JEAN BART - cuirassé - Classe «RICHELIEU»
Chantier : Ateliers et Chantiers de Saint-Nazaire-Penhoët (Saint-Nazaire-Penhoët, France)
06 mars 1940 (Lancement)
01 mai 1955 (Mise en service)
 16 janvier 1968
courriel Contacter l'association au sujet de cette unité...


Marins à bord... (2)

Date inconnue

CLAD F.

Embarquement pour l'année 1935

Juillet : BOYER J.

Embarquement pour l'année 1940

LE QUERNEC H.
Avril : ROMAIN R.
Juin : RONARC'H P.
Juillet : MOHAMED M.
Août : CHARPENTIER J.
Décembre : LE MOIGNE J.

Embarquement pour l'année 1941

Août : BARTHES ?.

Embarquement pour l'année 1942

AUDREN J. -  CARADEC L. -  GRALL R. -  GUINARD P. -  HARROUET M. -  LE PAIH ?. -  MERTENS M. -  NIVOLON ?. -  POUWELS R. -  QUÉRÉ C. -  TORCATIS G. -  VASSE J.
Janvier : MORDELLET F.
Novembre : COZIAN A.

Embarquement pour l'année 1943

Février : TALLEC L.
Mars : DE LA FOURNÈRE
Août : GAY P.
Octobre : PILLET R.
Novembre : ROMAIN R.

Embarquement pour l'année 1944

Janvier : DURAND H.
Août : BOHEE Y. -  COUTURIER J.

Embarquement pour l'année 1945

ABALÉA P.
Février : RABILLER J.
Mars : ANSALDI C.

Embarquement pour l'année 1947

Avril : DELATTRE
Juin : DURAND H.

Embarquement pour l'année 1948

Février : REGNAULT M.
Juin : ROBIN
Novembre : THOMAS M.

Embarquement pour l'année 1950

Janvier : THOMAS M.
Avril : CIRIER

Embarquement pour l'année 1951

LE SAOÛT M.
Février : MUSELLEC J.
Décembre : LEFEVRE

Embarquement pour l'année 1953

Mars : TALLEC L.
Juin : BARNOUIN

Embarquement pour l'année 1955

Mai : DIGARD

Embarquement pour l'année 1956

Janvier : MUTIN R.
Novembre : DUPUIS

Embarquement pour l'année 1957

Janvier : SALMON
Novembre : CHEVILLOTTE

Embarquement pour l'année 1958

Janvier : GISQUET

Embarquement pour l'année 1959

Août : PELOIS R.
Novembre : GHILINI

Embarquement pour l'année 1961

Décembre : DE MUIZON

Embarquement pour l'année 1964

Février : BOUVET DE MAISONNEUVE

Embarquement pour l'année 1966

Juillet : WALTER

Embarquement pour l'année 1968

Mai : GUTTINGER

Embarquement pour l'année 1969

Décembre : FRANÇOIS

Opération(s) en relation avec cette unité...

Débarquement Allié à Casablanca

Journal de bord...

Dates Evénements
01/01/1937Mis sur cale
06/03/1940Armateur : Marine nationale (FRANCE)
09/06     22/08/1941RONARC'H Pierre-Jean (Commandant)
Fin de montage des deux turbo-dynamos de 1 500 kW
12/06     Premier allumage de la 1re chaudière du 1er groupe
13/06     Premier allumage de la 2ème chaudière du 1er groupe
15/06     Premier essai de l'appareil à gouverner
16/06     Premier allumage de la 3ème chaudière du 1er groupe
18/06     Mise en service d'une turbo-dynamo
Les arbres sont reliés aux turbines
Quelques pompes d'épuisement sont installées et disponibles
Les réseaux téléphoniques et les transmetteurs d'ordres fonctionnent
19/06     Quitte Saint-Nazaire à destination de Casablanca après un exploit de tout le personnel du chantier
22/08/194113/03/1943BARTHES Émile (Commandant)
08/11/1942Endommagé par le cuirassé américain MASSACHUSETTS lors de l'opération Torch - Attaqué par l'aviation, reçoit une bombe de 500 kg qui ouvre une brèche importante dans sa coque - Sa dernière tourelle encore en fonction est démontée pour être transférée sur le RICHELIEU en 1943
11/11/1942TORCH (Débarquement Allié à Casablanca) (Endommagé par le cuirassé américain MASSACHUSETTS lors de l'opération Torch - Attaqué par l'aviation, reçoit une bombe de 500 kg qui ouvre une brèche importante dans sa coque)
1943Sa dernière tourelle encore en fonction est démontée pour être transférée sur RICHELIEU
17/03     25/03/1945DE LA FOURNÈRE (Commandant)
22/02/1945La décision est prise de le réparer et de le terminer contre l'avis de certains amiraux qui voudraient le voir transformer en porte-avions
11/03/1946Début des travaux à Brest
25/03/194518/04/1947ANSALDI Charles (Commandant)
18/04/194701/06/1948DELATTRE (Commandant)
01/06/194823/04/1950ROBIN (Commandant)
01/1949Mis en service - Sert de bâtiment-école
23/04/195006/12/1951CIRIER (Commandant)
06/12/195129/06/1953LEFEVRE (Commandant)
29/06/195331/05/1955BARNOUIN (Commandant)
31/05/195527/01/1957DIGARD (Commandant)
09/11/195627/01/1957DUPUIS (Commandant)
28/01/195718/11/1957SALMON (Commandant)
18/11     04/01/1958CHEVILLOTTE (Commandant)
04/01/195818/11/1959GISQUET (Commandant)
18/11/195920/12/1961GHILINI (Commandant)
20/12/196101/02/1964DE MUIZON (Commandant)
01/02/196421/07/1966BOUVET DE MAISONNEUVE (Commandant)
21/07/196625/05/1968WALTER (Commandant)
25/05/196818/12/1969GUTTINGER (Commandant)
18/12/196914/01/1970FRANÇOIS (Commandant)



Photographies, numérisations, etc.

© 2006-2018 ALAMER
JEAN BART : inachevé
© 2006-2018 ALAMER
JEAN BART (M. Francis RAULIN (André RAULIN) )
© 2006-2018 ALAMER
Claude DOGNIN et des marins du JEAN BART (Famille DOGNIN)



Caractéristique(s)...

 Déplacement : 35 000 tW 46 500 t (normal) 49 850 t (pleine charge)
 Dimensions : Longueur : 247,85 m Largeur : 35,43 m Tirant d’eau : 9,22 m
 Propulsion : 4 turbines à engrenages Parsons - 4 hélices - 6 chaudières Indret
 Puissance : 165 000 cv
 Vitesse (en noeud) : 32 nd
 Combustible : 6 476 tonnes de carburant
 Autonomie (en jour) : 9 836 milles à 16 nd - 8 253 milles à 20 nd - 3 448 milles à 30 nd
 Effectif : 1 348 officiers et hommes portés à 1 569 en temps de guerre - 2 134 officiers et matelots avec armement antiaérien


Armement(s)...

