Extrait de La Campagne de Norvège 1940 - (MAILLÉ-BRÉZÉ) - Paru en 1955

Auteur Capitaine de Frégate CAROFF (Service Historique de la Marine) le 30 mai 2007 Le contre-torpilleur français MAILLÉ-BRÉZÉ se trouve mouillé, tous feux éteints, en rade de Greenock. À 14H15, alors qu'un quartier-maître travaille à l'entretien des mécanismes des tubes lance-torpilles avant, le lancement intempestif de la torpille 1 se produit. Comme toutes les torpilles à bord, elle est amorcée et, projetée à l'avant dans l'axe, elle explose sous la teugue, provoquant une vaste brèche du pont à tribord par le travers de la chaudière 1 qui est détruite et dont les débris envahissent en partie le poste 4. La cheminée 1 tombe et plusieurs brèches importantes sont provoquées dans le bordé. Un violent incendie se déclare immédiatement dans le poste des maîtres et se propage avec une rapidité foudroyante dans toute la partie avant. Les soutes avant, bien que n'ayant pu être noyées ne sautent heureusement pas. Dans la crainte de leurs explosions, le commandant fait évacuer le navire à 15H15. Plus tard, vers 16H30, des groupes d'officiers et d'hommes remontent à bord et noient les soutes à munitions arrière. Les pompiers de Greenock maîtrisent l'incendie vers 19H30 mais le bâtiment, très chargé d'eau, s'enfonce par l'avant. Une tentative de remorquage ne peut être effectuée à temps et le MAILLÉ-BRÉZÉ coule vers 20 heures. De nombreux marins se trouvent enfermés par l'explosion dans la partie avant et, si certains parviennent à sortir par les brèches, d'autres ne peuvent s'échapper. On compte 6 tués, 21 disparus et 47 blessés.