Association ALAMER   http://alamer.fr   http://alamer.fr
Mémoire des Équipages des marines de guerre, pêche, commerce & plaisance de 1939 à 1945
./
« Saint Eric »
Le calendrier de l'association

Accueil
   Unités


 CHACAL     
   
   
   
   
   


248 embarquements

Année 1925 : BROHAN Gabriel - BROHAN Gabriel

Année 1927 : FOURNERY

Année 1928 : DU TERTRE Edgar - MICHELIER Frix

Année 1929 : GOYBET Pierre

Année 1930 : URVOY DE PORTZAMPARC Yves

Année 1931 : SÉNÉCHAL Jean - VILLIERS-MORIAMÉ

Année 1932 : BERTRAND Aimé - LELONG Auguste

Année 1933 : CHOMEL - D'HARCOURT

Année 1934 : GARY

Année 1936 : CHARON - ROCHE François

Année 1938 : ROQUES

Année 1939 : MAQUAIRE André - MIGNON Alexis

Année 1940 : ABALAIN Hervé - AFANACIEFF Grégoire - ALLARD Claude - APPERE Auguste - AUDEMARD Antoine - AUTREIT Hervé - AUTREIT Jean - AUTRET Jean-louis - BALCON Jean - BARDU - BARDU Armand - BARRE André - BASSERAS - BATAILLE Jules - BAZIN Emmanuel - BECAN Germain - BERTHOU François - BIANCIS Jean - BLAIN Alain - BOURELY - BOUREL Yves - BRACHET Marcel - BRIAND - CABON René - CALVEZ Joseph - CALVEZ Jules - CALVEZ Jules - CARADEC ou CARUDEC Michel - CARNEC Maurice - CAROFF André - CAROFF André - CAROULLE Roger - CARRO Émile - CHARRIER Élie - CLAUDIEN André - CLEACH Marcel - CLOAREC Goulvan - COATANEA Eugène - COIC Jacques - CORDE Jean - COROT Maurice - CREN Joseph - CREN Joseph - CRENN François - CREUN Joseph - CROLAIS Joseph - DANIEL Ange - DAUZE Émile - DAYDE - DENIS Richard - DESCOMBES - DILER Eugène - DOLLO François - DREAN Désiré - DU Albert - ELINE Maurice - ERIES Daniel - ESTIENNE Jean - EXBOURSE Raymond - FAVRE Marcel - FERAT Aimé - FERRANT Jean - FERRANT Jean - FISCHERE Alfred - FITAMANT Henri - FITAMANT Henri - FLOCH Joseph - FOSSE Roger - FOUILLOUX André - FRANTZ Albert - FREDAL Paul - FROMENT Paul - GASC - GAUTHIER Albert - GAY Gustave - GAY Gustave - GEORGELIN René - GIRARD Pierre - GLOAGUEN Joseph - GOAT ou CLOAT Guillaume - GODIN Albert - GOUEIN Henri - GOURVENNEC François - GOURVIL Hervé - GRALL François - GREVELIER - GUEGUEN Paul - GUENA - GUILLARD Roger - GUILLAUME Raymond - GUILLER Francis - GUILLOU Émile - HAINS Jean - HALL Olivier - HAMON André - HASCOUET Jacques - HAUTCHAMP Aristide - HAUTCHAMP Aristide - HELARY Léon - HELLO Yves - HELMER - HONOT Maurice - HOUILLE Roger - HUET Gilbert - HUILLOU André - JEGOU Jean - JENCOURT Robert - JESTIN Jean - JOUFFRAY Georges - JUGAULT François - JÉZÉQUEL Jean - JÉZÉQUEL Jean - KERBOUL - KERDONCUFF Robert - KERDRAON Pierre - KERHUEL François - KERREST Louis - KERSEDET François - KERVELLA - L'HEMERY Jean - L'HERROU Roger - LACOLLAY Edmond - LAFOND Jean - LANVOC Alfred - LARS Emile - LARS Émile - LAURENT Jean - LAVALLE André - LE BOUGEANT François - LE BOUGEANT François - LE BRETON - LE BRETON Robert - LE BRETON Robert - LE CALVEZ Joseph - LE CALVEZ Joseph - LE CORRE Yves - LE CORRE Yves - LE CREFF Louis - LE FOURN François - LE FRIEC Henri - LE GALL Pierre - LE GALL Yves - LE GOFF - LE GOFF - LE GOFF Jean - LE MARE Pierre - LE MARRE Pierre - LE MOINE Joseph - LE ROUX Jean - LE ROUX Jean - LE RUYET Eugène - LE SAOUT Jean - LE TREVIDIC Louis - LE VAIZO Louis - LEGAC Lucien - LEON Henri - LERIVAND Charles - LUCAS Pierre - MAHEO Joseph - MAHY André - MAILLIEZ - MALFUSON Jean - MARNAC Yves - MARSAL Roger - MARTIN DES PALLIERES - MARTIN Yves - MAZET Jean - MEVEL - MIANNOCQ Georges - MICHEL Gabriel - MICHEL Gabriel - MICHEL Jean - MICHEL Jean - MILIN Jean - MILIN Jean - MILLIN Paul - MOEUNIER - MORAND François - MOREAU Henri - MOREL Corentin - MORZADOC Jean - MOULIN Hervé - MOULIN Hervé - NOEL Marédos - NOEL Roger - NORLAINC Jean - ONANACH Jean - PAILLIER - PARISY Paul - PENDU Maurice - PICHON François - PICHON Jean - PIERRE Yves - PIOLZT Roger - PIOLZT Roger - PRACHET Marcel - PREVOST Roland - PRIGENT - PRIJAC Jean - QUERE Joseph - QUINEC Louis - QUINQUIS - RENAULT René - REURE François - REURE François - ROLLIER Joseph - ROUSEL Germain - ROUSSEAU Roger - ROUSSEL Paul - ROUX Léon - RUITHER Roland - SALAUN Jean - SAN - SENS Henri - SIMON Hubert - SIMONNETTI André - STEPHAN Jean - STOECKLIN Fridelin - SUIRE Raymond - SUIRE Raymond - TANEC Antoine - THOMAS - THONEON René - TRANCHANT Henri - TREBERN Arsène - TREBOUTA François - TURPAIN Paul - WIEDENLOCHER Édouard - YVAN Pierre