Blindage
    Ceinture 250 à 340 mm, cloisons longitudinales des soutes à torpilles 32 à 52 mm, pont principal 150 à 170 mm, pont intermédiaire 35 à 50 mm, tourelles principales 170 à 445 mm, tourelles secondaires 70 à 130 mm.
Artillerie principale
    8 canons de 381 mm/45 Mod 35 (2 tourelles quadruples)
Artillerie secondaire
    9 canons de 152 mm/55 Mod 36 DP (3 tourelles triples)
Artillerie antiaérienne
    12 canons de 100 mm/45 Mod 31 AA (6 tourelles doubles) 8 canons de 37 mm AA (4 canons jumelés) 16 mitrailleuses de 13,2 mm (4 batteries quadruples)
Aviation embarquée
    4 hydravions Loire 130 M avec 2 catapultes
Projecteur
    5 projecteurs de 120 cm

(N°5189)

Récit des combats pour la libération de GRUSSENHEIM du 27 au 28 janvier 1945

Auteur François CLAD le 22 juillet 2007

Après l'intermède de la Lorraine, la revient en Alsace. Mon escadron, le 2ème du RÉGIMENT BLINDÉ DE FUSILIERS MARINS (ou) RBFM, s'installe à Bernardswiller le 20 janvier 1945. Nous apprenons que nous allons être engagés pour la liquidation de la poche de Colmar. Nous profitons de cet arrêt pour fourbir nos armes et camoufler en blanc hommes, chars et autres véhicules. C'est la couleur du temps !

Le 24 janvier le 2ème peloton dont je fais partie fait mouvement sur Sélestat. Nous sommes affectés au sous-groupement PUTZ. Le 27 janvier vers 06H30 nous roulons vers Guémar. Premier arrêt au carrefour devant ce village où une file de scout-cars nous croise. Ce sont les fusiliers-marins du 2ème escadron du 1er RFM de la 1ère DFL. Nous repartons et traversons Guémar. Les souvenirs m'assaillent. Toute cette région du Ried m'est familière. En été 1937, avec mon père, nous y avions fait des parties de pêche mémorables. D'autant plus que c'étaient les dernières avant mon départ pour la Marine et l'ÉTABLISSEMENT DES PUPILLES DE LA MARINE. J'avais alors un peu plus de 14 ans.

Nous continuons vers Nlhaeusern où le sous-groupement franchit l'Ill et se dirige vers le carrefour 177 Nord. Il se déploie pour progresser en direction de la rivière Blind et du village de Grussenheim. L'attaque est menée par un bataillon de la Légion Etrangère. Dans mon secteur elle est appuyée par la 2ème section de chars Sherman de la 2ème compagnie du 501ème RCC formée par l'ULM, l'AVERSTAEDT et le BAUTZEN et par le TD PHOQUE qui les soutient.

Le décor est en noir et blanc, sinistre à souhait. Noires sont les carcasses brûlées des chars Hornisse, TD, Sherman et autres véhicules qui parsèment les alentours du carrefour 177 Nord. Noirs aussi sont les bois, bosquets et haies dépouillés qui nous entourent et s'échelonnent devant nous vers l'horizon incertain et menaçant. Blanc, l'épais manteau de neige qui recouvre toute chose.

Nous avançons lentement, la Légion est déployée devant nous à moins de 100 mètres. Les hommes progressent péniblement, par groupes et demi-groupes, le long des haies ou à découvert. Dans ma lunette de visée je suis près d'eux à les toucher. Lourdes silhouettes kaki foncé; aucun camouflage. J'en ai le coeur serré. Puis le décor s'anime et se sonorise. L'artillerie ennemie donne de la voix et ses feux se feront de plus en plus meurtriers. Cela durera jusqu'au soir. Les mortiers s'y mêlent aussi, bientôt épaulés par les courtes rafales rageuses des mitrailleuses MG42-43. Toutes les variations de la symphonie guerrière nous arrivent par la tourelle. Des sifflements, des explosions, des geysers, des petits cratères de neige sale. Devant nous, autour de nous, des hommes tombent et meurent. D'autres courent pour un abri, une protection.

À travers ma lunette de tir je fouille le paysage à la recherche du moindre indice ennemi. De l'autre côté du canon me parviennent les jurons du Vieux. C'est le QM1 chauffeur BELFILS (ou) BELFIS, notre chef de char. Il a 34 ans, solide comme un roc, un vrai loup de mer. L'équipage et les anciens du régiment le surnomment ainsi, affectueusement. Pour le moment, la cagoule blanche lui couvrant le buste, il est penché en dehors, les yeux vissés aux jumelles, il ne cesse de scruter le terrain. Justement, un officier de la Légion l'interpelle :

« Qu'est-ce que vous attendez pour tirer ? »

Il répond :

« Nous ne demandons pas mieux, donnez nous un objectif. »

L'officier s'en va en haussant les épaules.

Doucement la neige s'est mise à tomber. Je continue ma veille. Un groupe de combat progresse le long d'une haie ... le bruit d'une courte rafale, des hommes s'écroulent, les autres s'éparpillent ou se couchent. J'en vois trois qui courent, s'arrêtent indécis, puis s'agglutinent près d'une haie. Une très courte rafale, ils s'affalent les uns sur les autres, comme au ralenti, formant un tas pitoyable. Un mortier s'est mis de la partie et achève le carnage. La neige tombe maintenant drue, à gros flocons. Peu à peu les corps disparaissent sous le même linceul. La visibilité diminue encore. Malgré tout l'acharnement que nous y mettons, nous ne repérons aucune mitrailleuse. En face, l'ennemi possède l'art du camouflage et sait se battre.

le temps s'éclaircit. Je repère une lueur de départ près d'un ponceau que je gratifie d'un explosif. Malgré ses pertes, la Légion avance et s'infiltre dans les bois bordant la Blind. En fin d'après-midi, nous recevons l'ordre de suivre les chars Sherman qui viennent de nous quitter. Ils déboîtent vers la droite et rejoignent la route qui mène du carrefour 177 Sud au pont de la Blind à l'ouest de Grussenheim. Ils traversent le bois qui te précède en tirant de toutes leurs mitrailleuses. Lorsque nous débouchons, les chars du 501ème sont déjà postés à environ 25 mètres à droite du pont sauté, en amont de la rivière, adossés au bois.

Le Vieux dirige le PHOQUE à gauche, en aval du pont et nous stoppons à quelques pas d'un gué. Les berges sont en pentes douces. L'eau est claire, peu profonde. On distingue les graviers du fond. Le franchissement paraît aisé. Les 4 chars sont donc établis sur la rive ouest, face au village de Grussenheim, à environ 800-1000 mètres, vers lequel serpente la route bordée d'arbres. Il me semble que ce sont des pommiers.

