BRETAGNE - cuirassé - Classe «BRETAGNE»
Chantier : Arsenal de Brest (France)
21 avril 1913 (Lancement)
septembre 1915 (Mise en service)
 03 juillet 1940
courriel Contacter l'association au sujet de cette unité...


Marins à bord... (988)

Date inconnue

ABIVEN A. -  BOURRICOT V. -  COUVRAT O. -  GUILLO J. -  LEON M. -  MARZIN P. -  MEYNIER R. -  SCHAERRER H. -  THOUMIRE R.

Embarquement pour l'année 1914

Mai : DE PENFENTENYO DE KERVÉRÉGUEN H.

Embarquement pour l'année 1916

Juin : OLLIVIER F.

Embarquement pour l'année 1918

GUIOT A.

Embarquement pour l'année 1921

LATHAM H. -  REBUFFEL G.
Janvier : DUROCHÉ J.

Embarquement pour l'année 1923

JAOUËN G.

Embarquement pour l'année 1927

SÉNÉCHAL J.
Juillet : GENSOUL M.

Embarquement pour l'année 1929

Octobre : BELLOIR G. -  DOYEN P.

Embarquement pour l'année 1930

Janvier : GEORGELIN R.

Embarquement pour l'année 1931

MUSELIER ?.

Embarquement pour l'année 1934

Août : GEORGELIN R.
Décembre : LE PIVAIN L.

Embarquement pour l'année 1936

Avril : LE GUILLARMO F.
Septembre : CADART J.

Embarquement pour l'année 1937

Mars : BOUGUEN P.

Embarquement pour l'année 1938

PODER F.
Février : TANGUY M.
Avril : LE STRAT L.
Mai : FRAGE L.
Octobre : APRIOU J. -  LE GALL E.
Décembre : MILLON A. -  SEGUIN H.

Embarquement pour l'année 1939

PODER F.
Janvier : BROCHEC E.
Avril : BIGOT A.
Août : LIOT R.
Octobre : LE PIVAIN L.
Décembre : CASTEL L. -  KAAG C.

