Les événements sur le front méditerranéen du 06 Août 1944 au 27 Août 1944

Auteur Fiancée et future épouse de Roland SEVENOU le 18 novembre 2006

Dimanche 06 Août 1944

• Alerte de 07H10 à 08H30 sans tir de DCA • Alerte de 09H30 à 12H20 sans DCA • Alerte à 13H00, bombardement de LA SEYNE SUR MER à 1304 : 27 maisons démolies aux quartiers Peyron, avenue Gambetta et route de la Gare, 3 blessés • Alerte de 18H00 à 19H30 sans DCA

Lundi 07 Août 1944

• Alerte de 08H15 à 09H50 avec violent tir de DCA • Alerte de 10H00 à 11H15 avec violent tir de DCA • Alerte de 17H55 à 18H10 avec violent tir de DCA

Mardi 08 Août 1944

• Alerte de 09H05 à 09H55 avec DCA • Alerte de 10H30 à 10H45 avec DCA • Alerte de 10H55 à 11H10 sans DCA • Alerte de 17H35 à 17H45 avec DCA • Alerte de 18H20 à 18H30 sans DCA

Mercredi 09 Août 1944

• Rien à signaler, temps bouché avec pluie

Jeudi 10 Août 1944

• Rien à signaler, temps bouché violent orage

Vendredi 11 Août

• Alerte de 11H40 à 11H50 sans DCA • Alerte de 12H25 à 12H55 sans DCA • Alerte de 17H45 à 17H54 avec DCA • Alerte de 18H00 à 19H25 avec DCA et bombardement des forts de la presqu'île de SAINT-MANDRIER en formation serrée

Samedi 12 Août 1944

• Alerte de 09H35 à 12H35 avec bombardement en formation serrée des forts de SAINT-MANDRIER avec violente réaction de la DCA • Alerte de 15H45 à 16H45 avec bombardement en formation serrée des forts et batteries de SAINT-MANDRIER avec violent réaction de la DCA • Alerte de 18H05 à 19H25 sans bombardement – réaction de la DCA

Dimanche 13 Août 1944

• Alerte de 07H10 à 08H05 avec bombardement des forts de la côte et en particulier SAINT-MANDRIER avec violente réaction de la DCA • Alerte de 09H30 à 11H30 même bombardement que précédemment avec même violente réaction de la DCA • Alerte de 12H25 à 14H30 tir de la DCA pas de bombardement

Lundi 14 Août 1944

• Alerte de 09H35 à 11H30 sans bombardement et peu de DCA • Alerte de 15H55 à 17H30 sans bombardement et pas de DCA • Alerte de 22H20 à 23H40 sans bombardement pas de DCA

Mardi 15 Août 1944

• Alerte de 04H05 à 04H45 avec tir de DCA sans bombardement • Alerte de 06H55 à 07H05 – rien à signaler • Alerte de 07H10 à 07H40 – rien à signaler • Alerte de 13H50 à 17H50 – rien à signaler • Alerte de 19H55 à 22H40 sans bombardement violente réaction de la DCA Ce jour nous avons appris le débarquement des troupes alliées à 04H00 sur la côte méditerranéenne, entre NICE et TOULON. A 10 km de CANNES, parachutistes, SAINT-RAPHAËL. Prise de l'aérodrome. Tentative échouée à Borme. Prise des îles d'HYÈRES. Débarquement à la Capte et aux Salines d'HYÈRES.

Mercredi 16 Août 1944

• Alerte toute la journée • Bombardement des forts de la côte • Électricité coupée à 09H20 • Plus de TSF • Très violent bombardement des forts et batteries de SAINT-MANDRIER à plusieurs reprises au cours de la journée • Le débarquement à Bormes le Lavandou a réussi

Jeudi 17 Août 1944

Toute la journée bombardement de la presqu'île de SAINT-MANDRIER par petite formation en piqué. Les quais et les installations portuaires des Forges et Chantiers de LA SEYNE, minés depuis quelques temps ont explosé. Deux gros incendies se sont déclarés – Même vandalisme pour les maisons environnantes qui sont plus ou moins détruites. Il en est de même de toutes les installations portuaires de TOULON.