Peu à peu les bruits de la bataille s'apaisent et meurent avec le crépuscule. Tout le monde veille. L'infanterie n'est pas encore arrivée. Soudain, de la berge Est nous parvient le bruit d'un moteur qui démarre, puis le ferraillement des chenilles d'un char qui s'éloigne sur notre gauche vers Elsenheim. Un blindé ennemi qui nous attendait, embusqué à moins de 100 mètres derrière la corne du bois, de l'autre côté de la Blind. Nous nous organisons pour la nuit qui, nous le savons, sera longue et glaciale. Chacun a son arme individuelle à portée de main. La 12.7 et le canon, parés à faire feu. Nous sommes prêts quoi qu'il advienne et une contre-attaque est toujours possible. Puis la Légion arrive et prend position. Des éclats de voix, les coups sourds de pioches qui tentent, en vain, de creuser des trous individuels ou des emplacements d'armes collectifs. Mais la terre est bien gelée sous l'épaisse couche de neige.

La nuit est noire, le froid commence à mordre, tout le secteur est calme. Vers 20H00, des bruits de moteurs se manifestent derrière nous. C'est le Génie qui arrive pour la mise en place d'un élément de pontage sur le pont démoli. L'animation revient. Interjections, appels, coups de masse, la neige qui crisse sous les pas, des silhouettes qui s'agitent dans la lumière intermittente des torches électriques. La veille devient malaisée. En face, les Allemands sont sûrement alertés. Le QM1 chauffeur NARCÈS, conducteur du char, lance les 2 moteurs diesel, 200 CV chacun, pour les réchauffer. Avec le froid qui s'installe, il faudra renouveler souvent cette opération bruyante. Vers 21H30, réveil du côté de l'ennemi. Des bruits inquiétants de moteurs et de chars qui manoeuvrent nous parviennent. Le Génie s'affaire autour du pont.

Soudain, vers 22H00, c'est le déchaînement de l'artillerie ennemie. Nous sommes en plein dans la tempête. C'est un déferlement d'explosions, d'éclairs, de sifflements. Un rugissement assourdissant dont le souffle s'engouffre par la tourelle ouverte. De l'intérieur m'arrive le bruit mat des éclats qui frappent et qui ricochent sur le blindage. Nous sommes littéralement matraqués, sonnés. Puis il y a une brève accalmie. Un des Sherman sur notre droite brûle. Tout près, les cris, les appels, les plaintes des blessés. Instinctivement, je me suis éjecté de la tourelle. Deux ombres tombent à côté de moi. C'est le Vieux et le matelot fusilier René LOISEL, le chargeur. Le chef de char m'interroge :

« Qu'est-ce qui se passe ? »

Je lui réponds :

« Mais qu'est-ce qu'on fout là, on ne va pas se laisser faire ? »

Je viens de réaliser que nous sommes là, les pieds dans la neige ! Les autres aussi ont repris leurs esprits. D'un bond, chacun se retrouve à son poste. NARCÈS, le conducteur et le QMl mécanicien RAMONET qui fait office de radio et d'aide conducteur sont assis à l'avant à nos pieds. Ils ne se sont aperçus de rien. Je balance ma tourelle le long de la lisière de Grussenheim. Elle s'illumine et clignote de feux divers : départs de chars ou anti-chars, départs de canons légers, sans doute anti-aériens de 20 ou 30 mm, un affût double aussi, dont les obus traçants accourent vers nous en une double trajectoire, curieusement courbe ou sinueuse, suivant le pointage. Beaucoup de mitrailleuses, certaines très proches qui égrènent leurs traçantes. Plusieurs chars se manifestent. Lorsque l'un ou l'autre tire dans notre axe, c'est la flamme de départ dans la lunette et instantanément le fracas de l'explosion autour de nous. L'artillerie ennemie continue à nous expédier salves après salves.

Nous décidons, le Vieux et moi, de nous faire un peu d'air et de nettoyer les abords immédiats. Je tire à obus explosifs, au jugé. Sur la rive opposée, dans le bois sur notre gauche, puis dans la corne du bois devant nous, puis dans les pommiers qui bordent la route. Sur notre droite, les chars de la 2ème Section du 2/501ème RCC crachent le feu. J'ai l'impression que nous formons avec eux comme un îlot d'acier, un hérisson qui lance ses dards et se démène furieusement.

Maintenant, je me concentre sur les objectifs en bordure du village. Pas question de se servir des graduations de la hausse dans la lunette car les éclairs sont trop fugaces. L'oeil rivé à ma lunette, je manoeuvre les volants de pointage et me rapproche le plus possible d'un départ. Puis j'attends le prochain et rectifie en une fraction de seconde. Lorsque la flamme de départ me paraît bien centrée, je tire un perforant ou deux. Nous gardons sagement les obus explosifs pour la défense rapprochée.

Ainsi je vais d'un char à l'autre pour revenir sur les objectifs près du pont. Le plus facile, c'est les canons anti-aériens. Il me suffit de remonter jusqu'à la source des traçants. Nous sommes en pleine action. La culasse claque, le canon tonne, la douille éjectée tinte sur le parquet du char, l'odeur excitante de la poudre me chatouille les narines. Je crie :

« Perforant ou explosif ? »

J'entends le bruit du chargement puis, aussitôt, la voix de René LOISEL, le chargeur qui répond :

« Paré ! »

René LOISEL a vingt ans, il vient de se marier. RAMONET l'est également, il en a vingt cinq. Tous les deux volontaires, ils viennent d'embarquer sur le PHOQUE en remplacement des matelots BUTTIGIEG et BÉNÉDIC (ou) BENEDICT, versés sur d'autres TD en manque d'effectifs. C'est leur premier combat !

Vers minuit les feux de l'artillerie et les tirs des chars ennemis deviennent sporadiques, puis cessent. Dans le silence revenu, seules persistent les rafales de mitrailleuses, non devant nous, mais sur l'arrière de nos ailes. Au bout d'un moment nous avons nettement l'impression que l'infanterie allemande s'est infiltrée par la. Autour du pont pas un bruit, pas une voix. Le Sherman sur notre droite ne brûle plus depuis un moment. Nous appelons la Légion. Pas de réponse. Manifestement, il n'y a plus personne. Peut-être sont-ils derrière nous dans le bois ?

Quelques déchirures dans le ciel nous apportent un peu de clarté lunaire. Il doit être 01H00 du matin. NARCÈS et RAMONET nous préparent des breuvages chauds : café, cacao. La flamme bleue du réchaud vacille sur le parquet. Le Vieux et moi veillons dans la tourelle. Les autres essayent de dormir. Mais le réchauffage des moteurs n'est pas précisément une berceuse. II fait très, très froid. Nous nous enveloppons pieds et jambes dans les couvertures. Aucun n'arrive réellement à dormir.