Embarquement pour l'année 1940

ABILY L. -  ABJEAN Y. -  ACH Y. -  ALIX F. -  ALLAIN A. -  ALLAVENA C. -  ALLES L. -  ALTENHOVEN B. -  AMBERT L. -  AMICEL F. -  ANCHE M. -  ANDRE E. -  ANDRIEN A. -  ANTOINE L. -  APERE ou APPERE C. -  APPRIOU J. -  ARCHIER ?. -  ARNAUD ?. -  ARPHAND L. -  ARPHAND L. -  ARZENO B. -  AUBERT L. -  AUBIN P. -  AUDEBERT M. -  AUDIBERT M. -  AUDREN P. -  AUFFRAY P. -  AUGER G. -  AUROUSSEAU J. -  AUSILIA F. -  AUSSANT A. -  AUVERGEN M. -  AVRILLA A. -  AVRIL Y. -  BACQUELIN P. -  BADER M. -  BADRE L. -  BAGUEL A. -  BAILLEUX P. -  BAJONI F. -  BARBAROUX L. -  BARDENES A. -  BAREA A. -  BARON J. -  BARON V. -  BARS A. -  BARTHELEMY F. -  BAUMCARTEN L. -  BAUMGARTEN L. -  BAYLLARGOT L. -  BAZIN H. -  BAZIN R. -  BAZUS P. -  BEGUEL A. -  BEGUIN P. -  BELICHI F. -  BELLON J. -  BENARD P. -  BENTOT A. -  BERANGER L. -  BERARD J. -  BERARD P. -  BERARD R. -  BERNADOU L. -  BERNARDINI J. -  BERREHAR F. -  BERTHELOT M. -  BERTHELOT Y. -  BERTHOU F. -  BETELESMER A. -  BEUREGARD R. -  BEYRIE J. -  BIANNIC J. -  BICORNE P. -  BICOT A. -  BIDON M. -  BIELHMANN R. -  BIELLE A. -  BIGOT G. -  BILHAUD Y. -  BIRGLE J. -  BLAISE P. -  BLAIZE G. -  BLANC J. -  BLANQUET R. -  BLIN R. -  BLONDEL C. -  BLOND M. -  BOCHATON G. -  BOCQUET L. -  BODENES J. -  BOGA J. -  BOHN A. -  BOIGO R. -  BOINET A. -  BOINET J. -  BOLOU L. -  BONIVARD C. -  BONIZEC L. -  BONNET L. -  BONNEVIE R. -  BONNIEU R. -  BONONNEAU C. -  BONTENOU E. -  BORDAT A. -  BORDIER R. -  BOSCHER R. -  BOSCH M. -  BOTHOREL G. -  BOTTON M. -  BOUCHACOURT J. -  BOUCHER J. -  BOUGEADE P. -  BOUHAER J. -  BOULAIN F. -  BOULANGER P. -  BOULIN F. -  BOURDEL G. -  BOUREL P. -  BOURGEOIS R. -  BOURHIS A. -  BOURVEC J. -  BOUSSUMIER F. -  BOUVANT C. -  BRACONNIER A. -  BRAMOULLE F. -  BRANCHE G. -  BRANDIER F. -  BREAU H. -  BREGENT F. -  BRENAUT R. -  BRENET A. -  BRES G. -  BRIAND G. -  BRIAND J. -  BRIANT J. -  BRIEC S. -  BROMAZIN F. -  BROQUART L. -  BROUDIN H. -  BRUNCK C. -  BRUSQ P. -  BUANNIC J. -  BUGIN H. -  BULOT D. -  BUREL F. -  BURER F. -  BURGARD J. -  BURONFOSSE J. -  CABANO M. -  CABIOCH J. -  CAGNARD A. -  CAILLET A. -  CAILLOT P. -  CALALY R. -  CALENDINI C. -  CALVARIN R. -  CALVARY Y. -  CALVEZ J. -  CALVEZ T. -  CAMPINI F. -  CAMUS P. -  CAM ?. -  CANAL J. -  CANN P. -  CANU R. -  CAOUS J. -  CAOUS Y. -  CAP J. -  CAPRI J. -  CARADEC J. -  CARADEC R. -  CARADO P. -  CARCENTI E. -  CARDINAL M. -  CARLIER F. -  CARLUER J. -  CARN L. -  CAROZINO M. -  CARPENTIER H. -  CARREAU D. -  CARRE R. -  CARTAUD P. -  CARUAC A. -  CARVAL J. -  CASIMIRI A. -  CASSE J. -  CASTALDO L. -  CASTEJON J. -  CASTELIN G. -  CASTEL L. -  CASTREC F. -  CAUSSIN R. -  CAVAILLON E. -  CELESTE M. -  CHAIX G. -  CHAMBONNIER P. -  CHAMBON P. -  CHARDON R. -  CHARPENTIER J. -  CHARPENTREAU P. -  CHARRASSIER R. -  CHARRETEUR J. -  CHARRON J. -  CHASSAGNEUX M. -  CHAUMONT M. -  CHAUSSAT R. -  CHAUVEAU F. -  CHAUVIN H. -  CHEVALIER L. -  CHIPOT H. -  CHOASSON J. -  CHOLLET E. -  CHOLLET J. -  CHUET G. -  CHUPIN G. -  CLAIDIERE H. -  CLAISSE C. -  CLAQUIN J. -  CLECH J. -  CLEMENT L. -  CLERMIDY A. -  CLOAREC R. -  CLOEZ R. -  CLOITRE F. -  CLUGNAC F. -  CLUZOL P. -  COASQUER J. -  COAT F. -  COATLEVEN J. -  COATSALIOU J. -  COIGNET A. -  COLCANAP A. -  COLIN E. -  COLLIN A. -  COLLIN E. -  COLOMB R. -  COMBRET H. -  CONDETTE E. -  CONQ C. -  CONVENANT E. -  COQUET P. -  CORBIN H. -  CORBIN J. -  CORDILLET A. -  CORFA S. -  CORIOU A. -  CORITON J. -  CORNET A. -  CORNILLET M. -  CORNOU L. -  CORNU J. -  CORS J. -  CORSON Y. -  CORTIAL H. -  COSQUER C. -  COSQUER Y. -  COSTIOU J. -  COTTARD J. -  COUDAN J. -  COUIL F. -  COUROZIER M. -  COUTURIER J. -  COZZANO P. -  CREACH P. -  CRECH RIOU Y. -  CREFF J. -  CRISTOFANI ?. -  CUFF P. -  CUOMO C. -  D'ISANTO M. -  DAILLOUX A. -  DAISSON P. -  DAIZE J. -  DANIEL J. -  DANIELOU C. -  DANIELOU P. -  DARNOUZET B. -  DARTHENAY G. -  DAUBIAN A. -  DAUMAS D. -  DAVANCEAUX J. -  DAVERIO R. -  DAWAELLE A. -  DE GOLDSTEIN L. -  DE LEUSSE M. -  DEBOS J. -  DECKER F. -  DEJEAUX R. -  DELALANDE M. -  DELAPORTE -  DELARUE F. -  DELAUSSEDAT A. -  DELAYE L. -  DELEPIGE A. -  DELETANG R. -  DELFINI C. -  DELGAS A. -  DELPORTE R. -  DELPY R. -  DEMENUS A. -  DENOTES MAINARD J. -  DERANGON G. -  DERRIEN J. -  DERRIEN L. -  DERRIENNIC M. -  DESGRANSMAISON G. -  DESHAYES J. -  DEVERGNETTE C. -  DEWAELE A. -  DI LELIO L. -  DICHIPPARI C. -  DIDOU A. -  DISLOQUET R. -  DONBALL N. -  DORANGE F. -  DREDEC N. -  DRILLET J. -  DRON A. -  DUCLOY P. -  DUCRE A. -  DUFOUR A. -  DUGUE M. -  DUMAINE G. -  DUPUICH G. -  DUPUIS A. -  DUQUESNE B. -  DURAND B. -  DURANDEAU P. -  DURAND J. -  DUTOIT M. -  EBERHART V. -  EBY G. -  ECK J. -  EILLON R. -  ELIAS H. -  ELIES V. -  ELISSANDO P. -  EMASABAL A. -  EMEUR A. -  ENGEL L. -  ERNST R. -  ESCAFFRE A. -  ESNAULT M. -  ETESSE Y. -  EVENO X. -  FABRE A. -  FACHE H. -  FALCOU J. -  FAUDET M. -  FAUJOURS J. -  FAUQUES ?. -  FAURE E. -  FAUSTIN L. -  FAVE A. -  FAVENNEC J. -  FAVENNEC P. -  FEAT R. -  FELIX G. -  FERON M. -  FERRE G. -  FIORUCCI B. -  FLAMANT R. -  FLAMENT R. -  FLOCH J. -  FLOCH J. -  FOLEAS H. -  FONCK A. -  FONTES C. -  FORNY L. -  FORT J. -  FOSSAT A. -  FOUCHY R. -  FOUGERAT A. -  FOULQUE A. -  FOURNEL H. -  FOURNIER J. -  FOURNIOL M. -  FOURNIS F. -  FRANQUELIN P. -  FREDERIC M. -  FRIKER A. -  FRITSCHER G. -  FRONTIN J. -  FUNPROCH P. -  GAC Y. -  GADAL P. -  GALERON O. -  GALIFOT G. -  GALLEGE A. -  GALLIN L. -  GALLIOU J. -  GALOPIN J. -  GARDINIER A. -  GARGAM ?. -  GARRIGUES ?. -  GATTEAUX ?. -  GAUTHIER L. -  GAUTHIER M. -  GEBHARDT J. -  GEFFROY E. -  GEFFROY R. -  GENEST B. -  GENIBREL N. -  GIALVA V. -  GILLARD C. -  GINOUVES J. -  GIORDANO V. -  GIRAUD A. -  GIUILLOU J. -  GNETH ?. -  GOACOLOU A. -  GODEFROY A. -  GOLIAS H. -  GOLL ?. -  GORON T. -  GOUDAUD ?. -  GOULIQUER V. -  GOULOT R. -  GOURMELO? H. -  GRAZZINI L. -  GRIBLING L. -  GRIGEOL F. -  GROS F. -  GROSJEAN G. -  GROS J. -  GROSPIRON R. -  GROSSET B. -  GROSSI P. -  GRUSON R. -  GRY O. -  GUASCO L. -  GUEGUEN L. -  GUEGUEN R. -  GUEGUINNIAT P. -  GUENEGAN J. -  GUENNOC P. -  GUERAND R. -  GUERIN K. -  GUEZEL J. -  GUGLIENI P. -  GUIFFANT P. -  GUIGAY R. -  GUILLAMET P. -  GUILLAMY R. -  GUILLAUME A. -  GUILLERM P. -  GUILLORY J. -  GUILLOU J. -  GUILLOU J. -  GUILLOU J. -  GUIVARCH A. -  GUIVARCH C. -  HAEMMERLIN F. -  HAFFNER C. -  HAHN C. -  HALL G. -  HAMON F. -  HAMONIAUX M. -  HAMON M. -  HAMON ?. -  HANK A. -  HANN X. -  HARANT F. -  HARDY L. -  HARTMAN R. -  HARTWEG R. -  HASCOET N. -  HASCOET P. -  HASDENTENFEL J. -  HAUDEBERT H. -  HECKEL ?. -  HECKENDORN J. -  HEIDTMANN J. -  HENRICH F. -  HERBEAUX J. -  HERBEAUX J. -  HERREBRECHT M. -  HERVE A. -  HERVE J. -  HERVE L. -  HETET J. -  HEYDRICH L. -  HIFF D. -  HOFFMANN E. -  HOGREL M. -  HOURCADE J. -  HOURMAN E. -  HUBER L. -  HUILLIER A. -  HULAUD F. -  HUON M. -  HUYGHE G. -  ICART L. -  IVALDI C. -  JACONO L. -  JAFFARD M. -  JALOUS G. -  JANIN M. -  JANNES M. -  JAOUEN E. -  JAOUEN J. -  JAOUEN J. -  JARGAUD F. -  JAUREGUY J. -  JAVORSKI P. -  JEANBAIRE L. -  JESSEL H. -  JEZEQUELLOU P. -  JOLET H. -  JOLIVET V. -  JOSSE J. -  JOURDAN H. -  JOUVIN M. -  JUIN A. -  JULIEN F. -  JUND A. -  JUNG C. -  JURY J. -  JUST M. -  KAIBACH M. -  KALK A. -  KAPP A. -  KARCH L. -  KELLER J. -  KEMABON L. -  KERAUDREN J. -  KERESFERS J. -  KERFANTE G. -  KERHUEL F. -  KERIVIN G. -  KERIVIN P. -  KERLEROUX F. -  KERLOCH P. -  KERMAONET ?. -  KERMAREC J. -  KERMAREC Y. -  KERMOAL D. -  KEROMNES P. -  KERRIGUY J. -  KERROS F. -  KERSAUZON J. -  KERSUAL R. -  KERT R. -  KERVELLA A. -  KERVIZIOU Y. -  KIEFER P. -  KLEIN V. -  KOLH P. -  KORNACKER P. -  L'HENAFF H. -  L'HUILLIER R. -  LA GALL J. -  LA GALL M. -  LABAYLE L. -  LAFAGE R. -  LAFON J. -  LAGACHE D. -  LAGADEC J. -  LAGAL A. -  LAGAST G. -  LAGNIEZ M. -  LALANE J. -  LAMARQUE J. -  LAMAURY A. -  LAMENDOUR J. -  LAMERT J. -  LAMOLLE ?. -  LAMOUR Y. -  LANCON J. -  LANDURE J. -  LANGIN R. -  LANGUILLE R. -  LANNUZEL F. -  LAPORTE A. -  LAPPART G. -  LARIVEN P. -  LAROCHE J. -  LAUBECKER H. -  LAUMIER A. -  LAUMONIER R. -  LAURENT A. -  LAURENT L. -  LAURIOL L. -  LAUVERGNAT R. -  LAUZERAL A. -  LAVANANNT J. -  LE BAIL M. -  LE BEUL M. -  LE BIGOT J. -  LE BOEDEC C. -  LE BORGNE V. -  LE BOULCH H. -  LE BOULCH P. -  LE BRAS H. -  LE BRES Y. -  LE BRETON J. -  LE BRIS H. -  LE CALVEZ E. -  LE CAP J. -  LE CHARLES P. -  LE CLEACH Y. -  LE CORFF J. -  LE CORRE J. -  LE COSSEC R. -  LE COZ A. -  LE COZ L. -  LE CUFF J. -  LE DREFF A. -  LE DUFF J. -  LE DU Y. -  LE FERRER A. -  LE FESSANT F. -  LE FEVRE J. -  LE FEVRE J. -  LE FEVRE M. -  LE FLOCH F. -  LE FLOCH V. -  LE FOLL F. -  LE FUR V. -  LE GALL C. -  LE GALL H. -  LE GALL J. -  LE GALL J. -  LE GALLO J. -  LE GAT F. -  LE GILLAUMO F. -  LE GOFF F. -  LE GOFFIC C. -  LE GOFF M. -  LE GOFF Y. -  LE GUAY A. -  LE GUEN J. -  LE GUEN J. -  LE GUENNEC J. -  LE GUILLOU A. -  LE GUILLOU L. -  LE GUILLOU Y. -  LE HENAFF J. -  LE JEUNE A. -  LE JEUNE J. -  LE JOLY J. -  LE LAY F. -  LE LEZ A. -  LE MATELOT R. -  LE MENAC A. -  LE MEN Y. -  LE MESTRE J. -  LE METAYER J. -  LE METEYER D. -  LE MEUR H. -  LE MEUR J. -  LE MEUR J. -  LE MINOUX J. -  LE MOAL F. -  LE MOAL P. -  LE MOSQUET R. -  LE MOUNIER J. -  LE MOY J. -  LE PAGE J. -  LE PAPE H. -  LE PENNEC H. -  LE PETIT P. -  LE PIERRES ?. -  LE PORS H. -  LE PRIELLEC J. -  LE PRIGENT J. -  LE QUAY -  LE QUELLEC Y. -  LE QUEMENT P. -  LE QUERE J. -  LE REGENT P. -  LE RHUN J. -  LE ROUX D. -  LE ROUX F. -  LE ROUX J. -  LE ROUX L. -  LE ROUX L. -  LE ROUX Y. -  LE ROUX Y. -  LE ROY C. -  LE ROY L. -  LE RUSTE M. -  LE SAINT J. -  LE SAINT Y. -  LE SCOUARNEC A. -  LE SCOUR J. -  LE STER L. -  LE TERRIEN A. -  LE TOURNEAU G. -  LE TROCQUER Y. -  LE VERGE J. -  LEBERRE A. -  LEBESQUE J. -  LECOQ J. -  LEGAT J. -  LEGROUX M. -  LEMEE C. -  LENTALI ou LANTALI A. -  LEOST J. -  LEOST P. -  LERISSET P. -  LESAUX M. -  LESCAUDRON C. -  LESCOP A. -  LESCOP Y. -  LESTER G. -  LETIENNE C. -  LEVY R. -  LEZEC F. -  LHOMME A. -  LIENARD H. -  LIEUTAUD M. -  LIEVRE M. -  LIGER P. -  LIOT A. -  LIOT R. -  LISPARLETTTE R. -  LISSORGUE A. -  LOEZIC J. -  LONG P. -  LOPEZ A. -  LOPIN A. -  LORAND M. -  LORPHELIN C. -  LOTTI M. -  LOUARNE J. -  LOUSSOUARN P. -  LOYER J. -  LOZACH F. -  LOZACHMEUR L. -  MADEC G. -  MAEELA DI CIARAMILLA -  MAGLOIRE L. -  MAGNANT ?. -  MAGUET L. -  MAHIQUES L. -  MAHY J. -  MAILLARD A. -  MAILLET A. -  MAILLIET A. -  MAINSARD J. -  MALBON D ARBAUMONT F. -  MALERBA F. -  MALLEJAC F. -  MALLET J. -  MALVEAU G. -  MANUELLE A. -  MAOUT A. -  MARCHAND J. -  MARCHETTI R. -  MARTEAU R. -  MARTHELEUR L. -  MARTINAUD Y. -  MARTIN L. -  MARTIN L. -  MARTIN N. -  MARY ?. -  MARZIN G. -  MASSOL C. -  MASSON C. -  MASSON J. -  MAURANNE R. -  MAUREL M. -  MAURICE S. -  MAURY A. -  MAURY A. -  MAZE F. -  MEAR M. -  MEGNIN H. -  MEHEUST P. -  MEIL C. -  MENANT J. -  MENDELSONN R. -  MENDIER R. -  MENEZ J. -  MENGUS L. -  MENGUY Y. -  MENUT C. -  MERCIER R. -  MERIOZ M. -  MEROUR G. -  MESPLE J. -  METAIS E. -  METAIS R. -  MEVAL A. -  MEVEL J. -  MEVEL Y. -  MEYER M. -  MIAILLES L. -  MICELLI J. -  MICHEL C. -  MICHELET J. -  MICHELET Y. -  MICHEL E. -  MICHEL F. -  MICHOT P. -  MIGNON J. -  MILIN C. -  MILLION A. -  MINIER M. -  MIOSSEC F. -  MOAL -  MOALIC F. -  MOALIC Y. -  MOAL ?. -  MOINDROT R. -  MOLLET F. -  MONFORT P. -  MONGET R. -  MONTAGNAC ?. -  MORANDEAU L. -  MORE P. -  MORVAN A. -  MORVAN J. -  MORVAN J. -  MORVAN Y. -  MOURIER ?. -  MOURLON M. -  MOUTON ?. -  MULLER A. -  MULLER G. -  MULLER J. -  MULLER W. -  NAEGELE J. -  NEZET L. -  NICOLAS H. -  NICOL A. -  NICOL H. -  NICOL ?. -  NIGER R. -  NIZOU P. -  NOEL R. -  NOGUES L. -  NOLLET F. -  NORBERT A. -  NUSSELI J. -  OLIFAND F. -  OLIVIER J. -  OLLIVIER M. -  OLLIVIER P. -  OLLIVIER V. -  ORBANT R. -  PAGO N. -  PALMACIO A. -  PAOLI D. -  PARENT C. -  PARISOT A. -  PARLOUER J. -  PARSOL J. -  PATON R. -  PAUCHARD C. -  PAUL Y. -  PAVIN J. -  PAYRARD L. -  PAYSANT F. -  PELLE -  PELLEN J. -  PELLE ?. -  PENCALET F. -  PENET -  PENGAM F. -  PENGAM F. -  PERCHE Y. -  PERENNES A. -  PERES J. -  PERON F. -  PERON R. -  PERREAU Y. -  PERRET H. -  PERRIN A. -  PERRIN L. -  PERROT A. -  PERROTON P. -  PERROT P. -  PETER ?. -  PETIBON ?. -  PETTON J. -  PEYRON A. -  PHILIPPOT J. -  PHILY J. -  PICARD G. -  PICARD H. -  PICAUD R. -  PICHOURON J. -  PICO-ROSSETI M. -  PICOT E. -  PIEDAGNIEL F. -  PIETRANTONI P. -  PIGNATEAL L. -  PIMPAULT G. -  PIRIOU C. -  PISON A. -  PITA C. -  PITON J. -  PLANSON P. -  PLASSARD A. -  PLOYE P. -  PODEUR F. -  POGGI J. -  POINSOT P. -  POMMIER M. -  PONCIN J. -  PONGE ?. -  PONT Y. -  POTTECK P. -  POULIQUEN J. -  POULIQUET J. -  PRADE L. -  PRAMPART H. -  PREAU R. -  PRIGENT F. -  PRIGENT L. -  PRIGENT Y. -  PRISE L. -  PULHABES G. -  PULUREN F. -  QUEAU L. -  QUEFENNEC Y. -  QUEFFURUS J. -  QUEMENEUR C. -  QUEMENEUR J. -  QUENTIN R. -  QUERDRAON P. -  QUERE J. -  QUERE J. -  QUERE J. -  QUERE J. -  QUERE R. -  QUERE Y. -  QUERHARO R. -  QUEROLLES -  QUILLIVERE P. -  QUINQUIS C. -  QUIVORON J. -  RABETTE A. -  RABILLER R. -  RAFFAUD J. -  RAGGIO P. -  RAGUENES J. -  RAMIFOGLIO F. -  RAMILLON L. -  RAMOND P. -  RAMONET J. -  RANSEYER A. -  RAOULX A. -  RATTEZ A. -  REGNAULT L. -  REMHM S. -  REMY J. -  RENARD G. -  RENAUD F. -  RENAUD V. -  RENAULT L. -  RENOUARD A. -  RICHARD E. -  RICHEZ G. -  RICHOMME E. -  RICONI J. -  RIDEL R. -  RIEDINGER P. -  RIES L. -  RIGOBERT P. -  RINGESSAN P. -  RIOS F. -  RIOU J. -  RIOU L. -  RIOU Y. -  RIVALAIN J. -  RIVALIN P. -  ROBERT F. -  ROBERT R. -  ROBERT ?. -  ROBIC A. -  ROBIN H. -  ROBIN R. -  ROCHAS J. -  ROGEL J. -  ROHOU J. -  ROLA J. -  ROLLAND J. -  ROMEO M. -  ROMET ?. -  ROSSETI J. -  ROSSIGNOL J. -  ROSSO A. -  ROSSi ?. -  ROUBAT R. -  ROUDAUT J. -  ROUDAUT J. -  ROUDAUT L. -  ROUDEY M. -  ROUGET L. -  ROULIN J. -  ROUSSEAU J. -  ROUSSEL H. -  ROUSSEL J. -  ROUSSIN J. -  ROUTIER G. -  ROUX F. -  ROUYER J. -  ROVERON F. -  ROYER R. -  ROY J. -  ROY M. -  RUZ F. -  RUZ F. -  SAGNOL R. -  SALAUN F. -  SALAUN H. -  SALAUN L. -  SALAUN R. -  SALING J. -  SALMON R. -  SAMAN F. -  SANDER F. -  SAOUTER J. -  SASZ M. -  SAUREZ L. -  SAUTES A. -  SCHEFFER C. -  SCHILIMANN R. -  SCHINDLER L. -  SCHMITT A. -  SCHMITT ?. -  SCHNEPP J. -  SCHWAB A. -  SCORNET J. -  SCORNET J. -  SCOTTO V. -  SEGALAS A. -  SEGALAS A. -  SEGUELA L. -  SEGURA L. -  SELLIER R. -  SELLIER R. -  SELLIN J. -  SELLIN J. -  SENAC R. -  SENIER L. -  SENTER L. -  SERGENT J. -  SERGENT J. -  SERRE A. -  SERRE A. -  SERRE M. -  SERRE M. -  SERVANTIE R. -  SICART -  SIKSIK ?. -  SIMIAN P. -  SIMON A. -  SIMON C. -  SIMON C. -  SIMON J. -  SISIAN P. -  SISON A. -  SOIGNET A. -  SOIGNET A. -  SOLD H. -  SOLD H. -  SOUCAS N. -  SOULA E. -  STEPHAN J. -  STEPHAN J. -  STEPHAN J. -  STEVE S. -  STORAI L. -  STORAI L. -  SUHAS J. -  SUIRE A. -  SUIRE A. -  TABARY G. -  TAESCH A. -  TAESCH A. -  TAHIER L. -  TAHIER L. -  TALLEO M. -  TANGUY F. -  TANGUY F. -  TANGUY J. -  TANGUY J. -  TANNE J. -  TANNIOU P. -  TARDITI P. -  TARDITI P. -  TAREAU Y. -  TARILLON -  TASSARA E. -  TASSARA E. -  TASSEL J. -  TASSEL J. -  TATON J. -  THENOT J. -  THEPAUT G. -  THEPAUX J. -  THEVEN L. -  THIBAUT A. -  THIEL W. -  THIRION P. -  THOBY A. -  THOMAS G. -  THOMAS G. -  THOMAS R. -  TINNY G. -  TORROG M. -  TORTET N. -  TOURNELLEC G. -  TOURNOND R. -  TOUSSAINT L. -  TOUX J. -  TOUX J. -  TOUZE J. -  TRAOLIC F. -  TRAVADEC J. -  TRAVADEL J. -  TREGUER A. -  TREGUER F. -  TREHOUX F. -  TREINQUIER ?. -  TRIPLET A. -  TRIPLET A. -  TRIVIDIC J. -  TROCHARD A. -  TROTTER J. -  URBAN E. -  URCUN F. -  URVOIX A. -  VALENTIN A. -  VALOIS J. -  VALOY J. -  VANHERSECKE C. -  VARAILLON R. -  VAUDIAUX ?. -  VAURIAC H. -  VERDENAL R. -  VERGE J. -  VERLEYE G. -  VERNEAU G. -  VEROVE L. -  VETTER J. -  VEYSSIERE J. -  VIAL D. -  VIARD ?. -  VIBERT J. -  VIGEONNET J. -  VIGOUROUX A. -  VILLATE J. -  VILLEROT L. -  VINCENT G. -  VIVIER R. -  VOLLERIN O. -  WACKERNAGEL R. -  WAGNER J. -  WECK L. -  WENDLIGER F. -  WILLIOT P. -  YEQUEL B. -  YVINEC H. -  YVIS M. -  YVON R. -  ZARMATI A. -  ZOLIGER M.
Février : GUIGUET G.
Juin : BROUAZIN F.
Juillet : ABALLÉA Y. -  ABILY J. -  ABILY J. -  ABIVEN A. -  ABJEAN Y. -  ACH Y. -  ALIX F. -  ALLAIN A. -  ALLARD P. -  ALLARD P. -  ALLAVENA C. -  ALLES L. -  ALTENHOVEN B. -  AMBERT L. -  ANCHE M. -  ANDRIEN A. -  ANTOINE L. -  APPERE C. -  APPRIOU J. -  APPRIOU J. -  ARCHIER E. -  ARNAUD E. -  ARNAUD ?. -  ARPHAND L. -  ARZENO B. -  AUBERT L. -  AUBIN P. -  AUDEBERT M. -  AUDIBERT M. -  AUDREN P. -  AUFFRAY P. -  AUGER G. -  AUROUSSEAU J. -  AUSSILIA F. -  AUVERGNE M. -  AVRILLA A. -  BADER M. -  BADRE L. -  BAILLEUX P. -  BAJONI F. -  BARBAROUX L. -  BAREA A. -  BARNÈDES A. -  BARON J. -  BARON V. -  BARS A. -  BARTHELEMY F. -  BAUMGARTEN L. -  BAZIN H. -  BAZUS P. -  BEAUREGARD R. -  BEGUEL J. -  BEGUIN P. -  BELICCHI F. -  BELLEC P. -  BELLEC P. -  BELLON J. -  BENARD P. -  BERARD P. -  BERARD R. -  BERNADOU L. -  BERNARDINI J. -  BERTHELOT M. -  BERTHELOT Y. -  BERTHOU F. -  BERTHOU J. -  BERTHOU J. -  BEYRIE J. -  BICORNE P. -  BIDON M. -  BIEHLMANN R. -  BIELLE A. -  BIGO R. -  BIGO R. -  BIGOT A. -  BIGOT G. -  BIHANNIC J. -  BIHANNIC J. -  BILHAUD Y. -  BIRGLE L. -  BLAISE P. -  BLAIZE G. -  BLANC J. -  BLANQUET R. -  BLIN R. -  BLONDEL C. -  BLOND M. -  BOCHATON J. -  BOCQUET L. -  BODENES J. -  BODÉNÈS J. -  BOGA J. -  BOHN A. -  BOINET A. -  BOIZARD G. -  BOLOU L. -  BONIZEC L. -  BONNET L. -  BONNEVIE R. -  BONNIEU R. -  BONNIVARD C. -  BORDAT A. -  BOSCHER R. -  BOSCH M. -  BOTHOREL G. -  BOTTON M. -  BOUCHACOURT J. -  BOUCHER J. -  BOUHAER J. -  BOULAIN F. -  BOULANGER P. -  BOUREL P. -  BOURGEADE P. -  BOURHIS A. -  BOURVEO J. -  BOUSSUMIER F. -  BOUTRON J. -  BOUVANT C. -  BRACONNIER A. -  BRANDIER F. -  BREAU H. -  BREGENT F. -  BRES G. -  BRIAND G. -  BRIAND J. -  BRIANT J. -  BROQUARD L. -  BROUDIN H. -  BRUNET A. -  BUANNIC J. -  BUGIN P. -  BULOT D. -  BUREL F. -  BURER F. -  BURGARD J. -  BURONFOSSE J. -  BUSACHE -  CABANO M. -  CABIOCH F. -  CADIOU J. -  CADIOU J. -  CAGNARD A. -  CAHUAC A. -  CALENDINI C. -  CALLAY R. -  CALVARIN R. -  CALVARY Y. -  CALVEZ J. -  CAM E. -  CAMPINI F. -  CANAL J. -  CANN P. -  CANU R. -  CAOUS J. -  CAOUS Y. -  CAP J. -  CAPRI J. -  CARADEC J. -  CARADEC L. -  CARADEC R. -  CARADO P. -  CARDINAL M. -  CARLIER F. -  CARLUER J. -  CARN L. -  CARPENTIER H. -  CARRE R. -  CARROZINO M. -  CARTAUD G. -  CARVAL J. -  CASIMIRI A. -  CASSE J. -  CASTALDO L. -  CASTEJON J. -  CASTELIN G. -  CASTEL L. -  CASTREC F. -  CAUSSIN R. -  CELESTE M. -  CHAIX G. -  CHAMBONNIER P. -  CHARDON R. -  CHARON J. -  CHARRASSIER R. -  CHARRETEUR J. -  CHASSAGNEUX M. -  CHAUME A. -  CHAUME A. -  CHAUSSAT R. -  CHAUVIN H. -  CHIPOT H. -  CHOASSON J. -  CHOLLET E. -  CHOLLET J. -  CHOVEAU F. -  CHUPIN G. -  CLAIDIERE H. -  CLAISSE C. -  CLAQUIN J. -  CLECH J. -  CLEMENT L. -  CLERMIDY E. -  CLOAREC L. -  CLOEZ R. -  CLOITRE F. -  CLUGNAC F. -  CLUZOL P. -  COATLEVEN J. -  COLCANAP A. -  COLIN A. -  COLIN E. -  COLOMB R. -  COMBRET H. -  CONDETTE E. -  CONQ C. -  CONROZIER M. -  CONVENANT E. -  COQUET P. -  CORBIN H. -  CORBIN J. -  CORDILLET A. -  CORFA S. -  CORITON J. -  CORNET A. -  CORNILLET M. -  CORRE F. -  CORRE F. -  CORSON Y. -  CORTIAL H. -  COSQUER C. -  COSQUER J. -  COSQUER Y. -  COSSEC M. -  COSSEC R. -  COSTIOU J. -  COTTARD J. -  COUDAN J. -  COUIL F. -  COUTURIER J. -  COZZANO P. -  CRECHRIOU Y. -  CREFF J. -  CRISTOFANI E. -  CROS J. -  DAILLOUX A. -  DAISSON P. -  DAIZE J. -  DANIELOU P. -  DARROUZET B. -  DARTHENAY G. -  DAUBIAN A. -  DAUNAS D. -  DAVANCEAUX J. -  DAVERIO R. -  DEBOS J. -  DELALANDE M. -  DELARUE E. -  DELAUSSEDAT A. -  DELAYE L. -  DELEPINE A. -  DELETANG R. -  DELGAS A. -  DELIEZ L. -  DELIEZ L. -  DELPORTE R. -  DELPY R. -  DEMENUS A. -  DEMENUS A. -  DEMOTES-MAINARD J. -  DENIEL R. -  DENIEL R. -  DERRIENNIC M. -  DEWAELE A. -  DICHIAPPARI C. -  DIDOU A. -  DIJIEAUX E. -  DILELIO L. -  DORANGE F. -  DRILLET J. -  DUCLOY P. -  DUCRE A. -  DUFOUR A. -  DUGUET M. -  DUMAINE G. -  DUPUICH G. -  DUPUIS A. -  DUQUOC F. -  DUQUOC F. -  DURAND B. -  DUTOIT M. -  EBERHART V. -  EBY G. -  ECK J. -  EILLON R. -  ELIAS H. -  ELISSONDO P. -  EMEURY A. -  ENGEL L. -  ERNST R. -  ESCAFFRE A. -  ESNAULT M. -  ETESSE Y. -  EVENO X. -  FACHE H. -  FAUDET M. -  FAUJOUR J. -  FAURE E. -  FAUSTIN L. -  FAVE A. -  FAVENNEC J. -  FAVENNEC P. -  FAVIE R. -  FAVIE R. -  FEAT R. -  FELIX G. -  FERON M. -  FERRE G. -  FLAMANT R. -  FLAMENT R. -  FLOCH J. -  FLOCHLAY (ou) FLOC'HLAY J. -  FLOCH L. -  FLOCH L. -  FOLEAS H. -  FONCK A. -  FORJIONEL P. -  FORJONEL P. -  FOSSAT A. -  FOUCHY R. -  FOUGERAT A. -  FOULOQUE M. -  FOURNEL H. -  FOURNIER J. -  FOURNIS F. -  FRAGE L. -  FRANQUELIN P. -  FRICKER A. -  FRONTIN J. -  FULHABER G. -  FUNFROCK P. -  GAC Y. -  GADAL P. -  GALERON O. -  GALIFOT G. -  GALLENE A. -  GALLIN L. -  GALLIOU J. -  GALOPIN J. -  GARRIGUES E. -  GAUTHIER M. -  GEBHARD J. -  GEFFROY E. -  GEFFROY R. -  GENEST B. -  GIAI VIA V. -  GILLARD C. -  GINOUVES J. -  GINOUVÈS J. -  GIRAUD A. -  GIRAULT A. -  GIVRE J. -  GOACOLOU A. -  GOLIAS H. -  GOLL E. -  GORON T. -  GOULIQUER V. -  GOULOT R. -  GOURMELON G. -  GOURMELON H. -  GRENIER M. -  GRIBLING L. -  GROSJEAN E. -  GROS J. -  GROSPIRON R. -  GROSSET B. -  GROSSI P. -  GRUSON R. -  GRY O. -  GUASCO L. -  GUEGUENIAT L. -  GUEGUENIAT P. -  GUEGUEN R. -  GUEGUEN R. -  GUENEGAN J. -  GUENNOC P. -  GUERANT R. -  GUERIN K. -  GUEZEL J. -  GUGLIEMI P. -  GUIFFANT P. -  GUIGUAY R. -  GUILLAMY M. -  GUILLAUME A. -  GUILLERM P. -  GUILLORY J. -  GUILLOU J. -  GUILLOU J. -  GUIVARCH A. -  GUIVARCH C. -  GUYOT DE GRANDMAISON -  GUYOT DE GRANDMAISON G. -  HAFNER C. -  HAHN C. -  HALL G. -  HAMON E. -  HAMON F. -  HAMONIAUX M. -  HAMON M. -  HANK A. -  HARDY L. -  HARTMANN R. -  HASCOET N. -  HASCOET P. -  HASDENTENFEL J. -  HAUDEBERT H. -  HECKEL E. -  HECKENDORN J. -  HERBEAUX J. -  HERREBRECHT M. -  HERVE A. -  HERVE J. -  HERVE L. -  HETET J. -  HIFF D. -  HOFFMANN J. -  HOGREL M. -  HOURCADE J. -  HOURMANN E. -  HUBER L. -  HUILLIER A. -  HULAUD F. -  ICART L. -  INAGAKI R. -  IVALDI C. -  JACONO L. -  JACQ J. -  JACQ J. -  JAMES M. -  JANIN M. -  JAOUEN E. -  JAOUEN J. -  JAOUEN J. -  JARGEAU F. -  JAUREGUY J. -  JEAMBAIRE L. -  JEZEQUELLOU P. -  JOLET H. -  JOLIVET V. -  JOSSE J. -  JOSSE J. -  JOURDAN H. -  JOUVIN M. -  JUIN A. -  JULIEN F. -  JUND A. -  JUST M. -  KAIL J. -  KALK A. -  KAPP A. -  KARCH L. -  KERAUDREN J. -  KERHUEL F. -  KERIVIN G. -  KERIVIN P. -  KERLEROUX J. -  KERLOCH P. -  KERMABON L. -  KERMAREC J. -  KERMAREC Y. -  KERMOAL D. -  KERNAONET E. -  KERROS F. -  KERSUAL R. -  KERT R. -  KERVELLA A. -  KERVIZIOU Y. -  KFANT (alias) KERFANTE G. -  KIEFFER P. -  KLEIN V. -  KORNACKER P. -  L'HENAFF H. -  L'HUILLIER R. -  LABAYLE L. -  LAFAGE P. -  LAFON J. -  LAGACHE L. -  LAGADEC J. -  LAGAST G. -  LAGNIEZ M. -  LALANNE J. -  LAMAN Y. -  LAMARQUE J. -  LAMENDOUR J. -  LAMERT J. -  LANCON R. -  LANDURE J. -  LANGUILLE R. -  LANNUZEL F. -  LAPORTE A. -  LAPPART G. -  LARIVEN P. -  LARROCHE J. -  LAUMONIER R. -  LAURENT A. -  LAURENT L. -  LAURIOL L. -  LAUSECHER H. -  LAUVERGNAT R. -  LAUZERAL A. -  LAVANANT J. -  LE BAIL M. -  LE BERRE A. -  LE BESQ J. -  LE BEUL M. -  LE BIGOT J. -  LE BORGNE V. -  LE BOULCH H. -  LE BRAS H. -  LE BRETON J. -  LE BRIS H. -  LE BRIS Y. -  LE CALVEZ E. -  LE CAP J. -  LE CHARLES P. -  LE CLEACH Y. -  LE COCQ J. -  LE CORFF J. -  LE CORRE J. -  LE COSSEC R. -  LE COZ A. -  LE CUFF J. -  LE DELLIOU F. -  LE DREFF A. -  LE DUFF J. -  LE DU Y. -  LE FERRER A. -  LE FESSANT F. -  LE FEVRE J. -  LE FEVRE M. -  LE FLOCH F. -  LE FLOCH V. -  LE FOLL F. -  LE FUR V. -  LE GALL A. -  LE GALL J. -  LE GALL J. -  LE GALL J. -  LE GALL M. -  LE GOFFE M. -  LE GOFF F. -  LE GOFFIC C. -  LE GOFF Y. -  LE GUEN J. -  LE GUEN J. -  LE GUENNEC J. -  LE GUERN F. -  LE GUILLOU L. -  LE GUILLOUX A. -  LE GUILLOU Y. -  LE JEUNE J. -  LE JOLY J. -  LE LAY F. -  LE LEZ A. -  LE MATELOT R. -  LE MENAC A. -  LE MEN Y. -  LE MESTRE J. -  LE METAYER J. -  LE METEYER D. -  LE MEUR H. -  LE MEUR J. -  LE MEUR J. -  LE MINOUX J. -  LE MOAL F. -  LE MOAL P. -  LE MOSQUET R. -  LE MOUNIER J. -  LE MOY J. -  LE PAGE J. -  LE PAPE H. -  LE PENNEC H. -  LE PETIT P. -  LE PIERRES E. -  LE PRIELLEC J. -  LE PRIGENT J. -  LE QUEMENT P. -  LE QUERE J. -  LE REGENT P. -  LE RHUN J. -  LE ROUX D. -  LE ROUX F. -  LE ROUX J. -  LE ROUX L. -  LE ROUX L. -  LE ROUX Y. -  LE ROUX Y. -  LE ROY C. -  LE ROY L. -  LE RUSTE M. -  LE SAINT J. -  LE SAINT Y. -  LE SAUX M. -  LE SCOUARNEC A. -  LE SCOUR J. -  LE STER G. -  LE STER L. -  LE TERRIEN A. -  LE TOURNEAU G. -  LE TROCQUER Y. -  LE VERGE J. -  LEBASTARD P. -  LECALLO J. -  LEGAT J. -  LEJEUNE A. -  LENTALI A. -  LEON M. -  LEOST J. -  LEOST P. -  LERISSET P. -  LESCOP A. -  LETIENNE C. -  LEVY R. -  LIEVRE M. -  LIGER P. -  LIMOUSIERE P. -  LISPARLETTE R. -  LISSORGUE A. -  LOEZIC J. -  LONG P. -  LOPIN A. -  LORAND M. -  LORPHELIN C. -  LOTTI M. -  LOUSSOUARN P. -  LOYER J. -  LOZACH F. -  LOZACHMEUR L. -  MAGLOIRE L. -  MAGUET L. -  MAILLARD A. -  MAILLET A. -  MAINSARD J. -  MALLEJAC F. -  MALLET J. -  MALVEAU G. -  MANUELLI A. -  MARCHAND J. -  MARCHETTI R. -  MARTEAU R. -  MARTHELEUR L. -  MARTINAULT Y. -  MARTIN L. -  MARTIN L. -  MARTIN N. -  MARY E. -  MARZIN G. -  MASSOL C. -  MASSON C. -  MASSON J. -  MAULBON D'ARBAUMONT F. -  MAULBON D'ARBAUMONT F. -  MAURANNE R. -  MAUREL M. -  MAURICE S. -  MAURY A. -  MAURY A. -  MAZE F. -  MEAR M. -  MEGNIN H. -  MEHEUST P. -  MEIL C. -  MENANT J. -  MENEZ J. -  MENGUS L. -  MENGUY Y. -  MENUT C. -  MERCIER R. -  MERLOZ M. -  MEROUR G. -  MESPLE J. -  METAIS E. -  METAIS R. -  MEVEL A. -  MEVEL J. -  MEVEL Y. -  MIAILHES L. -  MICELLI J. -  MICHEL C. -  MICHELET J. -  MICHELET Y. -  MICHEL E. -  MICHOT P. -  MIGNON J. -  MINDELSOHN R. -  MIOSSEC F. -  MOALIC F. -  MOALIC Y. -  MONGET R. -  MONTFORT P. -  MORANDEAU L. -  MORE P. -  MORVAN A. -  MORVAN H. -  MORVAN H. -  MORVAN J. -  MORVAN J. -  MORVAN Y. -  MOURIER E. -  MOUTON E. -  MULLER G. -  MULLER J. -  NAEGELE J. -  NEZET L. -  NICOLAS H. -  NICOL A. -  NICOL E. -  NICOL H. -  NICOL J. -  NICOL J. -  NICOLLE H. -  NICOLLE H. -  NIGER R. -  NOEL R. -  NOGUES H. -  NOGUES L. -  NORBERT L. -  NUSSLI J. -  OLIVIER J. -  OLLIVIER M. -  OLLIVIER V. -  ORBANT R. -  PAGO N. -  PAOLI D. -  PARENT C. -  PARISOT A. -  PARLOUER J. -  PARSOL A. -  PATON R. -  PAUCHARD C. -  PAUL Y. -  PAVIN J. -  PAYRARD L. -  PAYSANT F. -  PELLAN N. -  PELLAN N. -  PELLE E. -  PELLEN J. -  PENCALET F. -  PENET E. -  PENGAM F. -  PENGAM F. -  PERCHE Y. -  PERENNES A. -  PERES J. -  PERON R. -  PERRIN A. -  PERRIN L. -  PERROT A. -  PERROTON P. -  PERROT P. -  PETERS E. -  PETITBON E. -  PETTON J. -  PEYRON A. -  PHILIPPOT J. -  PICARD G. -  PICARD H. -  PICAUD R. -  PICCO ROSSETTI Y. -  PICHOURON J. -  PICOT E. -  PIEDAGNEL F. -  PIETRANTONI P. -  PIMPAULT G. -  PIRIOU C. -  PISON A. -  PITON J. -  PITTA C. -  PLANSSON P. -  PLASSARD A. -  PLOYE P. -  PODEUR F. -  POGGI J. -  POINSOT P. -  POMMIER M. -  PONCIN J. -  PONGE E. -  PONT Y. -  POULIQUEN J. -  POULIQUEN J. -  PRADE L. -  PRAMPART H. -  PREAU R. -  PRIGENT F. -  PRIGENT L. -  PRIGENT Y. -  PRISE L. -  PULUHEN F. -  QUEAU L. -  QUELFENNEC Y. -  QUEMENER R. -  QUEMENEUR J. -  QUENTIN R. -  QUERE J. -  QUERE J. -  QUERE J. -  QUERE R. -  QUERE Y. -  QUERHARO R. -  QUINQUIS C. -  QUIVORON J. -  RABETTE L. -  RABILLER R. -  RAFFAUD J. -  RAGUENES J. -  RAMIFOGLIO F. -  RAMILLON L. -  RAMOND P. -  RAMONET J. -  RAMSEYER A. -  RAOULX A. -  RATTEZ A. -  REGNAULT L. -  REHM S. -  REMY J. -  RENARD G. -  RENAUD F. -  RENAULT L. -  RENOUARD A. -  RETIERE J. -  RETIERRE J. -  RICHARD E. -  RICHEZ G. -  RICHOMME E. -  RIDEL R. -  RIEZ J. -  RIGOBERT P. -  RINGEISSEN P. -  RIOU J. -  RIOU L. -  RIVALAIN J. -  RIVALIN P. -  ROBERT E. -  ROBERT F. -  ROBERT R. -  ROBIN H. -  ROBIN R. -  ROGEL J. -  ROLLAND J. -  ROMET E. -  ROSSETTI J. -  ROSSI E. -  ROSSIGNOL J. -  ROSSO A. -  ROUDAUT J. -  ROUDAUT J. -  ROUDAUT ?. -  ROUGET L. -  ROULIN J. -  ROUMAT R. -  ROUSSEL H. -  ROUSSEL J. -  ROUSSIN J. -  ROUX F. -  ROUYER J. -  ROUYER J. -  ROVERCH F. -  ROYER R. -  ROY J. -  ROY M. -  RUZ F. -  RUZ F. -  SAEZ M. -  SAGNOL R. -  SALAUN H. -  SALAUN L. -  SALINQ J. -  SALMON R. -  SAMAN F. -  SANDER F. -  SAOUTER J. -  SAUREZ L. -  SAUTES A. -  SAUVY P. -  SCARPELLINI R. -  SCHMITT E. -  SCHNEPP J. -  SCHWAB A. -  SCIARLI F. -  SCIARLI F. -  SCORNET J. -  SEGALAS A. -  SEGUELA L. -  SELLIER R. -  SELLIN J. -  SENAC R. -  SENTER L. -  SERGENT J. -  SERRE A. -  SERRES M. -  SIKSIK E. -  SIMIAN P. -  SIMON A. -  SIMON C. -  SOIGNET A. -  SOLD H. -  STEPHAN J. -  STEPHAN J. -  STEPHAN L. -  STEVE S. -  STORAI L. -  SUIRE A. -  TABARY G. -  TAESCH A. -  TAHIER L. -  TALLEC M. -  TANGUY F. -  TANGUY J. -  TANNIOU P. -  TANNIOU P. -  TARDITI P. -  TASSARA E. -  TASSEL J. -  TATON J. -  THEPAUT G. -  THEPAUT J. -  THEVEN L. -  THEVEN L. -  THIBAULT M. -  THIELE W. -  THIRION P. -  THOBY A. -  THOMAS G. -  THOMAS R. -  THOUMIRE R. -  TORMOS J. -  TORTET N. -  TOURNELLEC G. -  TOURNOUD R. -  TOUSSAINT L. -  TOUX J. -  TOUZE J. -  TRAVADEL J. -  TREGUER A. -  TREGUER F. -  TREHOUX F. -  TRINQUIER E. -  TRIPLET A. -  TRIVIDIC J. -  TROALIC F. -  TROTTER J. -  URCUN F. -  URVOIX A. -  VALENTIN A. -  VALOIS J. -  VANHERSECKE C. -  VARAILLON R. -  VAUDAUX E. -  VAURIAC H. -  VERDENAL R. -  VERDENAL R. -  VERGE J. -  VERLEYE G. -  VERNEAU G. -  VETTER J. -  VEYSSIERE J. -  VIAL D. -  VIARD E. -  VIARD ?. -  VILLATTE J. -  VILLEROT L. -  VIQCONNET J. -  VIVIER R. -  VOLLERIN O. -  WACKERNEGEL R. -  WAGNER J. -  WENDLINGER F. -  WILLIOT N. -  YEQUEL B. -  YVINEC H. -  YVIS M. -  YVON R. -  ZARMATI M. -  ZIEGLER R.