Vendredi 18 Août 1944

Alerte toute la journée avec un terrible bombardement en piqué des forts de SAINT-MANDRIER, très violent tir de la DCA, les installations portuaires de LA SEYNE et de TOULON ont continué à sauter – une grosse grue des Forges et chantiers a sauté. Malgré plusieurs tentatives un ponton grue et le pont-levis des Forges et chantiers n'ont pu sauter. « COMMUNIQUE INTERRALLIE DE 12H00 » Le front s'établit comme suit, les troupes alliées sont à 10 km de CANNES et à moins de 15 km de TOULON. Elles tiennent bien en main les villes suivantes : SAINT-RAPAHAËL, SAINTE-MAXIME, CAVALAIRE et BORMES. La tête de pont atteint une profondeur de 40 km et les pointes avancées se trouvent dans les environs des villes suivantes qui sont aux mains des alliées : COLLOBRIÈRE, LE LUC, DRAGUIGNAN, les renforts ne cessent d'arriver et les Alliés ont fait 7.000 prisonniers dont un général et son état major._

Samedi 19 Août 2006

Toute la journée bombardement des forts et batteries de SAINT-MANDRIER en piqué avec très violente réaction de la DCA – Gros incendies à l'atelier des torpilles du Mourillon qui dure toute la nuit. Au cours de la nuit quelques tirs de la marine, fusées éclairantes et projecteurs sur la mer. _PAROLE_COMMUNIQUE INTERRALLIE DE 12H00 Les troupes alliées continuent à évacuer sur tous les fronts et la tête de pont s'enfonce de plus en plus à l'intérieur. La 7è armée américaine venant de HYÈRES est arrivée au Nord et au Sud de SOLLIÈS-PONT, ne se trouve plus qu'a 9 km de TOULON. Les alliés sont à l'est et au sud-est de DRAGUIGNAN qu'ils ont dépassé de 3 kilomètres. SALERNES est occupée, BRIGNOLES également et les points avancés se trouvent à 8 km de ces dernières villes s'avançant dans les directions d'AIX et de MARSEILLE dont elles ne se trouvent plus qu'à environ 53 km. LA ROQUEBRUSSANNE est également aux mains des alliés Un général a été fait prisonnier pendant qu'il se terrait dans une tranchée croyant échapper aux obus des blindés qui avançaient. Le général et son état-major faits prisonniers et mentionnés dans le communiqué de la veille ont été pris à DRAGUIGNAN. Il a déclaré ne rien connaître de la situation. La superficie occupée par les alliés atteint actuellement mille nautiques. Les allemands s'étant servi de batteries se trouvant à bord des navires ancrés dans le port de TOULON, ces derniers ont été attaqués par des bombardiers en piqué qui ont coulé le cuirassé Strasbourg, un croiseur et un sous-marin._

Dimanche 20 Août 2006

• Depuis 0710 tirs de mer sur les forts et batterie de SAINT-MANDRIER. Tir de mitrailleuses. Bombardement en piqué de SAINT-MANDRIER. Un avion règle le tir des pièces marines • À 14H30 un avion touché par la DCA est tombé au quartier des Nouissèquen, campagne Gattanée. Un parachutiste est tombé en mer en face du jardin de la ville. Deux autres parachutistes sont tombés au quartier Brégaillon • De 15H00 à 16H30 trêve, aucun tir • La canonnade reprend à 16 30 sur SAINT-MANDRIER, SAINT-KIME, FABREGAS. L'avion régleur de tir survole toujours la ligne des forts de TOULON LA SEYNE • De 17H55 à 18H10 le tir reprend sur le fort de TOULON Peyras • De 18H10 à 18H30 aucun tir • À 18H30 roulement continu du canon _PAROLE_COMMUNIQUE INTERRALLIE DE 12H00 Les forces alliées avancent rapidement vers l'ouest en un vaste mouvement enveloppant en direction de MARSEILLE dont elles ne se trouvent plus qu'à 30 km. À l'ouest des villes de BARJOLS et SIAN occupées par les troupes américaines. SAINTE-MAXIME a été prise par les français. Villes libérées : CASTELLANE, LA BASTIDE et GRASSE. Trois colonnes convergent sur TOULON, dont le siége est commencé depuis ce matin, 10.000 prisonniers et 800 alliés perdus. Neuf porte-avions croiseur au large et les bombardiers attaquent sans répit les voies de communication et les nœuds ferroviaires de TOULON._

