Témoignage...

Auteur Robert PELOIS le 26 octobre 2006 À la 3F à Agadir j'étais chargé de l'instruction de tous les mitrailleurs bombardiers (français et américains) au tir sur écran avec des appareils de projection conçus pour cet effet (Synthétic Gunnery). Une fois tous les personnels formés et aptes à combattre nous sommes partis en CATALINA rejoindre la base aérienne de Cognac en partie détruite. Comme il n'y avait plus de labo-photo je me suis retrouvé affecté au service de santé comme ambulancier. Je conduisais une ambulance américaine de marque DODGE. Avec moi il y avait un médecin chirurgien et une infirmière de la Marine. Notre mission était de récupérer les équipages abattus par la DCA allemande. Les zones de combat étaient situées autour de Royan (totalement détruit), la pointe de grave et l'Île d'Oléron, là où les allemands étaient bien implantés. Un jour où les escadrilles se préparaient à effectuer une mission et prenaient position sur la piste. À ce moment une traction-avant pilotée par un ingénieur mécanicien réserviste montait au centre de repos, prenant le même chemin que les avions. Voyant une personne qui lui faisait signe sur le coté l'ingénieur s'arrête mais son moteur cale et n'arrive pas à repartir. Un SDB DAUNTLESS qui arrivait n'a pas vu la voiture et a découpé celle-ci, sectionnant au passage la jambe de l'ingénieur. Aussitôt nous nous précipitons avec l'ambulance et direction l'hôpital de Cognac toute sirènes dehors. Le médecin me signale que le pouls du patient devient très faible et qu'il faudrait le perfuser d'urgence. Avisant mon groupe de donneur universel O+ il me demande de donner mon sang, ce que je fis sur le champ. Ceci n est pas un acte héroïque mais un geste naturel.