MILAN - contre-torpilleur - Classe «AIGLE»
Chantier : Arsenal de Lorient à la cale n° 5 de Lanester (France)
13 octobre 1931 (Lancement)
18 mai 1934 (Mise en service)
 08 novembre 1942
courriel Contacter l'association au sujet de cette unité...


Marins à bord... (32)

Date inconnue

BOSC J. -  DUMÉNOIR R.

Embarquement pour l'année 1932

DU GARDIN J.
Mai : LONGAUD L.

Embarquement pour l'année 1934

DE CORBIÈRE J.

Embarquement pour l'année 1935

LE MARTRET D.
Mars : GEORGET R. -  MONTARON J. -  PLÉVENT R.
Mai : LONGAUD L.

Embarquement pour l'année 1936

Janvier : GOURIOU F.
Août : DELAIRE
Septembre : TILLY F.

Embarquement pour l'année 1937

Janvier : MARIE
Septembre : COLIN E.

Embarquement pour l'année 1940

ROUXEL M.
Septembre : LE FRANC J.

Embarquement pour l'année 1941

Juin : GUILLOU A.

Embarquement pour l'année 1942

BALANANT L. -  CALARNOU P. -  COSTET -  COUPINET R. -  CRENN C. -  LECA J. -  MATTÉI J. -  MEUDIC G. -  MORVAN F. -  PERENNES J. -  POLI P. -  QUERHERNO R. -  ROYER J.
Septembre : BOSC J. -  de SUTTER A.
Novembre : ALIBERT R. -  BALAGUY A. -  BENOIT G. -  BETER E. -  BOUYRIE J. -  CARADOT Y. -  CHARLET A. -  CROMBET A. -  DEWEZ D. -  DUMAS J. -  GAUFFRIAU A. -  GOUACHET G. -  GOULARD G. -  GREVE M. -  HACOUM R. -  HELLION F. -  HERIN S. -  HEUZÉ P. -  JOSSE Y. -  LAROUR J. -  LARULO R. -  LE BOURDON J. -  LE CLECH M. -  LE ROUX J. -  LECLERE J. -  ORTS H. -  PAUGAM Y. -  PECQUEUR M. -  PENTIER J. -  QUEMENER J. -  ROYER J. -  SANSEN J.

Opération(s) en relation avec cette unité...

Débarquement Allié à Casablanca

Groupement auquel cette unité a été intégrée...

3ÈME DIVISION DE CONTRE TORPILLEURS

Journal de bord...

Dates Evénements
05/1935LONGAUD Léon (Commandant)
Numéro de coque : X113
01/12/1930Mis sur cale
01/06/1932Début des essais
04/10     Arrêt des essais par suite de vibrations importantes des turbines
04/07/1933Armateur : Marine nationale (FRANCE)
Intégré au groupement : 3ÈME DIVISION DE CONTRE TORPILLEURS
1934DE CORBIÈRE Jean (Commandant)
01/1937MARIE (Commandant)
1942COSTET (Commandant)
08/11     11/11/1942TORCH (Débarquement Allié à Casablanca)



Photographies, numérisations, etc.

© 2006-2018 ALAMER © 2006-2018 ALAMER
MILAN : à Casablanca, l'équipage, Joseph LE FRANC 3ème à gauche (Joseph LE FRANC) - 1942



Caractéristique(s)...

 Déplacement : 2 441 tW 2 660 tonnes (normal) 3 410 tonnes (pleine charge)
 Dimensions : Longueur : 129,30 m Largeur : 11,84 m Tirant d’eau : 4,97 m
 Propulsion : 2 turbines à engrenages Parsons - 4 chaudières verticales
 Puissance : 68 000 cv
 Vitesse (en noeud) : 36 nd
 Combustible : 580 tonnes
 Autonomie (en jour) : 3 650 milles à 18 nd - 750 milles à 37 nd
 Effectif : 10 officiers et 220 hommes


Armement(s)...