02H00 du matin. Par moment la lune apparaît et la neige scintille. Je distingue la masse sombre du village. Le long de la route les pommiers ont pris un sacré coup ! Par endroit, les branchages jonchent les fossés ou la route, formant des taches noires. Sur ma droite, à environ 50 mètres, le groupe des chars Sherman. Pas le moindre coup de feu, c'est le grand silence.

Nous avons tiré nos 27 obus explosifs. Il nous reste une dizaine de perforants. Mes pensées vagabondent, des images m'assaillent, pêle-mêle. Où est le TD MORSE notre équipier ? Où est notre chef de groupe, l'aspirant Edmond MAYMIL. Nous l'appelons Lieutenant, nous l'aimons et l'admirons car il a toujours été avec nous dans tous les coups durs. Le sentiment de faire bloc avec l'équipage et avec ce vieux PHOQUE qui nous a mené bravement depuis les plages de Normandie jusqu'à ma terre d'Alsace qui bientôt sera totalement libérée.

L'émotion m'étreint. Dans quelques jours, je retrouverai mes parents. Là-bas, sur ma droite, à 15 km dans le Sud se situe Colmar où réside ma famille. Je ne l'ai plus revue depuis Noël 1939, lors de ma dernière permission. Et pourtant un jour j'ai choisi de renoncer à elle, de renoncer à mes racines.

Mon esprit revient en arrière. Juin 1940. Je suis embarqué à bord du torpilleur MAMELUK qui vient d'escorter le bâtiment de ligne JEAN BART de Saint-Nazaire à Casablanca. Juste avant l'armistice.

Quelque temps après, le Pacha (CF CHARASSE) convoque les alsaciens et mosellans de l'équipage. L'officier en second (LV DOUGUET) nous informe qu'une note de la commission d'armistice franco-allemande nous met dans l'alternative suivante :
• Soit résilier notre lien et obligation de rejoindre nos foyers dans la zone annexée par le 3ème Reich,
• Ou bien rester dans nos unités après avoir signé une attestation par laquelle nous déclarons renoncer pour toujours à revenir chez nous. J'ai signé. J'avais à peine 17 ans.

La Blind miroite sous la lune. Une joie profonde m'envahit. Peu importe, vivant ou mort, j'aurai retrouvé la terre de mes aiëux.

Ces réminiscences m'aident à rester éveillé, à étaler le coup. Le Vieux, accoudé sur la tourelle est silencieux, songeur. Nous sommes de quart comme autrefois sur la passerelle de nos bateaux. Soudain, il me semble que quelque chose bouge dans le fossé, à la lisière du bois. Le Vieux me passe ses grosses jumelles et saisit son pistolet-mitrailleur. Des masses blanches rampent derrière les branchages abattus. Je vide un chargeur de carabine en ajustant mes coups.

Une demi-heure plus tard, une nouvelle alerte.

Cette fois, c'est sur la route à 80 mètres devant nous. Je tire un autre chargeur. Pas de réaction, sans doute une patrouille ennemie. Il est 4H00-5H00 du matin. La lune s'est voilée. Pour la enième fois nous buvons du café. Nous discutons de la position du char et de sa vulnérabilité lorsque l'aube viendra. Nous décidons de nous asseoir dans le lit de la Blind au prochain réchauffement des moteurs.

Le jour se lève. Nous sommes à défilement de tourelle dans le gué. L'eau ruisselle à travers les chenilles et les galets de roulement du char. Nous pouvons battre toute la lisière ouest du village. À mon avis, une excellente position pour protéger la base de départ et le débouché d'une attaque ultérieure sur Grussenheim. L'infanterie de la Légion Etrangère est revenue. Une nouvelle unité du Génie s'active à la réfection du pont. Le Lieutenant est là. Le Vieux a sauté de l'arrière du char sur la berge et rejoint l'aspirant Edmond MAYMIL. Il lui rend compte des péripéties de notre engagement et de l'état de nos munitions. Dans le bois, derrière nous, des moteurs grondent, des chars manoeuvrent. Des légionnaires à la lisière du bois, dont un officier qui se détache et vient vers nous. Il nous hèle d'une voix forte et impérative :

« Oh! les marins, sortez de là ! »

et puis, d'une voix plus douce, comme pour s'excuser, il continue :

« Si vous ne sortez pas de là, mes gars ne voudront plus marcher. Avancez sur la route ! »

Le Vieux de la berge vient de sauter sur l'arrière du char. Il a entendu.

Sur mon observation que nous allons nous faire allumés, il me répond qu'il faut y aller. Le PHOQUE grimpe la berge Est, rejoint la route et se range le long du fosse gauche. Il est le premier char de ce côté-ci de la rivière à ??H00 du matin de ce dimanche 28 janvier. Derrière nous le pont à environ 25-30 pas. Le sort en est jeté !

Le Vieux fait stopper les moteurs. Je m'inquiète auprès de lui au sujet de nos munitions. Il me dit que le lieutenant va nous en ramener. Nous sommes aux premières loges. Le village est là, devant nous, à portée de main, tout ouaté de blanc. Une belle carte de Noël ou de Nouvel An. Ma lunette fouille et refouille toute la lisière. Rien, pas âme qui vive. Quelle belle cible nous devons offrir. Soudain, les cloches sonnent. L'appel des fidèles, la messe. Je n'en crois pas mes oreilles ! Cela me paraît tellement incroyable après ce qui s'est passé hier et cette nuit que je doute de mon entendement. Mais BELFILS (ou) BELFIS et René LOISEL, eux aussi, paraissent stupéfaits.

Entre 10H00 et 11H00, des bruits de moteurs et de chenilles nous parviennent de Grussenheim. Des chars qui se déplacent, traversent le village ou qui manoeuvrent pour changer de position. Derrière nous, sur la rive Ouest, un char Sherman tire quelques coups de canon. Ce sont des fumigènes qui tombent sur la lisière Sud-ouest du village.

Nous apprenons que les munitions, sont arrivées. Le Vieux saute de la tourelle, franchit le pont et va réceptionner quelques projectiles qu'if vient déposer sur l'arrière du char. Il poursuit son va-et-vient. Je suis en train de sonder le village juste dans l'axe de l'église.

Une flamme, une détonation, le perforant ronfle au-dessus de la tourelle. Je repère une longue volée qui recule derrière une maison. Je tire deux perforants à travers elle. Lentement, je balance la tourelle vers la droite. Une grosse lueur éblouit mon oeil dans la lunette de visée. C'est pour nous. Le PHOQUE sursaute d'avant en arrière sous le choc de l'impact. Je me cramponne à mes volants de pointage et perds conscience. Je me sens bien.

Des images défilent, des scènes de ma prime jeunesse, mes parents, ma famille ... puis plus rien ... comme un film qui casse. J'ouvre les yeux. Je suis vivant et toujours debout à mon poste. Il fait très chaud. Une épaisse fumée acre, étouffante m'enveloppe. J'appelle NARCÈS qui devrait être assis sur son siège au niveau du parquet. Je tâte du pied, mais il n'est plus là. Il m'apprendra plus tard qu'ayant essayé, en vain, d'ouvrir le panneau d'évacuation sous son siège, il avait alors tenté sa chance du côté de RAMONET, où existait le même dispositif. Celui-ci était mort. Dans la fumée, il avait alors empoigné son corps pour le dégager, mais c'était une masse informe, gluant de sang.