Opération(s) en relation avec cette unité...

La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940)

Il y a 1 document dans la bibliothèque.

« Récit de mes quelques bons moments passés dans ma vie d'embarqué » par Pierre JOUSSET
« Récit de mes quelques bons moments passés dans ma vie d'embarqué »
         


Groupement auquel cette unité a été intégrée...

2ÈME DIVISION DE LIGNE

Journal de bord...

Dates Evénements
09/1915Armateur : Marine nationale (FRANCE)
07/1927GENSOUL Marcel (Commandant)
1931MUSELIER Émile (Commandant)
1932Refonte aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer entre 1932 et 1935
01/09/193617/12/1938CADART Jean (Commandant)
01/08/1938Intégré au groupement : 2ÈME DIVISION DE LIGNE
17/12     16/10/1939SEGUIN Henri (Commandant)
12/10/193903/07/1940LE PIVAIN Louis (Commandant)
23/03/1940Avec ALGÉRIE, transporte 150 tonnes d'or à Halifax (CDN)
03/07     CATAPULT (La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940)) (Coulé à Mers el-Kébir par le HMS HOOD - 977 tués)



Photographies, numérisations, etc.

© 2006-2018 ALAMER
Biographie de Jean CADART lors de la fin de commandement de BRETAGNE (La Dépêche de Brest et de l'Ouest) - 18/12/1938
© 2006-2018 ALAMER
Article de La Dépêche de Brest relatant la blessure de Pierre BOUGUEN du BRETAGNE (Dépêche de Brest http://www.ladepechedebrest.fr/ ) - 08/03/1937
© 2006-2018 ALAMER
BRETAGNE lors de La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) (M. Daniel BUFF (Émile BUFF)) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER
BRETAGNE lors de La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) (M. Daniel BUFF (Émile BUFF)) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER
Bachis de André BETELESMER sur BRETAGNE (M. Eric GAYDIER)
© 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER
Compte-rendu d'un entretien avec le contre-amiral Louis LE PIVAIN au sujet de BRETAGNE à La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940). L'action de Pierre KEROMNES est évoquée (Henri PERRET) - 02/01/1988
© 2006-2018 ALAMER
BRETAGNE : message de félicitations du capitaine de vaisseau Louis LE PIVAIN suite à l'attribution de la citation (Louis LE STRAT) - 10/11/1940
© 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER
© 2006-2018 ALAMER
La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) : le BRETAGNE la quille en l'air (M. MOTARD) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER
La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) : le BRETAGNE commence à chavirer (M. MOTARD) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER
La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) : le BRETAGNE au mouillage (M. MOTARD) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER
La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) : l'arrière du BRETAGNE en feu après dernieres gerbes (M. MOTARD) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER
La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) : L'arrière du BRETAGNE en feu lors des dernières salves (M. MOTARD) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER
Louis LE PIVAIN commandant du BRETAGNE (M. MOTARD) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER
La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) : les derniers tirs du BRETAGNE (M. MOTARD) - 03/07/1940
© 2006-2018 ALAMER
BRETAGNE todo le dessin n'est pas conforme à la réalité, par exemple le mât tripode est caractéristique de cette classe de cuirassé
© 2006-2018 ALAMER
© 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER
© 2006-2018 ALAMER



Caractéristique(s)...

 Déplacement : 21 838 tW 23 230 tonnes normal 25 000 tonnes en pleine charge
 Dimensions : Longueur : 166,00 m Largeur : 26,90 m Tirant d'eau : 8,90 m (9,80 m pc)
 Propulsion : 2 turbines à engrenages Parsons - 4 arbres - 24 chaudières Niclausse
 Puissance : 29 000 cv puis 45 000 cv
 Vitesse (en noeud) : 20 nd puis 21 nd avec chaudières à mazout
 Combustible : 900 tonnes de charbon et 300 tonnes de carburant
 Autonomie (en jour) : 4 700 milles à 10 nd 2 800 milles à 18,75 nd - 7 000 milles à 10 nd (au mazout)
 Effectif : 1 124 à 1 133 officiers et matelots


Armement(s)...

Blindage
    ceinture 160 à 270 mm, casemates 170 mm, ponts 30 à 40 mm, barbettes 248 mm, tourelles 250 à 400 mm, poste de commandement 314 mm
Artillerie principale
    10 canons de 340 mm/45 Mod 12 (5 tourelles doubles)
Artillerie secondaire
    22 canons de 138,6 mm/55 Mod 10 - Suppression de 8 canons de 138,6 mm (refonte de 1932 à 1935)
Artillerie antiaérienne
    4 canons de 47 mm AA 12 mitrailleuses de 13,2 mm (refonte de 1932 à 1935)
Tube lance-torpilles
    4 TLT de 450 mm sous la flottaison avec 24 torpilles - Suppression lors de la refonte 1932-1935
Divers
    Installation d'un mât tripode pour la nouvelle direction de tir (refonte de 1932 à 1935)

(N°18150)

Le démantèlement du cuirassé BRETAGNE, suite

Auteur Jean-René BRESSOLES le 03 mai 2014

Après la tentative infructueuse de l'ingénieur maritime Elie Monier qui ne fit qu'inspecter l'épave en 1941, les années passèrent avant que la décision soit prise de libérer le port du cuirassé.

Celui-ci, quille en l'air, reposait sur son mât tripode (son arrière complètement rasé par le premier coup de 380 mm) qui s'appuyait directement sur le fond, tandis que l'avant soutenu par les superstructures pointait vers la surface. Rappelons que si l'épave était restée là en l'état, c'était d'abord et avant tout par faute de moyens matériels considérables à mettre en oeuvre et qui localement n'existaient pas. Avec de surcroît comme il a été rappelé les conditions draconiennes fixées par la marine qui voulait avant tout ne pas se résigner à disperser les six cents corps de marins encore prisonniers des entrailles des 22 000 tonnes d'acier. Sans compter les dangers des 700 tonnes de munitions dispersées un peu partout à bord qui devaient être traitées avec un luxe de précautions.

Parallèlement le port de Toulon monopolisait tous les moyens pour la récupération des 201 bâtiments coulés qui se trouvaient là encore après guerre, et dont les travaux de désenclavement cesseront avec le dégagement de la grande passe en 1959 soit près de quinze ans après.

Quant à la BRETAGNE à Mers el Kébir, il lui fallait trouver une entreprise de démolition qui voulait bien se porter volontaire pour traiter l'épave avec les contraintes que comportait le cahier des charges. Une seule entreprise Toulonnaise se porta volontaire, la société Serra Frères ; Une autre contrainte lui fut imposée : réussir en moins de dix huit mois à ramener le plan d'eau à moins de neuf mètres de la surface, ce qui fut fait. Il fallu pour cela ramener de Toulon un ponton mâture, des pontons à grue tournante armées de bennes, chalands, remorqueurs, bateaux de plonge et postes de découpage.

Six plongeurs scaphandriers, en plus d'être ouvriers spécialisés, vécurent trois ans sur le site. L'histoire de la BRETAGNE retiendra leur nom : le chef plongeur italien Di Francesco, son second Léonard, et les plongeurs Réboa, Taverne, Bacciarelli, Césarini.

Ils appliquèrent à un cuirassé la technique d'un serrurier bricoleur. Il ne pouvait en être autrement ; Ils apportèrent aussi avec dévouement l'affreuse besogne de fossoyeur de la mer. Tout en visitant 400 compartiments, ils débarrassèrent les obus dont le navire était truffé, alternant les remontées avec celles des cadavres, alors que des familles affluaient de métropole et surtout de Bretagne de Brest, de Concarneau... Ils durent subir l'épreuve la plus dure qu'ils craignaient : celle de laisser voir à ces familles les affreuses manipulations auxquelles il fallait bien se livrer. Des couronnes de fleurs, des palmes nouées de tricolore flottaient un instant dans l'eau de Mers el Kébir, venaient rejoindre l'homme au travail qui les écartait doucement de la main, alors qu'en surface on s'arrangeait pour que personne ne vit les sacs, les caisses métalliques alignées sur les chalands. Solidarité des gens de mers, fraternité poignante des hommes des profondeurs et des marins, générosité qui ne se discute pas.

Encore quatre ans pour venir à bout de la BRETAGNE. Chaque tourelle pesant cinq cents tonnes et chaque canon 120 tonnes, ces derniers furent coupés en deux sous les yeux d'un représentant de la marine établissant un procès verbal de découpage. Ainsi le veut le règlement. Le démembrement final n'eut lieu qu'en 1955, date à laquelle la dernière tôle de blindage fut remontée, soit quatre ans de travail effectif ininterrompu. Date à laquelle les cours de la ferraille navale s'effondrèrent, la valeur de l'épave baissa de 500 millions.

L'adjudicataire, la société Serra frères ne couvrit pas ses frais.

(Sources : P. Diolé, Chantiers de la mer, Editions André Bonne, Paris, 1961)


(N°18146)

BRETAGNE à La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) : le calvaire annoncé

Auteur Jean BRESSOLES le 08 novembre 2007

Lorsque l'escadre anglaise ouvre le feu sur Mers-el-Kébir, c'est la BRETAGNE qui va subir les plus gros dommages. Touchée dès les premières minutes du bombardement, alors qu'elle tente de mettre en avant, elle va recevoir un premier obus de 380 mm sur tribord arrière, faisant exploser les soutes des tourelles quatre et cinq. Un second s'abat sur la tourelle trois, et un troisième obus qui va s'abattre à hauteur du mât tripode va lui donner le coup de grâce. Une immense colonne de feu s'élève haut dans le ciel, et l'énorme explosion qui va suivre va faire chavirer les 22 000 tonnes d'acier et emporter la majorité de son équipage. Basculée dans les eaux profondes près de la jetée qu'elle tentait à peine de quitter, elle va reposer, par trente mètres de fond, quille en l'air, sur son mât. La partie avant à peine émergée, alors que la partie arrière dévastée repose sur le fond, elle est désormais à peine visible de la surface. L'équipage survivant pris au piège, va périr dans des conditions atroces, sans qu'aucune assistance ne puisse, à temps, lui porter secours.

L'épave va rester en l'état pendant des années dans le port de Mers-el-Kébir, faute de moyens, en témoignage tragique d'un épisode malheureux et douloureux à la fois.

Pourtant dès 1941, Elie MONIER, ingénieur du génie maritime va tenter une reconnaissance et descendre en scaphandre sur le site. Il y laissera la vie, sans que l'on puisse établir avec certitude les causes de sa disparition. Un aviso du groupe de recherche sous-marine de Toulon portera son nom ainsi qu'un quai du port de Mers-el-Kébir.

Constituant un réel danger pour la navigation dans le port de guerre, la décision de destruction par explosifs (moyen le moins coûteux) ou de renflouage de l'épave va tarder longtemps a être prise, compte tenu de la difficulté de la tâche.

Mais si cette décision se fait attendre c'est surtout par égard aux victimes, dont la Marine ne veut à aucun prix disperser les corps de plus de 600 marins toujours enfermés dans leurs cercueil d'acier. Lorsque celle-ci sera prise, la désincarcération des victimes et les opérations de récupération vont poser de sérieux problèmes techniques. Néanmoins, un cahier des charges draconien avait été préalablement établi par les bureaux de la Marine qui mettaient dans l'obligation l'adjudicataire du marché d'état à se conformer à des règles strictes. Comme par exemple à n'employer ni chalumeau, ni explosifs. La raison majeure étant d'éviter tout accident aussi : l'évaluation des munitions entreposées à bord étant de 700 tonnes !

C'est la société Serra, de Toulon, qui prendra le risque, en échange de bénéficier à son compte de la récupération de l'acier. Tel un coffre fort elle va procéder sur la partie visible en surface à un découpage avec des moyens archaïques, et pour cause, à l'ouverture du passage d'un scaphandrier, et progresser au fur et à mesure dans les entrailles du navire, à la scie à métaux, au burin, à la cisaille, à la lime dans des conditions indescriptibles. Première des missions, rechercher, découvrir les corps, remonter les restes humains, les documents et effets personnels. En surface un commissaire de la Marine, et son équipe, est chargé d'inventorier, de répertorier, de numéroter, de classer tous les composants de cette tâche macabre et de les insérer dans des caisses métalliques posées sur un chaland, avec parfois, au bout des élingues des munitions. Les scaphandriers, des jours durant, à raison de quatre rotations par jour de deux heures de travail effectif, et plus cinq heures d'immersion préparatoires, vont visiter inlassablement 400 compartiments.


(N°5152)

« Mes mémoires de marin : La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) » (extrait)

Auteur Daniel DENIZOT - Avec l'aimable autorisation de M. Pascal DENIZOT le 19 février 2007

Une mission d'importance nous attendait en ce mois de Mars 1940.

Il s'agissait d'accompagner aux cotés du croiseur ÉMILE BERTIN et d'autres unités, l'important convoi de troupes et de matériels, les troupes de montagne, les alpins du général BETHOUARD qui se rendaient en Norvège et plus particulièrement à Narvik, une cité portuaire qui fera l'objet de dures combats.

Dans les eaux du détroit du Skagerack, ordre nous était donné de regagner Brest.

Des chuchotements des radios et des timoniers sur la passerelle laissaient pressentir un départ pour la Méditerranée, voir Malte et l'Egypte.

Pas d'erreur, l'amirauté avait jugé bon de déplacer son escadre Atlantique, l'avance des forces allemandes à l'intérieur de la France se faisant plus précise en direction des bases navales de Cherbourg, Brest et Lorient.

L'appareillage avait lieu par très gros temps dans le golfe de Gascogne.

Brève escale à Gibraltar et cap sur Alexandrie où l'on retrouvait la Royal Navy pour des manœuvres concertées.

Que se passe t'il alors, le haut commandement donne des instructions pour faire rallier tous les bâtiments en Afrique du Nord, plus précisément à La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940), port militaire d'Oran ?

Dés lors tous les bateaux sont mis en état de désarmement et de gardiennage.

L'amirauté allemande envisageait de faire main basse sur tout ce potentiel naval, ce qui ne sera pas du goût des anglais.

L'« appel du 18 juin » du général Charles DE GAULLE que peut d'entre nous connaissent restera vain, et toute l'escadre restera au mouillage.

C'est alors que le 3 juillet dans ce port protégé d'une immense digue, amarrés sur coffre, étraves dirigées vers la terre face à Santa Cruz, les croiseurs modernes DUNKERQUE et STRASBOURG, portant la marque du vice-amiral Marcel GENSOUL, deux cuirassés le BRETAGNE et le PROVENCE, le porte-hydravions COMMANDANT TESTE, les destroyers rapides MOGADOR et VOLTA mais encore les contres torpilleurs LE TERRIBLE, KERSAINT, TIGRE et LYNX (mon bateau) et une dizaine d'autres bâtiments plus légers et les sous-marins ARIANE, DIANE et EURYDICE, des escorteurs et navires auxiliaires.

Vers 08H00, l'escadre anglaise du vice amiral SOMMERVILLE est signalée croisant au large du cap FALCON, et chacun de penser que celle-ci se dirige vers Malte.

En fait elle se positionne à plusieurs milles de La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) à portée de canons.

On distingue le cuirassé HMS HOOD fortement armé de huit pièces d'artillerie de 406 mm, ainsi que deux autres cuirassés, le HMS RESOLUTION et l'HMS ENTERPRISE.

Il y a encore le HMS VAILLANT et l'HMS ARETHUSA, bon nombre de contre torpilleurs ainsi que le porte avion HMS ARK ROYAL doté d'une cinquantaine d'appareils.

On apprendra par la suite que dans la nuit du 2 au 3 Juillet, les anglais que l'on croyait nos amis (laissez moi rire) s'étaient emparés par la force dans les ports de Portsmouth, Plymouth, Falmouth, Heerness et encore à Port-Saïd des unités françaises hostiles à l'« appel du 18 juin ».

Vers 10H00, une vedette anglaise, pavillon au vent se dirige en direction de la passe et accoste à la coupée du DUNKERQUE ou l'officier émissaire remet l'ultimatum au vice-amiral Marcel GENSOUL.

Le contenu de cet ultimatum comporte trois volets, à savoir :
• Que la flotte française stationnée à La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) rejoigne la Royal Navy dans sa lutte contre l'Allemagne,
• Ou bien qu'elle rejoigne les Antilles ou un port américain ou elle sera désarmée,
• Qu'elle procède le cas échéant à son sabordage.

En cas de refus d'une au l'autre de ces directives, les navires Anglais ouvriront le feu ce même jour à 16H30.

Devant la réponse ferme du refus de notre amiral qui avait entre temps consulté le haut commandement et le gouvernement réfugié à Bordeaux, un second contact du même émissaire avait lieu à 14H30.

Il s'agissait du commodore HOLLAND.

Tout comme le premier, un non catégorique était adressé à l'envoyeur.

