FRANCHE COMTÉ - pétrolier
Chantier : Odense Staalskibvaerft Ved A. P. Moller (Odense, Pays-Bas)
04 juin 1936 (Lancement)
août 1936 (Mise en service)
 27 mars 1958
courriel Contacter l'association au sujet de cette unité...


Marins à bord...

Date inconnue

ABDOU A. -  BERNARD H. -  BOTTREL (ou) BOTREL F. -  FITOUSSI I. -  GUENA C. -  JOSSE P. -  LE BARBU J. -  LEFEBVRE J. -  MAIZA A. -  PHI-NGOG T. -  QUERE E.

Embarquement pour l'année 1939

Mars : LE ROUX F.

Journal de bord...

Dates Evénements
     Numéro de coque : 58
04/06/1936Baptisé LOOSDRECHT
08     PFPK (Indicatif radio)
Armateur : N V Maatschappij Motorship Loosdrecht (NV Van Ommeren's scheepvaartbedrijf )à Rotterdam (PAYS-BAS)
Port d'attache : Rotterdam
01/03/1939Francisé au Havre
02/03     FOEB (Indicatif radio)
Renommé FRANCHE COMTÉ
Armateur : Société Française des Transports Pétroliers à Paris (FRANCE)
Port d'attache : Le Havre
23/06/1940Arrive à Milford Haven après avoir quitté Saint-Nazaire, sous le commandement du CLC Guéna
17/07     Saisi par les Britanniques - Affecté au Ministry of War Transport - Le commandant, six officiers et sept hommes d'équipage rejoignent les F.N.F.L. (35% de l'effectif)
18/07     GMVS (Indicatif radio)
Armateur : Géré par John I. Jacobs & Co Ltd à Londres (GRANDE BRETAGNE)
Port d'attache : Cardiff
01/03/1941Appareille de Halifax, au sein du convoi HX 112, sous le commandement du Master britannique Church
14/03     Endommagé par un obus tiré par erreur par le pétrolier britannique AURIS, heureusement dans un réservoir vide, lors d'une attaque de sous-marins allemands
16/03     A 23H55, une torpille tirée par le sous-marin allemand U99 (LV Otto KRETSCHMER), par 61°15' N et 12°30' W, explose à bâbord avant, causant de sérieux dommages dans les citernes 1, 2 et 3, ainsi que dans la chambre des pompes avant. Dès l'explosion, un incendie se déclare alors que l'avant s'enfonce dangereusement. Le sinistre ne pouvant être contrôlé, le commandant CHURCH donne l'ordre d'évacuer en recommandant toutefois de rester au vent du pétrolier en attendant ses instructions. Il espère en effet remonter à bord de son navire si celui-ci ne coule pas. Peu après le destroyer britannique STURDY, faisant partie de l'escorte, revient sur les lieux et se propose d'embarquer les naufragés. Le commandant CHURCH fait alors savoir qu'il désire rester encore quelque temps près de son navire afin de se rendre compte s'il peut être sauvé, mais l'ensemble de son équipage ne se ralliant pas à son avis, il demande des volontaires. Onze hommes se manifestent dont le chef mécanicien François LE ROUX, le second capitaine, les 2ème et 3ème lieutenants, les 3ème, 4ème et 5ème mécaniciens, les trois radios et le maître d'hôtel, tous britanniques. Ils embarquent dans l'un des canots du pétrolier et, gênés par le vent et l'état de la mer, doivent se tenir à une certaine distance de l'épave toujours en feu. La corvette britannique BLUEBELL qui a déjà recueilli un certain nombre de marins des navires du convoi HX112, torpillés notamment par Otto Kretschmer, est bientôt détachée auprès du groupe des naufragés. Le commandant Church en profite pour lancer un nouvel appel aux volontaires. Six hommes se proposent : cinq Britanniques du pétrolier VENETIA et un Norvégien du pétrolier FERM. Ils embarquent dans le canot qui s'approche à nouveau du FRANCHE COMTÉ toujours en feu - Dans la nuit, l'incendie, vu par la brèche de la coque, accompagné du ronflement des flammes, est une vision dantesque - Le commandant renonce donc à persuader les hommes de monter à bord et décide d'attendre le jour. Le chalutier armé NOTIBLAND arrive entre-temps pour relever la corvette. Il a embarqué les dix-huit hommes mais accepte de rester sur les lieux pour satisfaire au désir le commandant Church. Au matin, l'incendie s'est éteint spontanément par suite du déferlement des vagues sur le pont et, à 9 heures le commandant et ses dix-sept volontaires montent à bord. Deux heures et demi plus tard la machine est remise en marche et permet au pétrolier de reprendre la route par ses propres moyens, à petite vitesse, sans appareil de navigation mais escorté par la corvette BLUEBELL revenue auprès du pétrolier, sur ordre du chef d'escorte.
21/03     Parvient à rentrer au port de Rothesay, dans l'île de Bute, à l'embouchure de la Clyde
02/04     Le Chef mécanicien sera cité à l'Ordre de la Division pour avoir sauvé 10 000 tonnes de fuel et le pétrolier
1945Armateur : Société Française des Transports Pétroliers à Paris (FRANCE)
Restitué
08/08/1947Cité à l'Ordre du Corps d'Armée


Caractéristique(s)...

 Déplacement : 9 314 tjb 5 592 tjn
 Port en lourd : 14 854 tonnes
 Dimensions : Longueur : 152,39 m Largeur : 19.97 m Tirant d'eau : 10,92 m
 Propulsion : Un moteur Diesel 7 cylindres construit par Burmeister & Wain's Maskin & Skibsbyggeri A/S à Copenhague
 Puissance : 572 NHP (4 700 cv)
 Vitesse (en noeud) : 12 nd