Je me retourne vers l'intérieur de la tourelle. Une grosse boule incandescente ricoche d'un bord à l'autre, accompagnée par de plus petites. Curieusement, aucune ne m'atteint. J'appelle René LOISEL et tend mon bras vers sa place, mais rien. Des munitions d'armes individuelles fusent, explosent ainsi que celles de la 12.7. Les moteurs brûlent. J'étouffe. Je saisis le rebord de la tourelle et d'un bond tombe dans le fossé où j'essaie de reprendre mes esprits.

Sifflements de balles, explosions dans le bois. Ce n'est pas le moment de se relever. Je rampe vers la Blind. Il semble que je sois le seul rescapé. Ce n'est pas possible ! A mi-chemin, quelque chose me pousse à faire demi-tour et à revenir vers le PHOQUE qui fume et pétarade. Arrivé sur son arrière, je vois une grosse masse en feu qui surgit de la tourelle et tombe dans le fossé, se roule dans la neige. C'est NARCÈS ! Je l'appelle :

« C'est toi François ? ... je ne vois plus rien ... aide-moi ! »

Me dit-il. Il est sérieusement brûlé : les cheveux, le visage qui est une plaie rouge vif, les paupières sont collées et ne forment plus qu'un trait sanglant. Les mains et les avant-bras sont aussi touchés.

Côte à côte, nous rampons vers la rivière. Nous descendons la berge près du pont. Il y a une couche de glace translucide que je brise avec mes pieds. L'eau nous arrive au-dessus des genoux. Nous traversons courbés, remontons la berge Ouest et, toujours rampant dans le fossé, progressons vers l'intérieur du bois. II y a plein d'engins chenilles et à roues, mais on ne voit personne. Tout le monde est à l'abri car les obus continuent de tomber. Puis, arrive un half-track frappé d'une grande croix rouge qui s'arrête à notre hauteur.

En sort l'aspirant Edmond MAYMIL, tout pâle, qui vient vers nous en disant :

« Mes pauvres vieux. »

Il nous aide à embarquer dans le véhicule et nous roulons vers le carrefour 177 Sud. Il nous apprend qu'il a déjà évacué BELFILS (ou) BELFIS, blessé au ventre et aux mains, alors qu'il était en train d'empiler des projectiles de 76,2 sur l'arrière du char. Je lui rends compte de ce qui s'est passé, qu'un obus perforant de 88 mm a percé le char, sans doute au niveau du barbotin droit, traversant le corps de RAMONET, fauchant René LOISEL et pénétrant dans le moteur arrière gauche en y mettant le feu.

Nous nous arrêtons près d'une tente dressée à l'extrémité d'une très longue haie au pied de laquelle s'aligne, comme à la parade, une impressionnante rangée de cadavres enveloppés de couvertures kaki. Combien sont-ils ? Quarante, cinquante peut-être.

Piqûre de morphine. Je remarque que j'ai des trous et des brûlures sur mon pantalon. L'infirmier ou le médecin qui m'ausculte m'apprend que j'ai trois éclats dans la cuisse droite. D'autres blessés sont là. Le matelot canonnier MOUZARD, un vieux copain alsacien de Herbitzheim, fait irruption dans la tente. Nous échangeons quelques mots. Il me donne un paquet de Camel et file car il doit participer à l'attaque avec le 2ème peloton. Je me retrouve dans une ambulance qui démarre. En face de moi un grand gaillard du 501ème RCC, un officier il me semble. Il est très pâle, les yeux fermés. En dessous de lui, un sergent du RMT, une cuisse avec un énorme pansement rougi de sang. Il tient une photo dans sa main. En dessous de moi, il y a un autre blessé que je ne peux voir.

Arrêt brutal de l'ambulance tout près d'une maison. Violent tir d'artillerie ennemie. Le pont d'Illhaeusern est juste devant nous. L'ambulancière bondit, ouvre une porte, crie et gesticule. Des soldats en surgissent qui empoignent nos brancards et nous déposent dans une grande cave pleine à craquer de légionnaires qui boivent et qui chantent. Il y a des jerricans de vin et aussi de schnaps. Notre arrivée et le fracas des explosions semblent peu à peu tempérer l'ambiance. Au bout d'une demie heure cela se calme et nous repartons.

J'ai dû dormir pendant des heures dans une inconscience totale, J'ouvre les yeux. Un grand couloir, des cloisons en bois, des brancards devant moi, derrière moi. Un éclairage minable, des ampoules nues. Il fait nuit. De temps à autre des soldats nous déplacent un peu plus loin. Par période, une porte s'ouvre vers l'extérieur. L'air froid pénètre, il neige. D'autres blessés viennent prendre place près de nous. Il est 01H00 du matin lorsque l'on m'allonge sur une grande table. Un jeune médecin petit, noiraud et en pleine forme s'occupe de moi. Il me fait une piqûre dans le bras et me parle d'Alger où il est né. Il parle, parle ... et je m'endors.

A mon réveil, il fait jour. Une grande pièce, d'autres blessés autour de moi. À ma droite, une tête bandée, deux joues rouges, des petits yeux bleus qui sourient. Je lui parle. A ma surprise, c'est une femme d'Illhaeusern. Nous continuons en dialecte. Elle m'apprend qu'il y a beaucoup d'autres civils qui ont été tués ou blessés. Par la fenêtre qui me fait face je vois une succession de baraquements. Nous nous trouvons dans le camp d'internement de Schirmeck.

Dans l'après-midi, une ambulance me conduit à Saint-Dié où je passerai 24 heures dans une école avec des parachutistes du 1er RCP, tous blessés à Jebsheim. Enfin, un train sanitaire nous transporte à Vichy, à l'hôtel Radio, transformé en hôpital, sur les bords de l'Allier. BELFILS (ou) BELFIS et NARCÈS ont été évacués ensemble vers un hôpital américain à Rennes. Je ne les reverrai qu'après mon retour d'Allemagne.

Le 30 mars 1945 au soir, c'est le Vendredi Saint, j'arrive à Colmar en stop depuis Nancy. J'ai une permission de convalescence de 20 jours. L'artillerie lourde allemande effectue des tirs de harcèlement sur la ville. Ce n'est que le lendemain que je retrouve mes parents et la famille après plus de cinq ans d'absence et dans de biens tristes conditions.

L'Alsace abandonnée, annexée par l'ennemi, avait dû payer un lourd tribut de sang, de larmes et de dévastations. À l'issue de ma convalescence, je rejoins le bataillon de renfort à Saint-Germain et rencontre peu après à l'École Militaire le LV GUILLON, commandant le 2ème Escadron.