Entre temps, l'amirauté avait donné des instructions pour faire réarmer à la hâte et en toute discrétion toutes les unités et les chaufferies au ralenti reprenaient une activité pour faire face dans le cas d'un appareillage d'urgence.

Hélas vers 16H55, les Anglais procédaient à des premiers tirs, les obus de la première salve tombant en dehors de la digue causant des gerbes d'eau d'une grande hauteur, mais très vite ils corrigeaient leurs tirs et cette fois.

Plusieurs bateaux étaient touchés, le plus gravement le cuirassé BRETAGNE qui allait connaître une fin particulièrement tragique.

Pour la Royal Navy, il était facile d'atteindre leur but : « Anéantir une escadre française au mouillage et sans défense ».

Bien que touché dans ses structures, avec un bilan de victimes assez élevé, le STRASBOURG parvenait à sortir de la passe, tout comme le LYNX, un des rares bateaux à n'avoir subit aucun dégât, seules quelques égratignures sur la coque dues à des projections d'éclats d'obus, mais tout l'équipage était sauf.

L'unique occasion pour notre pacha de faire cap sur la grosse mer se permettant à la suite d'échos de son détecteur ASDIC de procéder à un vaste grenadage sur un sous-marin qui aura probablement coulé et d'autre part tirer plusieurs salves avec son artillerie de bord sur un destroyer britannique lui causant de très sérieuses avaries.

Notre retour à Toulon fut salué par une presse outrageante de la part du quotidien local « Le Petit Varois » aux deux équipages du LYNX et du STRASBOURG.

Les invectivant en écrivant : « Que les marins français préféraient les canons de vin rouge à ceux de CHURCHILL » très certainement que l'auteur de ces lignes n'avait pas vécu ce drame héroïque de nos pompons rouge, une manifestation de masse devait s'en suivre, officiers en tête, sur la plus grande artère Toulonnaise, en rejetant toutes ces calomnies.


(N°4683)

J'Y ETAIS (à La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940))

Auteur André JAFFRE le 03 juillet 1940

« J'Y ÉTAIS » à bord du cuirassé BRETAGNE à La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940) le 3 juillet 1940.

Récit de cette journée par le matelot armurier André JAFFRE rescapé à l'âge de 18 ans

« Je pense que l'on se construit, au fil des ans, une mémoire, faite uniquement de souvenirs. »

Je dédie ce récit : à ma femme, à mes enfants et à mes petits enfants.

En mémoire de mes camarades disparus à bord du cuirassé BRETAGNE le 3 juillet 1940 à La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940).


Fait à LORIENT, le 1er Décembre 1989.

André JAFFRE

Six heures, c'est le clairon qui me réveille. Il émet des sons tellement stridents que j'en sursaute dans mon hamac. Je m'étire quelques secondes. Il fait une chaleur moite dans cette batterie où nous dormons à une cinquantaine de matelots. Il est vrai que nous sommes le 3 juillet 1940. C'est l'été, et dans la rade de Mers el-Kébir, tout près d'Oran où notre navire est ancré, le soleil darde déjà ses chauds rayons. Allons, un prompt rétablissement et me voilà en bas, les pieds nus au contact du métal chaud du pont de la batterie. Je ficelle rapidement mon bois de lit (hamac) pour le ramasser dans le bastingage. Mes camarades s'affairent également et c'est à celui qui gagnera le plus vite l'échelle pour ranger son couchage. Il ne faut pas dormir car déjà le bidel (capitaine d'armes) se pointe dans les coursives. Les douches se mettent en action. L'eau tiède finit par me réveiller. La mousse du savon de marseille me pique les yeux. Malgré la vapeur d'eau, la buée, j'entrevois mes camarades, tels des ombres, des fantômes gesticulants, chantant à tue-tête. Un bon rinçage et l'eau s'arrête sans préavis. Vite chacun à son caisson, un bon coup de serviette, de peigne, un peu d'eau de cologne, que déjà le bidel passe en hurlant « au jus là dedans ». Le matelot de semaine commence la distribution du café très chaud. Il a été le chercher à la cuisine dans un bidon. La répartition est vite faite, un bidon pour huit, une boule de pain et de la confiture, quelque fois un peu de beurre, une sardine à l'huile. Le petit déjeuner est pris en commun, debout près du bastingage. Les premiers propos s'échangent, les premières boutades de la journée, de cette journée longue pour certains, courte pour d'autres, la dernière pour beaucoup d'entre nous.....

Le clairon sonne le rassemblement. Il est sept heures et demie et nous nous précipitons vers les échelles pour gagner au plus vite le pont supérieur. Nous nous rassemblons sur la plage arrière du navire. Le maître fusilier nous fait ranger en colonne par trois. Un commandement bref, puis repos, en attendant l'inspection matinale de l'officier de service avant l'envoi des couleurs.

Ces quelques minutes de répit, mais dans un silence total, me permettent de laisser vagabonder mon imagination, de faire le point. Deux mois déjà que je suis embarqué sur le cuirassé BRETAGNE. Deux mois qui ont passé rapidement. Auparavant je faisais campagne sur un pétrolier GARONNE, que j'avais pris au passage à Brest. Le pétrolier, un vieux rafiot, était sale. J'étais le plus jeune matelot à bord et je venais d'avoir dix huit ans. L'équipage composé d'une cinquantaine de matelots, comportait beaucoup de réservistes, mobilisés pour la durée de la guerre. Le pétrolier dont la mission essentielle était le ravitaillement de nos sous-marins en pleine mer, sentait très fort le mazout évidemment. L'odeur écœurante qui s'en dégageait en permanence, nous arrachait à la longue les entrailles, jusqu'à en vomir la bile, même par temps calme. Je demandai donc à débarquer. Le commandant MOREAU, un brave homme, réserviste rappelé, ne fit aucune objection. Huit jours plus tard, j'embarquais sur le cuirassé BRETAGNE à Oran.

Je me plais à bord du BRETAGNE. L'équipage comprend environ 1 400 officiers, officiers mariniers, quartiers-maîtres et marins. Dès mon embarquement, j'ai été reçu par le patron des armuriers, le maître principal JAOUEN. Les armuriers du bord, au nombre de trente cinq m'ont réservé un accueil chaleureux. Cela m'a fait du bien au cœur. Enfin, j'ai trouvé une équipe bien soudée, comme une famille. Je vais pouvoir travailler et mettre en application les connaissances acquises à l'ÉCOLE DES APPRENTIS MÉCANICIENS DE LA FLOTTE à LORIENT.

L'officier responsable de l'artillerie auquel je suis présenté, me dit qu'en raison de mes bonnes notes, il m'affectait à un poste de quartier-maître. Me voilà donc, jeune matelot armurier exerçant une fonction de quartier maître, avec le numéro 1501-Q. Responsable de la pièce d'artillerie 138/10, par tribord, casemate 13. Je prends immédiatement possession de mon poste de combat. Je me présente à mon chef de pièce, le quartier-maître chef SALAIN puis aux deux pointeurs et je fais la connaissance des équipes de servants. En qualité d'armurier, mon rôle consiste à me tenir à la disposition du chef de pièce. Je dois, en cas d'avaries ou d'incidents de tir, intervenir immédiatement. Ma caisse d'outils et les pièces de rechange, sont à mes côtés. Je connais bien le canon 138/10 pour l'avoir étudier à l'école. Ce poste me convient parfaitement.

« Garde à vous ! »

Un commandement sec, comme un fouet, me tire brusquement de ma rêverie. Immédiatement, par réflexe, je rectifie la position, les bras le long du corps. Je suis au garde à vous.

Tout l'équipage est rassemblé. Le soleil matinal brille déjà sur la ville d'ORAN que j'aperçois au loin. Les matelots, dans un ordre impeccable sont immobiles. Les bérets blancs se confondent avec le lointain et les pompons rouges me font songer à un champ de coquelicots, chez moi, en Bretagne.

Le commandant du cuirassé arrive. C'est le 'pacha'. Nous l'aimons et le respectons beaucoup, son nom, le capitaine de vaisseau Louis LE PIVAIN. Il a revêtu sa belle tenue blanche d'apparat. Sur sa casquette cinq galons dorés brillent au soleil, sur sa poitrine, beaucoup de décorations.

« Attention pour les couleurs ! Envoyez ! »

Le pavillon bleu, blanc, rouge, est hissé à l’arrière du navire par un matelot. Le clairon sonne les couleurs. La cérémonie matinale va se terminer.

« Repos ! Le commandant va vous parler ! Garde à vous ! »

Notre commandant monte sur le sabord d'une pièce d'artillerie. Tout l'équipage le voit bien Que va-t-il nous dire ? Il n'a pas l'habitude de parler à l'équipage. Sa voix est puissante :

« Officiers, officiers mariniers, quartiers-maîtres et marins ! Je m'adresse à vous pour vous informer que notre Patrie, envahie par l'armée allemande et traîtreusement attaquée par l'armée italienne, a dû, comme vous le savez déjà demander l'armistice. Les armées de terre ont déposé les armes. La population civile subie les outrages des envahisseurs. Seule la Marine française est intacte. Je vous demande de continuer le combat, auprès de nos alliés jusqu'à la libération de la France ! Vive le cuirassé BRETAGNE ! Vive l’escadre de la Méditerranée ! Vive la FRANCE ! »

Un long silence. Repos ! Sur tous les visages un rayonnement. Enfin, nous allons continuer la lutte avec nos amis Anglais. Les commentaires vont bon train. Tout l'équipage apprécie la déclaration du pacha. Gageons que sur tous les autres navires, ancrés en rade de Mers el-Kébir, l'émotion et la joie est la même.

Un instant, ma pensée va vers mes parents. Papa, maman, ma petite sœur Olga, qu'allez-vous devenir ? LORIENT est envahi. J'ai reçu une lettre il y a huit jours. Les nouvelles n'étaient pas rassurantes.

La voix stridente du capitaine d'Armes, fait cesser toute rêverie.

« Rassemblement par section ! Les tribordais, en tenue de Compagnie de débarquement ! pour sortie militaire à terre ! Les autres au poste de travail ! Rompez les rangs ! »

Voilà une journée qui commence sous de bons auspices. La guerre n'est pas encore terminée et l'on nous invite à une promenade à terre. Il fait beau, je pète la santé, tout va bien !

Je descends à la batterie pour changer de tenue. Je croise à l'échelle des camardes armuriers qui rejoignent, eux « barbordais », leur poste de travail et qui font la moue.

Les matelots de la compagnie de débarquement descendent la coupée un à un, et prennent place à bord des chaloupes. J'en fait partie. Les chaloupes sont prises en remorque par une vedette. En peu de temps nous touchons terre, à environ deux mille mètres. Nous débarquons dans le port de Mers el-Kébir. Le capitaine donne des ordres. Nous nous rassemblons sur trois, l'arme à la bretelle et en avant, sans cadence, marche !

À voix basse nous conversons et nous prenons la route d'Ain el-Turk, petite station de repos, au bord de mer. Le temps est beau et le soleil déjà haut. Au bout d'un moment, la route monte légèrement et nous dominons la rade. La vue est magnifique. L'escadre est là, devant nous, bien alignée. Les gros navires de ligne, cuirassés et croiseurs, sont amarrés à la digue, à l'entrée de la rade de Mers el-Kébir. Le COMMANDANT TESTE, le BRETAGNE, le STRASBOURG, la PROVENCE, le DUNKERQUE (navire amiral) tels des géants au repos, sont impeccables de propreté. Ils semblent somnoler. Ils nous inspirent la confiance, la sûreté et nous en sommes fiers.

Nous marchons depuis près d'une heure. Nous longeons la route côtière. La circulation est peu active en cet endroit et nous croisons de temps en temps, un arabe, qui, sur son bourricot, se dirige vers la ville. Le capitaine suggère :
« Une chanson ? C'est parti ! Au près de ma blonde qu'il fait bon ! fait bon ! »

Aussitôt deux cents voix reprennent en cœur l'air célèbre légué par nos anciens. Mon voisin chante si faux que mes oreilles en frissonnent. Heureusement que l'ensemble couvre le tout et forme un cœur assez cohérent. La chanson est à son paroxysme, les bouches grandes ouvertes et en cadence, nous chantons, nous marchons. Tout à coup, que se passe t-il ? Tous les regards se tournent vers la mer. En effet, la Méditerranée est là, toute bleue et d'un calme si intense, que son infini se confond avec le ciel. Cependant, les marins, bons observateurs, ont remarqué qu'au lointain, à la ligne d'horizon, quelque chose d'insolite se produisait. En effet, je distingue quelques points au large. Des navires sûrement qui approchent de nos côtes. Le capitaine ordonne à la colonne de s'arrêter. D'un étui, il en sort une paire de jumelles puis, il scrute vivement l'horizon. Nous l'observons en silence. Son visage, au teint hâlé, buriné comme un vieux loup de mer, se détend. Il quitte ses jumelles, puis se tourne vers nous. Un large sourire découvre la blancheur de ses dents :
« Messieurs ! c'est la flotte anglaise ! je viens de reconnaître leur pavillon. »

De toutes les poitrines un « hourra ! » jaillit.

Tous les matelots font des signes des bras vers le large. Notre joie est indescriptible. Nous distinguons de mieux en mieux l'escadre anglaise qui s'est rapprochée à plusieurs milles des côtes algériennes. Les conversations s'animent et le capitaine a bien du mal à faire cesser notre hilarité. Il commande :« En avant ! »

Nous reprenons notre marche tout en échangeant des commentaires :
« çà y est, les anglais sont là ! Ils viennent nous chercher pour continuer le combat contre les Allemands. N'est ce pas mon capitaine ? »

C'est normal, il y a quinze jours encore, nous sommes sortis avec l'escadre anglaise. Les Italiens nous ont tendu un piège. Ils en ont été pour leurs frais car nous leurs avons coulé trois sous-marins. Voilà les mêmes navires anglais qui viennent vers nous pour une nouvelle opération.

C'est formidable ! L'entente cordiale quoi.

Nous marchons sans cadence sur le bord de la route. Vivement le casse-croûte, çà commence à creuser tout cela. Il doit bien être onze heures. Le soleil chauffe déjà et j'ai soif. Je sors mon bidon et je bois une bonne rasade d'eau. Elle est encore fraîche. Tout à coup j'entends des appels. Une voix lointaine qui se rapproche :
« Capitaine ! Capitaine ! »

Je me retourne et j'aperçois venant à bicyclette, un matelot, un messager. Il est tout en sueur.

« Capitaine, un message de bord »

Il rectifie la position, puis saluant l'officier, lui remet un pli.

« Halte ! » fait le Capitaine.

« Repos ! »

Les hommes s'arrêtent. Immobiles nous scrutons les réactions de notre chef. Que signifie ce message ? La lecture de celui-ci ne laisse échapper aucun commentaire sur les lèvres du Capitaine. Il se retourne vers nous et d'une voix métallique ordonne :
« La sortie est annulée ! Demi-tour ! Direction le bord au pas cadencé ! »

Conscients de la mission qui nous attend à bord, de la lutte que nous allons continuer auprès de nos alliés, c'est avec ardeur que les ordres sont exécutés. La compagnie fait un demi-tour. Le capitaine en avant. La cadence est vraiment rapide. Les ventres sont creux. Certains se font décrochés rapidement. Avec mon mètre soixante quinze et mes soixante kilos, je suis facilement le rythme imposé. J'aurai tendance à me retrouver en tête du peloton. Le capitaine allonge sa foulée, il se retourne. Me voyant sur ses talons il me fait un clin d'oeil et sourit. Derrière c'est la débandade. Il commande :
« Halte ! Sans cadence ! Marche ! »

Les matelots ont le temps de se regrouper. ça tousse dans les rangs. Les fumeurs sont essoufflés. Nous atteignons enfin le port de Mers el-Kébir. L'escadre est là qui attend. Autour des navires je constate un va-et-vient de vedettes inhabituel. Les embarcations sont là à quai, parées pour l'embarquement. Un à un, les matelots montent à bord. Haletant, le cœur battant, nous nous asseyons sur les bancs des chaloupes, le fusil entre les genoux. Une vedette remorque l'ensemble des embarcations et un quart d'heure plus tard, nous atteignons la coupée tribord du BRETAGNE. Nous escaladons vivement l'échelle et nous nous rassemblons sur la plage arrière du navire.

Tout d'abord, je constate que l'équipage resté à bord est très actif. Les canonniers s'affèrent autour des pièces de 75 mm, les hommes du pont, manœuvriers, bosco, etc... Vérifient les aussières et autres élingues nécessaires à l'appareillage. De la cheminée du cuirassé s'échappe une épaisse fumée noire. La pression dans les machines doit commencer à monter sérieusement. Il est environ midi. Il fait une de ces chaleurs sur la plage arrière ! Le commandant en second arrive :
« Garde à vous ! »

Il s'entretient avec le capitaine quelques secondes, qui se tournant vers nous commande :
« Tout le monde à son poste de combat ! »

Ça y est, nous allons sûrement appareiller dans les minutes qui vont suivre. Le temps de descendre et de ranger notre fusil au magasin d'armement, de changer de tenur à la batterie, que déjà le clairon sonne.

« Au poste de combat »

Quand est-ce que l'on va bouffer ? s'exclament quelques matelots. Mon estomac commence à crier famine, car depuis six heures et demie ce matin, ça commence à faire long. Enfin nous aurons le plaisir de casser la croûte, tout à l'heure, avec nos amis les Anglais? et quel casse-croûte ?

Je fonce à mon poste de combat. Pour y accéder, je descends l'échelle métallique. Je passe par la casemate 9, la casemate 11 et enfin la casemate 13. Elle est armée de deux pièces d'artillerie de 138/10. Ces pièces font saillies dans la coque du bateau, par des sabords à tribord (à droite du navire en regardant vers l'avant). Nous sommes donc situés dans les cales, entre le pont supérieur et les machines.

Il fait une chaleur étouffante. L'aération est quasiment nulle. C'est la raison pour laquelle, nous sommes vêtus uniquement, du tricot de marin rayé, que l'on appelle également tricot de combat, du pantalon de toile bleue, bleu de chauffe, d'une paire de chaussures montantes, pas de chaussettes.

Tout l'équipage est à son poste. Les servants, les pointeurs ont ajusté leur casque d'écoute sur les oreilles. Ils sont en liaison radio, avec le maître canonnier, qui se trouve en arrière de la pièce d'artillerie. Lui même est en liaison avec l'officier de tir qui se trouve sur la passerelle. Le tireur et ses deux servants se situent à proximité de la culasse, légèrement à droite. Ils sont prêts à intervenir. Les munitions sont rangées le long des épontilles et d'autres servants sont chargés de les acheminer au tireur. J'ai pris mon poste habituel à proximité du chef de pièce, paré à intervenir en cas d'incidents. Les minutes s'écoulent lentement. Un silence règne dans la batterie. Seule, la transmission des ordres par radio, émet quelques sons nasillards. Nous sommes environ quarante hommes dans la batterie et la chaleur est à son paroxysme.

Toujours pas de nouvelles précises. Que fait-on là depuis bientôt une heure au poste de combat. C'est quand même bizarre ?.

Il est treize heures. Le maître canonnier responsable vient de recevoir des ordres de la passerelle :
« Désignez trois hommes par pièce, pour se rendre aux cuisines pour prendre la nourriture ! »

Les servants sont désignés pour cette tâche. Enfin, nous allons nous restaurer et peut-être allons-nous apprendre quelques nouvelles. Les servants reviennent environ un quart d'heure plus tard. Ils ont les bras chargés de victuailles, boules de pain, boîtes de conserves de bœuf que l'on appelle de 'singe', bananes, bidons de vin et café. Tout de suite je remarque sur leur visage, comme une profonde déception, un pli d'amertume sur le coin des lèvres. Ils déposent la nourriture sur la table que l'on a aménagée au fond de la batterie. Nous nous approchons d'eux, interrogatifs. Alors ?

« Les salauds ! » s'écrie l'un d'eux, la voix est rauque et reflète un vif désappointement.

« Mais qui a-t-il ? que se passe t-il là haut » demande le chef.

« Ben voilà fait le servant. A la cuisine j'ai rencontré un copain. Il est timonier. Son poste est à la passerelle prés du commandant, il venait au ravitaillement. Il m'a confié que les anglais ne venaient pas nous chercher en amis comme nous l’espérions, mais pour nous faire prisonniers, toute l'escadre. Si nous ne nous rendons pas, ils nous coulent pour dix-sept heures, dernier ultimatum. L'amiral pas d'accord ne marche pas dans la combine. C'est tout ce que je sais. »

A l'annonce de cette nouvelle, la consternation est grande. Officiers-mariniers et marins restons sans voix. Les poings se serrent de colère. Un espoir cependant subsiste. L'heure de l'ultimatum fixé à dix sept heures, peut-être que d'ici là un arrangement interviendra.

C'est la gorge serrée que je m'efforce à manger la ration de pain et de bœuf qui s'est allouée.

« Allons les gars ! il faut manger un morceau, fait le chef de casemate. C'est peut-être un canular ? Prenons des forces ! »

Les réticents au partage de la victuaille se décident lentement à déjeuner, mais le cœur n'y est pas.

Tout à coup, le pointeur de notre pièce émet un juron. Par le sabord, ouverture pratiquée dans la coque du bateau il regarde vers l'extérieur. L'angle de vue n'est pas très grand, mais permet de distinguer à une centaine de mètres, le flanc bâbord du cuirassé STRASBOURG. Je m'approche du pointeur et par dessus son épaule, j'aperçois une vedette battant pavillon anglais, qui s'amarre à la coupée du navire français. Deux officiers de marine anglais, en tenue blanche, montent à bord du STRASBOURG. Ils sont accueillis par deux officiers de Marine française, ils se saluent militairement, puis se serrent la main. Normal entre officiers alliés ! il est quinze heures. La chaleur est insupportable dans la batterie. Heureusement que je suis légèrement vêtu. La sueur coule le long de nos corps et l'odeur de la transpiration est désagréable. L'éclairage est faible et je distingue difficilement le fond de la batterie. Un ordre vient de la passerelle :

« Faites remonter les bidons et autres récipients aux cuisines ! »

Aussitôt, sur un signe du Chef de batterie, les servants ramassent les gamelles et se précipitent sur les échelles menant aux ponts et aux cuisines. Ils ont de la chance, pendant quelques minutes ils vont pouvoir respirer un peu d'air frais. Et puis surtout ils nous ramènerons, nous l'espérons quelques nouvelles rassurantes. L'attente s'écoule, interminable.

Nos deux servants apparaissent enfin dans l'entrée de la batterie. Ils n'ont vraiment pas l'air réjoui :
« ça va mal les gars, nous avons eu des renseignements aux cuisines. Les Anglais et notre amiral ne sont pas d'accord. Dernier ultimatum dix-huit heures, si nous nous rendons pas ils nous coulent. »

Consternation ! les langues se délient, les commentaires de toutes sortes s'échangent. L'escadre anglaise à toutes facilités pour nous écraser dans cette rade de Mers el-Kébir. D'abord ils ont l'avantage d'être au large. Leurs cuirassés dotés de grosses pièces d'artillerie, n'auront aucune difficulté à nous atteindre par des tirs en courbe. Quant à nous, nous nous sommes amarrés par l'arrière à la digue située à l'entrée de la rade. Impossible de pointer nos pièces d'artillerie en élévation, le fort de Mers el-Kébir nous en empêche.

