nez avec le torpilleur TRAMONTANE qui dirige un projecteur allumé sur l'intrus afin de connaître sa nationalité. Il s'agit de l'ARTLAND battant pavillon américain. Ce dernier envoie aussitôt une salve de mitrailleuse pour détruire le projecteur. C'est alors que des tirs fournis des mitrailleuses et un tir au canon de 130 mm, presqu'à bout portant provoquent d'importants dégâts et un incendie sur le bâtiment américain. Après avoir viré sur son ancre et décroché en marche arrière, celui-ci explose et sombre corps et biens. Seuls 4 militaires sont sauvés et fait prisonniers.

L'amirauté ordonne le branle-bas de combat général suivi par les sirènes de la ville.

La TRAMONTANE et la TORNADE appareillent alors qu'un second navire le VALNAY pénètre à son tour dans le port et se présente face au torpilleur TYPHON. Le scénario précédent se reproduit envoyant pas le fond le navire américain qui sombre également corps et biens. Arrivant en face, la TORNADE est obligée de se porter sur bâbord afin d'éviter le navire naufragé. Étant trop près de la passe le torpilleur abîme son étrave en touchant un contrefort. Une partie de sa coque située sous la ligne de flottaison est arrachée. Durant plus d'une heure, l'équipe de sécurité s'emploie à colmater la brèche. Après quoi, la TORNADE reprend sa route en direction d'Arzew. Toutefois, la vitesse du navire est contrariée par l'étrave endommagée provoquant une résistance au déplacement et limitant sa vitesse à 6 nœuds.

Il me semble que dans ma vie je n'ai jamais vu une nuit passer d'un beau clair de lune à une nuit d'un noir intense. Cette obscurité était angoissante, j'attendais avec impatience le levé du jour qui tardait à poindre. Je me souviens qu'à l'horizon deux éclairs et des flammes ont troublé le noir intense de cette nuit. Enfin le jour s'est levé. Le temps était légèrement voilé, la mer était d'un calme plat. Nous nous trouvions sous les falaises de Camastel au niveau du sémaphore. À huit heures trente nous avons croisé un sous-marin : l'ARGONAUTE à qui nous avons rendu les honneurs. Puis il plongea pour ce qui devait devenir sa dernière mission.

À la pointe des Andalous, les troupes américaines débarquaient. Disposé en demi cercle plus de 20 navires : croiseurs, porte avion et un cuirassé de type NELSON assuraient leur protection.

Par ailleurs, la baie d'Oran était cernée par les bâtiments de la Royale Navy, de la base d'Arzew à la pointe des andalous. Les batteries du fort des Santons et du fort de Camastel faisaient feu sur les navires britanniques dont les tirs nourris réduisaient rapidement au silence les deux fortifications.

Nous apercevions le torpilleur TRAMONTANE hors combat, la plage avant immergée et les hélices hors de l'eau. Proche de la côte les marins rescapés regagnaient la rive en nageant.

Dans une avance lente, la TORNADE reçu un message en scott du cuirassé COMMODORE, lui ordonnant de se rendre. C'est alors que les navires anglais ouvrir le feu dans notre direction. Des gerbes d'eau résultant des tirs de réglage des bâtiments britanniques amena un officier torpilleur à solliciter du commandant l'abandon à la mer de torpilles et de grenades afin d'éviter qu'elles explosent lors d'un tir au but adverse. Cela fut fait. La TORNADE épuisa ses munitions par des tirs continus de ses quatre canons de 130 mm. Sous le feu de l'escadre britannique elle est atteinte par un obus, l'explosion blesse à la poitrine un marin, le serveur de la noria a l'avant bras arraché. Un second obus pénètre la coque sous la ligne de flottaison. Le collecteur principal de vapeur laisse échapper un jet à 600°, endommageant gravement les turbines et tuant les marins qui s'y trouvent. Trois hommes arrivent à s'extraire de cet enfer. L'un d'eux âgé de 18 ans, la jambe en partie arrachée décède sous nos yeux. Un troisième obus touche le navire tuant le servant de la pièce de 37 mm située à l'arrière, puis un quatrième traverse le pont à tribord tuant l'officier torpilleur et des hommes de l'équipe de sécurité.