Artillerie principale
    5 canons de 138 mm/40 Mod 27 (5 tourelles simples) avec 700 coups
Artillerie antiaérienne
    4 canons de 37 mm AA (2 canons jumelés) 4 mitrailleuses de 13,2 mm AA (2 canons jumelés) 1 canon de 25 mm et des mitrailleuses MG en 1940
Tube lance-torpilles
    7 TLT de 550 mm 1 affût triple + 2 affûts doubles)
Grenadeur et mortier
    4 mortiers pour charges de profondeur 2 grenadeurs

(N°2611)

Opérations Débarquement Allié à Oran, Débarquement Allié à Alger & Débarquement Allié à Casablanca : les évènements heure par heure

Débarquement Allié à Casablanca - 08 Novembre 1942


• 02H10 Alerte, attaque aérienne
• 04H35 Alerte, imminence de débarquement, rappel des permissionnaires. Ordre d'appareillage. Le PRIMAUGUET est indisponible, le JEAN BART n'est pas en état d'appareiller. Transfert de la marque de l'amiral sur le MILAN. Les couleurs sont envoyées
• 08H04 Début des bombardements : les cargos SAINT BLAISE, SAN PIETRO, LIPARI, ÎLE D'OUESSANT, ÎLE DE NOIRMOUTIERS, PORTHOS, SAVOIE, FANZON, sont coulés ou détruits. Trois sous-marins qui n'ont pas eu le temps d'appareiller sont touchés, hors de combat
• 08H25 Les bâtiments de la 5ème EL sortent de la zone portuaire :
• 11ème DCT : Le MILAN, l'ALBATROS,
• 5ème DT : le BRESTOIS, le BOULONNAIS,
• 2ème DT : le FOUGUEUX, le FRONDEUR, L'ALCYON.

• 09H20 Formation de combat, le MILAN ouvre le feu. Attaque aérienne. Le MILAN, le BRESTOIS, le BOULONNAIS sont touchés
• 09H45 Les croiseurs lourds américains ouvrent le feu
• 10H00 Le PRIMAUGUET réussi à appareiller et manœuvrer pour sortir du port sous les bombes. Il rejoint la 2ème E.L. qui fait demi-tour vers Fédala
• 10H18 Le croiseur lourd américain MASSACHUSSETS les croiseurs TUSCALOSA et WICHITA engagent les bâtiments français à 18 000 mètres
• 10H40 Le FOUGUEUX, touché par une salve de 203 mm, est coulé
• 10H55 Le MILAN est atteint par du 406 millimètres du Massachussets (31 morts, 70 blessés) Attaque aérienne : L'ALCYON , le BRESTOIS, le PRIMAUGUET sont touchés
• 11H00 La 5ème DT tente de lancer l'ultime attaque à la torpille, en fonçant à 28 nœuds, tout en ouvrant le feu au 130 mm. Elle n'en aura pas le temps
• 11H12 Le BOULONNAIS est touché par les 152 millimètres du Brooklyn. Gîte importante, voies d'eau
• 12H07 Le BOULONNAIS est encore touché par sept coups au but, il va couler. Le BRESTOIS et le FRONDEUR, touchés vont gagner le port
• 15H00 Attaque aérienne sur le PRIMAUGUET : bombes sur la passerelle et à l'arrière (110 morts), le FRONDEUR chavire

Débarquement Allié à Oran - 08 Novembre 1942


• 00H55 Débarquement réussi sur Arzew, la garnison de défense est surprise dans son sommeil.
• 03H50 Les HMS WALNEY & HMS HARTLAND tentent de pénétrer dans le port d'ORAN : ils sont pris à partie par les canons de la TRAMONTANE, du TYPHON aidés par les sous-marins CÉRÈS et PALLAS. Les deux navires anglais sont détruits (120 morts). Le commandant du port décide de saborder une trentaine de navires de toutes sortes pour tenter sans résultat un blocus aux envahisseurs.

Débarquement Allié à Alger


Aucun combat naval.

Bilan...


Le bilan de cette journée qui restera désastreux (dans tous les sens du terme qu'on voudra bien lui donner) sera pour l'attaque seule de Casablanca, en tués ou disparus parmi les marins français de : 50 officiers, 79 officiers mariniers, 328 matelots. Les combats terrestres vont se dérouler jusqu'au 11 Novembre en particulier à Alger et surtout à Oran où ils vont être les plus durs. La clé de son dénouement sera le basculement total des forces françaises à cette date dans le camp allié. Les mouvements de résistance qui se sont dévoilés ont, en particulier à Alger, permis l'entrée des troupes alliées qui ont subi de lourdes pertes non pas à cause des combats, mais par les accidents occasionnées sur les barges de débarquement du fait de l'inexpérience des acteurs, par chavirement ou par collision.

Les pertes totales seront de 1346 tués, 2000 blessés, coté français et de 479 morts et 720 blessés côté Alliés.