BOUGAINVILLE - aviso - Classe «BOUGAINVILLE»
Chantier : Forges et Chantiers de la Gironde (Bordeaux, France)
25 avril 1931 (Lancement)
15 février 1933 (Mise en service)
 09 novembre 1940
courriel Contacter l'association au sujet de cette unité...


Marins à bord...

Date inconnue

LAIDET G.

Embarquement pour l'année 1932

LASSAVE P.

Embarquement pour l'année 1935

Mai : THOMAS M.

Embarquement pour l'année 1939

Mai : SALOMON-KOECHLIN H.
Juin : MESTRE P.

Embarquement pour l'année 1940

Janvier : BOUILLON M.
Octobre : BERNARD P.
Novembre : PINGET C.

Opération(s) en relation avec cette unité...

Ralliement de l'AEF (Libreville)

Journal de bord...

Dates Evénements
     Numéro de coque : BL
1932Armateur : Marine nationale (FRANCE)
01/03     Armé pour essais
12/06/1933Arrive à Diégo-Suarez, Station du sud de l'océan Indien, La Réunion, Maurice, Sumatra et Java
11     Abordé par un cargo anglais au large de Beira
1935Beyrouth, Bizerte et Alexandrie
30/08/1939Djibouti
09/11     De Diégo-Suarez à Toulon (Escorte de sous-marins)
12     Basé dans l'Océan Indien, rejoint Toulon
03/1940Carénage à La Ciotat
12/04     Rallie Casablanca
29/08     Rallie Dakar
10/09     09/11/1940RALLIEMENT DE L'AEF (Ralliement de l'AEF (Libreville)) (Se trouve à Libreville (Gabon))
09/11     Lors d'un court combat, détruit au canon le SAVORGNAN DE BRAZZA devant Libreville puis s'échoue à l'état d'épave devant Libreville.
13/03/1941Coule lors d'une tentative de renflouement
1952Démoli



Photographies, numérisations, etc.

© 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER



Caractéristique(s)...

 Déplacement : 1 969 tW 2 156 tonnes (normal) 2 600 tonnes (pleine charge)
 Dimensions : Longueur : 103,70 m hors tout Largeur : 12,70 m Tirant d’eau : 4,80 m
 Propulsion : Deux moteurs diesel Burmeister & Wain ou Sulzer – 2 hélices
 Puissance : 3 200 cv
 Vitesse (en noeud) : 15,5 nd
 Combustible : 297 tonnes
 Autonomie (en jour) : 13 000 milles à 8,5 nd - 7 600 milles à 14 nd
 Effectif : 14 officiers et 121 hommes (paix) - jusqu'à 183 officiers et hommes en temps de guerre


Armement(s)...

Artillerie principale
    3 canons de 138 mm/40 (3 tourelles simples)
Artillerie antiaérienne
    4 canons de 37 mm AA (4 canons simples) 6 mitrailleuses MG
Mine
    50 mines
Aviation embarquée
    1 hydravion GL 812 de l'escadrille HS 7

(N°250)

Témoignage...

Auteur Étienne SCHLUMBERGER le 21 octobre 2006

En Grande-Bretagne en juillet et août 1940 Étienne SCHLUMBERGER tente de persuader les marins français rassemblés par les anglais dans des camps près de Liverpool de continuer le combat.

Lors de l'expédition de Tentative de ralliement du Sénégal, il fait parti, le 23 Septembre 1940, de l'équipe des parlementaires conduite par le commandant Georges Thierry D'ARGENLIEU. La vedette à bord de laquelle il a pris place est atteinte de plusieurs balles : le commandant Georges Thierry D'ARGENLIEU est blessé. Il tente ensuite de débarquer à Rufisque (Sénégal), au cours d'une riposte de la terre, trois de ses hommes sont tués.

Le COMMANDANT DUBOC amène le général Charles DE GAULLE à Douala le 8 Octobre. Il embarque sur le SAVORGNAN DE BRAZZA avec le commandant Georges Thierry D'ARGENLIEU pour le Gabon : le BOUGAINVILLE, aviso de « Vichy », qui avait ouvert le feu, est malheureusement détruit le 09 Novembre. Il contribue au ralliement de Port-Gentil (Gabon).

En Janvier 1941 il remplace comme officier en second le lieutenant de vaisseau Georges ROSSIGNOL désigné pour le SURCOUF. Ce dernier disparaîtra avec le SURCOUF.

Le COMMANDANT DUBOC part en mission en mer rouge : Massawa (Érythrée) est prise le 17 Avril 1941. Il retourne ensuite vers la Grande Bretagne par La Cap. Lors de l'escorte d'un convoi entre Freetown (Sierra Léone) et Gibraltar (Espagne), le 22 Septembre, le cargo SILVER BELL ne peut être sauvé.

Plus tard la majorité d'un convoi de Gibraltar (Espagne) vers la Grande Bretagne est détruite :
• il y a de très nombreuses pertes dont le COSSACK et l'ARIGUANI,
• les 23 et 24 Octobre 1941 le COMMANDANT DUBOC parvient à sauver soixante dix-sept rescapés.

En Février 1942, il embarque sur le sous-marin JUNON comme second du commandant Jean-marie QUERVILLE pour de nombreuses patrouilles dans les fjords norvégiens à partir de Dundee :
• le 15 Septembre 1942 débarquement de commandos au fond de BJËRANFJORD pour détruire la centrale hydraulique de GLOMFJORD,
• le 19 Octobre torpillage devant BODÔ,
• le 17 Novembre débarquement d'armes et de matériel radio à MEFJORD dans l'île de SENJA.

Le 25 Mars 1943, il prend le commandement du sous-marin JUNON. Le 12 Mai 1944, il part pour l'AFRIQUE du Nord. La JUNON est désarmée à Oran (Algérie) le 11 Août.

En Novembre 1944 il est nommé au commandement du sous-marin MORSE, en armement, cédé par les Anglais. Il rentre en FRANCE en Janvier 1945. Il fait partie de l'État-Major de l'amiral Nord.

Après la capitulation de l'Allemagne, il entre au Haut Commissariat en Indochine comme chef du bureau fédéral de documentation. Il est nommé directeur des études à l'ÉCOLE NAVALE. Il commande le SÉNÉGALAIS puis le KLEBER.

Il quitte la Marine en 1953 avec le grade de capitaine de frégate.

Son pire souvenir est en arrivant à Alger (Algérie) avec le sous-marin JUNON, on refuse de lui serrer la main devant le front des troupes lors des cérémonies officielles.