Opération

DYNAMO

Article


La fin du CHACAL (10775)

par Marcel BRACHET – Gardien de la paix – Calais (Service Historique de la Marine) le 24 mai 1940

J'avais 19 ans en 1939, j'habitais Sangatte.

Devançant l'appel, je me suis engagé dans la Marine en qualité de chauffeur.

Après avoir fait mes classes à bord du cuirassé PARIS, j'ai été envoyé sur le MONTCALM, puis en janvier 1940 sur le contre-torpilleur CHACAL, à bord duquel je me trouvais en mai 1940.

Le vendredi 24 mai, vers quatre heures du matin, nous nous trouvions dans la Manche, près de Boulogne, exactement par le travers d'Alprech.

À 5 heures j'étais remonté de mon quart et me reposais dans le poste d'équipage où mon hamac se trouvait à bâbord.

Vers 9 heures une escadrille de sept bombardiers, des Stukas, est venue nous survoler.

J'ai, ainsi que mes camarades qui dormaient comme moi, été réveillé par les tirs de la DCA du bord. Les mitrailleuses faisaient rage.

Une des bombes lancées par les assaillants est tombée à l'avant, traversant le poste de part en part et coupant le raban de l'un de nos camarades qui couchait à tribord.

Elle ne fit cependant pas de dégâts sérieux.

Bien entendu nous avons aussitôt été débout.

A ce moment on sonnait « Aux postes de combat ».

Nous n'avons pas eu le temps matériel de nous y rendre. Au moment où avec quelques camarades je me précipitais par les coursives pour atteindre le poste qui m'était assigné on sonnait « Aux postes d'évacuation ».

Je m'y suis porté rapidement, je voulais m'évacuer par tribord.

A ce moment une bombe est tombée dans l'eau non loin de moi à environ deux mètres à tribord. J'ai hâtivement rebroussé chemin et suis parti à bâbord.

Là, j'ai trouvé des camarades qui s'occupaient à mettre à l'eau l'une des baleinières du bord. Saisissant l'un des cordages activant la poulie à triple cordage du système de descente de la baleinière, je me suis laissé glisser dans l'eau.

Naturellement je portais, ainsi qu'il était prescrit dans un cas semblable, une ceinture de sauvetage, aussi suis-je rapidement revenu à la surface. Un camarade, Franck, un parisien dont je n'ai pas oublié le nom, m'a aussitôt rattrapé, et m'a aidé à me hisser dans la baleinière.

Le capitaine d'armes, un maître principal a pris la direction de l'embarcation, il m'a donné l'ordre de prendre des avirons et d'aider à écarter la baleinière du CHACAL. Le navire avait l'avant tourné du coté d'Étaples et nous nous trouvions à sa gauche c'est-à-dire à bâbord.

Pendant ce temps les batteries allemandes, d'ailleurs de petit calibre, qui étaient déjà installées le long de la côte, d'Alprech à la Pointe-aux-oies, tiraient sur nous.

La baleinière contenait une vingtaine d'hommes, c'était le grand maximum qu'elle pouvait embarquer sans risquer de couler.

Nous remorquions en outre un radeau auquel s'accrochaient une douzaine de nos camarades dont un blessé.

Nous nous sommes donc éloignés de notre contre-torpilleur et de la terre pour éviter d'être fait prisonniers.

Partis au large, c'est deux heures environ plus tard que nous avons été repêchés et recueillis par le MESSIDOR, chalutier dragueur de mines, qui, après de nombreuses manœuvres pour se soustraire au tir des pièces allemandes mit le cap sur Le Havre où nous sommes arrivés le lendemain seulement après au moins douze heures de mer. Nous y sommes restés peu de temps et sommes partis pour Cherbourg où, après une pause assez courte nous avons rallié Brest.

Là on nous a donné quinze jours de permission à aller passer à Camaret, dans le voisinage. Au bout de dix jours l'avance allemande laissait craindre l'arrivée de l'ennemi, on nous a embarqué sur un cargo qui nous a amené en Angleterre. Nous avons débarqué à Plymouth, où après être demeuré là 3 jours, un paquebot nous a évacué sur Liverpool. Peu après, nous sommes revenus à Plymouth, par chemin de fer, cette fois, et de là, par convoi sommes partis pour Casablanca.

J'y ai été embarqué sur un dragueur de mines ; le MARIE MAD, chalutier, chargé de la surveillance de la côte Marocaine.

V418.0 - !!! ATTENTION - SITE INTERNET EN CONSTRUCTION - CONTENU SOUS RESERVE !!! Page N°3 - Variable N°242