Je vérifie pour la ième fois mon matériel et les pièces de rechange. Je commence à être un peu fatigué et je m’asseoir sur mon caisson d'outillage. Alors commence une longue attente. Les regards se croisent, inquiets. Les conversations cessent et sur beaucoup de visages se lit un grand désarroi. Le martèlement régulier des machines sous pression nous parvient, assourdi. Les minutes s'égrènent lentement, dans un mutisme total.

Que va-t-il donc nous arriver ? Dix-sept heures trente, la fin de l'ultimatum anglais ne va pas tarder. Que le temps me semble long :
« Mais bon sang qu'est-ce que l'on attend pour foutre le camp ? » s'écrie un canonnier.

« Silence ! Pas de panique ! » fait le Chef de pièce.

La trouille me prend aux tripes, mais mon orgueil est le plus fort et je reste serein, en apparence seulement.

Les ordres de radio, nous parviennent de la passerelle. Le Chef de casemate y répond dans son bigophone, duquel s'échappent des sons inaudibles.

« Nous bougeons, ça y est les gars ! On appareille'!! fait le pointeur ». Je me penche par dessus son épaule. Effectivement, le BRETAGNE a bougé, mais si peu.

C'est alors qu'un grondement, lointain, puis très proche suivi d'une violente explosion, fait vibrer notre navire. Nul doute il s'agit d'un projectile. Celui-ci je ne le saurai que plus tard, est tombé sur la digue à laquelle le BRETAGNE est amarré. La tentative d'appareillage est stoppée nette.

Alors commence la tuerie la plus effroyable, qu'à l'age de dix huit ans je vais connaître.

Je me retourne pour observer mon chef de pièce. Il est blême, nous sommes tous blêmes. dans chaque regard se lit une sorte de résignation, d'impossibilité à se défendre. Un sifflement, puis une explosion secoue le navire. Le pointeur qui observe toujours à l'extérieur pousse un hurlement. Il se redresse, puis s'affaisse à mes pieds. Son corps soubresaute, la tête s'est détachée du tronc, coupée nette par un éclat d'obus. Le sang gicle de partout et m'atteint en plein visage. J'ai envie de vomir. Je n'en ai pas le temps. Un bruit assourdissant, suivi d'une boule de feu, traverse la casemate de haut en bas. Une violente explosion parvient des machines. L'électricité est coupée. D'un trou immense au centre de la casemate s'échappent des flammes.

Un obus de gros calibre a traversé le pont, puis notre batterie, pour exploser à l'étage en-dessous, au niveau de la machinerie. La chaleur devient intenable. C'est la panique je manque d'air. Un second maître ajuste son masque à gaz. Il étouffe, je l'aperçois de l'autre côté du trou béant, comme un cratère de volcan. Les flammes se font de plus en plus gigantesques. Mon pantalon commence à brûler. Le second maître, dans la fumée opaque tourne sur lui même, lève les bras pour s'agripper à une épontille. Il tombe dans les flammes en hurlant, aspiré vers le fond du navire. Je n'ai pu rien faire pour lui venir en aide.

Je m'accroche comme je peux aux pièces métalliques du canon. Le BRETAGNE prend de la gîte par bâbord, nul doute on coule. Une nouvelle salve atteint le navire. Les explosions se font de plus en plus fréquentes et rapprochées. Je n'entends plus rien, je deviens sourd, je suffoque et je vais mourir là, coincé à mon poste de combat. J'entrevois des matelots qui se précipitent vers la porte blindée communiquant à la casemate onze puis neuf, afin de regagner le pont. Par grappes, aveuglés par la fumée, ils se jettent dans les flammes de plus en plus ardents, qui s'échappent d'un grand trou. Des cris, des hurlements me parviennent. C'est atroce ! Pourquoi, mais pourquoi nous tuer ? Je regarde autour de moi. Je ne vois plus personne, tout le monde a disparu. Que se passe t-il donc ? Nous avons reçu aucun ordre d'évacuation ni d'abandon de poste !

Je réagis enfin que je suis en train de cuire là, tout vivant. Mon visage me brûle, je suis seul. Le bateau coule et je suis toujours à fond de cale. J'essaie de me déplacer légèrement vers la sortie, mais je m'arrête bien vite. Je suis au bord du trou. Le métal arraché par l'obus et léché par les flammes est en fusion. Mes souliers se consument lentement, mes pieds me brûlent. Je bute sur des corps inertes, sans vie, qui commencent à cramer, dégageant une odeur nauséabonde.

Depuis combien de temps suis-je là ? je l'ignore, que faire ? Dans la fumée opaque, sentant fort le mazout, je ne distingue plus rien du tout. Je lève les bras. Mes mains se heurtent aux différents circuits électriques, gaines de protection et autres accessoires fixés au plafond de la casemate. Je m'accroche, je me suspends ça résiste. J'effectue un rétablissement et je constate que mes pieds ne touchent plus le parquet métallique de la batterie. Un balancement du corps et j'avance doucement en m'agrippant désespérément des mains, à tout ce qui résiste. Je ne suis pas très lourd, heureusement. Je retiens autant que je peux ma respiration. C'est ainsi que progressivement j'arrive à la casemate onze. Il est temps, les munitions entreposées casemate treize explosent. La déflagration est puissante. J'ai l'impression que mes entrailles sont arrachées. Comme un chalumeau géant, les flammes balaient tout sur leur passage. Je suis projeté telle une crêpe contre des caissons. Mon visage me fait très mal, j'ai pris un coup de chaleur, je saigne. Je distingue à proximité des pièces de canon des corps allongés. Ils se débattent, se tortillent, sont la proie des flammes.

Le navire craque de toute part. Il continue à prendre de plus en plus de gîte.Je me traîne péniblement à travers les objets hétéroclites qui dégringolent de partout.

Je ne perds pas conscience et je garde, malgré mes souffrances toute ma lucidité. J'ai la trouille, mais je veux vivre ! Vivre ! Et non mourir à dix huit ans.

Tous ces événements se déroulent en réalité, rapidement. J'ai l'impression de vivre un long cauchemar. A force de cris, de pleurs d'énergie et surtout d'instinct de conservation, j'arrive aux pieds de l'échelle métallique. Elle même sur le pont et tous les matelots se bousculent, se battent, pour l'atteindre. C'est la seule issue de secours que nous ayons pour avoir une chance de survie.

Le navire continue à pencher dangereusement sur tribord. La panique s'empare des pauvres matelots. La majorité d'entre eux est blessée. Le sang coule et le bruit des explosions est couvert par des cris déchirants des agonisants.

J'essaie, au bord de l'épuisement, de me faufiler vers l'échelle. Impossible c'est la bagarre. Je reçois un coup violent en pleine figure. Je m'écroule groggy aux pieds de l'échelle et je perds conscience. Lorsque je reviens à moi, je constate que j'ai glissé sur le parquet, assez loin de l'échelle tant convoitée. Celle-ci s'est retournée, coinçant sous elle une dizaine de marins qui tentaient de gagner le pont. Le navire continuant à prendre de la gîte, je me trouve sur la cloison, qui maintenant fait fonction de plancher. L'accès au pont sans échelle m'est donc possible. Je m'accroche des deux mains au bord du trou. Après un effort inouï j'arrive à l'extérieur.

Je suis sur le pont, je respire enfin, mais le combat est violent. Les éclats d'obus et la mitraille me ramènent à la réalité. Je jette un regard dans la cage d'escalier. Dans la fumée noire je distingue les corps enchevêtrés, coincés de mes camarades, sous l'échelle. Certains bougent encore, que faire ? Je suis seul. J'ai beau crier, demander de l'aide, personne ne vient à mon secours.

Il ne faut pas que je reste à cet endroit. Je m'agrippe où je peux et c'est à plat ventre que je rampe sur le pont. Je me dirige vers le spardeck où se trouve les ou latrines de l'équipage. A cet endroit je trouverai un abri. J'y parviens après bien des difficultés, mais je dois me rendre compte qu'il faut renoncer à m'y abriter, même temporairement. En effet, les sont complètes, pleines de matelots qui, tassés les uns aux autres s'abritent des éclats d'obus. Les pauvres périront tous quelques minutes plus tard, écrasés lors de l'effondrement du spardeck.

Je continue ma progression, toujours en rampant vers l'avant du navire. Je m'appuie et m'abrite un court instant derrière la tourelle des pièces d'artillerie des 340. J'attends qu'une salve passe. Puis j'arrive ainsi sur la partie bâbord avant du navire qui lui, penche de plus vers tribord et ne va pas tarder à chavirer.

J'aperçois à l'avant du bateau, à la proue, un groupe d'une dizaine de matelots. Ils s'accrochent désespérement au mât de drisse. Ils ne savent pas nager. Ce sont pour la plupart des réservistes, j'en reconnais quelques uns. Ils entonnent la MARSEILLAISE et le bruit des explosions et de la canonnade, n'arrive pas à couvrir la puissance de leur voix. Ils vont mourir, sans espoir d'un secours quelconque, c'est la pagaille, le sauve qui peut, le chacun pour soi.

Je grimpe sur la rambarde de protection. La mer est là en bas, à mes pieds, c'est très haut, dix, quinze métres peut-être car l'avant du bateau se relève, je n'en sais rien.

L'eau est recouvert de débris de toute sorte, morceaux de bois, de bidons et surtout de mazout. Cela forme un ensemble noirâtre, visqueux, duquel s'échappe une épaisse fumée et petites flammes. Pas de chaloupe ni de canot de sauvetage en vue. Il faut prendre une décision, le navire continue à chavirer. J'ai peur, tant pis je saute. La réception en bas est brutale. Mes fesses heurtent la coque du bateau qui est recouverte de coquillages. Cela me fait très mal. Mon corps pénètre et s'enfonce doucement dans l'eau gluante de mazout en feu. J'ai du mal à effectuer quelques mouvements et la chaleur est atroce. Mon visage est brûlé, mon tricot de combat colle à ma peau. Je décide de me laisser couler. Je retiens mon souffle. L'eau en dessous est plus fraîche. Elle me fait du bien et je réussis à nager sous l'eau en m'écartant du navire. Je fais quelques brasses, je manque d'air je ressors ma tête de l'eau pour respirer. Au sortir de la nappe de mazout en feu, mon visage pénètre dans un brasier. Je hurle de douleur, j'aspire l'air que je peux, je ferme les yeux, je me laisse recouler dessous la nappe visqueuse de mazout. J'effectue à nouveau quelques brasses sous l'eau. Cet exercice épuisant, je le répète sans arrêt en me disant je veux vivre ! Vivre !

Tout à coup, comme un raz de marée, une vague énorme me projette à plusieurs mètres du BRETAGNE. Le navire vient de se retourner, la quille est en l'air. L'eau a été brassée violemment et la nappe de mazout s'est scindée en plusieurs parties. Je respire mieux et j'en profite pour faire la planche. Mais pas facile mon pantalon et mes chaussures me gênent. Alors commence pour moi, une sorte d'acrobatie nautique. D'abord, il me faut me débarrasser de mes souliers.. Je me laisse couler à plusieurs reprises pour déboucler les lacets. Puis après vient le tour du pantalon et du tricot de combat qui lui, est collé à ma peau. Je garde la ceinture autour du ventre elle peut m'être utile. Me voilà donc tout nu, libre de mes mouvements.

Des relents de mazout me montent à la bouche. J'en ai avalé pas mal. Mon corps est noir et recouvert entièrement de ce produit visqueux. Je saigne abondamment de la joue gauche. Un éclat m'a touché à cet endroit et avec la langue, je colmate l'orifice pour empêche l'eau de pénétrer dans ma bouche. Mes cheveux, mes sourcils sont grillés. C'est mon visage qui me fait le plus souffrir. Les brûlures au contact de l'eau salée, cela fait très mal.

Je me mets sur le dos, je fais la planche à nouveau, je récupère. Je me trouve à une cinquantaine de mètres du BRETAGNE. Il est complètement retourné. Sa masse inerte, immense et noire s'enfonce doucement dans les flots. Je vois des marins qui courent sur la coque. D'où sortent-ils ? Il y en a bien une vingtaine. A l'avant du bateau, à la chaîne amarrée au caisson d'ancrage métallique, une dizaine d'hommes sont agrippés. Ils n'ont pas lâché prise. Ils sont morts coincés, écrasés contre la coque du bateau lorsque celui-ci s'est retourné.

Un coup d’œil vers la côte, elle est loin très loin, pour un nageur blessé, épuisé. Je distingue quelques points noirs qui flottent à la surface de l'eau. Ce sont comme des naufragés qui luttent pour la vie. Certains s'accrochent désespérément à une planche, une table. Ils appellent « au secours ! ». Pas de canot de sauvetage e vue rien, sinon le bruit des canons et des éclats de mitraille qui balaient la mer. Je respire à fond et je me laisse à nouveau couler pour éviter de nouvelles blessures. Je refais surface et je nage sur le dos afin de récupérer. C'est ainsi que j'assiste avec horreur à une nouvelle scène atroce.

Le cuirassé BRETAGNE la quille en l'air, continue à s'enfoncer doucement dans les flots. La vapeur sous pression s'échappe des orifices du navire avec un grand sifflement. Des hommes qui n'ont pas pu ou sui ne savent pas nager, courent toujours sur la coque. Ils sont affolés, paniqués. Tout à coup une violente déflagration déchire l'atmosphère. La coque du BRETAGNE vient d'exploser. Des corps déchiquetés sont projetés dans les airs dans un tourbillon sanguinolent de chair, de métal, d'épaisse fumée noirâtre et de mazout en flammes. Des lambeaux de ce que furent des êtres humains me tombent dessus, ainsi que des morceaux de ferraille. Je dois à nouveau plonger sous l'eau, ainsi je suis à l'abri un court instant. Je nage le plus longtemps possible vers le rivage, je reviens en surface. Je vois le cuirassé STRASBOURG. Après un appareillage sur les 'chapeaux de roue', il fonce vers la sortie de Mers el-Kébir. Son artillerie est en action. Les veinards, j'envie l'équipage qui se trouve à bord de ce magnifique navire. Au moins ils se battent eux, ils font tout pour s'en sortir de ce traquenard. J'aperçois les hélices du STRASBOURG qui tournent à la vitesse maximum. Quelques pauvres matelots du BRETAGNE qui nagent vers la côte, se trouvent sur la trajectoire du STRASBOURG. Ils sont happés par les hélices, déchiquetés, broyés et engloutis dans les flots, aucun ne refait surface, terminé pour eux !

Je nage toujours, j'ai dix huit ans, je veux vivre ! vivre !

J'ai encore cinq cent mètres à faire environ. C'est alors qu'une nouvelle explosion secoue la mer mais avec une telle violence, que je sens mon corps qui va éclater. Le torpilleur MOGADOR vient d'être touché par un projectile anglais. Les grenades sous-marines qui se trouvent à son bord tombent à la mer. Comme elles sont armées pour exploser, l'une après l'autre, lors des opérations de chasse sous-marine, elles ne manquent pas d'effectuer leur sinistre besogne. Mais les victimes se sont nous les quelques naufragés qui tentons de survivre.

J'ai l'impression d'être écartelé. Les secousses durent une éternité. L'eau qui était tiède devient très chaude. J'ai le sentiment qu'en cet instant tout est fini. Je perds conscience un court moment. Mes jambes, mon ventre me font tellement souffrir que c'est la douleur qui m'empêche de sombrer dans le néant.

Je dois ma survie à ma parfaite connaissance de la natation. J'aime tous les sports nautiques et je fais parti d'une des équipes de water polo du bord. Dès que j'en ai la possibilité, je m'entraîne et je ne le regrette pas surtout en ce moment.

Les douleurs se calment. Je continue à nager vers la côte, j'arrive à la hauteur d'une embarcation, c'est la seule. Elle est chargée à ras bord de naufragés. Les plus valides tirent sur les rames. J'essaie de monter à bord et je m'agrippe à la coque par tribord, ce qui fait tanguer dangereusement l'embarcation. Un des matelots brandit une rame, me fait comprendre de ne pas insister sinon il me frappe. Il ajoute :
« Si tu montes on chavire accroche-toi à l'arrière. »

Je me laisse glisser à l'arrière du bateau.

Au niveau du gouvernail je vois traînant dans l'eau, un bout (morceau de cordage d'amarrage). Je saisi cette corde providentielle et je constate qu'à son extrémité est fixé un crochet métallique en forme d'S. Je porte obligatoirement à mon poignet gauche, comme tous les marins, une plaque d'identité métallique. Elle est fixée à une chaîne également en métal. Sur le bracelet se trouve une médaille sainte de SAINTE-ANNE-D'AURAY. C'est ma grand-mère paternelle qui me l'a offerte avant de partir à la guerre.

Elle est très pieuse grand-mère, c'est aussi ma marraine. Elle m'a dit qu'elle prierait beaucoup pour moi et que SAINTE-ANNE me protégerait des dangers.

J'enfile mon bracelet métallique au crochet du cordage. Je me laisse tirer par l'embarcation. Çà tient. J'ai un peu mal au poignet mais çà va. Je glisse dans l'eau. Je regarde ma médaille et je me prends à prier, à implorer Ste Anne. Je pleure, je suis épuisé, j'ai la bouche pleine de sang et je suffoque. Je perds connaissance.

J'ignore combien de temps je suis resté sans connaissance. Lorsque je reviens à moi, je constate que je suis toujours en remorque au canot. La terre n'est plus très loin et je distingue sur les rochers et la plage de Mers el-Kébir des gens qui s'affairent, qui courent de gauche à droite.

Au fur et à mesure que j'approche de la côte, toujours tracté à l'arrière de l'embarcation, je heurte, dérivant entre deux eaux, des corps mutilés. Certains sont accrochés entre eux, par grappes de trois ou quatre. Ils flottent sans vie, noirs de mazout, carbonisés. Le spectacle est horrible, je sens le reste de mes forces m'abandonner. Pendant de longues années, chaque nuit, je revivrai ce cauchemar.

Je me laisse tirer, la tête hors de l'eau. Je ferme les yeux à demi-inconscient, j'ai mal de partout.

Brusquement, une secousse au poignet gauche me ramène à la réalité. Ma chaîne et ma plaque d'identité viennent de se casser. L'embarcation continue sans moi. J'essaie de nager, je suis sans force. Épuise, je renonce à lutter. Mon corps se remet d'aplomb, à la verticale. Je coule lentement, attiré vers le fond, c'est fini adieu... Je revois mon enfance à LORIENT en Bretagne. J'étais heureux, insouciant, papa, maman, Olga ma petite sœur et puis grand-mère, je vous aime bien. Je coule, je n'ai plus mal et je m'enfonce dans un profond sommeil, léger ! léger !!...

Qu'arrive-t-il ? la pointe de mes pieds touche le fond. J'ouvre les yeux, je suis debout et l'eau m'arrive au raz du menton. J'ai pieds, je marche, donc je suis toujours vivant. J'avance vers les rochers, la côte se trouve encore à une cinquantaine de mètres. J'avance doucement et au fur et à mesure, mon corps sort de l'eau.

Je suis tout gluant, noir, mais j'ai les membres intacts. J'avance toujours, l'eau ne m'arrive plus qu'à la ceinture. Je suis nu, tout nu, couvert de mazout. J'appelle à l'aide, au secours. Épuisé je m'écroule sur les galets qui couvrent la petite crique attenante à la plage de Mers el-Kébir.

Ce sont des cris qui me réveillent, qui me tirent comme d'un profond sommeil. Je gis allongé, face contre terre, les pieds dans l'eau. Une ombre se penche sur moi et une voix faite :
« Venez ! Celui-ci respire encore ! »

Des mains me prennent délicatement et me portent vers les rochers au sec. Je suis allongé et enroulé dans une couverture : « Tiens bon on revient' ! » m'encourage-t-on. Je me sens mieux. Je respire, dommage que ces relents de mazout me reviennent sans arrêt. J'arrive à entrouvrir les paupières. Elles sont collées, mes cils et mes sourcils sont grillés. Mes cheveux sont cramés depuis un bon moment.

Je distingue comme dans un brouillard, le triste spectacle qui s'est déroulé là, devant moi. A quelques mètres, à mes pieds, la mer toute noire, souillée de mazout. Des corps sans vie, sont venus s'échoués sur la grève. Les clapotis de l'eau les font encore bouger. Tout au long de la rade, je distingue ce qu'il reste de BRETAGNE. Son épave est toujours visible et fume encore en surface.

A mes côtés sont alignés sur les galets, des corps inertes. J'ai le sentiment de veiller sur eux, de monter la garde. Les sauveteurs pénètrent dans la mer, l'eau jusqu'à la ceinture. Ils retirent des marins qui, accrochés à des épaves, vivent encore. Les corps visqueux, couverts d'huile et de mazout, glissent entre les mains des sauveteurs. Ce sont des cris des hurlements de douleur qui s'échappent de ces loques gluantes qui n'ont plus forme humaine. Beaucoup sont amputés des membres, c'est atroce. Je distingue plusieurs corps sans tête sur le bord du rivage. Comment ai-je pu m'en sortir de cette boucherie ?

L'activité des sauveteurs, un peu désordonnée peut-être est cependant très intense et efficace. Ce sont en majorité des habitants de Mers el-Kébir, des Orannais et des pieds noirs. Des camions bâchés sont arrêtés sur la route qui surplombe le bord de mer. Les autorités sont présentes. Le maire de la localité, ceint de son écharpe bleue, blanche et rouge se penche sur les blessés. Il les réconforte à sa manière, s'approche de moi et comme aux autres, me met le goulot d'une bouteille dans la bouche. Il m'invite à boire, j'avais une bonne rasade d liquide, çà me brûle dans la bouche, c'est du rhum, c'est bon. Je suis sonné, je vais bien, je deviens euphorique. Je m'enroule dans ma couverture. Je sens que l'on me transporte avec précaution et je m'endors. La nuit est tombée sur le port d'Oran.

Dans mon sommeil, je devine des mains qui me tripotent de partout. Ceci à le don de me réveiller définitivement. Je suis dans une grande salle aménagée en bloc opératoire. Plusieurs tables recouvertes de draps blancs font office de 'billard'. Des hommes, des femmes, tout de blanc vêtu, s'affairent autour des blessés.

Deux infirmiers s'occupent de moi. A l'aide de gros morceaux de coton, ils nettoient mes plaies souillées par le mazout. Mon corps est en partie débarrassé de ce liquide marron foncé. Les infirmiers agissent avec précaution. Ils emploient un produit huileux qui dissous toutes impuretés. Un troisième personnage s'approche de moi. Il me regarde et me demande comment çà va. Il examine mes blessures. Donne des instructions aux infirmiers, c'est un médecin. J'entends quelques bribes de conversation qu'ils font sur mon état de santé :
« Quelle chance ! miracle ! du BRETAGNE. Pansements gras, mercurochrome, beaucoup de repos ! »

Une forte odeur d'éther plane dans la pièce. Un infirmier s'approche de moi, il porte un bidon de lait. Il me tend un grand bol et j'avale son contenu avec délice. Cela me fait du bien et, j'apprécie la douceur du breuvage. Mes deux infirmiers continuent leur travail. Mon visage, ma tête sont recouverts de bandages. Seuls, trois orifices pour les yeux et la bouche, me permettent de respirer et m'alimenter. J'apprends que je suis soigné à l'école de St. André à ORAN. Cette école est transformée en hôpital en raison des graves événements qui viennent de se produire. Le personnel en tout les cas est très dévoué.