C'en était fini, la TORNADE glisse sur son erre jusqu'à proximité du cap de l'aiguille. Un homme sort de la machine, il me dit en s'essuyant les bras :
« Ils ont eu la peau mais pas les os. »

Je l'accompagne jusqu'à l'embarcation d'évacuation. Il n'y avait plus de place, je décide alors de regagner la rive à la nage, plusieurs marins l'ont déjà atteinte.

Les explosions sous marines avaient tué de nombreux poissons et notamment des « Chiens de mer » dont la tête émergée fait apparaître une dentition impressionnante. Alors que je tente de regagner la terre, l'arrière de la TORNADE s'enfonce entraînant le reste du navire, l'étrave dirigée vers le ciel disparaît sous les flots. Un tourbillon provoqué par le navire produit un effet d'aspiration dans lequel je suis pris, durant une ou deux minutes je ne peux rien faire sinon descendre vers l'abîme. Dans cet instant où l'on pense que l'on va mourir, des images de ceux qui nous sont chers nous viennent en mémoire : notre femme, nos enfants, nos parents ... cet instant à la fois très court mais qui nous paraît interminable restera gravé à jamais.

Par chance, les fonds marins à cet endroit ne sont que de 35 mètres environ et la TORNADE se stabilise sur le flanc. Un effet de remous contraire me renvoie à la surface, épuisé mais vivant j'arrive à regagner les rochers qui forment la rive.

D'autres navires furent envoyés par le fond : l'aviso LA SURPRISE, le sous-marin ACTÉON.

Il était midi, le calme était revenu sur la baie d'Oran toujours encerclée et survolée par les avions anglais. Nous avons fait un appel et avons regagné le sémaphore par la route. Nous l'avons atteint vers 17 heures. Le gardien nous a offert un bol de vin, je savourai chaque gorgée et bénissait le ciel d'être encore en vie. Vers 18h00 nous avons embarqué sur le remorqueur L'AJACCIENNE à bord duquel nous avons bu du café et mangé une tranche de pain. Durant la nuit, je suis resté dans la chaufferie afin de pouvoir sécher mes vêtements. Le lendemain L'AJACCIENNE battant pavillon de la croix rouge a appareillé pour nous ramener à Oran.

À quai, on nous a donné des vêtements et du savon. Nous avons gagné les installations souterraines pour y prendre nos quartiers. J'ai été affecté aux transmissions d'ordres. Le reste de l'équipage a été constitué en commando destiné à défendre l'entrée de la base d'Oran, car les combats n'étaient pas finis.

Au large, le torpilleur TYPHON faisait toujours face à l'escadre britannique, les combats ont duré trois jours. Et puis, le cessé le feu général est arrivé.

Les forces américaines sont entrées dans la ville. La population enthousiaste les accueillait dans une liesse indescriptible « Les américains sont là ! »

L'équipage de la TORNADE a passé huit jours derrière les barbelés, prisonniers des américains. Le torpilleur TYPHON au terme d'un héroïque combat s'est sabordé devant la passe du port d'Oran.

Puis un ordre en provenance de l'état major a été affiché :
« Nous reprenons les armes aux côtés des forces alliées »

J'ai été affecté à la 8ème batterie de DCA mobile déjà en action à Tebessa (frontière Tunisienne). C'était le début de la campagne de Tunisie.

Le 07 mai 1943 la batterie rentrait triomphante à Tunis déclarée ville ouverte. Le 2ème front du débarquement en Afrique du nord était créé.

Cette dure période de combat a laissé dans ma mémoire un souvenir que je ne suis pas près d'oublier à 92 ans.