« François CLAD, que faites-vous là ? »

Me dit-il. Je lui explique ma situation. Il poursuit :

« J'ai besoin de chefs de chars, le PHOQUE II vous attend, vous en prendrez le commandement. »

En petit convoi, nous étions le soir même à Strasbourg. Le lendemain soir nous avons rejoint des éléments du 2ème Escadron près de Berchtesgaden. En Allemagne, c'est le grand hallali puis l'effondrement du Grand Reich millénaire allemand et l'Armistice signée le 8 mai 1945.

Jamais je n'oublierai.


(N°2615)

Le 27 Novembre 1942 : Sabordage de la flotte à Toulon

Résumé...


Après les noires journées de La bataille de Mers el-Kébir (03/07/1940), Toulon devient la seule vraie base navale digne d'accueillir la flotte française : 90 navires y sont au mouillage en Novembre 1942 ce qui représente plus de la moitié des unités navales dont la partie la plus moderne.

Le JEAN BART (à Casablanca) et le RICHELIEU (à Alexandrie) sont les deux fleurons manquants à l'appel.

Composition de la flotte...


La flotte se divise en 3 groupes.

La flotte de Haute Mer sous les ordres de l'amiral DE LABORDE dont le pavillon est sur le STRASBOURG :
STRASBOURG
ALGÉRIE
COLBERT
DUPLEIX
MARSEILLAISE
JEAN DE VIENNE
• 10 contre-torpilleurs et 3 torpilleurs

Les bâtiments armés sous les ordres du préfet maritime vice-amiral MARQUIS :
PROVENCE
COMMANDANT TESTE
• 6 torpilleurs
• 3 sous-marins

Les bâtiments en gardiennage :
DUNKERQUE
FOCH
LA GALISSONNIÈRE
• 8 contre-torpilleurs
• 6 torpilleurs
• 10 sous-marins

Calendrier...


Le débarquement allié en Afrique du Nord le 08 Novembre 1942 va fournir à HITLER le prétexte qui lui faisait défaut pour envahir la zone libre et le 11 Novembre 1942 il déclenche l'opération ATTILA, franchissant la ligne de démarcation.

Malgré la menace sous-jacente qui pèse sur la flotte de Toulon, le gouvernement de Vichy se fie aux promesses du Führer qui s'est engagé à laisser la base navale sous autorité française.

Un récent télégramme d'HITLER lui-même avait stipulé que la rade ne serait pas occupée.

Il semblerait que les autorités françaises d'alors aient oublié le peu de crédit que l'on pouvait accorder au déclarations du chef du Reich.

12 Novembre


L'amiral François DARLAN appelle la flotte à se joindre aux alliés pour combattre HITLER.

Hélas, les commandants avaient tous du prêter serment au gouvernement de Vichy : appareiller aurait donc été interprété comme une haute trahison.

De plus, dès le déclenchement de l'opération ATTILA, la Luftwaffe avait réuni les moyens nécessaires pour s'opposer efficacement à toute tentative de sortie de la Flotte française.

Une opération aussi hasardeuse aurait coûté très cher sur le plan humain et beaucoup d'unités n'auraient pas été rapidement opérationnelles, à condition d'avoir pu rallier un port allié.

L'offensive allemande s'arrête aux portes de Toulon où les troupes françaises ont pris position pour défendre la flotte.

19 Novembre


LAVAL ordonne au troupes de se retirer du camp retranché.

Les allemands réitèrent leurs promesses de 1940 :

« On ne touche pas à la flotte » mais en préparent la capture par surprise au travers l'opération ANTON-LILA.

4 groupes de combat se préparent dans ce but :
• Groupe de combat A : Ce groupe doit avancer depuis l'Ouest, capturer la péninsule sud de Toulon, la ville de La Seyne-sur-Mer, la forteresse Napoléon et Six-Fours, ainsi que la péninsule de Saint-Mandrier qui contrôle l'accès au port
• Groupe de combat B : Ce groupe doit avancer depuis l'Ouest, le long de la Nationale 8 pour atteindre le coeur de Toulon, occuper l'arsenal et capturer la flotte
• Groupe de combat C : Ce groupe doit avancer derrière le groupe B pour couvrir ses arrières et ses flancs. Il doit également capturer la forteresse du Mont Faron et Grand Saint-Antoine ainsi que les bâtiments militaires à Saint-Anne
• Groupe de combat D : Ce groupe arrive de l'Est, le long de la Nationale 97 après avoir passé Toulon au Nord. Il doit capturer la station radio du Mourillon, le fort Lamalgue (siège du Haut Commandement) et le bassin du Mourillon

En complément de ces groupes, des éléments SS avancent derrière le groupe A pour occuper Sanary, pendant que plus à l'ouest des éléments de la 335ème Division d'Infanterie (environ un bataillon) doivent sécuriser la côte.

Pour finir, la Luftwaffe utilisera des Heinkel 111 pour miner les chenaux du port, attaquer et couler tout navire français tentant de sortir.

Des Junker 88 et des Heinkel 115 sont également prêts à intervenir pour intercepter tout navire appareillant.

27 Novembre


04H25 Les chars allemands sont à la porte de l'arsenal.

L'amiral MARQUIS est fait prisonnier au fort Lamalgue.

04H30 l'amiral DE LABORDE est prévenu. Il refuse de croire au manquement de parole des allemands mais fait réveiller les équipages, allumer les chaudières (4 à 5 heures avant de pouvoir appareiller) et prend les dispositions en vue du sabordage

05H25 Les panzer allemands forcent la porte de l'arsenal. Le STRASBOURG lance par radio l'ordre de sabordage :
« Ici FHM. Sabordez la flotte... Sabordez la flotte... »

L'ordre est répété par signaux optiques.

Des porteurs emmènent également le message aux navires.

« Exécutez immédiatement le sabordage de votre bâtiment. Amiral DE LABORDE, commandant en chef les forces de haute mer »

Pendant ce temps, les Panzer se perdent dans les dédales de l'arsenal et arrivent trop tard pour empêcher le sabordage.

Un violent accrochage a lieu sur le STRASBOURG : un obus de 75 millimètres fait un mort et cinq blessés en tombant sur la tourelle 3. Le commandant en second ordonne de riposter au fusil mitrailleur et à la mitrailleuse. Des allemands sont fauchés mais DE LABORDE fait cesser le tir.