Lundi 21 Août

• À 01H55 terrible explosion au dépôt de munitions de Milhaud • De 06H40 à 07H20 explosions successives aux ateliers des torpilles et autres installations portuaires du port de TOULON • À 08H10 une attaque en piqué sur SAINT-MANDRIER avec DCA petit calibre. Temps aux ¾ bouché avec fort vent d'ouest, tirs au canon à 14H50 du fort du Peyras et tir de mitrailleuses au nord de LA SEYNE • En ville et au quartier Col d'Artaud tirs au revolver et à la mitraillette entre FFI et patrouilles allemandes • À 18H25 DCA au passage d'un avion de reconnaissance • Le fort du Cap Brun tire au nord de TOULON • À 19H45 patrouilles de FFI en ville • Le poste de police de LA SEYNE a été attaqué à 18H00 par 40 allemands venus délivrer trois des leurs arrêtés le matin. Après quelques instants de lutte les allemands ont lancé des grenades à main qui ont communiqué le feu dans tout le commissariat. 3 policiers dont un inspecteur ont été fusillés • Toute la soirée explosions, tir au canon et à la mitrailleuse, les munitions entreposées à Notre Dame du Mai ont sauté toute la nuit _PAROLE_COMMUNIQUE INTERRALLIE DE 12H00 Les troupes alliées sont à moins de 5 km de TOULON, encerclé. Elles s'avancent progressivement malgré une vive résistance de l'ennemi. Des unités navales ont bombardé pendant la journée d'hier les positions fortifiées. La 7ème armée américaine continue sa rapide avance vers l'ouest. La vallée de la DURANCE a été traversée à PEYROLLEE. Les forces alliées se trouvent bien au delà de l'ouest de la route, la ville de PERTUIN été occupée par nos troupes en coopération avec les FFI, Aix-en-provence est entre nos mains. De nombreuses villes ont été libérées, mais devant l'avance rapide de nos armées il est impossible de les situer toutes afin de ne pas renseigner l'ennemi. Le nombre de prisonniers s'élève à l'heure actuelle à 14 000. La ville d'HYÈRES est enfin libérée par les troupes françaises en tête. Le mouvement enveloppant au nord de MARSEILLE et TOULON se déroule rapidement et les armées sont à moins de 70 km du RHÔNE. Bientôt nous entrerons dans les régions entièrement aux mains des FFI, CANNES est encerclée et les troupes de l'est avancent sur la route de GRENOBLE._

Mardi 22 Août 1944

• Terrible explosions à 0015 aux batteries du jardin de la ville à LA SEYNE • Tirs au canon toute la nuit au nord de TOULON • À 05H25, 06H45 et 07H15 grosses explosions à l'arsenal du Mourillon • À partir de 09H00 canonnades au nord et nord est de TOULON • À 10H15 tirs sur l'entrée de TOULON, Escaillon, Pont du lac et sur le fort de Malbousquet qui a sauté à 19H00 • Le fort Sainte Marguerite qui tirait depuis le matin sur l'entrée est de TOULON (la Valette et benolieu) a été pris à parti par la marine alliée • A 20H00 le fort Napoléon tire sur le PC des FFI • Les obus font de très grands écarts et un de ceux-ci a mis le feu sur la Crète du quartier GAVET, tous les bois brûlent toute la nuit • Le PC des FFI a été précipitamment évacué • Vastes incendies sur toute l'étendue des collines du Maron à Ollioules

Mercredi 23 Août 1944

• Toute la nuit la canonnade a retenti sur TOULON et LA SEYNE, elle continue ce matin • Le fort Ste marguerite qui a tiré toute la nuit saute, ce matin vers 07H00 • La canonnade continue toute la journée • Le fort de SIX-FOURS a été attaqué par obus marine vers 15H30 • À l'entrée de TOULON tir à la mitrailleuse toute l'après-midi • Vu les tirs incessants de toute la journée et des obus ayant tués 2 personnes et 1 blessé au Col d'Artaud, nous avons jugé bon de coucher à proximité de l'abri • Très mauvaise nuit pour tout le monde • SANARY a été prise par les troupes noires et le maquis • 8 allemands de la batterie du PÊLE-MÊLE sont venus se constituer prisonniers à la mairie de LA SEYNE