Je suis tout courbaturé mais les douleurs s'estompent peu à peu. Je m'appuie sur le bord de la table. L'infirmier me tend en souriant la ceinture en cuir de mon pantalon. C'est la seule chosa que j'avais sur le corps au sortir de l'eau. Il m'aide à enfiler une tenue de toile grise, genre pyjama. Je descends de la table et j'effectue quelques pas soutenu par mes deux infirmiers.

Tout à coup, je défaille, je me sens partir. J'ai envie de vomir. Un bassin m'est tendu et je me mets à rendre et le lait, et le rhum, et le mazout, et l'eau de mer ingurgités ces dernières heures. Je suis soulagé et je reprends doucement des forces. Je marche seul et je me dirige vers les toilettes. Là se trouve une glace et que vois-je, une momie qui me regarde. Je suis 'chouette' couvert de bandeaux, l'homme invisible quoi ?

J'ignore quelle heure il peut être ? Cela n'a pas grande importance. La nuit est déjà bien avancée et les infirmiers reçoivent toujours des blessés des morts.

Les premiers soins terminés, je suis dirigé vers un grand dortoir, celui des élèves de l'école de St. André, puisque ce sont les grandes vacances.

Un bon lit et des draps bien blancs m'attendent. Le dortoir est presque complet. Je me laisse prendre la température par mon infirmier. Il me fait absorber un grand verre d'eau accompagné d'un comprimé. Une minute plus tard je m'endors profondément dans les bras de Morphée, au royaume des anges.

C'est le va-et-vient des infirmiers qui me réveille. Le jour se lève à peine. Je suis à nouveau tout courbaturé et mon visage sous les pansements me fait mal, très mal, çà me brûle. Je m'assieds sur le bord du lit. J'interroge un infirmier sur ce qui se passe, pourquoi ce remue ménage ? Il me répond :
« ...que pendant la nuit, cinq marins sont morts. Ils n'ont pas de blessures graves, mais le mazout qu'ils ont avalé, les ont empoisonnés pendant leur sommeil. »

L'infirmier ajoute :
« Vous avez eu beaucoup de chance en rejetant le mazout que vous aviez absorbé. »

Je me lève péniblement et je me dirige au fond du dortoir. Je veux voir mes camarades morts. Je ne les connais pas et pourtant ils sont également du BRETAGNE. Ils ne portent aucune blessure apparente mais leur visage est devenu noir violet. Ils ont le même rictus des lèvres découvrant leurs dents. Ils ont dû souffrir avant de mourir.... et pourtant dans mon sommeil je n'ai rien entendu. Ils sont morts en silence empoisonnés.

Un médecin me demande de le suivre dans une grande salle attenante au dortoir. Il veut que je l'aide à identifier les cadavres que la mer a rejetée. J'accepte, mais bien vite je regrette. Des corps mutilés pour la plupart, sont allongés sur de grands draps blancs, à même le parquet. Il y en a bien une centaine me dit le médecin. Certains sont à moitié carbonisés, noirs, recroquevillés. Une odeur écœurante s'échappe de cet amas de chair et de ce qui était hier encore, des jeunes garçons bien portants, pleins de vie det d'espoir en l'avenir.

Je craque je n'en peux plus, je pleure.

Un infirmier me raccompagne à mon lit. Il me dit des paroles réconfortantes. Il va me chercher du café dans un bol et cela me fait du bien.

La vision que je garde de tous ces morts, agglutinés les uns aux autres, est toujours présente en ma mémoire.

Le médecin décide de me refaire les pansements du visage. L'infirmier me conduit dans la salle de soins qui jouxte le bloc opératoire. Je vois des chirurgiens, des infirmières, qui opèrent de grands blessés.

« Ils n'ont pas arrêté de la nuit » me dit l'infirmier en enlevant mes pansements. Mon visage est tout boursouflé, enflé et par endroit la chair est à vif. La peau du front et des joues se pèle comme une pomme cuite. Cela me fait très mal et l'infirmier me fait allongé sur la table. Avec délicatesse, il nettoie les plaies avant de les recouvrir avec de la gaze. Il s'attarde plus longtemps autour de ma joue gauche. Elle a été blessée assez profondément par un petit éclat. Il m'en restera sûrement une cicatrice.

L'infirmier me refait un nouveau pansement, plus léger que le précédent. Mes yeux et ma bouche sont plus dégagés. Quant aux cheveux n'en parlons pas, ils ont complètement disparus, roussis dans la bataille.

Je reste à l'école St.André quelques jours. Beaucoup de repos et une bonne nourriture me retapent rapidement. Comme je suis relativement valide, j'aide les infirmiers dans leur tâche pas toujours facile.

J'essaie, mais en vain, de faire parvenir un message à mes parents en métropole, pour les rassurer sur mon sort. Je saurai plus tard, que l'occupant allemand n'a pas manqué d'exploiter le drame de Mers el-Kébir en sa faveur, laissant des marins dans l'angoisse, sans nouvelle.

Le soir, avant d'aller me coucher, il m'arrive d'aller prendre l'air et un peu de fraîcheur, dans le square attenant à l'école St.André. Des orannais y viennent également et leur conversation est orientée sur la tuerie dont ils ont été les témoins et qui s'est passée là, sous leurs yeux, dans la rade de Mers el-Kébir.

Je vois encore de la fumée qui s'échappe des épaves des bateaux là bas au loin. Le cuirassé PROVENCE s'est échoué à la côte. La quille du BRETAGNE est encore visible.

Un couple d'algériens se promène dans le square. L'homme est vêtu d'une djellaba. La femme est voilée, seuls ses yeux sont visibles. Ils m'aperçoivent et ils s’assoient sur le banc en face du mien. Ils m'observent discrètement puis échangent quelques mots en arabe.

L'homme se lève, s'approche de moi et me demande dans un français sans accent :
« Excusez-moi Monsieur, mais puis-je faire quelque chose pour vous ? »

Je sursaute car j'étais loin, très loin dans mes pensées. Je lui réponds :
« J'aimerais s'il vous plaît que vous préveniez mes parents en France. »

C'est comme cela que mes parents et mon camarade d'enfance Paul RIO ont été prévenus par télégramme, que j'étais vivant.

Je n'ai jamais plus revu ce couple d'algériens pour leur manifester ma reconnaissance et leur dire encore merci ! Je les revois comme si cette scène s'était déroulée hier, cinquante années plus tard.

Le 06 juillet, les anglais reviennent avec leurs avions. Ils mitraillent à nouveau la rade de Mers el-Kébir. Ils attaquent le cuirassé DUNKERQUE avec des torpilles. Des matelots exténués, qui se reposaient sur le pont du navire, sont massacrés comme cela pour qui ? Pourquoi ? Pour rien ?

J'assiste aux obsèques de mes camarades au cimetière marin de Mers el-Kébir, j'ai tenu à y aller. L'amiral Marcel GENSOUL, notre amiral est présent. Il s'incline devant les cercueils de ses marins et prononce ces paroles, les larmes aux yeux :
« S'il y a un drapeau qui est sans tâche, c'est bien le nôtre, le drapeau français ! »

Cérémonie émouvante, dure très dure à supporter - 1300 marins sont morts pourquoi ?

L'effectif du cuirassé BRETAGNE en période de guerre approche les 1400 marins. Seulement 200 marins environ en sont sortis mais dans quel état ? physique, mental ? Certains ont disparu et sont morts à l'intérieur du navire, environ 900. D'autres ont réussi à la nage à regagner la terre. Ils sont devenus fous ou amnésiques. Ils ont pris le maquis, on ne les a jamais revus, peut-être certains sont-ils encore vivants ?

Après un mois de repos au centre d'Ain el-Turck, je suis rapatrié en France à Toulon, où une nouvelle affectation m'attend, car la guerre n'est pas terminée.

Si mon récit vous a plu je vous raconterai le sabordage de la flotte à Toulon en novembre 1942 (Sabordage de la flotte à Toulon).

Parce que là aussi : « J'Y ÉTAIS »


(N°18155)

Carnet de guerre (Avec l'aimable autorisation de M. John Le Garignon)

Auteur François LE GARIGNON le 02 août 1914

Bord le 2 août 1914

Depuis quelques jours déjà on lisait les journaux en temps de guerre passionnément pour savoir ce qui résulterait de ce conflit qui est soulevé par l'Autriche.

C'était par une belle journée très chaude; nous avions embarqué les munitions pour l'école à feu qui devait être fait sur l'île de la Vacca. Nous avions également notre complet de charbon. Les permissionnaires étaient à terre. Tout à coup vers les 5 heures le canon tonne; c'est un salut, pense-t-on, mais voilà que 5 minutes après une 2è puis un troisième et voilà qu'à chaque coin de rue un soldat ou un pompier sonne du clairon la sonnerie si lugubre, celle qui fait le plus remuer le sang. Les nerfs se tendent on grince des dents, c'est l'ordre de mobilisation. Chacun doit faire ses adieux et se rendre immédiatement à sa caserne. À Toulon ce fut un mouvement indescriptible. On voyait les femmes pleurer, les marins se serraient la main et chacun vidait son verre et s'en allait d'un pas pressé vers le quai Gromstadt où les embarcations attendaient les hommes pour les ramener à bord.

L'ordre est arrivé d'allumer les feux et de se tenir prêt à appareiller. Aussitôt on a débarqué les munitions d'exercice et remplacé par les munitions de combat. Le lendemain il n'y avait pas eu encore ordre d'appareiller et comme tout le monde avait rallié le bord la veille, l'Amiral a autorisé les permissionnaires à descendre à terre jusqu'à 8 heures avec ordre de rallier au 1er signal. Les permissionnaires sont tous rentrés à 8 heures. Loin d'être tristes, ils chantaient. Le marin même devant le danger ne perd pas sa belle humeur et sa gaieté. La nuit vers les 3 h branlebas, tout le monde au poste d'appareillage. Les cheminées crachent de la fumée épaisse, l'ordre est arrivé d'appareiller. Dans le port, une noire fumée s'élève puis s'abat sur la ville dont on ne voit même plus les réverbères. Ce sont les contre torpilleurs qui vont sortir pour éclairer l'escadre. Puis ce sont les grosses unités qui se faufilent silencieuses pour prendre le large. Nous ne savons pas encore pour quel pays. Aussitôt perdu la terre de vue, on affiche dans la batterie que nous allons en Algérie chercher les troupes et les convoyer en ... commandant prévenait de faire une bonne ... en nous disant que nous étions responsables de la vie de tous ces braves soldats. Son avertissement était bon mais chacun de nous savait ce qu'il avait à faire. Dans la nuit du 3 ou 4, on nous annonce que la guerre était déclarée. Je trépignais de joie, me disant qu'enfin l'heure de la revanche était arrivée. Dans la matinée nous apprenons que les croiseurs Allemands avaient bombardé Bône et Phillipeville. Ah! Si nous pouvions les rencontrer. Au lieu de continuer sur Bône nous faisons route sur Alger, car la 3ème escadre est partie là-bas et ils sont vieux ces bateaux. Nous allons les rejoindre et si le UNITEi_Goëben_ continue sa route sur Alger ce ne sera pas des crabes, comme ils les appelaient, qu'il trouvera. Ce sera toute une armée très forte. Le 4 nous arrivons en vue d'Alger pas de navire de guerre étranger, aussi l'amiral donne l'ordre à chaque escadre de se rendre à sa mission. Aussitôt nous faisons route vers Bône tandis que la 3è va à Oran, la 2ème escadre reste à Alger et ira ensuite à Phillippeville ...

Nous arrivons en vue de Bône. Les paquebots ... du port avec leur chargement d'hommes. L'Amiral les fait se placer à notre gauche, c'est l'heure de hisser les couleurs. On hisse les couleurs la musique joue la Marseillaise, l'hymne Anglais et l'hymne Russe, puis la marche des tirailleurs et pour terminer le chant du départ. Tout le monde est tête nue et quand la musique se tait les soldats nous remercient en criant vive la France. C'était vraiment beau. Les paquebots sont intercalés entre chaque bâtiment et l'on part au large vers la terre de France vers la mère menacée que tous ses fils devenus hommes vont se faire tuer pour elle pour la défendre contre l'Allemand maudit. Nous apprenons que les croiseurs vont payer cher leur audace car ils sont poursuivis par les Anglais. Nous aurions pu aussi les poursuivre mais nous avions une autre mission pour le moment. Il fallait aussi aller à Ajaccio chercher d'autres troupes. Et ces braves soldats, on avait besoin d'eux sur la frontière. Enfin nous arrivons à Toulon, nous complétons notre charbon et les vivres puis on débarque le matériel inutile en temps de guerre et le matériel inflammable. Jusqu'au linoléum est arraché de sur les ponts et jeté à l'eau; il ne reste plus à bord que du fer.

Le charbonnage s'est fait par cargo, 1500 tonnes; nous avons travaillé jusqu'à 1 heure du matin. Après s'être reposés jusqu'à 4 heures on fait le branlebas et à 8 heures du matin le dimanche 9 août nous partons pour Bizerte. Mais arrivés à mi chemin le commandant en chef signale le ralliement au large du cap Bon. Lui est parti d'un côté avec la 2ème Escadre pour explorer la mer pendant que de notre côté nous en faisions autant. Le 11 tout le monde était au large du cap Bon. Route vers Malte. Le mercredi 12 après avoir erré dans la brume toute la nuit nous arrivons en face de Malte. Nous rentrons mais comme nous sommes nombreux et que le port n'est pas très abordable nous mettons beaucoup de temps pour rentrer. Une foule immense est massée sur les fortifs et crie vive les nations amies. La musique joue les hymnes et la notre répond et à chaque hymne c'est des cris qui s'élèvent dans l'air et tout cela est vraiment beau et remue le cœur. Aussitôt amarré nous commençons le ravitaillement; nous embarquons 1600 tonnes de charbon que nous avons commencés à 4 heures et avons terminé à 10 heures. Le jeudi 13 août nous appareillons pour l'Adriatique. Jour et nuit poste de veille. Une bordée de 8 h. à 11 heures, une 2è de 11 heures à 2 h. et ainsi de suite; ce service durera pendant toute la guerre. Les tourelles sont approvisionnées de 12 coups. En 2 seconde les pièces sont prêtes à cracher.

Enfin le 15 août nous arrivons à l'Île de Corfou; là 2 croiseurs anglais sont venus nous rejoindre. Ils faisaient le blocus en nous attendant. Aussitôt à l'abri de terre nous commençons par ravitailler les torpilleurs en charbon et en vivres. Tout à coup au large un destroyer; il signale qu'un croiseur Autrichien et un torpilleur bombardent la côte Monténégrine. Les signaux montent. Les commandants des torpilleurs font arrêter l'embarquement du charbon et des vivres, larguent les amarres et les torpilleurs filent à toute vapeur vers le large enveloppés d'un épaisse fumée que le vent pousse dans le sens de leur marche ce qui les rend complètement invisibles. Puis c'est le tour des grosses unités, le COURBET, le JEAN BART, le DIDEROT et ses cinq frères, puis les types PATRIE. Tous en ligne de file s'éloignent de la terre grecque, le jour baisse nous faisons cap au nord, à l'horizon le soleil disparaît dans l'onde. Il fait vraiment beau. Bientôt l'obscurité mais de ces grosses mastodontes aucune lumière ne parait et elles glissent maintenant dans la nuit à une vitesse de 18 nœuds. Pas un seul bruit à bord, on croirait à un vaisseau fantôme seul le bruit de l'eau refoulée par les épaules du navire et à l'intérieur le ronronnement des machines qui battant toujours la même cadence tournent à une vitesse de 260 tours à la minute. Chacun à son poste de veille car nous sommes maintenant pour ainsi dire dans le territoire de l'ennemi si l'on peut s'exprimer ainsi. Bientôt le jour tribord est de veille rien encore. Nous avons changé de route c'est que probablement nous avons atteint la hauteur de l'ennemi mais nous sommes trop au large pour le voir. Aussi nous approchons de terre. Après déjeuner on rappelle au poste de lavage mais à peine avais-je disposé une manche d'incendie pour le lavage de la batterie qu'on rappelle au poste de combat. En un clin d'œil chacun était à son poste et je me demande comment 1000 hommes répartis partout dans un bateau si grand aient pu se rendre à leur poste de combat si rapidement. Je puis dire que moi j'étais non loin de mon poste et que je m'y suis rendu en 2 minutes. Aussitôt que j'y étais je rendais l'appel complet. Le poste central donne l'ordre de charger les pièces. Les Autrichiens commencent à tirer mais leurs coups tombent à 1000 mètres trop court. On entend le bruit sourd des 305 c'est le COURBET qui a ouvert le feu; aussitôt comme mû par une même main toutes les pièces de tribord de tous les bâtiments ont tiré une salve puis 2 puis 3. Le bateau ennemi a commencé à couler l'arrière le 1er. Il y a eu une explosion à bord et il a disparu en l'espace de 12 secondes. Le torpilleur marchait à une grande allure et il faisait des zigzags qui rendaient le tir inappréciable. Les obus pleuvaient autour de lui et il disparaissait sous la gerbe d'eau mais aussitôt il reparaissait filant toujours. Sûrement il était habilement manœuvré et avec beaucoup de sang froid le Jurien de la Gravière a été lancé à sa poursuite mais craignant les mines il a été rappelé, et le torpilleur est rentré à Cattaro. Les autres aussi sont des braves et si eux comme ils le disent nous méprisent nous Français et marins, c'est à dire celui qui n'a peur de rien le marin français dira qu'ils sont des braves, ils sont morts en braves, ils n'ont pas demandé pitié devant le nombre et la force, ils ont préféré mourir.

C'était le 16 août je me rappellerai toute ma vie ce mot de « paré » que j'ai crié au pointeur j'allais recevoir le baptême du feu.

Les torpilleurs sont retournés à l'endroit où avait coulé le _UNITEi_Zent(i)a_ mais ils ne découvrirent rien, tout était englouti. Nous sommes retournés vers Corfou pour charbonner. Le jour on charbonne et la nuit on marche à petit allure croisant dans l'entrée de l'Adriatique. Les torpilleurs dragueurs sont là-haut dans l'Adriatique qui explorent le fond de la mer pour savoir si nous pouvons naviguer sans danger jusqu'à Cattaro.

Dans la journée du 18 approvisionnement des contre torpilleurs en charbon pain vin huile. Nous avons à signaler un incident survenu dans la nuit du 17; 2 torpilleurs, le Cavalier et le Janissaire se sont abordés; le Janissaire a son avant retourné de travers; il fut remorqué par l'aviso La Hire jusqu'à Malte. Le Cavalier put rejoindre lui-même le port de Malte par ses propres moyens. Le 20 août la 1ère escadre reçoit l'ordre de se diriger sur Malte. Le 21 arrivée à Malte à 2 H. de l'après-midi. Embarquement de 1600 tonnes de charbon. Nous travaillons jusqu'à 10 h. du soir et le lendemain nous recommençons à 4h. À 11 heures, c'était fini; le reste de la journée est employé à l'embarquement des vivres, farine, vin, huile, biscuit. Tout cela venu par le transport le Bien Hoa chargé d'approvisionner l'escadre. Le 24 service ordinaire au mouillage, propreté sommaire car il n'y a pas grand matériel de propreté. Et puis le charbonnage nous tue et le sommeil coupé au moment où on dort le mieux est encore plus esquintant. Mais il ne faut pas se plaindre et je ne me plains pas, je dis simplement ce qui est sans demander quoi que ce soit. Le 25 branlebas le matin comme à l'ordinaire; à 8 heures embarquement de 70 tonnes de charbon terminé à 9h. Dîner et à 2 heures appareillage pour l'entrée de l'Adriatique; six sous-marins venant pour visiter les bouches de Cattaro nous accompagnent. Le 26 le temps est beau, on se dirait sur un lac, la mer est comme un miroir, nous continuons notre route vers l'entrée de l'Adriatique. Le 27 nous arrivons au point de concentration. Nous croisons toute la nuit et le 28 au matin deux sous-marins sont désignés pour aller faire une reconnaissance dans les bouches de Cattaro. Le Verrier monte à Cattaro et le Bernouilli aux environs des Iles qui se trouvent plus au Nord de Cattaro. Leur mission n'a pas eu grand succès et ils durent retourner au lieu de concentration. Dans l'après-midi, la 1ère division recoit l'ordre de faire un charbonnage de 2 h. 1/2. Nous avons embarqué 250 tonnes. La nuit même route que les nuits précédentes. Le 30 même chose, charbonnage de 9 h. 1/2 à midi 300 tonnes ensuite nous faisons route sur Cattaro au nord des Îles Ionniennes où se trouvent le JEAN BART et le COURBET ainsi que la 1ère Division et 2ème Division de croiseurs pour ainsi dire toute la 1ère Armée Navale, réunion des amiraux et des commandants à bord du COURBET. À 4 h nous faisons route vers Antivary accompagner le courier qui va envoyer des canons et des munitions pour installer une batterie de siège sur le mont Lovcen qui domine Catarro. On y installe également un TPS. Pendant que le courrier débarque son chargement nous poussons jusqu'à Cattaro. Le soir on retourne au point de concentration de la veille. Le 1er septembre nous retournons vers Cattaro. Les bateaux autrichiens ayant sortis l'Amiral décide de faire une démonstration navale; nous arrivons en face de Cattaro, mais une brume épaisse enveloppe la terre; on vient sur la gauche et on pique une bordée vers le large. Les contre torpilleurs font le lacet c'est à dire que de chaque côté des cuirassés et devant ils marchent en faisant des zigzags; l'un va sur la droite et l'autre sur la gauche de façon que leur sillage se croise. Cette manœuvre est funeste aux sous-marins qui sont obligés de plonger pour éviter l'abordage et ne peuvent par suite repérer les bâtiments. Enfin avec le soleil qui se lève la brume se dissipe et l'Amiral signale ligne de combat, ligne de file et on se dirige de nouveau vers les bouches de Cattaro. On est très près de terre quand on rappelle au poste de combat. Les bâtiments étaient à une distance de 400 mètres et à 15000 mètres de terre. Le COURBET ouvre le feu à une distance de 14500 m. Puis à tour de rôle les bâtiments tiraient à une distance de 14000 m. sur deux points très difficiles à repérer. Nous n'avons pas pu connaître les dégâts causés mais une épaisse fumée s'élevait de terre après chaque coup; on tirait par salves. Les forts n'ont même pas daigné répondre à notre bombardement; c'est probablement parce qu'on était trop loin. Pendant 2 heures nous continuons notre route vers le nord puis nous faisons 1/2 tour et nous dirigeons vers l'entrée de l'Adriatique. Le 2, 3 et 4 charbonnage, vivres, animaux vivants, pommes de terres arrivés par le transport Ving Long. Le 6 le même trafic, compléter le charbonnage puis propreté du bateau et lavage de linge toujours par bordée de veille.