En quelques minutes les destructions très importantes sur de nombreux navires :
• Le STRASBOURG coule droit sur 14 mètres de fond
• L'ALGÉRIE va brûler pendant 2 jours
• La MARSEILLAISE coule avec 30° gîte
• Le DUPLEIX est incendié à 0625 quand les allemands montent à bord. Les soutes à munitions explosent à 08H30, les torpilles à 1100
• Les torpilleurs et contre-torpilleurs (Quai Noël) sont coulés quand les allemands arrivent.
• Le mât du CASSARD arbore le pavillon « Ordres amiral exécutés »
• En ce qui concerne les bâtiments en gardiennage ou réparation, le sabordage est difficile à effectuer cause des équipages réduits
• Le DUNKERQUE est détruit in extrémis
• 4 contre torpilleurs (dans les grands bassins Vauban) et 2 torpilleurs sont capturés presque intacts (PANTHÈRE et TIGRE aux appontements de Milhaud)
• Toutes les installations de la Marine nationale (batteries côtières et front de mer) sont détruites mais, bravant les ordres de sabordage car n'appartenant pas aux Forces de Haute Mer, 5 sous-marins (CASABIANCA, MARSOUIN, LE GLORIEUX, IRIS et VÉNUS) appareillent du Mourillon : le VÉNUS se sabordera en grande rade alors que les autres, en parvenant à éviter à la fois les mines et les bombardements allemands, parviendront à prendre le large. Le CASABIANCA et le MARSOUIN rejoindront Alger, LE GLORIEUX ira à Oran alors que l'IRIS se réfugiera à Barcelone

Conclusion...


La défaite stratégique est indéniable pour les allemands : ils n'ont pu mettre la mains sur la flotte française qui est détruite à 90% dont la totalité des Forces de Haute Mer.

Le sabordage montre à CHURCHILL que la parole donnée par François DARLAN en Juin 1940 n'était pas vaine.

Quant au gouvernement de Vichy, il vient de perdre son meilleur atout vis-à-vis de l'opinion française


(N°2611)

Opérations Débarquement Allié à Oran, Débarquement Allié à Alger & Débarquement Allié à Casablanca : les évènements heure par heure

Débarquement Allié à Casablanca - 08 Novembre 1942


• 02H10 Alerte, attaque aérienne
• 04H35 Alerte, imminence de débarquement, rappel des permissionnaires. Ordre d'appareillage. Le PRIMAUGUET est indisponible, le JEAN BART n'est pas en état d'appareiller. Transfert de la marque de l'amiral sur le MILAN. Les couleurs sont envoyées
• 08H04 Début des bombardements : les cargos SAINT BLAISE, SAN PIETRO, LIPARI, ÎLE D'OUESSANT, ÎLE DE NOIRMOUTIERS, PORTHOS, SAVOIE, FANZON, sont coulés ou détruits. Trois sous-marins qui n'ont pas eu le temps d'appareiller sont touchés, hors de combat
• 08H25 Les bâtiments de la 5ème EL sortent de la zone portuaire :
• 11ème DCT : Le MILAN, l'ALBATROS,
• 5ème DT : le BRESTOIS, le BOULONNAIS,
• 2ème DT : le FOUGUEUX, le FRONDEUR, L'ALCYON.

• 09H20 Formation de combat, le MILAN ouvre le feu. Attaque aérienne. Le MILAN, le BRESTOIS, le BOULONNAIS sont touchés
• 09H45 Les croiseurs lourds américains ouvrent le feu
• 10H00 Le PRIMAUGUET réussi à appareiller et manœuvrer pour sortir du port sous les bombes. Il rejoint la 2ème E.L. qui fait demi-tour vers Fédala
• 10H18 Le croiseur lourd américain MASSACHUSSETS les croiseurs TUSCALOSA et WICHITA engagent les bâtiments français à 18 000 mètres
• 10H40 Le FOUGUEUX, touché par une salve de 203 mm, est coulé
• 10H55 Le MILAN est atteint par du 406 millimètres du Massachussets (31 morts, 70 blessés) Attaque aérienne : L'ALCYON , le BRESTOIS, le PRIMAUGUET sont touchés
• 11H00 La 5ème DT tente de lancer l'ultime attaque à la torpille, en fonçant à 28 nœuds, tout en ouvrant le feu au 130 mm. Elle n'en aura pas le temps
• 11H12 Le BOULONNAIS est touché par les 152 millimètres du Brooklyn. Gîte importante, voies d'eau
• 12H07 Le BOULONNAIS est encore touché par sept coups au but, il va couler. Le BRESTOIS et le FRONDEUR, touchés vont gagner le port
• 15H00 Attaque aérienne sur le PRIMAUGUET : bombes sur la passerelle et à l'arrière (110 morts), le FRONDEUR chavire

Débarquement Allié à Oran - 08 Novembre 1942


• 00H55 Débarquement réussi sur Arzew, la garnison de défense est surprise dans son sommeil.
• 03H50 Les HMS WALNEY & HMS HARTLAND tentent de pénétrer dans le port d'ORAN : ils sont pris à partie par les canons de la TRAMONTANE, du TYPHON aidés par les sous-marins CÉRÈS et PALLAS. Les deux navires anglais sont détruits (120 morts). Le commandant du port décide de saborder une trentaine de navires de toutes sortes pour tenter sans résultat un blocus aux envahisseurs.

Débarquement Allié à Alger


Aucun combat naval.

Bilan...


Le bilan de cette journée qui restera désastreux (dans tous les sens du terme qu'on voudra bien lui donner) sera pour l'attaque seule de Casablanca, en tués ou disparus parmi les marins français de : 50 officiers, 79 officiers mariniers, 328 matelots. Les combats terrestres vont se dérouler jusqu'au 11 Novembre en particulier à Alger et surtout à Oran où ils vont être les plus durs. La clé de son dénouement sera le basculement total des forces françaises à cette date dans le camp allié. Les mouvements de résistance qui se sont dévoilés ont, en particulier à Alger, permis l'entrée des troupes alliées qui ont subi de lourdes pertes non pas à cause des combats, mais par les accidents occasionnées sur les barges de débarquement du fait de l'inexpérience des acteurs, par chavirement ou par collision.

Les pertes totales seront de 1346 tués, 2000 blessés, coté français et de 479 morts et 720 blessés côté Alliés.


(N°18160)

Extrait d'une note

Auteur VIDEAU (Commandant le MÉCANICIEN PRINCIPAL CARVIN) le 18 novembre 1947

Le 21 juin 1940, le MÉCANICIEN PRINCIPAL CARVIN était au mouillage au large de l'entrée de la grande passe de la Gironde, en attente des ordres. Réquisitionné par le commandant de la Marine à Saint-Nazaire, j'avais embarqué dans ce port, un important matériel du cuirassé JEAN BART, comprenant notamment des pièces de 380 mm. Des instructions verbales m'enjoignent de suivre le cuirassé, dont le départ était imminent mais, par suite du temps brumeux et de la vitesse insuffisante, je ne pus exécuter ces ordres.

Ne recevant aucun ordre, et devant la menace constante d'avions ennemis survolant l'estuaire du fleuve, je décide, vers 13H30 d'appareiller. Alors que les dernières dispositions d'appareillage sont en cours, vers 14 heures, un groupe d'avions est signalé. A 14H05, un bimoteur allemand lance deux grosses bombes dont la première tombe sur l'arrière de la cale numéro 3 et la seconde explose en plein roof et le panneau machine, broyant un cylindre, avariant les chaudières et les tuyautages de vapeur. A son deuxième passage il mitraille le navire sur toute sa longueur, visant les servants des armes défensives.