Jeudi 24 Août 1944

• Tir au canon depuis la nuit. • Après une violente canonnade le fort Lamalgue s'est tu vers 16H00 • Le fort de Sainte-Catherine qui continue à tirer est pris à parti par l'artillerie alliée. Il s'est tu à 17H25 • À partir de 18H15 les FFI établissent leur quartier général au collège. Plus aucun bruit calme absolu • À 19H35 la croix des signaux de SAINT-MANDRIER est attaqué en piqué par les avions alliés • À partir de 17H00 le commandement allié donne l'ordre à la population Seynoise d'évacuer la ville pour l'entrée des troupes • À 14H10 des sénégalais sont arrivés à l'avenue Gambetta et ont inspecté la batterie du jardin de la ville, ils sont repartis vers OLLIOULES dans leur auto découverte

Vendredi 25 Août 1944

• De 04H00 à 05H00 du matin, tous les quart d'heure le fort Napoléon a été pris sous le feu des canons du large • De 09H40 à 10H00 les batteries de BREGAILLON sont canonnées et réduites au silence (en partie) • Les forts de Malbousquet, Sainte-Catherine sont encore sous le feu des canons de 12H30 à 17H30 • À 13H20 un obus est tombé sur la mairie, bâtiment des travaux, causant d'importants dégâts matériels • La canonnade continue sur les forts restant en action • La croix des signaux, les batteries du lazaret haut, Marignan ont été violemment pilonnée et réduites au silence • Divers incendies sont visibles pendant la nuit sur SAINT-ELME, à l'est au port marchand et dans le fort LAMALGUE, à la GARONNE, la COLLE NOIRE _PAROLE_COMMUNIQUE DU 25 AOÛT À 12H00 Les fronts s'établissent à l'ouest sur une ligne passant par MARSEILLE, SALON, ARLES, AVIGNON. Les forces alliées approchent de LYON. À l'est elles se trouvent dans la région du lac de Genève. Le nombre des prisonniers s'élève à 20 000. Dans MARSEILLE libérée seul le quartier du port résiste encore. L'investissement du port de TOULON et de sa région est presque terminé, OLLIOULES et SANARY sont aux mains des alliés._

Samedi 26 Août 1944

• Nuit calme, 2 fortes explosions à 04H30 et 06H45, 2 avions de reconnaissance se promènent très bas sur la ligne des forts qui ne réagissent plus • À 09H00 le fort de SIX-FOURS s'est rendu • À 09H30 la batterie du jardin de la ville s'est rendue. Depuis 10H00 les tirs sont réglés sur les SABLETTES • Les troupes alliées sont entrées à SIX-FOURS à 10H00 elles font le tour des forts afin de se rendre compte qu'il n'existe plus aucune troupe encadrée. Les troupes alliées sont entrées à LA SEYNE à 16H00 et sont parties à l'attaque du fort Napoléon qui est le dernier bastion de la défense de la ville • À 13H30 la batterie de Brégaillon brûle après s'être sabordée • À TOULON les câbles des sous-marins brûlent formant un immense brasier. À 13H40 canonnade nourrie venant du large en direction de l'est de TOULON qui s'est poursuivie jusqu'à l'aube • Explosion sur SAINT-MANDRIER à 17H00 à la Croix des signaux • Le fort Napoléon s'est rendu à 17H30. Le feu commence à le ravager • Toute la nuit feux et explosions des munitions. Plusieurs autres incendies se voient au loin et durent toute la nuit

Dimanche 27 Août 1944

• Depuis 09H00 tirs au canon par la marine sur les batteries qui résistent encore dans la presqu'île de SAINT-MANDRIER, un avion règle le tir • C'est la fin de la bataille des forts occupés par les allemands et la libération de la place forte de TOULON