Le 7 septembre approvisionnement des torpilleurs qui eux faisaient des rondes pendant notre approvisionnement. Le DIDEROT, VOLTAIRE, la République , la Démocratie ainsi que la 1ère Division Légère font route pour Malte où nous allons passer au bassin. La mer est très agitée, quelques uns ont le mal de mer. C'est le commencement de l'hiver. Le 9 à 7 heures nous allons au bassin pour carénage; le travail se fait par les ouvriers du port qui travaillent toute la nuit; le matin ils avaient fini et on sort du bassin. Aussitôt charbonnage complété à 2400 tonnes. Le lendemain 10 et 11 embarquement des vivres, farine et vin. À 8 heures le WALDECK ROUSSEAU qui avait été au sec au golfe Juan et qui était resté en réparation à Toulon arrive à Malte ainsi que le Paris. Le 12 nous appareillons pour l'Adriatique. La mer est démontée et les bateaux font des plongées. Ils se soulagent tellement qu'on voit la quille devant et s'enfoncent ensuite disparaissant pour ainsi dire et l'eau balaye la plage avant quand le bateau se soulage de nouveau; toute cette eau déverse de chaque côté et par les écubiers comme des torrents.

Le 16 dans la matinée on arrive à Corfou et on commence l'embarquement de 250 tonnes de charbon par cargo accosté qui se trouve tous mouillés dans la baie de Corfou; durant toutes le hostilités des cargos seront ainsi envoyés ici à notre disposition avec du charbon, des bêtes et tout le nécessaire.

Le 18, le Liamone arrive avec le courrier; les cœurs sont serrés car on va avoir des lettres; qu'allons nous apprendre ? Comment ca va dans notre beau pays de France, que font les boches, car nous ignorons les nouvelles ici? La T.S.F. envoie bien des nouvelles mais il n'y a rien à y croire puisqu'elles démentent le lendemain ce qu'elles ont annoncées la veille; et une anxiété étreint le cœur. Nous avons confiance mais quand même on est pressé d'avoir des nouvelles. Et puis la famille. Le Liamone a également du matériel pour Antivari et nous allons l'escorter là-bas. Demain matin on sera là-bas, et je crois que nous montons plus au nord de Cattaro. Le 18 en effet nous croisons devant Antivari pendant que le Liamone décharge son matériel puis nous poussons jusqu'à Cattaro pur surveiller le bouches voir s'il n'y a pas quelque prise ou victime à faire par là.

En passant nous ne voyons rien, alors l'armée navale continue sa route vers le Nord à l'exception de la 2ème Division de Croiseurs et le cuirassé PATRIE qui sont restés surveiller Antivari. L'armée navale arrive en face de Raguse, l'île qui se trouve un peu au sud de Trieste. Les torpilleurs passent entre l'Île et la terre. À notre approche, les autorités ont pris la poudre d'escampette. L'amiral a jugé inutile de bombarder la ville. Il a envoyé le torpilleur Lanquesnet visiter les autres îles. Le Lanquesnet a mis une section de compagnie de débarquement à terre à Lissa. Ils ont fait deux prisonniers, les gardiens sémaphoriques, et ont démoli les appareils de télégraphie et le phare. Ils ont pris des vivres, de la volailles (sic). L'armée descend vers le sud ouest, nous trouvons une autre île, cette fois c'est l'ERNEST RENAN qui l'inspecte; elle paraissait déserte. Les gardiens du phare sont restés introuvables mais nous avons détruit tout ce qui pouvait nous nuire, la T.S.F. et une grande quantité de fils électriques. Pendant ce temps-là, la 2ème Division Légère et le PATRIE poussaient une reconnaissance jusqu'aux bouches de Cattaro. Ils se sont approchés à 6 200 mètres. Les forts les voyant venir si près ont tiré sur eux sans les atteindre; seul le PATRIE a reçu un éclat d'obus dans la batterie sans causer de dégâts, personne de blessé. Mais le torpilleur TRIDENT qui se trouvait entre la terre et les bateaux n'a dû son salut qu'à l'adresse de son commandant. Les coups tombaient autour d'eux mais le torpilleur s'est mit (sic) à cracher de la fumée et est devenu invisible dans sa fumée. Les jours suivants, charbonnage aussitôt terminé, nous appareillons encore vers l'Adriatique car le charbonnage se fait toujours à Corfou.

Le 30. La mer est déchaînée nous marchons jour et nuit.

Le 1er octobre. Le courrier arrive, nous complétons notre charbon et le samedi 2 nous l'escortons à Antivari. Le Dimanche, route vers le nord de l'Adriatique. L'aumônier a dit une messe à 9h. Pendant la messe un aéroplane autrichien a passé au dessus de l'escadre faisant route sur Antivari et en passant au dessus du Liamonne, il laissa tomber 2 bombes mais il a manqué son but. Le temps est superbe et de sur le pont nous admirons la côte ennemie. Malheureusement, il faut se réapprovisionner et pour cela il faut quitter cette côet pour celle de notre amie la Grèce. Là nous ne risquons pas d'être surpris. Voilà comment s'écoule notre vie.

Il nous est défendu de nous battre et cela pèse sur notre cœur. Tous les jours se ressemblent. Poste de veille par bordée exception le jour du charbonnage. Ce jour-là tout le monde est au charbon moins les hommes qui font partie de la conduite du navire. Et il faut voir quand le charbonnier est accosté l'équipage du cargo (sic) comme elle le prend d'assaut. On dirait que les hommes vont à l'abordage. Aussitôt pelles et pioches se mettent en action et elles s'enfoncent poussées par des bras vigoureux dans le charbon entassé dans la cale du cargo. C'est un peu plus dur que de creuser la tranchée. Et malgré la pluie ou le vent qui l'un vous mouillant l'autre vous aveuglant rendent le travail plus dur, il faut que le charbon aille dans les sacs. Ces sacs sont ensuite hissés par les mats de charge et déposés sur des plate-formes disposées près des sabords de charge. Là, l'équipe intérieure vient les prendre et les traîne jusqu'aux trous qui donnent accès (sic) dans les soutes; des manches disposées spécialement conduisent le charbon dans ces dernières. Nous embarquons ainsi de 110 à 160 tonnes à l'heure en moyenne.

Et c'est ainsi que s'écoule notre vie jusqu'au jour où l'Italie se met de la partie. Quelques jours après nous nous rendons à Augustava en Cicile (sic) où il y a des manifestations patriotiques. Les jeunes gens et les vieux non mobilisés sont venus drapeaux en tête comme une procession sur les quais où ils ont embarqués dans les embarcations de pêche et sont venus défiler autour des cuirassés français en jouant de la musique. Tous les équipages étaient massés sur les ponts des navires et mêlaient leurs cris d'enthousiasme à ceux des Italiens. Les sons de notre musique se mêlaient à la leur et comme la voix des hommes, les notes des deux hymnes s'entrelaçaient dans les ondes hertziennes. Le lendemain nous sommes repartis pour Malte où nous sommes restés 15 jours.

Service au mouillage, exercice et propreté.

On fournissait des corvées pour les bateaux qui venaient se ravitailler, puis nous sommes partis pour Bizerte, changer nos munitions et les visiter.

Nous avons profité de ce temps pour faire des écoles à feu sur les rochers de Bizerte puis nous avons appareillés pour Malte.

Texte de la première carte postale insérée par le transcripteur au carnet : « DIDEROT le 17 juillet 1915 Chère cousine Voilà quelque temps que je ne vous ai pas écrit c'est que je n'ai pas beaucoup le temps Je me porte toujours bien et j'espère que vous êtes tous de même et mon filleul ne commence-t-il pas à faire la boxe encore. Qu'il se dépêche de grandir. Je n'ai pas de nouvelle de Pierre je ne sais pas s'il reçoit mes cartes. Il a du vous dire que Jean est prisonnier en Allemagne Embrasse bien les enfants pour moi et doublement Msieur Cyril Bien le bonjour à miss Rouxel et à sa mère. Le cousin qui vous aime et vous embrasse Le Garignon François qtier mtre cnier à bord du DIDEROT Toulon (Var) a suivre »

Au bout de 15 jours que nous y étions j'ai tombé malade de la fièvre scarlatine et d'un effort que j'avais attrapé au Charbon. Août 1915.

Pendant que j'étais sur le lit de l'infirmerie rompu et fatigué mais non malade puisque mon mal ne me faisait pas souffrir, le DIDEROT reçoit l'ordre de rentrer à Toulon. Le 20 l'Amiral embarque sur le Vergniaud et nous rentrons en France.

En arrivant les docteurs me voyant décliner et l'Amiral ayant dit le jour où il a débarqué et qu'il est venu nous voir qu'il faudrait me donner du repos, les docteurs m'ont expédié à l'hôpital. C'est l'infirmière qui s'est aperçue (sic) que j'avais la fièvre scarlatine après 25 jours que je l'avais. Je pesais 48 kg. Le Kisst (sic) produit par suite de l'effort devait être opéré (sic) mais comme il arrivait des grands blessés tous les jours on retardait toujours l'opération si bien qu'au bout de huit jours, quand on s'est décidé, il était trop tard le mal était parti.

Dans l'après-midi, j'ai été évacué sur l'hôpital auxire Annexe A. Mais comme il m'a fallut (sic) faire des efforts pour mon sac et pour marcher, le Kisst (sic) était revenu. J'ai été soigné par le docteur Mercier qui l'a fait disparaître et, au bout d'un mois, j'avais repris mon poid (sic) normal et mon agilité. Je suis allé au 5è dépôt d'où après 4 jours de repos on m'a accordé 11 jours de permission.

Mois de novembre. En arrivant à Paris, j'ai été trouver l'objet de mes pensées et je l'ai décidée à venir avec moi au pays. Nous avons rendu visite à ses parents et le soir on prenait le train pour Guimgamp. De Guimgamp nous avons marché à Pommerit mais la route ne nous a pas parue longue. J'ai laissé ma chère Victorine là et j'ai monté sur ma bicyclette qui depuis le commencement de la guerre était dans le port à Toulon et que j'avais eu soin d'amener avec moi. J'ai fait cap sur Gommenec'h et ensuite sur Lanvollon pour retrouver la chère tante qui était partie au marché.

J'ai ainsi passé 7 jours, sept jours heureux entre ma chère tante et ma fiancée. Je n'ai fait aucune visite étant encore trop faible et ayant besoin de repos. Je suis parti pour Toulon où j'ai passé huit jours au dépôt. J'ai ensuite été embarqué sur le cuirassé PROVENCE. Mais depuis ma permission, j'avais une drôle d'idée en tête, je voulais me marier et comme je croyais que le bateau resterait encore pour 6 mois à Toulon, j'ai fait ma demande. Elle a été accordée et j'ai eu 12 jours. Comme j'avais tout préparé ou fait préparer je suis parti le 28 mars et le 2 je me suis marié. Me voilà en pleine lune de miel mais hélas cela ne dure qu'un temps et après les 12 jours et les 4 de prolongation que j'ai demandé il a fallut (sic) partir. C'était très dur mais le devoir avant tout et, ma fois (sic), je suis partit (sic). Le 12 mai nous partions de Toulon pour aller rejoindre l'armée navale qui était au mouillage à Argostalie, Île de Céphalonie au sud ouest de la Grèce. Là nous avons pris l'Amiralissime Dortige du Fournet. Nous sommes restés là jusqu'au 15 août au mouillage.

Tout le gros de l'armée y était. C'est une grande rade bien abritée, malheureusement le mouillage est défectueux. Nous avons fait des tirs et des exercices de lancement de torpilles. Le 15 août nous sommes partis pour Malte en visite officielle. Nous y sommes restés 8 jours et le samedi il devait y avoir réception à bord mais nous avons reçu l'ordre d'aller à (Mélos) ou Milo, Île au Sud Est de la Grèce dans la mer Égée et qui nous sert de base de ravitaillement depuis le coup des Dardannelles. Nous ignorons ce qui se passe mais il nous a été fait une conférence au sujet d'un combat où nous aurions à bombarder dans le détroit qui donne accès au canal de Corinthe 5 forts grecs (sic) et des batteries de cote. C'est donc que l'objet visé est le port de guerre grec (Salamine). Nous sommes ici dans les 30 navires de guerre Anglais et Français tous prêts à appareiller au premier signal. Le BRUIX est partit (sic) pour Salamine où il doit rester 24 heures et si les grecs lui font déguerpir après 24 h., nous irons bombarder la cote car il nous faut Salamine de gré ou de force comme base navale.

Enfin voici en l'air le signal tant attendu d'appareiller. Nous appareillons en ligne de file à une vitesse de 16 nœuds; les cuirassés anglais ne peuvent pas suivre et sont obligés de prendre la queue de la ligne. Au bout de 5 heures de marche nous arrivons en face du phalère et nous nous engageons dans le canal dragué à l'avance et chaque côté duquel sont échelonnés les dragueurs et torpilleurs. On a rappelé au poste de combat et je me demande si je vais être obligé de bombarder et d'anéantir ce pays où j'étais venu en ami 3 ans auparavant, et qui m'avait fait un si bon accueil. Enfin la vie est si étrange qu'il ne faut s'étonner de rien. Nous nous enfilons assez rapidement dans le chenal qui mène à Salamine et nous passons devant les forts qui n'ont pas l'air de nous apercevoir; j'ai entendu quelques jours après qu'une demi heure avant notre apparition ils avaient l'ordre de nous empêcher d'entrer mais l'ordre a été annulé heureusement pour eux.

Maintenant c'est l'Amiral HOMMEi_Dastige_ (Note du transcripteur : Dartigue) qui prend la direction de la politique, il va commencer par envoyer des ultimatums à CONSTANTIN qui lui aura toujours l'air de céder en protestant mais il se fatiguera un jour et pour sauver sa couronne il organise ou du moins sa femme avec l'aide des agents boches conspire contre nous et forment une ligue pour mettre entrave à notre politique; c'est la ligue des réservistes ou royalistes ou boches. Les Allemands ont payés (sic) ses gens pour l'espionnage et pour les empêcher de se joindre à nous; ils les ont compromis dans toutes sortes d'affaires louches. Sous la menace du déshonneur et de la mort les gens obéissent aveuglement à l'Allemagne.

Nous voyons la preuve dans la livraison des forts de Macédoine qui était préparée par les agents boches, et pendant ce temps nous dormions comme toujours, nous perdions notre temps en vaines protestations et en menaces. Menaces vaines, car tous les étrangers connaissent comme les grecs, nos hommes politiques qui en fait de patriotisme et d'énergie, savent se voter un supplément de solde pour la nourriture pendant que les soldats et les marins mangent des haricots et de la viande frigorifiée et se contentent de 20 sous par jour pour leur nourriture.

L'Amiral Dartige et ses aides les amiraux des escadres présentes demande en compensation pour la livraison des forts de la Macédoine, qu'on lui livre l'escadre légère grecques (sic) et que les équipages qui voudraient se joindre au mouvement du gouvernement de Salonique aient toute liberté. Plusieurs torpilleurs se sont échappés déjà et sont venus s'approvisionner chez nous.

Le gouvernement refuse et criant bien haut, « Vous nous marcherez dessus (sic) mais vous n'aurez pas nos bateaux ». L'Amiral donne 48hrs pour que les équipages réfléchissent à ce qu'ils doivent faire. Ceux qui veulent se joindre à nous resteront à bord; les autres devront débarquer pour midi. À midi tous les canots à vapeur et vedettes sont armés les cuirassés embossés et on rappelle au branlebas de combat. On est énervé; faudra-t-il couler ces bateaux. Non car un aéroplane survole le port et a vu que les équipages avaient mit (sic) pied à terre.. Aussitôt prévenu l'Amiral ordonne l'ordre aux embarcations d'aller prendre possession des bâtiments et c'est ainsi qu'on voit vedettes et canots à vapeur en ligne de front qui se dirigent vers le fond du port où les remorqueurs et chalutiers viennent prendre à la remorque les torpilleurs, largués par nous et les ramener en rade sou (sic) notre protection.

Mais les réservistes mécontents sont allés attaquer la légation de France, c'est le commencement du conflit. On envoie une garde de marins à Athènes au consulat. Protestation du gouvernement qui promet de protéger Mr. Guillemin. L'Amiral ne veut rien savoir et la garde reste, puis c'est la révolution qui commence; les Vénizélistes sont arrêtés et jetés en prison par le roi; le gouvernement français proteste. On découvre une organisation d'espionnage chez les ministres d'Autriche et de Turquie. L'Amiral les fait arrêter et expulser. Quelques jours plus tard c'est le ministre Bôche et Bulgare qui sont expulsés. C'est la ruine des Bochaphiles, mais la reine reste et les soutient, ainsi que le malheureux CONSTANTIN qui n'est qu'un enfant entre ses pâtes (sic). Les agents de la reine vont donc pousser les réservistes à se révolter et à combattre les venizélistes d'où il s'ensuit qu'à Athènes il règne un grand désordre. Les ministres ne pouvant rétablir l'ordre et les Vénizélistes se plaignant à juste raison d'être privés de leurs libertés, d'être mis en prison sans motifs, le gouvernement Français (sic) décide de prendre le contrôle à sa charge, on envoie donc des agents pour le contrôle des chemins de fer, de la police et des télégraphes et téléphones. CONSTANTIN est bouclé (bouché?), il ne peut rien sans passer par les alliés; la situation est intolérable pour les boches qui ne peuvent plus agir à leur guise; les Vénézélistes sont protégés par une compagnie de débarquement qui se trouve logée au Zappéicon mais le gouvernement proteste et demande à ce que le contrôle soit levé où ils nous chasseront. L'Amiral n'en tient pas compte et continue à envoyer des notes, maintenant il demande la remise au gouvernement provisoire des canons et fusils grecs et qu'ils ont payés comme le reste des grecs.

Le gouvernement refuse, alors l'Amiral dit qu'il les lui faut et qu'il les aura; les grecs prétendent qu'ils se défendront et que pour les avoir il faudra passer sur leurs cadavres. Eh Bien! nous aurions passés sur leurs cadavres pour leur donner la liberté si on aurait laissé l'Amiral faire. Nous avons passés sur bien des cadavres de nos frères pour acquérir notre liberté. Alors pourquoi pour la faire triompher cette liberté, pour donner aux soldats de Salonique les armes de leur pays pour le défendre, n'aurions-nous pas passés (sic) sur les cadavres de l'armée boches (sic) d'Athènes et sur ses ruines s'il aurait fallut ?

Non l'amiral devait maintenir l'ordre avec ses 2 ou 3000 marins qu'il envoyait à Athènes pour protéger les Vénizelistes contre une armée de boches, préparés depuis des mois pour l'attaque. Et on a vu cette poignée de marins se tirer de ce guêpier où ils étaient enfermés prisonniers avec leur Amiral. Que s'est il passé, toujours est-il que le lendemain à l'appel il manquait plusieurs des nôtres et on les trouvait dans l'hôpital assassinés à la bocherie. Les prisonniers avaient été amenés à bord mais quelques uns des prisonniers tel que le canonnier breveté Gassier avaient été massacrés. Les grecs se sont conduits comme des Turcs et méritent comme eux et les boches de disparaître ou de souffrir d'être gouverné par une peuple plus civilisé queux (sic). Enfin après ces journées mémorables où les cuirassés ont assistés à l'agonie de leurs équipages sans tirer de leurs monstre d'acier nous avons décidés d'armer la flotte légère grecque. Mais jamais je n'oublierais ces journées où je me tordais de rage et de douleur de voir à portée de nos canons des français être massacrés sans secours. Et eux de quels regards anxieux attendaient-ils de voir tomber sur ces boches un de nos pruneaux. Je ne connais plus le français, comment de tout ces cuirassés aucun armement n'est survenu, et sans ordre n'aie bombardé Athènes. Je le regrette que le marin trop respectueux de la discipline ne veuille plus se révolter même quand on assassine ses frères. Les grecs nous ont tourné en ridicule et on dit que nous avions des cuirassés avec des canons en bois. Quelle allusion blessante après l'œuvre criminelle. C'est donc une insulte et une blessure grave de faite à notre marine par les hordes d'Athènes. À qui le devons-nous? Est-ce à notre Amiral? Est-ce aux hommes d'états qui gouvernent notre pays? Dans l'un ou l'autre des cas, le marin ne le pardonnera jamais et sa confiance est diminuée. Il ne croit plus à rien; il se laisse mener attendant la fin de la guerre avec impatience, car il est persuadé que Ses chefs n'estiment pas à leur valeur le sang généreux versé ni l'énergie dépensé et qu'ils ne font pas assez de cas de la vie du matelot.

Pour M.r Guillemin s'il avait été tué on aurait déclaré la guerre, pour avoir massacré quelques centaines de marins, tout juste qu'on ne décore pas CONSTANTIN et sa clique; ça viendra et on veut nous imposer l'estime et le respect pour nos chefs et notre gouvernement. Hélas, il faudra qu'ils se conduisent autrement qu'ils ne le font. Maintenant nous avons quittés le Pirée nous voguons ou du moins roulons et tangons sur une mer démontée. La pluie tombe à verse, il fait nuit noire et on ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Où allons-nous? Je ne sais mais il me semble qu'on se rend à Corfou d'après la route que nous faisons. Deux torpilleurs nous suivent, les malheureux! Ils passent autant sous les lames comme dessus. Qui vaudrait vivre cette vie, toujours mouillés, ne pouvant dormir, étant balancés hors du hamac ou cogné contre le plafond et les cloisons. Entendre le bruit de la coque craquer et trembler sous la poussée de l'eau comme si elle allait se fracasser en mille miettes.

Enfin le jour commence à paraître et à notre droite on aperçoit la terre, c'est le cap Matapan; je le reconnais pour y être venu charbonner pendant ma croisière dans l'Adriatique et pour y être venu saluer les héros blessés des Dardanelles _UNITEi_SUFFREN_, Gaulois, Jauréguiberry. Nous allons à Corfou sans doute car nous continuons la route vers le Nord. Bientôt c'est Navarrin, Zante, Argostoli, Loucade, Paxos, Antipaxos puis Corfou. Toutes ces îles longent la côte grecque et dans leurs criques et rades on trouve de jolis abris pour se cacher pour charbonner. On peut accoster la terre très près car il y a beaucoup de fond à raser terre.