Le premier lieutenant Raymond CHEVRIER et le matelot canonnier FRIANT sont horriblement brûlés par l'explosion de la première bombe.

Le chef mécanicien PRIGENT, le 4e mécanicien THOMAS et le chauffeur Saïd FADHEL sont très gravement blessés par l'explosion de le 2e bombe alors que le 2e mécanicien LALEOUSE, le 3e mécanicien BOUCHERON, les chauffeurs Mohamed NOTOUF, Laurent GONIN et Ouahed ABDEL sont moins gravement blessés.

Le chauffeur Saïd FADHEL décède presque aussitôt; le chef mécanicien PRIGENT, le lieutenant Raymond CHEVRIER, le 4e mécanicien THOMAS ne survivront que peu de jours à l'hôpital de Royan, où les blessés avaient été transportés par le patrouilleur GALOPIN.


(N°326)

Extraits de l'agenda de l'année 1942

Auteur Roland SEVENOU le 1942

Parti de Dakar la veille au soir.

Jeudi 01 Janvier 1942


Nous sommes partis de Dakar pour Casa le 31/12/1941 à 17h30. Nous avons un convoi composé de l'ASIE et de l'ARCTURUS. En mer cette nuit nous avons pris les promotions. Horellou et moi sommes passés s/m. Temps superbe, mer calme, vitesse moyenne 7 nœuds.

Mardi 09 Juin 1942


Le matin le s/m ANTIOPE ne marche pas bien. On stoppe. Beng mécano du SIDI-FERRUCH va sur l'ANTIOPE et 2 s/m de subsistance à bord vont sur l'ANTIOPE. L'après midi quart de 11 à 14. Arrivée à Agadir à 15h GMT. Attendons s/marin.

Mercredi 10 Juin 1942


Nous sommes partis ce matin à 02h00 d'Agadir avec 2 sous-marins. Les essais de l'ANTIOPE sont à moitié satisfaisants. Rien de particulier, temps superbe, mer belle.

Mercredi 21 Octobre 1942


L'amiral François DARLAN arrive sans tambour ni trompette. Grande surprise de la population.

Jeudi 22 octobre 1942


Défilé devant l'amiral François DARLAN arrivé hier à Dakar. Le soir je vais à terre. Il y a réunion des officiers à la chambre de commerce, présidée par François DARLAN.

Lundi 09 Novembre 1942


Alger capitule le soir à 22h. Oran est menacée d'encerclement. Bombardement intensif sur Casablanca. Le convoi parti le 6 fait demi tour et rentre à Dakar

Veille 4T1 ts à 8 et 4 à 8

Consigné à bord

Le soir RAS

Alertes DCA

Mardi 10 Novembre 1942


Oran capitule. Casa puissamment bombardée. Le JEAN BART entre en feu.

À bord consigné.

Nombreuses alertes.

Temps couvert. Match de foot inter poste. Veille 4T1. Le soir RAS

Mercredi 11 Novembre 1942


Occupation de la zone libre par les allemands/

Casa demande l'armistice.

Nombreuses alertes sur Dakar.

À bord toujours consigne. Minute de silence.

Veille de 08 à 12, 20 à 24. RAS

Jeudi 12 Novembre 1942


Le matin 3 alertes DCA.

Le JEAN BART est bombardé.

Bougie est tombé aux américains.

Exercice sur /

Le soir match de foot

RAS

Bardia et Tobrouk tombent aux mains des anglais.

Vendredi 13 Novembre 1942


Nouvelles du matin : PÉTAIN retenu à Vincennes. PRIMAUGUET coulé dans passe Casa. JEAN BART hors de combat. Pas de nouvelles du LE MALIN et LA SURPRISE un convoi de Casa est arrivé ce matin.

Bones est tombé aux américains

2 alertes. Le soir quart sur 4T1 RAS

Samedi 14 Novembre 1942


Nouvelles du matin : D'après le communiqué de nombreux bateaux de guerre sont abîmés à Casablanca au MAROC. Les allemands arrivent en parachute à Bizerte et les américains viennent par terre. La France se déclare neutre. L'armée anglaise avance rapidement en Cyrénaïque.

À Dakar il fait froid, pluie, vent.

Permissionnaire par quart.

Dimanche 15 Novembre 1942


On annonce que PÉTAIN et François DARLAN sont en désaccord.

Le général BERGERET arrive à Dakar incognito.

Une alerte DCA. Joli tir, mais en vain. Les nouvelles du gouvernement ne sont pas charmantes.

À bord RAS. Service du dimanche. Messe à bord.

Le soir RAS

Mercredi 18 Novembre 1942


Nouvelles : On annonce que les allemands et le américains sont entrés en contact. Pilonnage des aérodromes de Tunis. Les italiens reculent en Cyrénaïque. Les anglais se disent à 150 km de Benghazi.

Alerte DCA

Jeudi 19 Novembre 1942


Nouvelles du jour : Des parachutes anglais arrivent à Tunis. Les allemands et anglais sont en contact à côté de Bizerte. Les anglais arrivent à Benghazi. Remaniement du Cabinet : LAVAL remplacera PÉTAIN en cas de maladie ou autre.

Dakar : beau temps. Match de foot.

Alerte DCA

Lundi 23 Novembre 1942


Nouvelles du jour : Nous sommes rangés sous les ordres de l'amiral François DARLAN. Les français se battent en Tunisie. Dakar : pas d'alerte. Le matin exercice sur 1. L'après-midi rien à faire. Match de foot entre canonniers et radios. Nous gagnons par 2 à 0. Cette nuit quart de 02 à 04. Veille 04.

Vendredi 27 Novembre 1942


Le matin : rien de particulier. Nouvelles du jour : On apprend que les allemands sont entrés à Toulon et que la flotte française s'est sabordée sur l'ordre de l'amiral DELABORDE. Bataille entre marins et allemands à Toulon.

Samedi 28 Novembre 1942


Nouvelles du jour : On apprend que les bâtiments sabordés sont au nombre de 50 ; 2 sous-marins ont réussi à s'échapper, un 3ème a coulé sur une mine. Le devant de la passe était miné par les alliés. BOISSON doit aller en Afrique du Nord.

Dimanche 29 Novembre 1942


Le matin, messe à bord du CANADA. Midi information peu importante. Les bâtiments continuent à exploser. Le nombre des marins tués serait élevé. Le trafic doit reprendre normalement. Le soir CHURCHILL doit parler au monde. Alerte DCA vers 15 heures. Pas de veille.

Vendredi 25 décembre 1942


On apprend que l'amiral François DARLAN a été assassiné hier soir.

À bord service du dimanche. Les pavillons sont en berne.