Pourquoi ne suis je pas monté en grade dans la Marine ?

Auteur Félix ROUSTAN le septembre 1940 À Dakar j'étais le chauffeur du capitaine de frégate commandant la ESCADRILLE D'AVIATION 4E de laquelle dépendait la ESCADRILLE D'AVIATION 8S3 et tous les jours je faisais la navette entre la base de BAN DAKAR-BEL-AIR et l'hôtel BOUQUERAU (7 km environ) où logeaient les officiers de Marine, les officiers des Équipages et les OMS des deux escadrilles. Après le bombardement de Dakar en septembre 1940 (Tentative de ralliement du Sénégal), et la non remise de la ville aux forces franco-britanniques par le gouverneur général de l'AOF, quatre têtes brûlées âgées d'une vingtaine d'années, dont je faisais partie, décidèrent de rejoindre les forces alliées en Gambie anglaise. Je passe vite sur les préparatifs précaires pour cette aventure, mais à 20 ans !!!!!!!!! Toujours est-il qu'un soir nous embarquons dans une des deux tractions avant du CDT (je me souviens encore de leurs matricules : SC 7550 & SC 7332) et en route pour l'aventure. Nous ne sommes pas allés bien loin car peu après Rufisque une patrouille de tirailleurs sénégalais nous arrêta et retour menottés au bercail. Résultat : 60 jours de prison dont 20 de cellule à faire à Marine Dakar. Heureusement pour nous notre pacha a été magnanime, nous avait-il compris ????? Toujours est-il que les 60 jours nous les avons passés à enjoliver la base de BAN DAKAR-BEL-AIR, mangés et couchés comme si rien n'avait eu lieu. Je repris ensuite mon rôle de chauffeur, mais adieu pour toujours aux galons de QM2 que je devais faire coudre sur ma vareuse en octobre 1940. 66 ans après j'ai toujours la nostalgie de ce temps là et je crois que je serais encore capable de remettre ça s'il le fallait.