Maintenant nous voilà à Corfou, me voilà revenu dans ces parages dangereux où j'ai tant trimé au commencement de la guerre. Corfou longe la côte grecque et entre la terre ferme et elle c'est une grande baie que nous avons pris comme base navale. Les deux entrées, celle du Nord et l'autre au sud sont fermées par deux rangées de filets. L'escadre y est ainsi en sûreté et peut évoluer facilement dans cette grande rade et se livrer à tous les exercices. Corfou est très grande comme île, la ville qui se trouve dans une baie est très ancienne. Les rues sont très étroites à certains endroits on ne peut y passer à deux de front. Tout ce qui est intéressant c'est le musée et les jardins ainsi que la citadelle sur laquelle flotte en ce moment le pavillon tricolore que gardent les zouaves. Tous les jours nous appareillons pour faire des exercices, tirs réduits, télémétrie, lancement de torpilles, exercices d'attaque contre torpilleurs et ses marins. Dès que les services et les exercices nous laissent un moment de répit on profite pour écrire aux chers aimés et comme nous avons espoir d'aller à Toulon on ne parle que de permissions. Voilà encore 10 mois que je n'ai pas été en perm. Je ne suis pas plus favorisé ici que sur le DIDEROT. Ce n'est pas le rêve d'être sur le bateau amiral. Sur rade se trouvent également le St-Ypres (St-Yves??? difficile à lire) JEAN BART, la BRETAGNE, le DIDEROT, le Vergr...., les trois croiseurs ERNEST RENAN et une ribambelle de torpilleurs et de bateaux de commerce.

Voilà qu'on met une division à l'appel pour hisser les cartahus. Lavage de linge ce soir. Voilà une chose que les ménagères ne sont pas aussi habiles que nous à faire. Ce soir sans lumière, une dizaine sur chaque bailler d'eau nous laverons notre linge et demain quand il sera au sec, il sera aussi blanc que n'importe quelle lessive de pipelette. Les exercices sont terminés et nous attendons les munitions pour faire le tire réel. 28-7-17

Nous avons fait les tirs qui ont été faits dans de très bonnes conditions avec un bon pourcentage. Ces exercices ont duré trois semaines et aujourd'hui nous avons terminés par le lancement de torpilles, nous rentrons au mouillage ou du moins au coffre d'amarrage, car le bâtiment Amiral a un coffre pour s'amarrer et à ce coffre aboutissent de câbles télégraphiques et téléphoniques qui relient les postes du bord aux postes de terre ou au poste du câble sous-marin qui nous relie à Malte et France et l'Angleterre.

Maintenant nous sommes de corvée. Quand il arrive un bateau ravitailleur des hommes de l'équipage vont le décharger et le charger après du matériel qui doit être envoyé en France pour réparation ou pour être condamné.

Nous menons la vie du mouillage. Le programme de la semaine du temps de paix ce qui n'est pas tout à fait du goût de l'équipage qui est assez énervé par cette vie de privations de toutes sortes. Le lundi lavage de linge de 6h à 8 heures, ensuite poste de propreté école de 10 à 11 h. dîner, à 1h au service des maîtres pour l'entretien du matériel, permissionnaires à 2h jusqu'à 6h. par division.

Il y a des permissionnaires le vendredi, samedi, dimanche et lundi. Les autres jours sont pour l'entraînement au combat; bien entendu les inspections de toutes sortes viennent encore augmenter la mauvaise humeur du marin qui préfère cent fois mieux passer ces 2 heures d'inspection du mardi, jeudi et samedi sous les obus qu'aligné sur le pont. Tout cela énerve et mécontente le marin, surtout qu'il faut être propre ce qui ne lui déplaît pas, mais il faut être réglementaire alors qu'il n'y a même plus d'effets à lui fournir.

Je les entends mes camarades murmurer contre ces choses inutile en temps de guerre. Et dire que les officiers feraient mieux de travailler pour la victoire en cherchant le meilleur moyen de combattre l'ennemi et d'empêcher les sous marin de torpiller les bateaux que de passer leur temps à faire des inspections. N'est-il pas ridicule de voir les hommes après avoir passé l'inspection à 10h avec le commandant la repasser encore pour descendre à terre à 2h avec le même linge dans la même tenue. Une dépêche ministérielle est parue d'économiser les gris qu'il n'y en a plus et de faire porter les bleus de chauffe. Pour économiser les gris on nous oblige à être en gris de ch. 6h du matin à 7h. du soir. Voilà comment on observe les règlements. Les décrets ministériels ? Jamais ils ne sont portés à la connaissance de l'équipage, si quand il s'agit d'économiser le pain et de diminuer la ration. D'ailleurs messieurs les représentants du peuple ont bien soin d'augmenter leur solde à cause de la cherté des vivres, eux qui touchent autant pour chacun comme 100 de nous autre; alors que c'est nous qui trimons et qui défendons la PATRIE, tandis qu'eux ils passent de temps en temps au pouvoir pour remplir leurs poches et que fait chacun d'eux? rien que désorganiser le pays puisqu'ils n'ont pas trouvés le moyen d'empêcher la pénurie de tout. On parle d'allocation. Les allocations ont été distribuées à ceux qui n'en avaient pas besoin, et nous vivons un tas de fainéants de prisonniers qui seraient mieux dans les fermes à travailler la terre et comme cela la vie aurait été moins chère et les allocations, on aurait pu les consacrer à d'autres œuvres. Les gouvernants ont complètement ruinés le pays en le désorganisant.

En pensant à tout cela à la misère de nos familles, nous sommes ici comme des prisonniers inactifs privés des caresses de l'aimée pendant des mois et même années sans les voir : notre caractère s'aigrit sûrement et on devient mauvais français mauvais patriote mauvais marin. Voilà ce que je suis peiné de constater néanmoins on fera tous je l'espère son devoir, quand le moment arrivera pour nous encore de nous engager dans la fournaise; mais ce devoir on le fera par instinct par habitude, parce que cela nous plaît la lutte et les dangers, parce que nous aimons les affronter, mais non parce que c'est le devoir. Il ne faut pas croire qu'il y ait dans nos actes du patriotisme, parce que nous n'y croyons plus nous n'avons pas confiance dans les hommes qui nous gouvernent puisqu'ils le font par intérêt et qu'ils n'ont plus d'honneur. Nous nous battrons avec entrain parce que c'est notre honneur d'être vainqueurs, parce que nous voulons garder la renommée des JEAN BART SUFFREN en fait et non en paroles. Pour cela, pour être comme eux, il faut taper dur sans rien dire, agir sans bruit, nos gouvernants font beaucoup de bruit beaucoup de discours et c'est les boches qui en récoltent les fruits grâce à leurs sous-marin; et c'est ainsi que la Hollande en un mot tous les pays neutres nous trahissent au profit de l'Allemagne. Notre gouvernement approvisionne les boches pendant qu'ils nous affament. Nos navires auraient bien raison depuis longtemps du ventre boche s'ils n'avaient pas ordre de laisser l'Espagne s'approvisionner ainsi que la Hollande et les états scandinaves. Nous ne comprenons pas, tant de délicatesses envers un ennemi si féroce et si barbare, pas plus que nous ne comprenons la patience de ces bons neutres qui nous admirent (parce que nous fermons les yeux sur leurs actes et leurs trahisons).

Beaucoup de belles paroles pour les gardiens du droit et de la liberté, mais ils assistent comme au théâtre sans sourciller à l'agonie de ces gardiens et c'est peut-être sans joie qu'ils les voient se relever et abattre leurs adversaires. Mais tout se paye et après la guerre ils auront beau nous flatter pour notre victoire et notre héroïsme, ils ne trouveront chez nous que du mépris et on leur fera comme aux boches avant la guerre quand les marins boches et français se rencontraient à terre dans les colonies, les français se chargeaient de leur remuer leur grande carcasse et les obligeaient à regagner leur bord au plus vite ou ils les envoyaient faire un stage à l'hôpital.

Découragé, j'ai abandonné mon carnet pendant quelques mois.

Oui découragé par l'inaction, car plus on reste inactif et plus on a la flegme. Pendant ces quelques mois il ne s'est rien passé d'intéressant de ce côté-ci. Seul l'installation d'un grand poste d'aviation hangars de dirigeables etc. est tout nouveau. Maintenant le dirigeable Champagne est chargé de la surveillance de la base de Corfou et ils sont rares en effet les jours où il ne découvre pas des crimes dans les passes. Il y a aussi 2 ou 3 escadrilles d'avions de chasse et plusieurs hydravions pour la recherche des sous-marins et le convoyage des bateaux. 16-12-17

Enfin nous avons quitté le coffre d'amarrage pour le fond de la rade. L'endroit où nous sommes mouillés s'appelle la baie d'Ipsso. Nous nous trouvons donc au nord de l'Ile de Vido et à l'est de l'Ile appelée le Lazaret. Nous avons au nord le petit village d'Ipsso perché dans la montagne. Nous sommes venus ici pour faire des exercices de tir réduit et nous pensions tous partir aussitôt pour France. Hélas, nous sommes tous déçus car demain nous allons parait-il reprendre notre place habituelle. Aussi je sens le découragement m'envahir c'est encore aujourd'hui un triste dimanche, une de ces journées où il faut employer tout la force de caractère qu'on possède pour ne pas se révolter. Une fois que j'ai dompté mes nerfs et calmé mon esprit, que je peux me livrer à quelques pensées saines je monte à mon observatoire sur la passerelle, et là je donne libre cours à ma pensée. Bien entendu elle est rendue aussitôt à la maison, et je reste ainsi quelquefois, regardant sans voir repassant dans mon esprit toutes les joies du passé et comme c'est trop beau, et que cela me fait plaisir, le tableau ne dure pas. J'entends un avion qui passe et qui me rappelle à la réalité, et c'est alors que commence pour moi la journée triste et morose. Je regarde autour de moi et cherche à tribord à bâbord quelque chose qui soit intéressant, mais non toujours le même tableau. Là-bas dans le Sud la pointe de la Citadelle et la ville de Corfou, Un tas de maisons sans élégance aux toits sales, de ...................... (5 ou 6 mots effacés) Vido en face avec son grand cimetière où sont ensevelis les malheureux Serbes morts de misère et de faim. Ils dorment maintenant leur dernier sommeil en compagnie de quelques marins français leurs sauveurs. A l'ouest le Lazaret avec son fort grec et sur sa pointe sud la batterie de 75 contre avions. Tout autour de nous d'un côté c'est la terre de Corfou terre nue ou presque, stérile, couverte ça et là dire quelques touffes de verdure composées de pins, d'oliviers et d'orangers entremêlés. De l'autre côté la terre aride de l'Albanie, se détachant sur le ciel, en montagnes, dont les crêtes sont couvertes de neiges, qui brille par les rayons du soleil reflétés par sa blancheur. Plus près de moi mon attention est attirée par le cri d'une bande de goélands et de mouettes qui par centaines voltigent autour des cuirassés, piquant sur une miette de pain qui flotte sur l'eau et qu'ils attrapent en plein vol. Ils s'enfuient ensuite avec l'aubaine poursuivis par d'autres et je ne peux m'empêcher d'un geste de pitié en constatant que dans ce monde comme dans le notre c'est la guerre, c'est la lutte pour la vie. Ils font en petit ce que nous faisons en grand. Ils font instinctivement ce que nous faisons intelligemment.

Et c'est ainsi que s'écoule la vie et c'est ainsi que passent mes dimanches, où pour me distraire je cherche à m'intéresser à tout et à penser, mais trop de pensées envahissent mon cerveau, pour que je puisse les étaler sur ce cahier.

Texte de la deuxième carte postale que j'insère au carnet : « Corfou Cuirassé PROVENCE 21-12-17 Mon cher filleul Je t'envoie la photo de mon bateau et dedans pleins de souhaits pour toi. Je te souhaite de grandir d'être bien sage, obéissant, intelligent Je te souhaite un bel avenir et une vie heureuse une bonne santé Je ne t'envoie pas tes étrennes mais ta marraine No 2 t'en enverra pour moi. Elle est bonne et gentille il faut l'aimer comme tu aime ton parrain de tout ton petit cœur Je t'embrasse bien fort Ton parrain qui t'aime; Signature : François Le Garignon; Adresse : Monsieur Cyril Le Garignon à coin Varin St Pierre Jersey »

Décembre 24 - 17 C'est le jour de Noël jour de fête. La grande famille c'est à dire les chrétiens fêtent la naissance de l'enfant Jésus, le fils de Dieu, celui qui est mort sur la croix après avoir donné à ses croyants une religion, c'est cette religion qui a servie de base à la civilisation. Aujourd'hui cette fête sera pour nous bien triste comme celles de 1914 et 1915, mais qu'importe le devoir avant tout. Enfin le DIDEROT et la LORRAINE sont arrivés, c'est maintenant notre tour de partir pour le beau pays de France, retrouver les êtres chers. Ce matin j'ai vu disposer les radeaux les mettre au poste de mer et les brises-lames sont envoyés à la forge pour être redressés car ils avaient été tordu l'année dernière par les paquets de mer. Comme il fait un fort vent tous les jours on prend des précautions pour la mer. Enfin je vais donc revoir ceux que j'aime! me reposer un peu du service. Non je n'ose y penser de peur que ce ne soit pas vrai! Les ordres changent si vite ici, qu'on passe instantanément de la joie à la déception.

Je viens d'apprendre par un ami du MAMELUCK que le CHATEAURENAULT vient d'être coulé. Le CHATEAURENAULT un vieux corsaire qui faisait les voyages de Salonique à Taronte (difficile à lire) et Tarente (idem) (Théa grec) ressemblait beaucoup à un paquebot; il transportait des troupes et de permissionnaires. En passant près de Patras pour aller à Théa il faut qu'il traverse un détroit et c'est dans ce détroit qu'il a été torpillé. À la 1ère torpille il n'avait pas trop souffert et il coulait très lentement, c'était presque imperceptible, mais pendant que le MAMELUCK et le LANSQUENET qui l'escortaient prenaient les passagers à leur bord, le sous-marin ennemi leur a lancé une 2ème torpille et c'est alors que le MAMELUCK ayant vu le sillage, a largué le CHATEAURENAULT et a couru sur le sous-marin. Il lui a lancé 2 grenades qui ont bloquées un gouvernail et les hélices; il a remonté en surface 2 minutes après pour les débloquer. Le MAMELUCK a couru dessus de nouveau. Il l'a vu qui passait à 3 m du bord. Aussitôt le commandant fait ne arrière à toute vitesse il mouille la grenade et cette fois le sous-marin a été touché. Il monte en surface et l'armement du canon court à sa pièce mais à peine le canon relevé que le MAMELUCK ouvre le (3 mots manquants effacés) 1er coup le canon est fichu à la mer avec tout son armement. Le reste de l'équipage s'est jeté à la mer et s'est rendu 25 hommes ont été faits prisonniers y comprit le commandant et l'officier en second; ce dernier parlait très bien le français. Aussitôt que le sous-marin a coulé, les soldats qui étaient à bord du MAMELUCK voyant hisser le pavois ont criés « Vive le MAMELUCK vive la France_ et les boches ont piqués un fard, ils sont restés hébètés par ce cri de _PAROLE_Vive la France » car chez eux il n'y a plus beaucoup de patriotisme. Un des marins c'était le quartier-maître électricien du bord du sous-marin boche, a embrassé le vaguemestre du MAMELUCK avant de débarquer. Il était content d'être prisonnier, mais quelle frousse ils ont de nous. Ils croyaient qu'on allait les tuer tous, ils ont dans le crâne l'idée que les français ne font pas de quartier; et qu'ils massacrent les prisonniers. Aujourd'hui le Guichon est arrivé pour remplacer le CHATEAURENAULT. Lui et le Jurien de la Gravière l'ont paré belle plus d'une fois depuis le commencement de la guerre. Ils sont toujours en mer, et comme ils commencent à être vieux ils ne donnent plus leur vitesse normale. Étant neufs ils ont donnés 25 à 26 nœuds et maintenant ils donnent à peine 20 et même 18.

1918

Nous voilà lancés dans la 4è année de guerre et rien ne fait prévoir la fin. De notre côté nous devenons de plus en plus fort et malgré la guerre sous-marine nous dominerons l'ennemi. La Russie s'est détachée de nous de force car la révolution l'a bouleversée et l'anarchie régnant sur le front comme à l'intérieur elle est incapable de se battre, elle ne peut pas non plus signer la paix vu qu'elle n'a pas un gouvernement stable, et qu'elle est loin d'en avoir un. Comment tout ceci se terminera-t-il pour elle, hélas il est bien difficile de le deviner mais c'est une nation ruinée et qui ne se relèvera que très difficilement. Maintenant je ne puis exposer journellement dans ce carnet la vie d'ici car elle est tous les jours la même, et le temps manque pour écrire, car presque toutes les journées sont prises par les exercices et les corvées de toutes sortes.

Enfin demain nous partons pour où ? Nul ne le sait de l'équipage, car les appareillages sont gardés secrets, mais tous nous avons hâte de savoir car on espère aller en France. 7-2-18 Nous voici au poste d'appareillage et tous les cœurs sont joyeux car déjà à travers l'espace la pensée s'est transportée la bas au beau pays natal, on fait déjà des projets, une programme très chargé pour la permission. On voit d'un bon œil le séjour la bas qui près de ses vieux parents qui près de sa fiancée, qui près de sa femme et tous parient que l'on va en France.

Le 8 à 7 heures du matin. Adieu les beaux projets adieu les heures exquises et la permission, quelle désillusion ! En nous réveillant après les 4 heures de sommeil de la nuit nous avons la grande déception de voir que nous sommes en face de Malte. Tant pis la perm est retardée voila tout, il faudra attendre chacun son tour. À 8 h. 5 un hydravion vient vers nous et il nous fait du scot (difficile à lire), mais il est très difficile d'interpréter ses signaux. Les torpilleurs à leur tour font des signaux à bras. L'hydravion voyant qu'on ne le comprend pas s'éloigne je le suis des yeux pendant que tout le monde s'occupe des signaux des torpilleurs. Tout à coup je le vois qui tourne sur place et j'abaisse mes jumelles vers la mer, alors j'aperçois un sillage et presque aussitôt une bombe explose. C'est un sous-marin qui nous attendait. Aussitôt je crie « Un sous marin à tribord » et le commandant fait à gauche 15 le bateau tourne sur place un coup de sonnerie à la machine et le voilà qui file à 300 tours à la minute, en même temps les pièces sont chargées. Le torpilleur Tonkinois cour sur le sous-marin et voila l'affaire du sous-marin manqué. Il ne nous aura pas encore cette fois car nous sommes rentrés dans le chenal protégé par des champs de mines.

Le 9 nous rentrons au bassin où nous restons 3 jours J'ai été à terre c'était le carnaval, il y avait quelques masques, j'ai fait mes achats et je suis rentré à bord. Le 13 approvisionnement charbon et mazout et le 14 (ou 16 ?) en route pour Corfou et nous voilà arrivés sans encombre après un beau voyage. Maintenant la vie va recommencer et on ne pense plus voir le bateau aller à Toulon. Les paris sont perdus mais il n'y aura pas beaucoup de payés, car c'est des paris pour la frime.

19 avril Enfin quelle joie c'est mon tour d'aller en perm à midi je pars à bord du Coste Hélas je n'ai pas de veine arrivés près du barrage on nous fait faire demi-tour et retourner à bord. Les permissions sont suspendues jusqu'à nouvel ordre, c'est à cause de l'offensive Autrichienne. Les trains cumulent et les voies sont encombrées par les convois de troupes qui viennent du front français pour arrêter les Autrichiens. Enfin voici de nouveau le jour du départ 29 avril, je ne suis pas trop fier de peur de faire encore demi-tour. Non cette fois nous embarquons sur le transport Rouen, vers 6 heures du soir nous partons accompagnés de 2 contre torpilleurs et de l'Évangéline. En sortant du barrage l'Évangéline se jette dessus et nous le laissons là se dépêtrer et nous continuons sur Tarente. Le 30 nous arrivons à Tarente par beau temps on nous embarque sur un chaland pour aller au camp qui se trouve sur une colline. Ce sont des tentes en toile que nous avons comme abri et de la paille pour dormir. Il fait froid la nuit et il est impossible de dormir, aussi on se distrait de notre mieux on a acheté du vin et on boit pour nous réchauffer et on chante pour faire passer le temps. Le 1er mai nous embarquons dans le train et à 5 heures nous démarrons. Le train s'arrête souvent et se gare pour laisser passer d'autres convois. Il n'y a qu'une seule voie. Le pays est très accidenté et très pauvre pendant le 1er jour de voyage jusqu'à Foggia. À partir de Foggia nous longeons un fleuve pendant toute une journée faisant les contours de la vallée Le fleuve est presque à sec mais on voit par sa largeur et les criques, que par moment il doit être un torrent. On voit ça et là au haut des montagnes ou sur leurs flancs de petits villages perchés comme des nids d'aigle et on se demande par quelles communication ils se joignent entre eux. Dans les gares on ne trouve que des marchands d'œufs et de vin. Ils nous vendent 4 f. la douzaine d'œufs et 3 f. la fiasque. La fiasque c'est une bouteille contenant un peu plus de 2 litres. Enfin nous arrivons à Livourne on débarque et nous allons loger dans une vieille caserne en ville. Encore de la paille pour dormir mais au moins on va pouvoir se caler les joues et manger quelque chose de chaud. Depuis 2 jours nous n'avons mangé que du pain et des conserves qui nous ont été distribués à Torente. J'ai sorti en ville le soir mais elle n'est pas intéressante. On y remarque cependant quelques vieilles statues. Nous avons soupé dans un restaurant, très bien servi et pas trop cher. Le 4 nous repartons cette fois pour Gênes. On nous a ravitaillé en pain et en conserves. À une demi heure de Livourne nous nous arrêtons à Pise que les Italiens appellent Spezzia. Du train on aperçoit très bien la tour penchée. De tous les côtés elle est penchée et dirait-on prête à tomber. On se demande comment elle peut tenir ainsi depuis une centaine d'années.

(NDR : Plusieurs pages blanches puis tout à la fin du cahier, un poème à sa cousine Eugénie)

À ma petite amie Eugénie
Loin de toi Oh ma jolie blonde
Et de mon pays bien-aimé
Parcourant la mer profonde
Sans cesse par elle bercé
Je fouille l'horizon sans fin
Cherchant à découvrir l'ennemi
Torpilleurs, aéroplanes ou sous-marin
Mais rien ne trouble le silence de la nuit
Alors rompu par le quart et la veille
Et puisqu'il ne faut pas s'endormir
Je cherche à vaincre le sommeil
En rêvant à ton éternel sourire
Mes yeux à travers l'espace te voient triste préoccupée
Ton regard fixe l'esprit errant
Fouille le fond de toutes les tranchées
Que cherche-t-il ? Un cœur aimant
Qui la bas bravement fait son devoir
Encouragé par la présence d'une douce image
Dont il garde au cœur l'espoir
Qu'elle lui est restée toujours fidèle et sage
Mais! qu'est-ce ? Je vois de tes yeux bleus
Doucement s'échapper des larmes
Ah je vois! Oh grand Dieu!
Dans la tranchée on a crié aux armes
Et le corps inerte du cher aimé
Est là reposant sur la terre bénie
Une balle prussienne, traitreuse l'a frappé
Et ton pauvre cœur n'est-ce pas l'a senti
Maintenant c'est fini tu n'as plus de courage
Pour toi sur la terre plus de bonheur
Tu voudrais avec lui traverser les nuages
Pour dans le ciel le serrer sur ton cœur
Non tout n'est pas fini, espère!
Il reste encore des devoirs à remplir
Aider ta maman, soulager les misères
Tu y trouveras, bonheur, joies et plaisirs

Faite à bord de la PROVENCE le 2-6-17